Sélection de la langue

Recherche

Do Introduced Grasses Improve Forage Production on the Northern Mixed Prairie?.

Willms, W.D., Entz, T., Beck, R.K., et Hao, X. (2009). « Do Introduced Grasses Improve Forage Production on the Northern Mixed Prairie?. », Rangeland Ecology & Management, 62(1), p. 53-59. doi : 10.2111/08-034  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Diverses études ont porté sur l’avantage relatif d’introduire des espèces fourragères dans le nord des Grandes Plaines d’Amérique du Nord, mais leurs résultats sont contradictoires. Dans la plupart des cas, ces études ont donné lieu à une confusion quant au temps d’établissement ou ont fait appel à des traitements non randomisés ou non indépendants. Nous avons examiné la production primaire nette de biomasse aérienne (PPNA) d’une prairie mixte nordique soumise à quatre traitements répartis en blocs complets randomisés et correspondant respectivement à un peuplement d’agropyre à crête (Agropyron cristatum [L.] Gaertn.), un peuplement d’élyme de Russie (Psathyrostachys juncea [Fisch.] Nevski), un peuplement indigène témoin non récolté ainsi qu’un peuplement indigène avec récolte, dans deux sites, dont l’un comportait une végétation de type Stipa-Agropyron-Bouteloua depuis plus de 13 ans, et l’autre, une végétation de type Stipa-Bouteloua depuis plus de 12 ans. Dans le site à Stipa-Agropyron-Bouteloua, nous avons analysé les données selon les périodes d’échantillonnage suivantes : 1, 1994 à 1997; 2, 1998 à 2001; 3, 2002 à 2006; dans le site à Stipa-Bouteloua, nous avons utilisé des périodes différentes : 1, 1995 à 1998; 2, 1999 à 2002; 3, 2003 à 2006. La PPNA obtenue avec chaque traitement était liée (P < 0,05) au site ainsi qu’à son interaction avec le traitement et la période d’échantillonnage (1 à 3). Dans le site à Stipa-Agropyron-Bouteloua, nous avons obtenu une PPNA de 220,9 g m-2 avec le peuplement indigène témoin, de 183,9 g m-2 avec le peuplement indigène récolté, de 300,8 g m-2 avec l’agropyre à crête et de 189,6 g m-2 avec l’élyme de Russie; l’erreur-type de la moyenne (ETM) était de 11,2. Dans le site à Stipa-Bouteloua, nous avons obtenu une PPNA de 122,9 g m-2 avec le peuplement indigène témoin, de 98,2 g m-2 avec le peuplement indigène récolté, de 216,3 g m-2 avec l’agropyre à crête et de 115,9 g m-2 avec l’élyme de Russie (ETM = 12,0). Les PPNA moyennes (avec ETM) associées aux périodes d’échantillonnage 1 à 3 ont été de 186,4 (9,1), 135,4 (5,8) et 263,9 (8,8) g m-2 dans le site à Stipa-Agropyron-Bouteloua et de 124,5 (6,4), 138,6 (6,1) et 151,3 (10,5) g m-2 dans le site à Stipa-Bouteloua. L’élyme de Russie introduit dans le site à Stipa-Bouteloua ainsi que l’agropyre à crête introduit dans les deux sites ont été relativement plus productifs durant la première période suivant l’établissement qu’au cours des années suivantes. Notre étude confirme que l’agropyre à crête a une PPNA supérieure à celle du peuplement indigène dans le site à Stipa-Bouteloua mais non dans celui à Stipa-Agropyron-Bouteloua, tandis que l’élyme de Russie ne présente aucune avantage à cet égard par rapport au peuplement indigène, dans les deux sites.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :