Sélection de la langue

Recherche

Ce que nous avons entendu - Séances d’information à l’intention des Premières Nations - printemps 2017

Ce que nous avons entendu - Séances d’information à l’intention des Premières Nations - printemps 2017 (Version PDF, 1 642Ko)

Travailler en partenariat avec les Premières Nations afin d’appuyer et de faciliter le développement social et économique par l’entremise de l’agriculture et de la sécurité alimentaire est une étape importante vers la réconciliation. Tout en reconnaissant que les Premières Nations ont des réalités, des points de vue et des besoins uniques et diversifiés en ce qui concerne l’agriculture et l’agroalimentaire, il est essentiel que nous favorisions l’établissement de relations et que nous travaillions en partenariat avec les Premières Nations afin d’élaborer des politiques et des programmes qui appuient la croissance inclusive du secteur.

Comme première étape vers le renouvellement de la relation avec les peuples autochtones, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) a tenu deux séances d’information qui réunissaient des dirigeants, des agriculteurs, des gestionnaires des terres et des organismes de développement économique des collectivités des Premières Nations (à l’intérieur et à l’extérieur des réserves), ainsi que d’autres intervenants engagés dans le secteur agricole et agroalimentaire et des représentants du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux et territoriaux.

La première séance d’information a eu lieu dans la Nation crie d’Enoch, en Alberta, le 19 avril 2017; la seconde a eu lieu le 1er juin 2017, près de Montréal, sur le territoire traditionnel de la Nation mohawk de la Confédération iroquoise. En tout, environ 85 personnes de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-PrinceÉdouard et des Territoires du Nord-Ouest ont participé aux séances.

Objectifs

Les objectifs des séances étaient les suivants :

Résultats

Dans l’ensemble, les séances ont permis aux participants de créer des liens, d’apprendre de l’expérience des autres et de discuter de ce qui doit être fait pour tirer parti des débouchés en agriculture dans les collectivités des Premières Nations (voir l’Annexe A pour les faits saillants du sondage mené après les séances).

Les participants ont reconnu qu’il y avait des défis à relever pour les Premières Nations dans le secteur (par exemple, l’accès au capital, la question des terres et le manque des compétences spécialisées), mais ils ont été encouragés par les débouchés uniques et prometteurs en agriculture qui pourraient stimuler le développement économique et social des collectivités autochtones.

Mentionnons entre autres :

Plusieurs participants ont souligné que les séances d’information n’étaient que le début d’un dialogue avec AAC et qu’elles offraient l’occasion d’entamer une relation positive et saine entre AAC et les collectivités des Premières Nations.

À l’issue de ces séances, AAC a élaboré le présent rapport « Ce que nous avons entendu » afin qu’il reflète les principaux messages exprimés par les participants et souligne les thèmes clés qui ont émergé.

La description de cette image suit

Description de l'image ci-dessus
  • Établissement de relations
    • Il est essentiel d'établir et de maintenir des relations avec les collectivités autochtones si l'on veut générer un véritable changement
  • Échange d'information et communication
    • Il est ressorti des séances qu'une prochaine étape clé serait d'améliorer la communication ainsi que la sensibilisation à l'égard des programmes d'AAC, et cela, d'une manière plus ciblée
  • Renforcement des capacités et perfectionnement des compétences
    • Le renforcement des capacités et le perfectionnement des compétences sont des priorités pour soutenir l'agriculture autochtone
  • Coordination et collaboration
    • Les participants ont souligné le besoin d'une meilleure coordination entre les programmes et les services FPT
  • Accès au capital
    • L'accès au capital est un obstacle majeur pour l'entrée dans le secteur de nombreaux membres des Premières Nations
  • Engagement et suivi
    • Il est essentiel de maintenir ses engagements, notamment les mesures concrètes et le dialogue continu entre AAC et les Premières Nations
  • Programmes ciblés et accessibles
    • Les Premières Nations ont exprimé le besoin d'une plus grande accessibilité aux programmes agricoles et aux programmes ciblés pour répondre à leurs besoins particuliers
  • Questions d'accès aux terres
    • Les Premières Nations sont confrontées à divers problèmes concernant les terres, allant de l'accès aux terres agricoles à la prise en charge de baux, en passant par le manque de connaissances ou d'expérience en agriculture et la conversion de droits fonciers issus des traités en terres de réserve

Aperçu de la rencontre

Les Séances d’information à l’intention des Premières Nations étaient structurées en deux parties. La première partie portait sur les débouchés et les défis dans le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, les contributions importantes des Premières Nations au secteur agricole et le paysage agricole dans les collectivités. Les questions proposées aux fins de discussions étaient les suivantes :

La deuxième partie portait sur les programmes et les services agricoles offerts aux collectivités et aux producteurs des Premières Nations, ainsi que sur la façon dont ils pourraient être adaptés sur mesure afin qu’ils soient plus accessibles et/ou répondent mieux aux besoins des peuples autochtones, notamment grâce au Partenariat canadien pour l’agriculture et à la politique intitulée Une politique alimentaire pour le Canada. Cette partie de la séance comprenait aussi une discussion axée sur l’avenir concernant les possibilités d’engagement continu auprès des Premières Nations et les prochaines étapes. Les questions proposées aux fins de discussions étaient les suivantes :

Thèmes de discussion

Un certain nombre de thèmes ont émergé des séances de sensibilisation; ils sont décrits en détail ci-dessous (une infographie des thèmes est se trouve dans l’Annexe A – Faits saillants du sondage mené après les séances). Les thèmes communs aux séances dans l’Est et dans l’Ouest sont : l’établissement de relations, l’échange d’information et la communication, le renforcement des capacités et le perfectionnement des compétences, la coordination et la collaboration, l’engagement et le suivi, ainsi que les programmes ciblés et accessibles. En outre, les participants à la séance de l’Ouest ont mentionné l’accès au capital comme une question importante, tandis que les questions d’accès aux terres étaient plus présentes dans la séance de l’Est.

Établissement de relations

Établir et maintenir des relations avec les communautés autochtones est essentiel pour entraîner un réel changement. Afin d’assurer un changement réel et de meilleurs résultats pour les Premières Nations, les participants demandent expressément à AAC et aux gouvernements provinciaux et territoriaux d’établir et de maintenir de bonnes relations de travail avec les membres et les collectivités des Premières Nations. À plusieurs reprises, les participants ont exprimé la nécessité de considérer la prestation de services de vulgarisation agricole (par exemple, du mentorat) pour offrir une continuité et un soutien tout au long du cycle de vie d’un projet. Il a été recommandé qu’AAC confie à un groupe d’employés la tâche d’établir des liens communautaires avec les Premières Nations, ainsi que d’expliquer et de promouvoir les programmes d’AAC dans chaque région.

Les participants ont aussi soulevé la question de l’agriculture dans le contexte des droits ancestraux et des droits issus de traités. Les détails de la façon dont AAC et les Premières Nations s’engageront dans une relation à long terme de nation à nation fondée sur la reconnaissance des droits, du respect, de la coopération et du partenariat doivent être étudiés de manière plus approfondie.

Échange d’information et communication

De nombreux participants des Premières Nations n’étaient pas au courant de toute la gamme des programmes et des services offerts dans le secteur agricole. Il est ressorti des séances qu’une prochaine étape clé serait d’améliorer la communication avec les collectivités des Premières Nations ainsi que la sensibilisation à l’égard des programmes d’AAC, et cela, d’une manière plus ciblée. Parmi les suggestions, mentionnons :

Étant donné la connectivité Internet limitée dans de nombreuses communautés autochtones, on mentionne que d’envoyer des liens vers le site Web d’AAC pour obtenir de l’information sur les programmes et services n’est pas suffisant et doit être appuyé par d’autres moyens de communication traditionnels.

Renforcement des capacités et perfectionnement des compétences

Les collectivités des Premières Nations sont diversifiées et présentent différents niveaux de capacité. Certaines communautés se préparent à l’exportation, tandis que d’autres explorent la possibilité de fonder une entreprise d’exploitation agricole ou une agroentreprise. En plus des agriculteurs et des producteurs, on fait remarquer qu’il faut renforcer les capacités des organisations autochtones qui soutiennent le secteur (par exemple, l’Assemblée des Premières Nations, le Indian Agricultural Program of Ontario, la National Indigenous Agricultural Association).

Il est essentiel de veiller à ce que les collectivités des Premières Nations possèdent les études et acquièrent les connaissances agricoles, les compétences en affaires et la technologie qui leur permettront d’accroître leur participation à l’économie agricole. On souligne que le mentorat est un moyen essentiel pour renforcer les capacités, car il favorise le maintien des connaissances et des compétences parmi les membres des Premières nations. En tant que segment de la population jeune et en pleine croissance, les jeunes des Premières Nations représentent un bassin de maind’oeuvre sous-utilisé. On mentionne que l’objectif devrait être de faciliter l’accès des jeunes au large éventail d’emplois dans l’ensemble du secteur (par exemple, agriculteurs, transformateurs d’aliments, agronomes, entrepreneurs).

Coordination et collaboration

Un autre thème qui est ressorti des séances de sensibilisation est qu’il faut assurer une meilleure coordination entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux (FPT) au chapitre de l’agriculture autochtone. En harmonisant les objectifs et les ressources, il sera plus facile pour les producteurs et les transformateurs agricoles d’avoir accès à de l’aide appropriée et d’obtenir un soutien amélioré là où il est le plus nécessaire.

La création de partenariats entre les gouvernements, les collectivités autochtones, l’industrie et les établissements d’enseignement et de formation était au nombre des recommandations visant à favoriser un secteur agricole durable, qui respecte le savoir traditionnel des Premières Nations, leurs valeurs et leurs principes.

Engagement et suivi

Le manque de continuité dans les politiques et les programmes du gouvernement fédéral suscite le cynisme chez les Premières Nations, y compris dans le domaine de l’agriculture. Il faut respecter ses engagements afin de renforcer la relation et de faire les changements qui s’imposent pour accroître la participation des Premières Nations dans le secteur de l’agriculture. La poursuite du dialogue entre AAC et les Premières Nations est essentielle si l’on veut créer des partenariats qui mènent à des actions concrètes et produisent des résultats.

Programmes ciblés et accessibles

De nombreux participants ont demandé plus de souplesse dans les programmes existants ou des programmes mieux adaptés aux besoins précis des Premières Nations. Bien qu’il existe des entreprises à grande échelle, elles sont nombreuses à ne pas savoir par où commencer ou à savoir si la petite entreprise familiale est prête à se lancer dans la production commerciale. Les participants ont exprimé le besoin de services de vulgarisation et de mentorat, y compris un soutien allant de la phase initiale de démarrage à une assistance pour les études de faisabilité, en passant par la cartographie du système d’information géographique et les recommandations en matière d’utilisation des terres.

Les frais élevés exigés dans le processus de présentation d’une demande découragent souvent les demandeurs autochtones potentiels. Parmi les améliorations soulevées, mentionnons les suivantes : simplifier le processus de demande, diminuer le délai de traitement, revoir le partage des coûts et les exigences de financement, et revoir la possibilité de désigner des personnes ou des organisations autochtones à titre de demandeurs admissibles. Les participants ont signalé que les critères du programme devraient aussi prendre en compte les projets qui ont le potentiel d’améliorer les résultats sociaux (par exemple, la santé, la sécurité alimentaire).

Accès au capital

Le principal obstacle mentionné par de nombreux participants était la difficulté d’obtenir du financement pour démarrer ou développer une exploitation agricole ou une agroentreprise, en particulier pour les membres des Premières nations qui vivent dans des réserves. Comme les terres de réserves des Premières Nations appartiennent à l’État et que les biens dans les réserves sont des propriétés collectives, ceux-ci ne peuvent pas servir de garantie pour obtenir un prêt auprès d’une institution financière. Les programmes et les mécanismes de soutien visant à surmonter cet obstacle (par exemple, le manque en capitaux propres) doivent être pris en considération afin de mieux aider les membres des Premières Nations qui souhaitent démarrer une entreprise agricole.

Questions d’accès aux terres

L’accès aux terres varie d’une région à l’autre. Bon nombre de réserves des Premières Nations sont petites, particulièrement dans l’Est. Le manque d’accès aux terres de la Couronne a été désigné comme étant un obstacle au développement agricole. Certains participants se sont dits préoccupés par le fait que des terres de la Couronne ont été vendues au secteur privé pour la conduite d’activités agricoles sans que les Premières Nations aient eu la possibilité d’acheter ces terres. Certaines collectivités ont expliqué qu’elles possédaient des terres propices à l’agriculture, mais qu’elles ne savaient pas quoi en faire, ou qu’elles souhaitaient s’assurer qu’elles seraient louées à un prix équitable.

Pour les Premières Nations qui ont des accords sur les droits fonciers issus de traités (principalement dans les Prairies), la conversion de ces terres en terres de réserves est un processus lent et long. Celles dont le territoire agricole n’est pas suffisamment important l’exploiteront probablement à plus petite échelle, et se concentreront plus sur le développement social que sur le développement économique. Il a été proposé d’établir des partenariats avec des organisations telles que les associations nationales des gestionnaires des terres autochtones, qui offrent de la formation et renforcent les capacités en matière de gestion des terres autochtones. La nécessité de consulter les collectivités locales et de reconnaître les droits ancestraux de récolte et de pêche a aussi été relevée.

Prochaines étapes

Dans le contexte de l’engagement pris par AAC d’améliorer l’échange et le suivi de l’information, vous trouverez ci-dessous une mise à jour des principales priorités que le Ministère poursuivra dans les mois à venir : le Partenariat canadien pour l’agriculture, l’élaboration de la politique intitulée Une politique alimentaire pour le Canada, et la poursuite du dialogue et de l’établissement de relations avec les collectivités autochtones.

Lancement du Partenariat canadien pour l’agriculture

Le Partenariat canadien pour l’agriculture est entré en vigueur le 1er avril 2018. Le Partenariat constitue un investissement quinquennal (2018-2023) de 3 milliards de dollars des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Il renforcera le secteur canadien de l’agriculture, de l’agroalimentaire et des produits agroindustriels, assurant ainsi le maintien de l’innovation, de la croissance et de la prospérité.

Le Partenariat prévoit des programmes et des services simplifiés qui seront plus facilement accessibles, de même que des améliorations aux programmes qui aideront les agriculteurs à gérer les risques pour la viabilité de leur exploitation. De plus, il comprend des programmes fédéraux et des activités qui contribueront à :

Six programmes fédéraux appuieront ces priorités : Agri-marketing, Agri-compétitivité, Agriscience, Agri-innover, Agri-diversité et Agri-assurance. De plus, les producteurs continueront d’avoir accès à une gamme bien établie de programmes de gestion des risques de l’entreprise. Le Ministère examine actuellement sa série de programmes fédéraux pour s’assurer qu’ils sont accessibles aux peuples autochtones et aux autres groupes sous représentés.

Les gouvernements FPT ont entamé des discussions bilatérales sur la conception des programmes provinciaux et territoriaux à frais partagés que les provinces et les territoires offriront pour la durée du Partenariat. Dans le cadre de ce processus, AAC continuera de travailler avec les provinces et les territoires en vue de cerner les domaines de collaboration au chapitre des initiatives agricoles ciblant les groupes sous-représentés (par exemple, les peuples autochtones, les collectivités du Nord, etc.) et de s’assurer que les programmes prévus par le Partenariat sont accessibles.

Élaboration d’Une politique alimentaire pour le Canada

En mai 2017, le gouvernement du Canada a annoncé le lancement de consultations visant à soutenir l’élaboration d’Une politique alimentaire pour le Canada. Divers mécanismes de consultation ont été utilisés pour recueillir les opinions de divers groupes de Canadiens et d’intervenants de partout au pays, notamment un sondage en ligne, qui a reçu près de 45 000 réponses, le Sommet sur l’alimentation tenu à Ottawa et six séances de mobilisation régionales, dont une dans les Territoires du Nord-Ouest. De nombreuses organisations autochtones nationales et régionales ont été invitées à participer au sommet et aux séances régionales. De plus, les députés ont tenu 29 assemblées publiques, et le Réseau pour une alimentation durable a animé 28 discussions communautaires un peu partout au pays.

Afin de reconnaître le point de vue essentiel des Premières Nations dans la création d’une politique alimentaire, qui englobera l’ensemble du système alimentaire, AAC a mené une vaste campagne de mobilisation pour assurer la représentation autochtone dans différentes tribunes. AAC a également appuyé la mobilisation volontaire de l’Inuit Tapiriit Kanatami, de l’Assemblée des Premières Nations et de l’Association des femmes autochtones du Canada, qui fournissent des commentaires précieux visant à éclairer la politique. AAC continuera de communiquer et de collaborer avec les autres ministères fédéraux, les Premières Nations et d’autres intervenants, au fur et à mesure de l’élaboration de la politique et de sa mise en oeuvre, afin de savoir comment la politique alimentaire pourrait mieux assurer le bien être social et économique des collectivités autochtones et de l’ensemble des Canadiens.

Dialogue continu et renforcement des relations avec les collectivités autochtones

AAC s’est engagé à favoriser l’établissement de relations significatives avec les Premières Nations. Le bilan des séances d’information est positif; ces séances ont offert une excellente occasion de faire connaître les programmes, de créer des liens et un réseau, ainsi que d’échanger des points de vue et des commentaires. Nous savons qu’il ne s’agit là que d’une première étape. Nous explorerons des mécanismes afin d’assurer une collaboration continue avec les peuples autochtones.

Nous vous invitons à communiquer avec nous si vous avez des questions ou des suggestions au sujet de nos politiques et programmes, et nous sommes heureux de constater votre contribution et de recevoir vos commentaires sur la façon dont AAC pourrait mieux soutenir le développement agricole des Premières Nations. Nous sommes impatients de poursuivre la discussion, le dialogue et la collaboration pour la suite des choses.

Annexe A – Faits saillants du sondage mené après les séances

89% des participants approuvent le déroulement des séances.

80% des participants étaient des professionnels (ex. gestionnaires des terres, agriculteurs et organisations de développement économique).

88% des participants considèrent avoir eu l’occasion de s’exprimer et de faire valoir leur point de vue.

78% des participants se sont identifiés comme membre des Premières Nations et 54 % habitent dans une réserve.

56% des participants ont reconnu avoir une meilleure compréhension des programmes d’AAC.

44% des participants ont mentionné avoir accédé aux programmes et services d’AAC.

Pour nous joindre

Téléphone/télécopieur

Téléphone : 1-866-367-8506
ATS : 613-773-2600
Télécopieur : 1-877-949-4885

Adresse postale

Explorateur pour les Autochtones
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1341, chemin Baseline
Tour 7, 6e étage
Ottawa (Ontario) K1A 0C5

Courriel
aafc.indigenouspathfinder-explorateurautochtone.aac@canada.ca
Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :