Sélection de la langue

Recherche

Soil microbial response to herbicides applied to glyphosate-resistant canola

Lupwayi, N.Z., Harker, K.N., Clayton, G.W., O'Donovan, J.T., et Blackshaw, R.E. (2009). « Soil microbial response to herbicides applied to glyphosate-resistant canola. », Agriculture, Ecosystems and Environment, 129(1-3), p. 171-176. doi : 10.1016/j.agee.2008.08.007  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La sélection de variétés de canola (Brassica napus L.) résistantes au glyphosate s’est accompagnée d’une augmentation des applications de glyphosate dans ces cultures, et l’on craint que ces applications multiples entraînent des conséquences imprévues. Nous avons réalisé un essai au champ afin d’évaluer les effets d’applications en présemis et en postlevée de glyphosate et d’autres herbicides sur la structure fonctionnelle, la diversité et la biomasse de la communauté microbienne du sol. Les traitements appliqués en présemis étaient les suivants : 2,4 D, glyphosate et 2,4 D + glyphosate, tandis que les traitements appliqués en postlevée étaient : une seule application de glyphosate, deux applications de glyphosate, application d’éthalfluraline, application d’éthalfluraline + séthoxydime + éthametsulfuron + clopyralide et application de séthoxydime + éthametsulfuron. Nous avons prélevé des échantillons de sol en vrac et dans la rhizosphère au moment de la floraison du canola et les avons analysés afin de déterminer la composition de la communauté bactérienne, les profils d’utilisation du substrat et la teneur en C de la biomasse microbienne (MBC). Dans les cas où nous avons observé des différences significatives, l’application en présemis de 2,4 D et de glyphosate avait modifié la structure fonctionnelle et réduit la diversité de la communauté bactérienne du sol, mais augmenté la teneur en C de la biomasse microbienne (MBC). Ces effets ne se sont pas forcément produits concurremment. La réduction de la diversité fonctionnelle s’explique par une réduction de l’équitabilité : dans les parcelles ayant reçu une application des deux herbicides en présemis, la communauté bactérienne était dominée par seulement quelques groupes fonctionnels. Pour une des années de l’étude, l’application en présemis de 2,4 D suivie de deux applications en postlevée de glyphosate ainsi que l’application en présemis de glyphosate suivie de l’application en postlevée de séthoxydime + éthametsulfuron ont également réduit la diversité fonctionnelle de la communauté bactérienne du sol. Bien que les différences significatives entre herbicides aient été moins fréquentes que les différences non significatives, c’est à dire que, dans la plupart des cas, l’application de glyphosate ou d’autres herbicides dans les cultures de canola résistant aux glyphosates n’ait pas modifié de façon significative la structure, la diversité et la biomasse de la communauté bactérienne du sol, dans les cas où il y a eu un effet significatif, celui ci pourrait avoir une incidence sur les réseaux trophiques et les processus biologiques du sol.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :