Sélection de la langue

Recherche

Valorisation d’un système de culture ancestrale autochtone

08 janvier 2019

La culture des « Trois Sœurs » était une façon de cultiver autrefois répandue chez les Premières Nations des basses-terres du Saint-Laurent et des Grands Lacs. Cultivés ensemble, le maïs, la courge et le haricot s’entraident, ce qui permet d’obtenir de bien meilleures récoltes.

Une collaboration avec des Autochtones d’origine haudenosaunee et huronne-wendat dans le cadre d’un vaste projet de recherche a permis à des experts d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et d’universités canadiennes de mieux comprendre les avantages du système de culture des Trois Sœurs.

L’engagement du Ministère de protéger les droits et le savoir-faire traditionnel des Premières Nations a été un volet essentiel du projet et a servi de fondement à l’établissement d’une relation de confiance entre les collaborateurs autochtones et les scientifiques d’AAC.

Les collaborateurs autochtones ont partagé des semences patrimoniales conservées par des gardiens de semences. Transmises depuis des générations, ces semences sont bien adaptées au climat de leur région. D’autres semences patrimoniales utilisées dans le cadre du projet provenaient de semenciers artisanaux.

Les scientifiques ont recueilli des données sur les propriétés nutritionnelles des diverses variétés de haricots, de maïs et de courges pour identifier les variétés qui se prêtent le mieux à la fabrication de produits-créneaux autochtones comme les pains faits avec de la farine de haricots, de courge ou de maïs. En outre, ils ont testé les meilleures façons d’utiliser les cultures pour produire ces aliments. Certains de leurs résultats sont décrits dans l’article Les Trois Sœurs – Valorisation d’une culture autochtone ancestrale et de son potentiel alimentaire.

Cette première étude d’envergure a permis de mettre en lumière le potentiel social et économique associé à la production des Trois Sœurs. Des recherches plus approfondies pourraient s’avérer nécessaires , mais de solides connaissances scientifiques sont déjà disponibles pour les collectivités des Premières Nations canadiennes intéressées à développer les possibilités alimentaires et commerciales liées à ce mode de culture traditionnel.

Lectures complémentaires

Plus d’Agri-info

  • Voulez-vous plus d'histoires comme celle-ci? Explorez ce que Agri-info a à vous offrir de plus.
  • Désirez-vous présenter un compte rendu sur l'une de nos histoires? Communiquez avec les relations avec les médias de l'AAFC à l'adresse aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca pour obtenir une entrevue avec l'un de nos experts.
  • Vous avez une idée d'une histoire ou une rétroaction à partager? Communiquez avec nous à l'adresse aafc.agri-info.aac@canada.ca!
  • Soyez à l’affût. Inscrivez-vous aux Agri-info dès aujourd'hui.
Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :