Sélection de la langue

Recherche

Feeding saponin-containing Yucca schidigera and Quillaja saponaria to decrease enteric methane production in dairy cows

Holtshausen, L., Chaves, A.V., Beauchemin, K.A., McGinn, S.M., McAllister, T.A., Cheeke, P.R., et Benchaar, C. (2009). « Feeding saponin-containing Yucca schidigera and Quillaja saponaria to decrease enteric methane production in dairy cows. », Journal of Dairy Science (JDS), 92(6), p. 2809-2821. doi : 10.3168/jds.2008-1843  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons réalisé une expérience in vitro pour déterminer si l’ajout à la ration de Yucca schidigera ou de Quillaja saponaria, deux plantes renfermant de la saponine, réduit la production de méthane sans nuire à la fermentation ruminale ou à la digestion des fibres. Nous avons ensuite donné à des vaches laitières en lactation une dose légèrement plus faible de saponine pour en évaluer les effets sur la fermentation ruminale, la production de méthane, la digestibilité des nutriments dans le tube digestif, la production de lait et la composition du lait. Nous avons fait des cultures in vitro en discontinu suivant un plan entièrement aléatoire; nous avons incubé 24 heures une culture TÉmoin (aucun additif, TÉ) et des cultures auxquelles nous avons ajouté l’une de 3 doses de source de saponine (15, 30 ou 45 g/kg de matière sèche de substrat) avec du liquide ruminal tamponné provenant de 3 vaches laitières. Pour l’étude in vivo, nous avons suivi un plan croisé appliqué à 2 groupes de vaches, 3 traitements et 3 périodes de 28 jours. Le groupe 1 comprenait 6 vaches pourvues d’une canule ruminale et le groupe 2, 6 vaches intactes (poids : 627 ± 55 kg, 155 ± 28 jours en lactation). Les traitements se caractérisaient comme suit : 1) ration mélangée totale, sans additif (témoin; TÉ); 2) ration TÉ avec plantes entières de Y. schidigera en poudre, à raison de 10 g/kg de matière sèche (YS); et 3) ration TÉ avec plantes entières de Q. saponaria en poudre à raison de 10 g/kg de matière sèche (QS). Nous avons mesuré la production de méthane dans des chambres respiratoires ainsi que par traçage à l’hexafluorure de soufre (SF6). In vitro, l’augmentation des deux sources de saponine a entraîné la baisse de la concentration de méthane dans l’espace vide des cultures et l’augmentation de la proportion de propionate dans le liquide ruminal tamponné. La concentration d’azote ammoniacal, la proportion d’acétate et le rapport acétate/propionate dans le liquide ruminal tamponné de même que la teneur en fibres au détergent neutre digestibles à 24 heures ont baissé par comparaison au traitement TÉ. Avec les apports de saponine moyen et élevé, la digestibilité de la matière sèche a diminué par comparaison au traitement TÉ. Nous avons tenté d’éliminer les effets nuisibles possibles d’une dose élevée de source de saponine sur la digestibilité des aliments en réduisant la quantité des deux sources ajoutées (10 g/kg de matière sèche) à la ration des vaches. L’apport alimentaire de saponine n’a pas influé sur la production de lait, la digestibilité des nutriments dans le tube digestif, la fermentation ruminale et la production de méthane. Toutefois, les vaches qui ont reçu la ration YS ou la ration QS ont consommé davantage de matière sèche que les vaches TÉ, et la consommation de matière sèche tendait à être plus importante chez les vaches recevant la ration YS que chez celles recevant la ration QS. Par conséquent, l’efficience de la production de lait (kg de lait /kg de matière sèche consommée) était moins élevée chez les vaches qui recevaient de la saponine que chez les vaches témoins. Ces résultats signifient que, même si la production de méthane est réduite in vitro avec la saponine de Y. schidigera et de Q. saponaria, la baisse est attribuable en grande partie à la diminution de la fermentation ruminale et de la digestion des aliments. Chez les vaches laitières en lactation, un apport moins élevé de saponine a permis d’éliminer les effets nuisibles que cette substance peut avoir sur la fermentation ruminale et la digestion des aliments, mais la production de méthane n’a pas diminué. Vu l’efficience moindre de la production de lait des vaches recevant un apport alimentaire de saponine et la baisse de la digestion des aliments susceptible de survenir avec un apport élevé de saponine, il se pourrait que l’ajout de saponine à la ration soit dénuée d’intérêt comme moyen de réduire la production de méthane in vivo.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :