Sélection de la langue

Recherche

Increasing physically effective fiber content of dairy cow diets through forage proportion versus forage chop length: Chewing and ruminal pH

Yang, W.-Z. et Beauchemin, K.A. (2009). « Increasing physically effective fiber content of dairy cow diets through forage proportion versus forage chop length: Chewing and ruminal pH. », Journal of Dairy Science (JDS), 92(4), p. 1603-1615. doi : 10.3168/jds.2008-1379  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’objectif de l’étude présentée ici est de déterminer s’il est possible de réduire le risque d’acidose chez la vache laitière en élevant la teneur de la ration en fibres au détergent neutre physiquement effectives (FDNpe), soit en augmentant la longueur de hachage théorique de l’ensilage de luzerne, soit en utilisant une plus grande proportion de fourrage dans la ration. Nous avons appliqué un dispositif expérimental en carré latin répété 4 x 4 et utilisé 8 vaches en lactation pourvues d’une canule ruminale. Les traitements ont été administrés suivant un dispositif factoriel 2 x 2; nous avons étudié 2 longueurs de particules de fourrage (LPF) de luzerne ensilée (longues et courtes) en combinaison avec un rapport fourrage/concentré (F/C) faible (35/65) et élevé (60/40) (par rapport à la matière sèche). Pour déterminer la concentration de FDNpe alimentaires (par rapport à la matière sèche) nous avons fait la somme des proportions de matière sèche alimentaire retenue sur les deux tamis (8 et 19 mm) ou les trois tamis (1,18, 8 et 19 mm) du séparateur de particules Penn State et nous avons multiplié le résultat par la concentration de FDN dans la ration. Les concentrations de FDNpe alimentaires ont été changées par la modification du rapport F/C ou de la LPF, et leurs valeurs étaient comprises entre 10,7 et 17,5 % lorsque nous avons utilisé deux tamis, et entre 23,1 et 28,2 % lorsque nous en avons utilisé trois. La consommation de FDNpe s’est accrue avec l’augmentation de la LPF, mais non avec l’augmentation du rapport F/C car la consommation de matière sèche diminue lorsque le rapport F/C augmente. L’activité masticatoire, caractérisée notamment par le nombre de mouvements masticatoires et le temps de mastication, s’est accrue avec l’augmentation du rapport F/C ou de la LPF. Le pH ruminal moyen s’est accru de 0,4 lorsque le rapport F/C a augmenté, et de 0,2 lorsque la LPF a augmenté. La baisse du rapport F/C a réduit la période durant laquelle le pH ruminal était inférieur à 5,8 (1,2 h/jour par comparaison à 8 h/jour). L’augmentation du rapport F/C ou de la LPF a fait baisser la concentration d’acides gras volatils ruminaux, celle-ci passant de 137 à 122 mM, dans le premier cas, et de 133 à 126 mM, dans le second; quant au rapport acétate/propionate, il a augmenté, passant de 2,55 à 3,46 avec l’augmentation du rapport F/C. La valeur de la concentration de FDNpe alimentaires mesurée avec deux tamis était en corrélation avec le temps de mastication (r = 0,57) et le pH ruminal moyen (r = 0,75), tandis que celle mesurée avec trois tamis était en corrélation avec le pH ruminal moyen (r = 0,83) et en corrélation négative avec la longueur de la période durant laquelle le pH était inférieur à 5,8 (r = -0,78). Les résultats de ces travaux permettent de supposer que le risque d’acidose ruminale est élevé pour les vaches recevant une ration dont le rapport F/C est faible. L’augmentation de la proportion de fourrage dans la ration aide à prévenir l’acidose ruminale en entraînant l’augmentation du temps de mastication, le changement de la prise des repas et la baisse de la production d’acide ruminale. L’augmentation de la LPF fait augmenter le pH ruminal, mais lorsque la ration est pauvre en fourrage, l’augmentation de la LPF n’atténue pas l’acidose subaiguë parce que la ration est très fermentescible et que l’activité masticatoire n’est pas vraiment changée.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :