Sélection de la langue

Recherche

Réaction de la microflore tellurique à l’application de cendre de bois ou de chaux aux cultures annuelles ou aux graminées vivaces poussant sur un sol acide du nord-ouest de l’Alberta.

Lupwayi, N.Z., Arshad, M.A., Azooz, R.H., et Soon, Y.K. (2009). « Réaction de la microflore tellurique à l’application de cendre de bois ou de chaux aux cultures annuelles ou aux graminées vivaces poussant sur un sol acide du nord-ouest de l’Alberta. », Canadian Journal of Soil Science, 89(2), p. 169-177. doi : 10.4141/CJSS08007  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Plus de 90% des sols acides de l’Ouest canadien se trouvent en Alberta. Pourtant on y utilise peu la chaux agricole en raison de son coût. La cendre de bois, un sous-produit des scieries et des papeteries, pourrait servir à chauler les sols acides. Les auteurs ont examiné quels effets l’amendement d’un Luvisol acide avec de la cendre de bois ou de la chaux aurait sur les propriétés microbiologiques du sol, à Beaverlodge, en Alberta. Les deux amendements ont été appliqués pour obtenir l’équivalent de 6,72 t de carbonate de calcium par hectare, soit 8,40 tonnes de cendre de bois par hectare et 7,47 tonnes de chaux par hectare, en 2002. Les auteurs ont dosé le carbone de la biomasse unicellulaire du sol (MBC) et évalué la diversité fonctionnelle ainsi que les structures communautaires des microorganismes du sol (révélées par les modes d’utilisation du substrat) de 2002 à 2005 avec de l’orge (Hordeum vulgare L.), du canola (Brassica napus L.), du pois de grande culture (Pisum sativum L.) et de la phléole (Phleum pratense L.). Dans la rhizosphère, la cendre de bois a accru la MBC 2,4 fois en 2002 et 1,3 fois en 2005, tandis que la chaux l’a accrue 3,2 fois en 2002 et 1,3 fois en 2005. Dans le sol en vrac, l’augmentation de la MBC a varié de 3,0 fois en 2003 à 1,8 fois en 2005 pour la cendre de bois et de 4,9 fois en 2002 à 2,0 fois en 2005 pour la chaux. La culture n’a pas une incidence uniforme sur la MBC. Les plantes annuelles étant cultivées en rotation, il se peut que les résultats obtenus pour une culture se soient confondus avec ceux de la culture précédente. En 2003 et 2004, les deux amendements ont augmenté l’indice de Shannon (H’) de la diversité fonctionnelle des bactéries dans la rhizosphère, et des résultats similaires ont été observé dans le sol en vrac, en 2005. On a aussi observé une modification de la structure fonctionnelle des communautés unicellulaires consécutivement à l’amendement, dans le sol en vrac, ainsi que des changements attribuables aux cultures dans la rhizosphère. En 2003, le pH moyen du sol (CaCl2) est passé de 4,91 pour le traitement témoin des diverses cultures à 6,60 dans les parcelles bonifiées avec de la chaux et à 6,70 dans celles amendées avec de la cendre de bois. En 2004, la cendre de bois et la chaux ont sensiblement accéléré la minéralisation du C dans le sol (jusqu’à 10 jours d’incubation), mais le taux de respiration de base (11-24 jours d’incubation) n’a pas été touché. L’effet notable (jusqu’à 5 fois) des amendements du sol sur la MBC signifie que l’acidité du sol est un important facteur limitant les processus biologiques et la productivité de certains Luvisols de l’Alberta. On pourrait utiliser de la cendre de bois pour atténuer ce problème.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :