Sélection de la langue

Recherche

L'airelle rouge : bonne pour le cœur, les reins… et l'agriculture

Planifier une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Les chercheurs d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) préparent le terrain pour l'arrivée d'un nouveau produit sur le marché des superaliments cultivés au Canada : l'airelle rouge.

Les airelles rouges sont déjà populaires dans la cuisine scandinave, où on les utilise pour la confection de sauces et de produits de boulangerie. Petites, acidulées et légèrement sucrées, ces baies poussent en milieu naturel en Colombie-Britannique, au Manitoba, en Saskatchewan et au Canada Atlantique, et pourraient constituer une culture de grande valeur pour les producteurs canadiens.

L'airelle rouge est étroitement apparentée au bleuet et à la canneberge, qui sont également riches en antioxydants. Selon des recherches, ces antioxydants présenteraient des bienfaits pour la santé, particulièrement pour ce qui est de prévenir l'inflammation.

« Ce petit fruit nordique présente un potentiel inexploité : polyvalent, savoureux et nutritif, il contribue à maintenir la santé rénale, comme nos recherches l'ont montré. Ces recherches illustrent le type de travaux que nous réalisons au Centre canadien de recherches agroalimentaires en santé et médecine. Ce centre a pour objectif de jeter des ponts entre l'agriculture, l'alimentation et la médecine. »

Chris Siow (Ph. D.), chercheur scientifique, Centre canadien de recherches agroalimentaires en santé et médecine

Depuis 2009, M. Chris Siow, chercheur scientifique à AAC et chercheur principal au Centre canadien de recherches agroalimentaires en santé et médecine (CCRASM), situé à l'Hôpital Saint-Boniface, au Manitoba, collabore avec des scientifiques de tout le pays dans le cadre de différents projets de recherche sur l'airelle rouge. Ensemble, ils ont trouvé à ce petit fruit plusieurs propriétés bénéfiques pour la santé.

Les airelles rouges sont particulièrement riches en anthocyanines antioxydantes, qui préviennent l'oxydation du cholestérol sanguin et aident à maintenir les vaisseaux sanguins en bon état. Selon les chercheurs, ces puissants antioxydants pourraient contribuer à réduire les risques de maladie cardiovasculaire et même certains cancers.

Les airelles rouges contiennent aussi des fibres alimentaires, de la vitamine C, des polyphénols et des acides gras oméga-3, qui sont bénéfiques pour la santé.

La consommation d'airelles rouges peut également améliorer la fonction rénale.

L'équipe a étudié des rats qui devaient subir une opération rénale et a constaté, chez ceux qui avaient préalablement consommé du jus d'airelles rouges pendant trois semaines, une amélioration de la fonction rénale, une réduction du stress pour les reins et une réduction de l'inflammation à la suite de l'opération, comparativement aux rats qui n'avaient pas consommé de jus d'airelles rouges.

Plus récemment, l'équipe a démontré que l'airelle rouge pouvait offrir une autre approche dans la lutte contre les maladies chroniques du rein. Les chercheurs ont examiné des souris nourries au moyen d'aliments riches en gras. Ces souris sont devenues obèses et présentaient des concentrations anormalement élevées de lipides et de glucose dans leur sang. En outre, elles affichaient des niveaux élevés pour ce qui est des indicateurs de maladie rénale et des molécules favorisant l'inflammation, ce qui affectait leur fonction rénale. Les résultats d'analyse et la fonction rénale d'un autre groupe de souris, qui avaient consommé les mêmes aliments, mais aussi des airelles rouges, montraient une nette amélioration par rapport au premier groupe.

Fait intéressant à noter, plus les airelles rouges sont cultivées au nord, plus leurs propriétés pour la lutte contre les maladies sont remarquables. C'est la raison pour laquelle des chercheurs d'AAC du Manitoba et de Terre-Neuve étudient le potentiel agricole de cette plante.

Autre bonne nouvelle pour les producteurs canadiens : l'offre actuelle d'airelles rouges sauvages ne suffit pas à la demande. Voici donc une occasion pour les producteurs d'augmenter leur production. Samir Debnath (Ph. D.), du Centre de recherche et de développement d'AAC à St. John's, Terre-Neuve, a mis au point des variétés européennes cultivées et des hybrides sauvages canadiens d'airelle rouge qui présentent un bon potentiel.

L'avenir semble donc prometteur pour ce superaliment!

Principales découvertes/avantages

Galerie de photos

M. Siow, Ph. D., porte un sarrau de laboratoire blanc et tient un bol d'airelles rouges
M. Chris Siow (Ph. D.), chercheur pour AAC au Manitoba, présente un bol d'airelles rouges
Des baies rouge foncé luisent dans un bol placé sur une surface brun foncé
Les airelles rouges contiennent une plus grande quantité d'anthocyanines — pigments qui leur donnent leur couleur rouge — par gramme que la plupart des petits fruits les plus consommés.
On aperçoit une grappe d'airelles rouges à travers le feuillage vert, dense et luisant de la plante, près du sol
L'airelle rouge pousse en milieu naturel dans le nord du Canada

Renseignements connexes

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :