Sélection de la langue

Recherche

Trouver les bons gènes pour lutter contre la gale commune de la pomme de terre

Planifier une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Aucun producteur ne souhaite trouver de lésions profondes et rugueuses à la surface de ses pommes de terre. La gale commune est une maladie répandue qui peut entraîner d'importantes pertes économiques, soit au moins 17 millions de dollars par année, pour les producteurs du Canada. Il y a perte de profits due au gaspillage lorsque plus de 5 % d'une pomme de terre est affectée par l'inesthétique gale commune, ce qui signifie qu'elle ne peut pas être vendue sur le marché des légumes frais. En outre, les pommes de terres affectées sont difficiles à peler à cause des lésions, ce qui crée du gaspillage et des pertes sur le marché des croustilles et des frites. De nombreuses régions connaissent des saisons de culture plus chaudes et plus sèches qui favorisent le développement de la gale commune.

M. Bourlaye Fofana (Ph. D.), chercheur d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) en poste à l'Île‑du‑Prince‑Édouard, cultive 814 lignées génétiques de pomme de terre dans les champs de la ferme expérimentale de Harrington d'AAC, dans le but de trouver des pommes de terre résistantes à la maladie, à la sécheresse et au verdissement.

M. Fofana cherche à mettre au point des variétés de pomme de terre résistantes à la gale commune afin de favoriser l'abondance et la rentabilité des cultures et d'offrir aux consommateurs du monde entier des pommes de terre exemptes d'imperfections. Il ne s'agit là que d'un exemple des innovations qu'explore AAC pour réduire le gaspillage alimentaire conformément à la toute première politique alimentaire du Canada, annoncée en juillet 2019. En outre, le Programme de récupération d'aliments excédentaires aide à gérer les surplus de pommes de terre en les redirigeant vers des organismes luttant contre l'insécurité alimentaire au Canada pour éviter qu'ils se gaspillent.

Aux laboratoires de Charlottetown et à la ferme expérimentale de Harrington d'AAC à l'Île‑du‑Prince‑Édouard, M. Fofana a récemment effectué le profilage comparatif de l'expression génique, c'est-à-dire qu'il a étudié les gènes de deux variétés de pomme de terre pour trouver les différences statistiquement significatives entre elles. Une des deux variétés est régulièrement affectée par la gale commune (Green Mountain) et l'autre présente généralement moins de symptômes de la maladie (Hindenburg).

L'équipe de recherche de M. Fofana a identifié 273 gènes dans 34 voies biochimiques (séries de réactions biologiques interreliées qui se soutiennent les unes les autres) qui distinguent probablement les variétés de pomme de terre Green Mountain et Hindenburg et pourraient être associés à la résistance à la gale commune chez certaines variétés.

Les données obtenues indiquent que le profilage comparatif de l'expression génique peut être utilisé pour prédire les lésions causées par la gale commune chez différentes variétés de pomme de terre. Le profilage comparatif de l'expression génique permet de mesurer simultanément l'activité (l'expression) de milliers de gènes. L'activité des gènes chez deux organismes (variétés de pomme de terre) est ensuite comparée.

« Nos travaux ont montré que la variété Hindenburg, qui est résistante à la gale commune, a acquis la capacité de sentir les attaques de la gale commune et de s'en prémunir au fil du temps grâce à un mécanisme de stimulation du système immunitaire », explique M. Fofana.

- Bourlaye Fofana (Ph. D.), chercheur scientifique, Agriculture et Agroalimentaire Canada

M. Fofana a bon espoir que cette nouvelle information, à la suite de recherches approfondies, pourra être utilisée dans le cadre des programmes canadiens d'amélioration de la pomme de terre, notamment par les sélectionneurs d'AAC du Centre de recherche et de développement de Fredericton, au Nouveau-Brunswick.

« La résistance à la gale commune est un caractère considéré comme prioritaire dans le cadre du programme d'amélioration de la pomme de terre d'AAC », nous dit David De Koeyer, scientifique et sélectionneur de pommes de terre à AAC. « Les travaux menés par M. Fofana fourniront des outils de dépistage précis qui nous aideront à identifier plus rapidement les clones résistants dans le cycle de sélection. »

L'identification précise des gènes qui influent sur la résistance à la gale commune aura de grandes répercussions sur l'amélioration de la pomme de terre et fournira aux producteurs un moyen pour lutter contre cette importante maladie, ce qui réduira le gaspillage et augmentera les profits.

Principales découvertes / avantages  :

Photographies

Une personne est agenouillée dans un champ et tient un sac servant à la récolte des pommes de terre trouvées dans le sol.
M. Bourlaye Fofana (Ph. D.) récolte différentes variétés de pommes de terre à la ferme expérimentale de Harrington d'AAC.
Deux photos de pommes de terre placées l'une à côté de l'autre.
Réactions à la gale commune chez deux variétés de pomme de terre. Photo A : variété Hindenburg, résistante à la gale commune. Photo B : variété Green Mountain, sensible à la gale commune.

Renseignements connexes

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :