Sélection de la langue

Recherche

Seasonal response of herbage production and its nutrient and mineral contents to long-term cattle grazing on a Rough Fescue grassland

Li, C.L., Hao, X., Willms, W.D., Zhao, M.G., et Han, G.D. (2009). « Seasonal response of herbage production and its nutrient and mineral contents to long-term cattle grazing on a Rough Fescue grassland. », Agriculture, Ecosystems and Environment, 132(1-2), p. 32-38. doi : 10.1016/j.agee.2009.02.010  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons étudié l’effet du pâturage bovin à long terme sur la production herbagère et sur la teneur de l’herbe en éléments nutritifs et en minéraux au cours de la saison de pâturage, en soumettant à un pâturage expérimental une prairie de fétuque scabre (Festuca campestris Rydb.) établie en 1949. Les trois traitements correspondaient respectivement à un pâturage modéré (PM), à un pâturage intense (PI) et à une absence de pâturage assurée par un exclos (témoin) ainsi qu’à des chargements de bétail équivalant à 2,4, à 4,8 et à 0 unités animales mois par hectare. Dans le cas de chaque traitement, 4 lieux d’échantillonnage ont été choisis à titre de répétitions. Chaque mois, de mai à septembre 2007, nous avons déterminé la biomasse herbagère, en termes d’herbe sur pied (production de l’année) et de litière (production de l’année précédente), ainsi que la teneur de l’herbe en éléments nutritifs et en minéraux. La biomasse d’herbe sur pied augmentait avec le pâturage, tandis que la biomasse de litière diminuait. La biomasse d’herbe sur pied maximale survenait un mois plus tôt dans le cas des traitements PM et PI que dans le cas du traitement témoin. La teneur en azote total (NT) de l’herbe sur pied augmentait avec le pâturage : en mai, elle allait de 28,2 g kg-1 pour le traitement témoin à 39,9 g kg-1 pour le traitement PI; les autres mois, la différence (de 12,4 à 15,7 %) n’était pas significative. La teneur en phosphore total (PT, 16,4 %) et le δ15N étaient plus élevés après traitement PI qu’après traitement témoin. Dans le cas de la litière, les teneurs en NT et en Ca diminuaient avec le pâturage, tandis que la teneur en PT, le δ15N ainsi que les teneurs en K et en Mg augmentaient. La qualité alimentaire de l’herbe variait également au cours de la saison de pâturage : les teneurs en NT, en PT, en K et en Mg diminuaient au cours de la saison, tandis que la teneur en Ca était la moins élevée au printemps (3,07 g kg-1) et à la fin de l’automne (4,08 g kg-1). Le pâturage a semblé accélérer le recyclage des éléments nutritifs et a amélioré la qualité de l’herbe. Ce type de prairie a besoin de perturbation pour donner un rendement optimal, mais un pâturage intensif risque d’en altérer gravement l’état de santé.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :