Sélection de la langue

Recherche

Choisir le bon plan(t) pour lutter contre les ravageurs communs dans votre jardin

11 juin 2020

De nombreuses recherches d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) soutiennent les agriculteurs et les transformateurs de produits alimentaires qui nourrissent les Canadiens. Puisqu'un nombre accru de Canadiens se concentrent sur leur jardin dans le cadre des mesures de distanciation sociale durant la période de la COVID‑19, nous vous transmettons une série de conseils de jardinage fondés sur nos recherches. Jetez-y un coup d'œil à la première série de conseils au sujet de la préparation du sol.

Une fois que vous avez préparé le sol de votre jardin, c'est le temps de planter. Nos chercheurs s'entendent — planter en gardant à l'esprit dès le début la gestion des ravageurs vous évitera des problèmes plus tard durant la saison. Mieux vaut prévenir que guérir : un minimum de prévention vous procurera un maximum de fruits et de légumes frais!

Lutter contre le mildiou dans les cultures de tomates et de pommes de terre

Le mildiou est une forme de pourriture humide qui s'attaque aux plants de tomates et de pommes de terre. Le nom scientifique de l'agent pathogène en cause, Phytophthora infestans, signifie « destructeur de plantes ». Cet agent pathogène a été le principal responsable de la famine causée par la maladie de la pomme de terre en Irlande dans les années 1840. Il cause des dommages aux plantes et produit une récolte de fruits et légumes à chair morte, à saveur atypique et à texture granuleuse qui sont essentiellement immangeables.

La maladie se répand par des spores qui peuvent être transportées par le vent ou être plaquées sur les plantes par l'eau de pluie, ruinant des acres de cultures en quelques semaines. Elle est particulièrement dommageable pour le secteur de la pomme de terre au Canada.

« Le meilleur moyen d'éviter une déception au moment de la récolte, c'est d'utiliser des semences ou des plants de tomate résistants au mildiou », recommande Dr Rick Peters. On peut s'en procurer dans des centres de semences et de jardinage.

Vous récolterez une abondance de tomates mûres et saines en septembre et vous aurez fait votre part pour réduire le déplacement dans l'air des spores responsables du mildiou de votre potager à celui de votre voisin, en plus d'aider les agriculteurs du Canada à se tenir à bonne distance du mildiou!

Lutter contre la pourriture sur les fraises

Les fraises sont l'un des régals de l'été. Mais elles sont aussi souvent victimes de la pourriture grise, causée par un champignon formant un duvet sur les fraises une fois qu'elles sont cueillies. Cette pourriture trouve toutefois son origine dans votre plate-bande.

Feuille de plastique disposée sur les rangées de plants de fraises et paillis entre les rangées.

D'après les recherches effectuées au Centre de recherche et de développement de Saint-Jean-sur-Richelieu, vous pouvez réduire au minimum la pourriture grise et tirer le meilleur parti de votre récolte en adoptant un plan simple au moment de la plantation. Vous aurez besoin de feuilles de plastique, de minitunnels et de paillis provenant d'un centre de jardinage local. Déposez les feuilles de plastique sur les rangs de votre jardin et découpez un « X » ou un cercle dans le plastique pour chaque plant de fraise. Ensuite, déposez du paillis, et non de la paille, entre les rangs. La paille peut créer un milieu très favorable à la pourriture dans les climats humides. Enfin, installez votre minitunnel de plastique sur votre parcelle.

Cette pratique limitera l'exposition des fraises à la pourriture grise et augmentera leur durée de conservation au réfrigérateur. En prime, les fraises mûriront plus vite, deviendront plus grosses et plus lustrées et contiendront plus d'antioxydants et de polyphénols (des composés souvent considérés comme possédant des propriétés anticancéreuses).

Connaissances autochtones sur l'élimination des mauvaises herbes

Dans la première partie de la présente série, nous avons parlé du trio de plantes autochtone appelé « les Trois Sœurs » et de la façon dont la plantation de maïs, de courge et de haricot ensemble aide à créer et à garder un sol en santé. Selon Dr Sébastien Villeneuve, « ce même système de plantation aide également à lutter contre les mauvaises herbes ».

La courge est une plante basse qui pousse près du sol. Elle crée un ombrage au sol, ce qui offre deux avantages pour votre jardin : la terre ombragée perd moins d'eau, et les graines de mauvaises herbes ne germent pas si elles n'ont pas accès à la lumière.

Placez toujours des plantes feuillues basses au pied des plantes qui deviendront plus grandes, ce qui réduira le temps de désherbage et augmentera le temps consacré à la détente.

Combattre les scarabées avec des phéromones

Scarabées japonais sur le feuillage.

Saviez-vous que sur toutes les formes de vie connues sur Terre, une sur cinq est un scarabée? Il y a fort à parier que vous en croiserez quelques-uns dans votre potager. Nombre d'entre eux sont des alliés utiles dans le jardin : ils recyclent les nutriments du sol, aident au compostage et mangent les insectes nuisibles, comme les pucerons, et les limaces. Mais d'autres sont des ennemis du jardin qui se nourrissent de plantes et de cultures, ruinant les récoltes.

Si vous vivez dans l'est ou le centre du Canada, vous livrez peut-être bataille aux scarabées japonais. Facilement reconnaissable à sa tête vert métallique, à ses ailes de couleur cuivre métallique et à ses six touffes de poils blancs de chaque côté de l'abdomen, cette espèce envahissante décharne le feuillage des rosiers, des bleuets et de nombreux arbres fruitiers. Durant leur phase larvaire, les scarabées grignotent les racines des graminées, des plantes ornementales et des légumes.

« Les pièges à phéromones sont une stratégie efficace pour lutter contre les scarabées », dit Dr Julia Mlynarek. Offerts dans les centres de jardinage, ces pièges devraient être placés loin de vos plantes, parce que leur odeur séduisante attirera de nombreux scarabées. Videz et nettoyez les pièges régulièrement (jusqu'à deux fois par jour) afin que de nouveaux scarabées aient de la place pour y entrer et se faire piéger. Si le piège est plein, ils s'éloigneront pour se régaler plutôt du feuillage de vos plantes.

Dans le cadre de ses recherches sur le scarabée japonais, Dr Mlynarek a constaté que le fait de planter des herbes agit aussi comme mesure de dissuasion. « Les plantes herbacées de la famille des carottes, comme l'aneth et la coriandre, attirent des tachinaires (semblables à des mouches domestiques) qui sont un prédateur du scarabée japonais. »

Nous espérons que ces conseils vous aideront à choisir le bon plan(t) pour une saison de jardinage réussie. Pour de plus amples renseignements, reportez-vous à notre infographie pratique de conseils de jardinage et restez à l'affût pour suivre notre prochaine série de conseils de jardinage offerts par des experts d'AAC.

Liens connexes

Plus d'Agri-info

  • Voulez-vous plus d'histoires comme celle-ci? Explorez ce que Agri-info a à vous offrir de plus.
  • Désirez-vous présenter un compte rendu sur l'une de nos histoires? Communiquez avec les relations avec les médias de l'AAFC à l'adresse aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca pour obtenir une entrevue avec l'un de nos experts.
  • Vous avez une idée d'une histoire ou une rétroaction à partager? Communiquez avec nous à l'adresse aafc.agri-info.aac@canada.ca!
  • Soyez à l'affût. Inscrivez-vous aux Agri-info dès aujourd'hui.
Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :