Sélection de la langue

Recherche

Canada : perspectives des principales grandes cultures, 2020-03-19

Canada : perspectives des principales grandes cultures (Version PDF, 551 Ko)

Données historiques

Le présent rapport présente une mise à jour du rapport publié en février par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) concernant les perspectives pour la campagne agricole de 2019 2020 et fournit à AAC un aperçu préliminaire de la campagne agricole 2020 2021. Le présent rapport intègre les renseignements récents provenant du département de l’Agriculture des États Unis (USDA) concernant les World Agriculture Supply and Demand Estimates (WASDE) et de la conférence sur les perspectives de l’USDA.

Pour 2019-2020, les exportations totales devraient représenter près de 55 % de la production totale et atteindre environ 50 millions de tonnes (Mt), dont 87 % de céréales et d’oléagineux et 13 % de légumineuses et de cultures spéciales. Les exportations totales sont inférieures d’environ 5 % à celles de la campagne 2018-2019, car la baisse des exportations de blé, de maïs et d’oléagineux l’emporte sur l’augmentation des exportations de pois et, dans une moindre mesure, de lentilles. L’utilisation intérieure totale devrait s’établir à environ 46,5 Mt, soit environ 50 % de la production, dont 97 % en céréales et oléagineux et 3 % en légumineuses et cultures spéciales. Le total des stocks de fin de campagne devrait atteindre 14,8 Mt, chiffre légèrement inférieur à celui de l’an dernier, mais identique à la moyenne sur 10 ans. Globalement, les prix mondiaux des céréales devraient continuer de subir une pression à la baisse du fait de l’offre abondante en céréales à l’échelle mondiale. Les marchés mondiaux et canadiens des céréales devraient être touchés par la COVID-19, mais le plein effet ne sera pas connu avant un certain temps.

Pour 2020-2021, les considérations liées à la rotation des cultures, les conditions d’humidité, les prix attendus, les coûts des intrants et les débouchés devraient jouer un rôle crucial dans les décisions réelles d’ensemencement prises au printemps. Toutefois, compte tenu des conditions actuelles du marché et des tendances historiques, la superficie ensemencée pour les grandes cultures au Canada devrait augmenter de façon marginale comparativement à 2019-2020. La superficie ensemencée en blé et en céréales secondaires devrait augmenter légèrement alors qu’il y a une baisse de la superficie ensemencée en oléagineux. En général, les rendements moyens devraient augmenter par rapport à 2019-2020 parce que les rendements ont été réduits l’an dernier par des conditions d’humidité excessive dans certaines régions. La production de céréales et oléagineux et de légumineuses et cultures spéciales devrait augmenter légèrement de sorte que la production totale venant des grandes cultures devrait s’accroître de 2 % et passer à 95,3 Mt. En général, des approvisionnements abondants en grains à l’échelle internationale devraient exercer des pressions sur les prix mondiaux des céréales, mais le prix des céréales au Canada continuera d’être soutenu par la faible valeur du dollar canadien.

Total des céréales et oléagineux : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 27,820 27,568 27,731
Superficie récoltée (kha) 26,861 26,094 26,469
Rendement (t/ha) 3,22 3,30 3,32
Production (kt) 86,584 85,997 87,949
Importations (kt) 4,199 2,442 2,602
Offre totale (kt) 105,363 102,361 104,221
Exportations (kt) 46,840 43,620 45,840
Utilisation intérieure totale (kt) 44,601 45,071 43,716
Stocks de fin de campagne (kt) 13,922 13,670 14,665
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des légumineuses et cultures spéciales : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 3,652 3,892 3,856
Superficie récoltée (kha) 3,576 3,783 3,774
Rendement (t/ha) 1,88 1,93 1,96
Production (kt) 6,714 7,317 7,380
Importations (kt) 293 322 278
Offre totale (kt) 8,734 8,949 8,823
Exportations (kt) 6,097 6,381 6,076
Utilisation intérieure totale (kt) 1,327 1,403 1,447
Stocks de fin de campagne (kt) 1,310 1,165 1,300
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Ensemble des principales grandes cultures : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 31,472 31,460 31,587
Superficie récoltée (kha) 30,437 29,877 30,243
Rendement (t/ha) 3,07 3,12 3,15
Production (kt) 93,298 93,314 95,329
Importations (kt) 4,492 2,764 2,880
Offre totale (kt) 114,097 111,309 113,044
Exportations (kt) 52,937 50,001 51,916
Utilisation intérieure totale (kt) 45,928 46,473 45,163
Stocks de fin de campagne (kt) 15,232 14,835 15,965
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Blé

Blé dur

Pour 2019-2020, la production canadienne de blé dur a diminué de 13 % par rapport à 2018-2019 pour s’établir à 4,98 millions de tonnes (Mt). Environ 3 % de la superficie de blé dur n’avait pas encore été récoltée au début de l’hiver, selon les rapports provinciaux sur les cultures. Le blé dur qui sera récolté durant l’hiver et le printemps devrait être de faible qualité, et une partie de la production pourrait ne pas être récoltée.

L’offre totale a diminué de 5 %, car la faible production a été partiellement compensée par l’augmentation des stocks de début de campagne. Les exportations devraient augmenter de 6 % pour atteindre 4,8 Mt en raison d’une demande plus forte découlant d’une diminution de la production mondiale. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer de 50 % par rapport à 2018-2019 pour s’établir à 0,9 Mt, soit une diminution de 37 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années (1,43 Mt).

La qualité moyenne du blé dur récolté avant l’hiver du point de vue des grades est moins bonne que celle des cultures de 2018-2019, dont la qualité était exceptionnellement bonne, mais elle se rapproche de la moyenne quinquennale. Selon l’analyse des échantillons réalisée jusqu’au 29 janvier 2020 par la Commission canadienne des grains, 49 % du blé dur était classé dans les grades nos 1 et 2, et 41 %, dans les grades nos 3 et 4. La teneur en protéines moyenne était de 13,7 %, taux inférieur à celui de 2018-2019, mais supérieur à la moyenne des cinq dernières années.

Selon le Conseil international des céréales (CIC), la production mondiale de blé dur a diminué de 3 Mt par rapport à 2018-2019 pour s’établir à 34 Mt, tandis que l’offre a diminué de 2,4 Mt pour atteindre 43,5 Mt. L’utilisation est censée rester stable à 36,4 Mt. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer de 2,4 Mt pour s’établir à 7,2 Mt, soit le plus bas niveau depuis 2012-2013. La production de blé dur américain a diminué de 0,66 Mt par rapport à 2018-2019 pour s’établir à 1,46 Mt, selon le département de l’Agriculture américain (USDA).

On prévoit que le prix moyen à la production du blé dur au Canada augmentera par rapport à celui de 2018-2019, compte tenu de la diminution de l’offre à l’échelle mondiale, au Canada et aux États-Unis.

Pour 2020-2021, la superficie ensemencée en blé dur au Canada devrait augmenter de 15 % comparativement à 2019-2020 en raison des prix relativement bons et des faibles stocks de fin de campagne en 2019-2020. On prévoit que la production augmentera de 19 %, pour atteindre 5,9 Mt, puisqu’à l’augmentation de la superficie ensemencée viennent s’ajouter des rendements tendanciels plus élevés. L’offre devrait être stable puisque la production plus élevée est compensée par les stocks de début de campagne. On s’attend à ce que les exportations soient stables. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter de 11 % et atteindre 1 Mt.

On prévoit une hausse de 1,8 Mt de la production mondiale de blé dur en 2019-2020, qui passera à 35,8 Mt en raison de la plus grande superficie ensemencée et si l’on présume des rendements normaux. On s’attend à ce que l’offre chute de 0,5 Mt pour s’établir à 43 Mt en raison des faibles stocks de début de campagne. L’utilisation devrait demeurer stable à 36,4 Mt, tandis que les stocks de fin de campagne baissent de 0,6 Mt pour passer à 6,6 Mt. La production américaine de blé dur devrait augmenter de 0,25 Mt pour atteindre 1,71 Mt.

Le prix moyen à la production du blé dur au Canada devrait chuter comparativement à 2019-2020 en raison de la production plus élevée à l’échelle internationale, au Canada et aux États-Unis.

Blé (sauf le blé dur)

Pour 2019-2020, la production de blé canadien a augmenté de 3,5 % par rapport à 2018-2019 pour atteindre 27,4 Mt. Environ 7 % de la superficie de blé de printemps de l’Ouest canadien n’avait pas encore été récoltée au début de l’hiver, selon les rapports provinciaux sur les récoltes. Le blé de printemps récolté durant l’hiver et le printemps devrait être de plus faible qualité, et une importante portion pourrait ne pas être récoltée.

Voici la production estimée par classe de blé, avec la production de 2018-2019 entre parenthèses :

La qualité moyenne du CWRS récolté avant l’hiver du point de vue des grades est inférieure à celle de 2018-2019, mais supérieure à la moyenne des cinq dernières années. Selon l’analyse des échantillons réalisée jusqu’au 29 janvier 2020 par la Commission canadienne des grains, 72 % du CWRS était de grade 1 et 2, et 17 %, de grade 3. La teneur en protéines moyenne était de 13,3 %, taux inférieur à celui de 2018-2019 et à la moyenne des cinq dernières années.

L’offre totale n’a chuté que légèrement, car la baisse des stocks de début de campagne a plus que compensé la hausse de production. Les exportations devraient diminuer de 8 % pour s’établir à 18,2 Mt, en raison d’une plus forte concurrence de la part d’autres exportateurs et d’une production plus élevée à l’échelle mondiale. On prévoit que les stocks de fin de campagne augmenteront de 18 % pour se chiffrer à 5 Mt, mais ce chiffre ne sera supérieur à la moyenne des cinq dernières années (4,96 Mt) que de 1 %. Les exportations prévues ont été réduites de 0,2 Mt comparativement à février en raison du rythme des exportations pour les sept premiers mois de la campagne agricole.

Selon l’USDA, la production mondiale de tous les types de blé (y compris le blé dur) a augmenté de 33 Mt pour s’établir à 764 Mt, alors que l’offre s’est accrue de 27 Mt pour atteindre 1 042 Mt. L’utilisation totale devrait augmenter de 18 Mt pour s’établir à 755 Mt. On prévoit que les stocks de fin de campagne de tous les types de blé à l’échelle mondiale augmenteront de 10 Mt pour s’établir à 287 Mt. Si les stocks de la Chine ne sont pas inclus, ils augmenteront de 1 Mt pour atteindre 139 Mt. Les stocks de blé chinois sont rarement exportés.

La production américaine de tous les types de blé devrait augmenter de 1 Mt par rapport à 2018-2019 pour s’établir à 52,3 Mt, selon l’USDA. L’offre est inférieure de 0,4 Mt et s’établit à 84,5 Mt. L’utilisation intérieure et les exportations devraient dans les deux cas augmenter de 1,7 Mt. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer de 3,8 Mt pour s’établir à 25,6 Mt.

On prévoit que les prix moyens à la production du blé au Canada pour la campagne agricole connaîtront une baisse par rapport à 2018-2019 en raison de l’augmentation de l’offre à l’échelle mondiale.

En 2020-2021, on prévoit que la superficie ensemencée en blé sera quasiment la même qu’en 2019-2020, puisqu’une augmentation de 17 % de la superficie ensemencée en blé d’hiver devrait être compensée par une diminution de 1 % de la superficie ensemencée en blé de printemps. On prévoit que la production augmentera de 2 % pour atteindre 28 Mt. La production de blé d’hiver devrait augmenter de 60 % pour atteindre 2,7 Mt en raison de la plus grande superficie ensemencée et en présumant un retour à la normale du taux d’abandon. On s’attend à ce que la production de blé de printemps baisse de 1 % pour s’établir à 25,3 Mt.

L’offre devrait augmenter de 4 % en raison des stocks de début de campagne plus élevés, et les exportations, de 5 %. Les stocks de fin de campagne devraient connaître une hausse de 16 % pour atteindre 5,8 Mt.

La production totale de blé à l’échelle internationale devrait chuter de 4 Mt comparativement à 2019-2020 pour s’établir à 760 Mt; on s’attend par ailleurs à ce que l’offre augmente de 5 Mt en raison des stocks de début de campagne plus abondants. L’utilisation totale devrait augmenter de 8 Mt pour atteindre 763 Mt. Les stocks de fin de campagne devraient chuter de 3 Mt pour s’établir à 284 Mt. Abstraction faite de la Chine, on s’attend à ce que les stocks de fin de campagne diminuent de 5 Mt pour se situer à 134 Mt.

La production totale de blé américain devrait chuter de 2,3 Mt comparativement à 2019-2020 pour s’établir à 50 Mt, selon les perspectives relatives aux céréales et aux oléagineux de l’USDA. Les importations devraient augmenter de 0,9 Mt. On prévoit que l’offre de tous les types de blé diminuera de 5,1 Mt pour s’établir à 79,4 Mt. Les exportations devraient être stables, tandis que l’utilisation intérieure diminuera de 0,7 Mt. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer de 4,4 Mt pour se situer à 21,2 Mt. L’USDA prévoit un prix à la ferme moyen pour tous les types de blé de 4,90 $ US le boisseau, en hausse de 8 % par rapport à 4,55 $ US le boisseau pour 2019-2020.

On prévoit qu’au Canada, les prix moyens à la production du blé pour la campagne agricole augmenteront comparativement à 2019-2020 en raison de l’offre et de stocks de fin de campagne inférieurs aux États-Unis.

Blé dur [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 503 1 980 2 280
Superficie récoltée (kha) 2 456 1 902 2 235
Rendement (t/ha) 2,34 2,62 2,64
Production (kt) 5 745 4 977 5 900
Importations (kt) [b] 24 80 40
Offre totale (kt) 7 245 6 849 6 840
Exportations (kt) [c] 4 526 4 800 4 800
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 204 210 210
Provendes, déchets et criblures (kt) 532 720 611
Utilisation intérieure totale (kt) 927 1 149 1 040
Stocks de fin de campagne (kt) 1 792 900 1 000
Prix moyen ($/t) 235 255-275 240-270
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian
  • Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : Blé (n°1 roux de printemps de l'Ouest canadien (CWRS), 13 5 % de protéines) et le blé dur (CWAD n°1, la protéine de 13 %), les deux prix correspondent aux prix moyens en espèces des producteurs de la Saskatchewan; orge (fourragère n°1 comptant à la ICE Futures Canada, en entrepôt à Lethbridge); maïs (EC n°2 comptant en entrepôt à Chatham); avoine (US lourde n°2 prochaine échéance au CBOT); seigle (OC n°1, en entrepôt à Saskatoon); canola (Can n°1 comptant à la ICE Futures Canada,
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Blé (à l'exception du blé dur)

Pour 2019-2020, la production de blé canadien a augmenté de 3,5 % par rapport à 2018-2019 pour atteindre 27,4 Mt. Environ 7 % de la superficie de blé de printemps de l’Ouest canadien n’avait pas encore été récoltée au début de l’hiver, selon les rapports provinciaux sur les récoltes. Le blé de printemps récolté durant l’hiver et le printemps devrait être de plus faible qualité, et une importante portion pourrait ne pas être récoltée.

Voici la production estimée par classe de blé, avec la production de 2018-2019 entre parenthèses :

La qualité moyenne du RPOC récolté avant l’hiver du point de vue des grades est inférieure à celle de 2018-2019, mais supérieure à la moyenne des cinq dernières années. Selon l’analyse des échantillons réalisée jusqu’au 29 janvier 2020 par la Commission canadienne des grains, 72 % du RPOC était de grade 1 et 2, et 17 %, de grade 3. La teneur en protéines moyenne était de 13,3 %, taux inférieur à celui de 2018-2019 et à la moyenne des cinq dernières années.

L’offre totale n’a chuté que légèrement, car la baisse des stocks en début de campagne a plus que compensé la hausse de production. Les exportations devraient diminuer de 7 % pour s’établir à 18,4 Mt, en raison d’une plus forte concurrence de la part d’autres exportateurs et d’une production plus élevée à l’échelle mondiale. On prévoit que les stocks de fin de campagne augmenteront de 18 % pour se chiffrer à 5 Mt, mais ce chiffre ne sera supérieur à la moyenne des cinq dernières années (4,96 Mt) que de 1 %. Les exportations prévues ont été réduites de 0,2 Mt comparativement à janvier en raison du rythme des exportations pour les six premiers mois de la campagne agricole. Le présent rapport intègre les données du rapport sur les stocks du 31 décembre 2018 et les révisions connexes pour 2018-2019 de Statistique Canada.

Selon l’USDA, la production mondiale de tous les types de blé (y compris le blé dur) a augmenté de 33 Mt pour s’établir à 764 Mt, alors que l’offre s’est accrue de 28 Mt pour atteindre 1 042 Mt. L’utilisation totale devrait augmenter de 18 Mt pour s’établir à 754 Mt. On prévoit que les stocks de fin de campagne de tous les types de blé à l’échelle mondiale augmenteront de 10 Mt pour s’établir à 288 Mt. Si les stocks de la Chine ne sont pas inclus, ils augmenteront de 2 Mt pour atteindre 140 Mt. Les stocks de blé chinois sont rarement exportés.

La production américaine de tous les types de blé devrait augmenter de 1 Mt par rapport à 2018-2019 pour s’établir à 52,3 Mt, selon l’USDA. L’offre est inférieure de 0,4 Mt et s’établit à 84,5 Mt. L’utilisation intérieure devrait augmenter de 1,7 Mt, tandis que les exportations s’accroîtront de 1 Mt. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer de 3,1 Mt pour s’établir à 26,3 Mt.

On prévoit que les prix moyens à la production du blé au Canada pour la campagne agricole connaîtront une baisse par rapport à 2018-2019 en raison de l’augmentation de l’offre à l’échelle mondiale.

En 2020-2021, on prévoit que la superficie ensemencée en blé sera quasiment la même qu’en 2019-2020, puisqu’une augmentation de 17 % de la superficie ensemencée en blé d’hiver devrait être compensée par une diminution de 1 % de la superficie ensemencée en blé de printemps. On prévoit que la production augmentera de 2 % pour atteindre 28 Mt. On prévoit que la production de blé d’hiver augmentera de 60 % pour atteindre 2,7 Mt en raison de la plus grande superficie ensemencée et en présumant un retour à la normale du taux d’abandon. On s’attend à ce que la production de blé de printemps chute de 1 % pour atteindre 25,3 Mt.

L’offre devrait augmenter de 4 % en raison des stocks de début de campagne plus élevés, et les exportations, de 5 % en raison d’une production inférieure à l’échelle internationale. Les stocks de fin de campagne devraient connaître une hausse de 14 % pour atteindre 5,7 Mt.

La production totale de blé à l’échelle internationale devrait chuter de 9 Mt comparativement à 2019-2020 pour atteindre 755 Mt si l’on présume des rendements normaux, tandis qu’on s’attend à ce que l’offre demeure stable en raison des stocks de début de campagne plus abondants. L’utilisation totale devrait augmenter de 7 Mt pour atteindre 761 Mt. Les stocks de fin de campagne devraient chuter de 6 Mt pour s’établir à 282 Mt. Abstraction faite de la Chine, on s’attend à ce que les stocks de fin de campagne diminuent de 7 Mt pour se situer à 133 Mt.

La production totale de blé américain devrait chuter de 1,8 Mt comparativement à 2019-2020 pour atteindre 50,5 Mt. Le 10 janvier, l’USDA a signalé que la superficie ensemencée en blé d’hiver pour 2020 est estimée à 30,8 millions d’acres, 1 % de moins qu’en 2019. Le blé d’hiver compte habituellement pour près de 70 % de la zone productrice de blé aux États-Unis. Les importations devraient augmenter de 0,4 Mt. On prévoit que l’offre diminuera de 5,2 Mt pour atteindre 79,3 Mt. Les exportations devraient chuter de 1,5, et la consommation nationale, de 0,6 Mt. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer de 3,1 Mt pour se situer à 22,5 Mt.

On prévoit que les prix moyens à la production du blé pour la campagne agricole augmenteront comparativement à 2019-2020 en raison de l’offre et de stocks de fin de campagne inférieurs aux États-Unis et de stocks de fin de campagne inférieurs à l’échelle internationale, sauf en Chine.

Blé (sauf le blé dur) [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 7 570 8 145 8 150
Superficie récoltée (kha) 7 425 7 754 7 920
Rendement (t/ha) 3,56 3,53 3,54
Production (kt) 26 456 27 371 28 000
Importations (kt) [b] 95 100 100
Offre totale (kt) 31 807 31 718 33 100
Exportations (kt) [c] 19 762 18 200 19 200
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 3 294 3 350 3 380
Provendes, déchets et criblures (kt) 3 669 4 333 3 883
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 7 797 8 518 8 100
Stocks de fin de campagne (kt) 4 247 5 000 5 800
Prix moyen ($/t) [g] 245 215-235 220-250
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : blé roux de printemps de l'Ouest canadien (RPOC) n°1 (13 5 % de protéine) et blé dur ambré de l'Ouest canadien (DAOC) n°1 (13 %) , les deux sont en moyenne les prix au comptant de la Saskatchewan et de producteurs ne sont pas comparables à la CCB rendements du prix final au producteur pour les années précédentes;
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Tous blés [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 10 073 10 125 10 430
Superficie récoltée (kha) 9 881 9 656 10 155
Rendement (t/ha) 3,26 3,35 3,34
Production (kt) 32 201 32 348 33 900
Importations (kt) [b] 119 180 140
Offre totale (kt) 39 052 38 568 39 940
Exportations (kt) [c] 24 288 23 000 24 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 3 498 3 560 3 590
Provendes, déchets et criblures (kt) 4 201 5 053 4 494
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 8 724 9 668 9 140
Stocks de fin de campagne (kt) 6 040 5 900 6 800
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Céréales secondaires

Orge

En 2019-2020, l’offre totale d’orge a augmenté de 17 % par rapport à 2018-2019 en raison de la hausse de la production malgré le creux historique au chapitre des stocks de début de campagne. L’utilisation intérieure devrait augmenter de façon importante en conséquence d’une utilisation fourragère plus forte. Les exportations sont censées augmenter légèrement en raison d’exportations plus élevées de produits d’orge. Les stocks de fin de campagne devraient connaître une hausse marquée par rapport à l’année dernière compte tenu d’une offre plus élevée.

Le prix moyen de l’orge fourragère devrait être inférieur à celui de 2018-2019 en raison d’une offre plus importante au Canada, aux États-Unis et dans le monde.

Aux États-Unis, la production d’orge a augmenté de 12 %, mais l’offre totale n’a augmenté que de 6 % en raison d’une baisse des stocks de début de campagne, selon l’USDA. Les importations devraient augmenter de plus de la moitié du niveau de l’an dernier. On prévoit une hausse de 2 % de l’utilisation totale, et les stocks de fin de campagne devraient augmenter de 12 %. Le prix à la ferme moyen de l’orge aux États-Unis devrait augmenter de 0,03 $ US le boisseau pour passer à 4,65 $ US le boisseau par rapport à l’an dernier.

En 2019-2020, la production et l’offre mondiales d’orge ont augmenté pour atteindre le niveau le plus élevé au cours des deux dernières décennies. La production d’orge a augmenté dans les grands pays exportateurs, y compris l’Union européenne, la Russie, l’Ukraine et l’Australie. On prévoit une hausse des échanges commerciaux dans le monde en raison de l’offre plus importante et des prévisions d’importations accrues par l’Arabie saoudite, la Chine et le Maroc. On s’attend à une augmentation de l’utilisation totale. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter par rapport à 2018-2019.

En 2020-2021, la superficie ensemencée en orge au Canada devrait diminuer en raison de l’augmentation marquée des stocks de début de campagne et de la faiblesse prévue des prix. Les prix de l’orge en 2019-2020 ont diminué par rapport à l’année dernière, mais demeurent bons comparativement aux prix des dernières années, ce qui limitera le déclin de la superficie ensemencée. La production devrait diminuer de 8% par rapport à l'année précédente, sur la base de la moyenne des cinq années précédentes (2015-2016 à 2019-2020) en termes de superficie récoltée et de rendements. L’offre devrait être similaire à celle de 2019-2020. L’utilisation intérieure devrait diminuer légèrement en raison d’une baisse marginale de l’utilisation fourragère. Les exportations devraient être stables. Par conséquent, on s’attend à ce que les stocks de fin de campagne augmentent légèrement par rapport à 2019-2020.

Le prix moyen de l’orge fourragère devrait baisser par rapport à celui de 2019-2020 en raison des stocks accrus au Canada et dans le monde et des prix inférieurs du maïs aux États-Unis.

L’USDA prévoit une diminution de 3 % de la production d’orge aux États-Unis étant donné la moins grande superficie ensemencée et récoltée en orge et les rendements plus bas. Cependant, on prévoit que l’offre augmentera de 4 % en raison de l’augmentation continue des stocks de début de campagne et des importations. L’utilisation totale devrait augmenter de 6 %, tandis que les stocks de fin de campagne devraient rester inchangés. Le prix à la ferme moyen de l’orge aux États-Unis devrait baisser de 0,35 $ US le boisseau pour passer à 4,30 $ US le boisseau par rapport à 2019-2020.

À l’échelle mondiale, le Conseil international des céréales (CIC) prévoit que l’offre, la consommation et les stocks de fin de campagne augmenteront en 2020-2021. On s’attend à ce que cela exerce une pression sur les prix mondiaux de l’orge.

Orge [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 628 2 996 2 900
Superficie récoltée (kha) 2 395 2 728 2 580
Rendement (t/ha) 3,50 3,81 3,69
Production (kt) 8 380 10 383 9 520
Importations (kt) [b] 43 40 40
Offre totale (kt) 9 667 11 285 11 260
Exportations (kt) [c] 3 068 3 150 3 150
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 104 116 116
Provendes, déchets et criblures (kt) 5 375 6 069 5 963
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 5 737 6 435 6 310
Stocks de fin de campagne (kt) 863 1 700 1 800
Prix moyen ($/t) [g] 260 210-240 200-230
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : orge (fourragère n°1 comptant à la ICE Futures Canada, en entrepôt à Lethbridge);
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Maïs

En 2019-2020, l’offre totale de maïs au Canada a diminué de 10 %, en conséquence d’une production, d’importations et de stocks de début de campagne moins importants.

Les importations de maïs pour 2019-2020 devraient diminuer en raison d’une baisse importante des importations de maïs dans l’Ouest canadien, compensant largement la légère augmentation des importations dans l’Est canadien. Les importations de maïs, pour la campagne agricole jusqu’en janvier 2020, ont diminué de 62 % pour s’établir à 350 milliers de tonnes (Kt) pour l’Ouest canadien. Cependant, les importations ont augmenté de 91 % pour se chiffrer à 380 Kt pour l’Est canadien.

Les exportations pour la campagne agricole en cours devraient diminuer en raison de la faiblesse de l’offre et de la lenteur des ventes à l’exportation à ce jour. Pour la campagne agricole se terminant en janvier 2020, les exportations de maïs ont diminué de 83 %, les exportations vers les pays de l’UE ayant fortement chuté.

L’utilisation intérieure est censée diminuer principalement en raison d’une utilisation industrielle et fourragère réduite. On prévoit une diminution des stocks de fin de campagne en grande partie due à l’offre réduite.

En 2019-2020, le prix moyen du maïs est censé être plus élevé que l’an dernier en raison de l’augmentation prévue du prix du maïs américain et d’une réduction importante de l’offre de maïs intérieure.

La production américaine de maïs pour 2019-2020 a diminué de 5 % par rapport à 2018-2019, et cette diminution est due en grande partie aux rendements inférieurs. On prévoit que le prix à la ferme moyen du maïs aux États-Unis atteindra 3,80 $ US le boisseau, ce qui constitue une augmentation par rapport au prix de 3,61 $ US le boisseau l’an dernier. La production de maïs chez d’autres grands exportateurs mondiaux, notamment le Brésil, l’Argentine, la Russie et l’Ukraine, demeure abondante, ce qui exercera une pression sur le prix du maïs.

En 2020-2021, la superficie ensemencée en maïs au Canada devrait diminuer de seulement 2 % comparativement à 2019-2020 en raison des prix intéressants et des attentes à l’égard d’une demande élevée. On prévoit que la production augmentera de 3 % en grande partie en raison des rendements plus élevés, et on prévoit une hausse des importations. L’offre devrait donc s’accroître de 2 %. On prévoit que l’utilisation intérieure augmentera légèrement en raison d’une utilisation fourragère accrue. Vu l’augmentation des approvisionnements intérieurs et le maintien de la forte demande mondiale, les exportations devraient être plus élevées. On prévoit que les stocks de fin de campagne augmenteront en raison d’une bonne offre.

Le prix moyen du maïs au Canada devrait baisser à la suite des prix moins élevés prévus du maïs aux États-Unis en 2020-2021.

L’USDA prévoit que la superficie consacrée au maïs en 2020-2021 augmentera de 5 %, ce qui, combiné à des prévisions de la superficie récoltée plus élevées et de meilleurs rendements, fera augmenter de 13 % la production de maïs aux États-Unis. L’offre devrait augmenter de 9 %. Les utilisations pour l’alimentation animale, la production d’éthanol et les exportations devraient augmenter. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter de 39 %. Le prix du maïs aux États-Unis devrait baisser à 3,60 $ US le boisseau contre 3,80 $ US le boisseau l’année précédente.

La superficie ensemencée en maïs en 2020-2021 à l’échelle internationale devrait augmenter, selon le CIC, et la production mondiale, atteindre un nouveau record. L’utilisation totale du maïs partout dans le monde devrait continuer sa tendance à la hausse en 2020-2021, et on prévoit qu’elle atteindra un niveau record, sous l’impulsion de la Chine et du Brésil. Au sein de l’UE, l’offre totale de maïs devrait chuter en raison des stocks de fin de campagne bas, et ce, malgré une production et des importations plus élevées. L’utilisation totale devrait connaître une hausse. En raison des approvisionnements plus faibles et d’une consommation plus élevée, les stocks de fin de campagne de l’UE devraient diminuer.

Maïs [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 468 1 496 1 460
Superficie récoltée (kha) 1 431 1 451 1 420
Rendement (t/ha) 9,70 9,24 9,75
Production (kt) 13 885 13 404 13 850
Importations (kt) [b] 2 739 1 700 1 800
Offre totale (kt) 19 040 17 087 17 450
Exportations (kt) [c] 1 617 1 000 1 200
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 5 786 5 300 5 300
Provendes, déchets et criblures (kt) 9 638 8 971 9 034
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 15 440 14 287 14 350
Stocks de fin de campagne (kt) 1 983 1 800 1 900
Prix moyen ($/t) [g] 194 190-220 180-210
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : maïs (EC n°2 comptant en entrepôt à Chatham).
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC. Pour 2018-2019, AAC prévoit des importations et des provisions, mais celles-ci seront disponibles auprès de Statistique Canada le 4 octobre 2018. Pour 2019-2020[p], la superficie, le rendement et la production sont tirés de l'enquête de Statistique Canada. AAC prévoit des importations et des provisions.
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Avoine

En 2019-2020, l’offre totale d’avoine au Canada a augmenté de 8 %, car la hausse de production est compensée partiellement par la diminution des stocks de début de campagne. L’utilisation intérieure devrait augmenter de 5 % grâce à une offre plus élevée. On prévoit que les exportations d’avoine, y compris les grains et les produits, connaîtront une hausse de 5 % en raison de l’augmentation de l’offre et de solides ventes à l’exportation. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter considérablement en raison de l’augmentation de l’offre, mais resteront à un niveau bas.

Dans les provinces des Prairies, le prix de l’avoine est actuellement élevé. À ce jour, le prix moyen cumulatif de 2019-2020 en Alberta est supérieur de 9 % au niveau de la même période en 2018-2019, de 2 % en Saskatchewan et de 5 % au Manitoba. Il y a eu une hausse de 7 % des cours du marché à terme de l’avoine du Chicago Board of Trade. On prévoit que, tout au long de la campagne agricole, les prix de l’avoine ne devraient augmenter que légèrement comparativement à l’année dernière en raison de leur tendance à la baisse.

L’offre d’avoine américaine en 2019-2020 a augmenté de 1 % comparativement à 2018-2019, puisque des importations plus élevées ont compensé une production plus faible et des stocks de début de campagne moins élevés. L’utilisation totale devrait augmenter de 3 % en raison d’une utilisation fourragère supérieure. On prévoit que les stocks de fin de campagne diminueront de 2 %. Le prix de l’avoine américaine pour 2019-2020 devrait augmenter de 11 %, passant à 2,95 $ US le boisseau.

En 2019-2020, la production d’avoine dans les principaux pays exportateurs à l’échelle internationale, y compris l’UE et l’Australie, a augmenté. L’utilisation totale à l’échelle internationale devrait augmenter de 2 %, tandis que les stocks de fin de campagne totaux devraient augmenter de 19 %.

En 2020-2021, la superficie ensemencée en avoine au Canada devrait augmenter d’environ 9 % principalement en raison des stocks limités, des bons prix et de la forte demande. Il s’agira du plus haut niveau depuis 2009. On prévoit que la production s’accroîtra de 5 % parce que le rendement inférieur sera plus que compensé par l’augmentation de la superficie récoltée. L’offre devrait augmenter de 8 % en raison des stocks de début de campagne et de la production accrus. L’utilisation intérieure devrait connaître une hausse à cause d’une utilisation fourragère accrue. On prévoit que les exportations demeureront inchangées. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter, vu l’offre accrue.

Le prix moyen de l’avoine en 2020-2021 devrait être inférieur à celui de 2019-2020 en raison d’une offre élevée au Canada, aux États-Unis et dans le monde, ainsi que le prix du maïs américain prévu, qui sera inférieur en 2020-2021.

Aux États-Unis, la production d’avoine devrait augmenter de 24 %, selon l’USDA, en raison d’une hausse de 3 % de la superficie ensemencée en avoine, combinée à une superficie récoltée plus grande et à une amélioration du rendement moyen. L’offre devrait augmenter de 6 % seulement en raison des stocks de début de campagne réduits et des importations inchangées. L’utilisation totale devrait augmenter de 4 %, et les stocks de fin de campagne, de 16 %. Le prix de l’avoine aux États-Unis devrait chuter de 15 %, pour s’établir à 2,50 $ US le boisseau.

Selon les prévisions du CIC, l’approvisionnement mondial en avoine en 2020-2021 continuera d’augmenter en raison des stocks de début de campagne plus élevés et de la production accrue. L’utilisation totale augmentera de 1 %, et on prévoit que les stocks de fin de campagne augmenteront de 12 %.

Avoine [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 235 1 459 1 590
Superficie récoltée (kha) 1 005 1 160 1 250
Rendement (t/ha) 3,42 3,58 3,50
Production (kt) 3 436 4 157 4 380
Importations (kt) [b] 10 10 10
Offre totale (kt) 4 225 4 564 4 940
Exportations (kt) [c] 2 475 2 600 2 600
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 186 190 190
Provendes, déchets et criblures (kt) 1 046 1 091 1 139
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 1 353 1 414 1 440
Stocks de fin de campagne (kt) 397 550 900
Prix moyen ($/t) [g] 254 240-270 205-235
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : avoine (États-Unis lourde n°2 prochaine échéance au Chicago Board of Trade (CBoT)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Seigle

En 2019-2020, l’offre totale de seigle a augmenté seulement de 6 % par rapport à 2018-2019, car la chute importante des stocks de début de campagne a en grande partie compensé la forte production. L’utilisation intérieure devrait diminuer légèrement en raison de la baisse de l’utilisation fourragère qui ne sera que partiellement compensée par une hausse de l’utilisation des semences. Les exportations devraient connaître une augmentation due à l’amélioration de l’offre et à un taux d’exportation solide. On s’attend à ce que les stocks de fin de campagne augmentent à cause d’une offre accrue.

Les prix actuels du seigle dans les silos de la Saskatchewan et du Manitoba sont inférieurs à ce qu’ils étaient il y a un an, mais demeurent élevés. En 2019-2020, on prévoit que le prix du seigle diminuera de 11 % par rapport à 2018-2019 pour s’établir à une moyenne de 210 $/t.

Les États-Unis sont le principal importateur de seigle canadien. L’offre américaine de seigle en 2019-2020 n’a augmenté que de 7 Kt. Cependant, la consommation totale devrait augmenter de 48 Kt, ce qui devrait entraîner une baisse des stocks de seigle de fin de campagne aux États-Unis et soutenir les exportations canadiennes de seigle aux États-Unis.

En 2020-2021, la superficie ensemencée en seigle d’hiver au Canada a augmenté de 32 % comparativement à 2019-2020, en raison des prix relativement bons, de la vigueur des exportations et des stocks de début de campagne limités. On prévoit que la production augmentera de près de 30 % pour atteindre 429 Kt compte tenu du rendement moyen des cinq dernières années. L’offre devrait augmenter d’environ 26 % et atteindre 485 Kt. Les exportations, l’utilisation intérieure et les stocks de fin de campagne devraient augmenter en raison d’un meilleur approvisionnement.

Le prix moyen du seigle devrait diminuer comparativement à 2019-2020 en raison d’une offre accrue au Canada et dans le monde.

À l’échelle mondiale, le CIC prévoit que l’offre de seigle en 2020-2021 augmentera de 5 % à cause des stocks de début de campagne plus élevés. Selon les prévisions, la production restera la même qu’en 2019-2020. L’utilisation totale devrait augmenter légèrement, mais les stocks de fin de campagne devraient quant à eux augmenter d’environ 20 %.

Seigle [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 136 175 231
Superficie récoltée (kha) 79 103 147
Rendement (t/ha) 2,99 3,25 2,92
Production (kt) 236 333 429
Importations (kt) [b] 2 2 2
Offre totale (kt) 363 384 485
Exportations (kt) [c] 146 170 190
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 19 19 20
Provendes  déchets et criblures (kt) 134 119 185
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 167 159 220
Stocks de fin de campagne (kt) 49 55 75
Prix moyen ($/t) [g] 236 195-225 170-200
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : Seigle (OC n°1 en entrepôt à Saskatoon)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Céréales mélangées [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 144 145 140
Superficie récoltée (kha) 69 68 60
Rendement (t/ha) 2,82 2,84 2,83
Production (kt) 195 192 170
Importations (kt) [b] 0 0 0
Offre totale (kt) 195 192 170
Exportations (kt) [c] 0 0 0
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 0 0 0
Provendes, déchets et criblures (kt) 195 192 170
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 195 192 170
Stocks de fin de campagne (kt) 0 0 0
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des céréales secondaires : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 5 610 6 270 6 321
Superficie récoltée (kha) 4 979 5 509 5 457
Rendement (t/ha) 5,25 5,17 5,19
Production (kt) 26 132 28 469 28 349
Importations (kt) [b] 2 794 1 752 1 852
Offre totale (kt) 33 490 33 512 34 306
Exportations (kt) [c] 7 305 6 920 7 140
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 6 095 5 625 5 626
Provendes, déchets et criblures (kt) 16 387 16 442 16 492
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 22 892 22 487 22 491
Stocks de fin de campagne (kt) 3 292 4 105 4 675
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Oléagineux

Canola

En 2019-2020, l’offre de canola devrait diminuer légèrement, pour se situer à 22,6 millions de tonnes (Mt), puisque les stocks de début de campagne élevés ne compensent pas la réduction de la production. Une quantité de canola reste non récoltée dans les champs en raison de l’automne tardif et pluvieux. Des rapports anecdotiques donnent à penser qu’il y a une certaine détérioration de la qualité et du rendement des récoltes en raison de dommages causés par les rongeurs ainsi que des périodes de gel et dégel. La Commission canadienne des grains effectue des recherches sur les effets de la récolte tardive du canola et invite les agriculteurs à lui soumettre des échantillons de la production de 2019, récoltée au printemps de 2020, à des fins d’analyse en laboratoire.

La transformation intérieure de canola devrait atteindre un niveau record, 9,8 Mt, comparativement à 9,3 Mt en 2018-2019. Le rythme de trituration jusqu’à présent, selon Statistique Canada, est plus rapide que l’année dernière. On assumait que la consommation de graines de canola et de produits de canola ne serait pas touchée par la propagation du virus à l’origine de la COVID-19.

Les exportations de canola devraient chuter pour atteindre 9,0 Mt comparativement à 9,14 Mt expédiées par le Canada en 2018-2019. Pour la campagne agricole à ce jour, les exportations par l’intermédiaire d’installations autorisées s’élèvent à 8 % de moins que l’année dernière. Le rythme des expéditions vers l’Union européenne a presque quadruplé l’année dernière à la suite de la sécheresse estivale qui a sévi et des rendements réduits dans l’ensemble des 28 pays de l’UE. Le rythme des exportations vers la région asiatique représente les deux tiers du rythme de l’an dernier, une forte baisse des expéditions vers la Chine étant en partie compensée par une augmentation des expéditions vers d’autres pays sensibles aux prix. Les expéditions dans l’hémisphère occidental accusent un retard de 26 % par rapport à l’an dernier.

On prévoit que les stocks de fin de campagne chuteront à 3,3 Mt, comparativement à 3,8 Mt pour 2018-2019. On estime que les prix du canola varieront de 465 à 495 $/t, une diminution comparativement à 497 $/t l'année dernière.

En 2020-2021, la superficie ensemencée au Canada devrait diminuer de 2 % et atteindre 8,3 millions d’hectares (Mha), puisque les agriculteurs ensemencent des cultures de remplacement aux dépens des oléagineux. La superficie récoltée devrait atteindre 8,2 Mha, et les rendements, 2,25 tonnes par hectare (t/ha), soit une augmentation marginale comparativement à 2,24 t/ha en 2019-2020. On prévoit que la production baissera légèrement à 18,5 Mt comparativement à la production de 18,6 Mt l’année dernière. L’offre totale devrait baisser à 21,9 Mt en raison des stocks de début de campagne inférieurs et de la production moins élevée.

On prévoit que les exportations augmenteront de 6 % pour atteindre 9,5 Mt grâce à la croissance lente mais stable de la consommation mondiale d’huile végétale et d’oléagineux à haute teneur en huile. Les activités de trituration nationales devraient diminuer légèrement pour s’établir à 9,3 Mt, en raison de la concurrence des principaux fournisseurs d’huile de soja et d’huile de palme à l’échelle mondiale. On prévoit que les stocks de fin de campagne se réduiront légèrement pour s’établir à 2,8 Mt pour un ratio stocks-utilisation de 14 %, soutenant une augmentation des prix du canola à 480-520 $/t.

Canola [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée 9 232 8 481 8 300
Superficie récoltée 9 120 8 319 8 215
Rendement (t/ha) 2,23 2,24 2,25
Production (kt) 20 343 18 649 18 500
Importations (kt) [b] 146 100 100
Offre totale (kt) 22 995 22 580 21 900
Exportations (kt) [c] 9 141 9 000 9 500
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 9 295 9 750 9 250
Provendes, déchets et criblures (kt) 666 479 299
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 10 023 10 280 9 600
Stocks de fin de campagne (kt) 3 831 3 300 2 800
Prix moyen ($/t) [g] 497 465-495 480-520
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : canola (Can n°1 comptant à la ICE Futures Canada en entrepôt à Vancouver)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graine de lin

En 2019-2020, les stocks sont estimés à 0,56 Mt comparativement à 0,63 Mt l’année dernière en raison d’une production plus faible et de stocks de début de campagne réduits. On prévoit que les exportations seront à la baisse pour s’établir à 0,40 Mt compte tenu de la demande mondiale stable, des stocks nationaux limités et des ventes disciplinées des agriculteurs. L’utilisation intérieure totale devrait baisser à 0,09 Mt en raison d’une diminution de l’utilisation fourragère, des résidus et des impuretés. On prévoit que les stocks de fin de campagne augmenteront légèrement pour atteindre 0,07 Mt, tandis que les prix des graines de lin augmenteront légèrement pour atteindre 490-520 $/t, comparativement à 496 $/t en 2018-2019.

En 2020-2021, la superficie d’ensemencement des graines de lin au Canada devrait augmenter à 0,45 Mha, une hausse légère par rapport à l’an dernier, grâce aux prix plus élevés. On prévoit que la production augmentera de 34 % pour atteindre 0,65 Mt, en présumant un taux d’abandon stable dans la superficie récoltée et à la lumière des rendements moyens historiques des cinq dernières années. L’offre augmente de 30 % pour atteindre 0,73 Mt puisque la légère diminution des stocks de début de campagne est plus que compensée par la hausse de la production.

On prévoit que les exportations augmenteront de 25 % à compter de 2019-2020, pour s’établir à 0,50 Mt grâce à la consommation mondiale qui est stable et forte. L’utilisation intérieure totale devrait s’élever à 0,11 Mt vu l’augmentation de l’utilisation fourragère, des résidus et des impuretés. On prévoit que les stocks de fin de campagne atteindront 0,12 Mt tandis que les prix augmenteront légèrement aussi, pour atteindre 490-530 $/t en 2020-2021.

Graine de lin [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 347 379 450
Superficie récoltée (kha) 342 339 421
Rendement (t/ha) 1,44 1,43 1,54
Production (kt) 492 486 650
Importations (kt) [b] 9 10 10
Offre totale (kt) 628 556 725
Exportations (kt) [c] 466 400 500
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 0 0 0
Provendes, déchets et criblures (kt) 85 71 90
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 102 91 110
Stocks de fin de campagne (kt) 60 65 115
Prix moyen ($/t) [g] 496 490-520 490-530
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : lin (Ouest canadien n°1 comptant à la ICE Futures Canada en entrepôt à Saskatoon)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • s/o : sans objet
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Soja

Pour 2019-2020, on estime l’offre à 7,1 Mt, une diminution comparativement à 9,2 Mt l’année dernière en raison d’une production et des importations nettement moins élevées. En date du 27 février, les États-Unis ont expédié un total de 34 900 tonnes de graines de soja au Canada depuis le 1er septembre comparativement à 580 700 t pour la même période l’année dernière. Les exportations canadiennes devraient reculer à 4,3 Mt comparativement à 5,6 Mt l’année dernière en raison d’une offre intérieure moins élevée. La trituration du soja au Canada devrait chuter de 13 % et s’établir à 1,8 Mt, puisque certains transformateurs passent à la trituration du canola. Les stocks de fin de campagne sont estimés à 0,3 Mt contre 0,7 Mt l’année dernière. Les prix du soja devraient être légèrement plus élevés à 400-430 $/t comparativement à 406 $/t en 2018-2019.

Selon les prévisions de l’USDA, la trituration mondiale du soja augmentera de 6 Mt, pour passer à 304 Mt, principalement en raison d’une augmentation de la transformation en Argentine. La Chine reste le plus grand triturateur au monde en 2019-2020, à 86,0 M, en légère hausse par rapport à 2018-2019, mais en deçà des 90,0 Mt transformés en 2017-2018. Les volumes de trituration en Chine continuent de subir la pression découlant des éclosions de peste porcine africaine et de COVID-19.

Les États-Unis restent au deuxième rang des transformateurs de soja au monde, la trituration augmentant légèrement pour atteindre un record de 57,3 Mt. La trituration américaine est soutenue par des approvisionnements importants et une utilisation intérieure accrue des tourteaux de soja. En Argentine, la trituration a augmenté de 4 Mt, pour atteindre un record de 44,6 Mt, grâce au soutien des exportations accrues vers divers pays. Le Brésil occupe toujours la quatrième place au monde pour la trituration du soja, affichant un record de 43,8 Mt, grâce à la hausse de la consommation intérieure des tourteaux de soja. Dans le reste du monde, la trituration du soja devrait s’élever à 72,6 Mt pour 2019-2020 contre 73,1 Mt pour 2018-2019.

Les facteurs qu’il faut garder à l’œil sont les suivants :

Pour 2020-2021, la superficie ensemencée au Canada devrait diminuer légèrement et s’établir à 2,23 Mha, en raison de préoccupations liées aux prix plus bas et aux conditions de croissance. On prévoit que la production atteindra 6,6 Mt comparativement à 6,0 Mt en 2019-2020 et aux 7,4 Mt enregistrés en 2018-2019, en présumant que les rendements s’apparenteront aux rendements moyens des cinq dernières années.

On prévoit que l’offre totale augmentera légèrement, à 7,3 Mt, puisque la diminution des stocks de début de campagne est largement compensée par une production et des importations plus élevées. On s’attend à ce que les exportations s’élèvent à 4,7 Mt, les expéditions étant destinées à divers pays. Les activités de transformation au pays devraient être légèrement à la hausse à 1,9 Mt, tandis que les triturateurs reviennent à un rythme normal de transformation. On prévoit que les stocks de fin de campagne s’élèveront à 0,27 Mt comparativement à 0,30 Mt en 2019-2020 et à 0,70 Mt en 2018-2019.

Les prix du soja devraient augmenter légèrement pour se chiffrer à 410-450 $/t grâce aux prix plus élevés aux États-Unis et au taux de change stable entre le dollar canadien et le dollar américain.

Soja : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 558 2 313 2 230
Superficie récoltée (kha) 2 540 2 271 2 221
Rendement (t/ha) 2,92 2,66 2,95
Production (kt) 7 417 6 045 6 550
Importations (kt) [b] 1 131 400 500
Offre totale (kt) 9 199 7 145 7 350
Exportations (kt) [c] 5 640 4 300 4 700
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 2 058 1 800 1 900
Provendes, déchets et criblures (kt) 563 495 275
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 2 859 2 545 2 375
Stocks de fin de campagne (kt) 700 300 275
Prix moyen ($/t) [g] 406 400-430 410-450
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : soja (n°2 en entrepôt à Chatham)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC. Pour 2018-2019, AAC prévoit des importations et des provisions, mais celles-ci seront disponibles auprès de Statistique Canada le 4 octobre 2018. Pour 2019-2020[p], la superficie, le rendement et la production sont tirés de l'enquête de Statistique Canada. AAC prévoit des importations et des provisions.
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des oléagineux : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 12 137 11 172 10 980
Superficie récoltée (kha) 12 001 10 929 10 857
Rendement (t/ha) 2,35 2,30 2,37
Production (kt) 28 252 25 180 25 700
Importations (kt) [b] 1 286 510 610
Offre totale (kt) 32 821 30 281 29 975
Exportations (kt) [c] 15 247 13 700 14 700
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 11 354 11 550 11 150
Provendes, déchets et criblures (kt) 1 314 1 045 664
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 12 984 12 916 12 085
Stocks de fin de campagne (kt) 4 591 3 665 3 190
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes per hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des céréales et oléagineux : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 27 820 27 568 27 731
Superficie récoltée (kha) 26 861 26 094 26 469
Rendement (t/ha) 3,22 3,30 3,32
Production (kt) 86 584 85 997 87 949
Importations (kt) [b] 4 199 2 442 2 602
Offre totale (kt) 105 363 102 361 104 221
Exportations (kt) [c] 46 840 43 620 45 840
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 44 601 45 071 43 716
Stocks de fin de campagne (kt) 13 922 13 670 14 665
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Légumineuses et cultures spéciales

Pois secs

En 2019-2020, les exportations devraient augmenter légèrement pour atteindre 3,5 millions de tonnes (Mt), la Chine, le Bangladesh et l’Inde représentant les trois principaux marchés du Canada. Les exportations canadiennes de pois secs en Inde devraient chuter légèrement pour atteindre 120 milliers de tonnes (Kt). D’août à janvier de la présente campagne agricole, les exportations canadiennes de pois secs totalisent 1,9 Mt, soit près de 0,4 Mt de plus qu’à la même période en 2018-2019. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter, malgré une robuste demande d’exportation, en raison de l’offre supérieure. Le prix moyen devrait être inférieur par rapport à 2018-2019, les prix moins élevés des pois verts et des pois fourragers compensant des prix semblables pour les pois jaunes.

En février, le prix à la ferme des pois jaunes en Saskatchewan a augmenté de 8 $/t tandis que le prix des pois verts a diminué de 40 $/t. Les exportations mensuelles de pois secs ont maintenu un rythme stable. Les stocks restants de pois jaunes sont similaires à ceux de l’année précédente, à cette période-ci. Selon certaines indications, la récolte hivernale de légumineuses en Inde sera abondante, encore une fois. Même si la prédiction de récolte de légumineuses supérieure à la moyenne se concrétise, la demande à l’exportation de pois secs canadiens devrait demeurer robuste jusqu’en fin de campagne. Les facteurs de soutien comprennent la faiblesse continue du dollar canadien par rapport au dollar américain et la demande robuste de la Chine. Le prix des pois verts secs devrait rester supérieur à celui des pois jaunes secs selon une marge de 120 $/t, comparativement à l’écart de 130 $/t entre les deux cultures en 2018-2019.

Selon l’USDA, la production de pois secs des États-Unis était évaluée à plus de 1,0 Mt, soit une hausse de près de 40 % par rapport à 2018-2019. Cela découlait en grande partie de rendements supérieurs et de la superficie d’ensemencement plus importante au Montana. Par conséquent, les exportations canadiennes vers les États-Unis devraient donc être inférieures à l’an dernier. Pour la campagne 2019-2020 à ce jour (août à décembre), les exportations canadiennes de pois secs vers les États-Unis ont totalisé 55 Kt.

En 2020-2021, la superficie ensemencée devrait être relativement inchangée comparativement à 2019-2020 avec 1,75 Mha, car on prévoit de bons rendements par rapport aux autres cultures et une forte demande d’exportation. On s’attend à ce que la production augmente légèrement pour atteindre 4,3 Mt avec une superficie ensemencée similaire et des rendements selon la tendance. Toutefois, l’offre devrait légèrement augmenter en raison de stocks de début de campagne plus élevés. Les exportations devraient être inférieures à celles de la campagne actuelle, et les stocks de fin de campagne devraient augmenter. Le prix moyen en 2020-2021 devrait rester le même que celui de l’année précédente.

Pois secs [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 463 1 753 1 755
Superficie récoltée (kha) 1 431 1 711 1 720
Rendement (t/ha) 2,50 2,48 2,50
Production (kt) 3 581 4 237 4 300
Importations (kt) [b] 62 70 60
Offre totale (kt) 4 291 4 619 4 785
Exportations (kt) (b) 3 268 3 500 3 300
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 711 694 860
Stocks de fin de campagne (kt) 312 425 625
Ratio stocks-utilisation 8 10 15
Prix moyen (d) 270 245-275 245-275
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévision d'AAC, sauf la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020[p] et avant 2019-2020[p], ainsi que les importations, les exportations, les besoins en semences et les stocks de fin de campagne avant 2019-2020[p], qui proviennent de Statistique Canada.
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Lentilles

En 2019-2020, les exportations devraient augmenter pour se situer à 2,1 Mt. L’Inde, la Turquie et le Bangladesh sont actuellement les trois marchés à l’exportation les plus importants pour le Canada. Le cumul des exportations de lentilles canadiennes sur la période d’août à janvier de la présente campagne agricole dépasse 1,0 Mt, en hausse de 5 % par rapport à la même période en 2018-2019.

On prévoit que les stocks de fin de campagne diminueront pour se situer sous la moyenne. D’après les estimations, le prix moyen augmentera fortement en raison de la diminution des stocks de fin de campagne.

En février, le prix à la ferme des grosses lentilles vertes a chuté de 25 $/t, et celui des lentilles rouges s’est replié de 15 $ CA/t en Saskatchewan. La demande d’exportation de lentilles canadiennes n’a pas été aussi robuste que la demande de pois secs, en particulier pour les types de lentilles vertes. Le prix supérieur pour les grosses lentilles vertes par rapport aux lentilles rouges devrait augmenter à 130 $/t contre 85 $/t en 2018-2019.

Selon l’USDA, la production de lentilles américaines, dominée par les types de lentilles vertes, est estimée à 250 Kt, soit une baisse de 36 % par rapport à 2018-2019. Néanmoins, les exportations de lentilles canadiennes vers les États-Unis à ce jour (août à décembre) sont moins élevées que l’an dernier à cette époque, à 21 Kt.

En 2020-2021, la superficie ensemencée au Canada devrait rester inchangée à 1,53 Mha, en raison de rendements plus élevés comparativement aux autres cultures. On s’attend à un meilleur rendement, et la production devrait tout de même augmenter, pour atteindre 2,0 Mt. L’offre devrait chuter à 2,6 Mt en raison d’une baisse des stocks de début de campagne. Les exportations devraient diminuer à 2,0 Mt. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer. On prévoit que le prix moyen augmentera par rapport à 2019-2020, en présumant une répartition de classement moyenne et des remises pour les grades inférieurs.

Lentilles [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 525 1 530 1 530
Superficie récoltée (kha) 1 499 1 489 1 500
Rendement (t/ha) 1,40 1,46 1,47
Production (kt) 2 092 2 167 2 200
Importations (kt) [b] 51 80 50
Offre totale (kt) 3 016 2 878 2 600
Exportations (kt) (b) 2 032 2 100 2 000
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 353 428 325
Stocks de fin de campagne (kt) 631 350 275
Ratio stocks-utilisation 26 14 12
Prix moyen (d) 390 410-440 440-470
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec  lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévision d'AAC, sauf la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020[p] et avant 2019-2020[p], ainsi que les importations, les exportations, les besoins en semences et les stocks de fin de campagne avant 2019-2020[p], qui proviennent de Statistique Canada.
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Haricots secs

En 2019-2020, les exportations devraient être légèrement inférieures à celles de la campagne agricole 2018-2019, malgré une offre accrue. L’UE et les É.-U. devraient demeurer les principaux marchés des haricots secs canadiens, des volumes moindres étant exportés vers le Japon, l’Angola et le Mexique. Les stocks de fin de campagne canadiens devraient augmenter. Le prix moyen du haricot sec canadien devrait augmenter en raison d’une diminution prévue des stocks de fin de campagne en Amérique du Nord. À ce jour (d’août à février), les prix des haricots blancs canadiens sont plus élevés de 5 %, ceux des haricots Pinto, 20 % plus élevés, et ceux des haricots noirs, 5 % moins élevés que ceux obtenus en 2018-2019.

L’USDA estime la production totale de haricots secs aux États-Unis (à l’exception des pois chiches) à 0,9 Mt, soit une réduction de 17 % comparativement à 2018-2019. La production américaine de pois secs a diminué pour pratiquement tous les types de haricots, tandis que la production des haricots rognons rouge pâle a augmenté. Cette tendance devrait continuer de soutenir les prix des haricots secs américains et canadiens en 2019-2020.

En 2020-2021, la superficie ensemencée devrait reculer comparativement à 2019-2020 pour s’établir à 150 000 hectares en raison des perspectives de rendement moins attrayantes que celles offertes par les autres cultures. La production devrait augmenter à 330 Kt en raison des prévisions de rendement accru et de l’abandon plus faible. L’offre devrait augmenter en raison de la production accrue et des stocks élevés en début de campagne. Les exportations devraient être légèrement plus élevées dans un contexte de demande soutenue de l’Union européenne et des États-Unis. On prévoit une hausse considérable des stocks de fin de campagne. Le prix moyen des haricots secs canadiens devrait chuter en raison de l’augmentation prévue de l’offre en Amérique du Nord.

Haricots secs [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 143 160 150
Superficie récoltée (kha) 137 150 145
Rendement (t/ha) 2,49 2,11 2,28
Production (kt) 341 317 330
Importations (kt) [b] 98 85 85
Offre totale (kt) 464 481 510
Exportations (kt) (b) 348 345 350
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 37 41 40
Stocks de fin de campagne (kt) 80 95 120
Ratio stocks-utilisation 21 25 31
Prix moyen (d) 815 880-910 770-800
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Pois chiches

En 2019-2020, on s’attend à une diminution marquée des exportations comparativement à 2018-2019, en grande partie en raison de la demande d’importation réduite du Pakistan. Par conséquent, les stocks de fin de campagne devraient connaître une forte augmentation. Le prix moyen devrait rester inchangé comparativement à l’an dernier vu l’offre mondiale inférieure de pois chiches, y compris en Amérique du Nord.

L’USDA estime la production américaine de pois chiches se situera à 283 Kt, une baisse de 50 % relativement à 2018-2019.

En 2020-2021, la superficie ensemencée devrait diminuer de façon prononcée par rapport à 2019-2020 en raison de stocks de début de campagne plus élevés ainsi que des complications et des problèmes de qualité découlant de la récolte de l’année dernière. Par conséquent, la production devrait tomber à 200 Kt. En raison des stocks de début de campagne importants, on s’attend à ce que l’offre ne diminue que légèrement par rapport à 2019-2020. On prévoit que les exportations seront supérieures et que les stocks de fin de campagne diminuent. Le prix moyen devrait être inférieur vu les prévisions d’offre élevée de pois chiches à l’échelle mondiale.

Pois chiches [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 179 159 120
Superficie récoltée (kha) 176 156 117
Rendement (t/ha) 1,77 1,61 1,71
Production (kt) 311 252 200
Importations (kt) [b] 51 53 50
Offre totale (kt) 376 405 380
Exportations (kt) (b) 147 130 135
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 129 145 130
Stocks de fin de campagne (kt) 100 130 115
Ratio stocks-utilisation 36 47 43
Prix moyen (d) 480 465-495 455-485
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  •  t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines de moutarde

En 2019-2020, les exportations devraient rester inchangées par rapport à l'an dernier, à 120 Kt, et les stocks de fin de campagne, être réduits. Les États-Unis et l’UE sont les principaux marchés d’exportation à ce jour pour les graines de moutarde canadiennes. On prévoit une hausse du prix moyen par rapport à l’an dernier en raison de l’offre plus faible et du resserrement prévu des stocks canadiens de fin de campagne.

En 2020-2021, on prévoit une superficie ensemencée supérieure à l’année précédente. La production devrait augmenter et totaliser 145 Kt, la superficie et les rendements s’étant légèrement accrus par rapport à l’an dernier. L’offre devrait chuter légèrement en raison des stocks de début de campagne limités. Les exportations devraient rester inchangées, mais malgré tout, les stocks de fin de campagne devraient chuter. Le prix moyen devrait être légèrement inférieur à celui de 2019-2020.

Graines de moutarde [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 204 161 165
Superficie récoltée (kha) 197 155 160
Rendement (t/ha) 0,88 0,87 0,91
Production (kt) 174 135 145
Importations (kt) [b] 8 9 9
Offre totale (kt) 235 216 209
Exportations (kt) (b) 121 120 120
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 42 41 44
Stocks de fin de campagne (kt) 73 55 45
Ratio stocks-utilisation 45 34 27
Prix moyen (d) 690 700-730 680-710
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines à canaris

En 2019-2020, les exportations devraient être plus élevées qu’en 2018-2019 avec une demande accrue en provenance de l’UE et du Mexique, les deux principaux marchés d’exportation. Les stocks de fin de campagne devraient se resserrer. Le prix moyen devrait grimper en flèche par rapport à 2018-2019.

En 2020-2021, la superficie ensemencée devrait s’accroître en raison de rendements concurrentiels comparativement aux autres cultures. La production devrait être réduite avec des rendements supposés inférieurs à ceux de 2019-2020. L’offre devrait reculer pour s’établir à 145 Kt. Les exportations devraient être inférieures à celles de 2019-2020, et les stocks de fin de campagne devraient demeurer serrés. Le prix moyen devrait être inférieur à celui de 2019-2020.

Graines à canaris [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 109 99 105
Superficie récoltée (kha) 109 94 102
Rendement (t/ha) 1,45 1,56 1,42
Production (kt) 158 148 145
Importations (kt) [b] 0 0 0
Offre totale (kt) 174 158 145
Exportations (kt) (b) 156 158 145
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 7 0 0
Stocks de fin de campagne (kt) 11 0 0
Ratio stocks-utilisation 7 0 0
Prix moyen (d) 505 620-650 560-590
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines de tournesol

En 2019-2020, les exportations devraient être légèrement supérieures à celles de l’an dernier en raison de la hausse de la demande des États-Unis. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter en dépit de la hausse des exportations. Les États-Unis demeurent le principal marché d’exportation des graines de tournesol canadiennes. Le prix moyen devrait augmenter par rapport à 2018-2019 compte tenu des prix plus élevés des graines de tournesol oléagineux.

Aux États-Unis, l’USDA estime que la production de graines de tournesol a chuté pour se situer en deçà de 0,9 Mt. La diminution de la culture destinée aux oléagineux et à la confiserie aux États-Unis a soutenu le prix des graines de tournesol canadiennes.

L’USDA estime que l’offre mondiale de graines de tournesol atteint un niveau record de 60 Mt. Ce niveau est de 7 % supérieur à l’an dernier, en raison de la production accrue en Russie. Les exportations mondiales devraient augmenter légèrement, tandis que l’utilisation intérieure devrait augmenter pour atteindre un niveau record de 54 Mt. On s’attend à ce que les stocks mondiaux de fin de campagne grimpent en flèche pour atteindre 3,0 Mt, ce qui exercera des pressions sur les prix des tournesols oléagineux.

En 2020-2021, la superficie ensemencée devrait demeurer inchangée par rapport à 2019-2020 en raison des bonnes perspectives de rendements. La production devrait reculer à 60 Kt, et l’offre devrait augmenter à 194 Kt. Les exportations devraient diminuer et, par conséquent, les stocks de fin de campagne devraient encore augmenter. Le prix moyen devrait baisser par rapport à 2019-2020, car des prix similaires pour les graines de tournesol de confiserie au Canada et aux États-Unis se combinent avec des prix plus bas pour les types oléagineux.

Graines de tournesol [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 29 31 31
Superficie récoltée (kha) 27 29 30
Rendement (t/ha) 2,13 2,18 2,00
Production (kt) 57 63 60
Importations (kt) [b] 24 25 24
Offre totale (kt) 179 191 194
Exportations (kt) (b) 26 28 26
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 49 53 48
Stocks de fin de campagne (kt) 104 110 120
Ratio stocks-utilisation 138 135 162
Prix moyen (d) 585 590-620 575-605
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2019-2020
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des légumineuses et cultures spéciales [a] : le 19 mars 2020
2018-2019 2019-2020[p] 2020-2021[p]
Superficie ensemencée (kha) 3 652 3 892 3 856
Superficie récoltée (kha) 3 576 3 783 3 774
Rendement (t/ha) 1,88 1,93 1,96
Production (kt) 6 714 7 317 7 380
Importations (kt) [b] 293 322 278
Offre totale (kt) 8 734 8 949 8 823
Exportations (kt) (b) 6 097 6 381 6 076
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 1 327 1 403 1 447
Stocks de fin de campagne (kt) 1 310 1 165 1 300
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévision d'AAC et Statistique Canada.
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Données historiques

On peut obtenir des données historiques sur les principales grandes cultures sous forme de tableur électronique en adressant un courriel à aafc.bulletin.aac@canada.ca. Veuillez préciser les cultures, les campagnes agricoles et le format de fichier préféré.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :