Sélection de la langue

Recherche

Profil du secteur de la restauration – France

Novembre 2019

Sommaire

En 2018, la France avait une population de 67 millions d'habitants, un produit intérieur brut (PIB) de 2,8 trillions de $ US, et un taux de croissance de 1,6 %. Elle est ainsi la troisième économie de l'Union européenne (UE), après l'Allemagne et le Royaume-Uni (R.-U.). Elle est l'un des plus grands marchés de consommateurs au monde; elle est également le 2e plus grand marché de la restauration de l'UE et elle offre des débouchés aux exportateurs canadiens.

Une croissance économique ralentie au cours des dernières années a rendu la clientèle de ses restaurants de plus en plus sensibles au prix, ce qui a eu des répercussions sur les options les plus coûteuses du marché. Ce changement d'attitude a cependant créé des circonstances opportunes pour les exploitants de restaurants à service rapide, moins chers (Euromonitor, 2019).

Malgré la croissance rapide des restaurants franchisés en France, les exploitants indépendants, qui représentaient 77 % de la valeur des ventes de l'industrie des services alimentaires en 2018, dominent dans tous les sous-secteurs pour ce qui est du nombre d'établissements et de la valeur des ventes.

McDonald's était la première entreprise de restauration en France; elle a enregistré des ventes de presque 5 G$ US en 2017, ce qui représentait 4,9 % du marché de la restauration dans le pays. Elle était suivie par AccorHotels (1,5 G$ US), Restaurant Brands International (1,3 G$ US), Groupe Bertrand (1,1 G$ US), et Yum! Brands, Inc. (747,5 M$ US).

L'avantage de l'Accord économique et commercial global (AECG) pour les exportateurs canadiens de produits agricoles et agroalimentaires est qu'en vertu de cet accord, presque 94 % des lignes tarifaires de l'UE ont été exemptées de droits de douane. Les exportateurs peuvent accéder au marché français en empruntant diverses voies : libre-service de gros, distributeurs/grossistes spécialisés et vente directe à l'utilisateur final.

Note : le présent rapport met l'accent sur les exploitations à but lucratif plutôt que sur les exploitations à prix d'achat (secteur de la restauration institutionnelle : éducation, santé et hôpitaux).

Profil des consommateurs et tendances

Avec une population d'environ 67 millions d'habitants et un produit intérieur brut (PIB) de 2,8 trillions de dollars en 2018, la France est la 3e économie de l'UE après l'Allemagne et le Royaume-Uni, et elle est le 2e marché de la restauration de l'UE, offrant des débouchés aux exportateurs canadiens. La France est également la destination touristique la plus populaire au monde; elle a attiré près de 90 millions de visiteurs étrangers en 2018, ce qui représente énormément d'occasions d'affaire pour le secteur français de la restauration.

Le PIB de la France a connu une croissance modérée de 1,6 % en 2018. Par rapport au taux de 2017, cette croissance lente a mené à une diminution du pouvoir d'achat. En outre, un taux de chômage élevé (9 % en 2018, baisse prévue) et une croissance ralentie au cours des dernières années ont rendu les consommateurs français très soucieux des prix, ce qui a eu des répercussions sur les options les plus chères du marché. Ce changement d'attitude a cependant créé des débouchés pour les exploitants de restaurants à service rapide, moins coûteux. Au cours des dernières années, les habitudes de dépense de la clientèle française des restaurants ont diminué, et ces habitudes ne reprendront probablement pas proportionnellement à la croissance économique globale du pays (Euromonitor, 2019).

Les tendances principales dans le domaine de la restauration française sont les suivantes :

Curiosité
relative ouverture et acceptation des autres cultures et cuisines
Expérience
consommateurs devenant plus enclins à essayer de nouvelles cuisines
Proposition de valeur
certains consommateurs sont plus enclins à acheter des produits de qualité et à en payer le prix
Changement sociétal
émergence de certaines nouvelles attitudes et pratiques en France, par exemple changement dans les goûts, transparence des produits et innovation
Aspect pratique
recherche de produits pratiques plus courante en raison des modes de vie trépidants
« Vrais » aliments locaux
demande accrue pour les produits faits en France à partir d'ingrédients locaux

(GlobalData, rapport sur le secteur de la restauration, 2019)

Marché global de la restauration

La France est le 2e marché de la restauration de l'UE après l'Italie (144,2 G$ US), ayant affiché des ventes de 119,3 G$ US en 2018. Les autres marchés importants incluent l'Espagne (117,9 G$ US), l'Allemagne (115 G$ US) et le Royaume-Uni (102,4 G$ US). La France a connu la croissance la plus faible parmi les cinq principaux marchés de l'UE, avec un TCAC de 0,3 % entre 2015 et 2018, mais on prévoit qu'elle connaîtra une croissance modérée et passera à un TCAC de 1,2 % entre 2019 et 2022. Les quatre autres marchés ont connu une croissance plus rapide que celle de la France, leur TCAC s'échelonnant de 1,4 % à 1,8 % au cours de la période 2015-2018.

Valeur des ventes et croissance des 5 principaux marchés de la restauration de l'Union européenne, en millions de dollars américains, en 2015-2022
Pays 2015 2018 TCAC* 2015-2018 (%) 2019 2022 *TCAC 2019-2022 (%)
Italie 134 178,6 141 673,2 1,4 144 219,1 151 686,7 1,3
France 117 891,0 119 281,8 0,3 120 956,7 126 677,5 1,2
Espagne 110 133,3 117 854,1 1,7 117 380,7 124 700,3 1,5
Allemagne 108 845,7 115 010,5 1,4 118 746,8 121 444,4 0,6
Royaume-Uni 95 302,7 102 406,6 1,8 103 943,1 107 012,6 0,7

Source : GlobalData, 2019

.

*TCAC : taux de croissance annuel composé

Le marché français de la restauration est dominé par les restaurants; les restaurants à service rapide y représentent une part du marché en rapide expansion.

Selon un rapport de GlobalData, le secteur français de la restauration reste très fragmenté : 77 % des ventes du secteur alimentaire sont réalisées par les exploitants indépendants en 2018. En partie entraînées par une récession récente, les préférences des consommateurs ont évolué au cours des cinq dernières années. Ils sont maintenant plus susceptibles de mettre l'accent sur la valeur, et il y a une demande grandissante pour les produits pouvant être consommés rapidement et à des moments non conventionnels.

L'immigration et les événements culturels ont largement contribué à l'exposition des clients français à la cuisine étrangère. Cependant, malgré un nombre croissant de restaurants spécialisés dans la cuisine exotique de l'Asie, de l'Afrique et de l'Amérique, le marché reste plus traditionnel que celui des pays voisins tels que l'Allemagne, l'Espagne, la Belgique et l'Italie. Les restaurants à service complet (RSC) ont gardé leur popularité, surtout chez les consommateurs plus âgés. Mais, en raison du ralentissement de l'activité économique en 2018, leur croissance est presque stagnante. Les pauses repas étant plus courtes et les consommateurs de plus en plus soucieux de leur budget, ces restaurants se sont positionnés plus près de l'échelon le plus bas de leur domaine, soit celui des restaurants à service rapide. Un manque de nouvelles idées et de créativité dans ce domaine pourrait menacer leur croissance future, car les établissements compétiteurs se sont adaptés avec plus de succès à un marché français en rapide évolution.

Selon Euromonitor, le secteur français de la restauration a accéléré sa numérisation en 2018, ce qui a permis une amélioration de l'expérience client ou une optimisation de la production. Les exploitants ont largement innové en termes d'amélioration d'outils numériques afin de consolider leurs parts de marché ou d'en acquérir, mais il reste que l'utilisation du numérique varie grandement selon les domaines. Un investissement dans les outils numériques a amélioré la qualité des aliments et favorisé l'expansion vers de nouveaux emplacements.

Le secteur de la restauration a continué de voir ses ventes augmenter à un rythme modéré en 2018, alors que les habitudes des consommateurs évoluaient vers un approvisionnement plus diversifié, ce qui dénotait une recherche d'expériences originales et plus segmentées. Des concepts hybrides, tels que les dépanneurs, gagnent continuellement du terrain. En outre, les livraisons à domicile connaissent une forte croissance, mais font face à de nouveaux défis liés au service.

Dans le présent rapport, huit sous-secteurs de la restauration ont été groupés pour former le « secteur à but lucratif » : hébergement, loisirs, services mobiles, restaurants, commerce de détail (consommation sur place seulement), voyage, milieu de travail, et pubs, clubs et bars. Ils sont exploités par des fournisseurs de services alimentaires indépendants ou franchisés.

En 2018, la valeur totale des ventes enregistrées par le secteur de la restauration français était de 119,3 G$ US. Les restaurants représentent le plus important sous-secteur de la restauration en France. Ils ont généré des ventes de 77,8 G$ US en 2018 et enregistré un TCAC de 0,2 % entre 2015 et 2018. Les ventes de ce sous-secteur devraient atteindre 82,7 G$ US en 2022, à un TCAC de 1,2 %. Le sous-secteur des loisirs s'est classé deuxième en termes de ventes (10,8 G$ US) en 2018, suivi par le sous-secteur de l'hébergement (10,6 G$ US), celui des pubs, des clubs et des bars (10,5 G$ US), et celui de la vente au détail (3,9 G$ US). Tous les sous-secteurs ont connu une légère croissance entre 2015 et 2018 et on s'attend à ce qu'ils connaissent une croissance modérée (s'échelonnant de 0,7 % à 1,6 %) entre 2019 et 2022.

Valeur des ventes et croissance de la restauration en France, par sous-secteur, en millions de dollars américains
Sous-secteur 2015 2018 TCAC* 2015-2018 (%) 2019 2022 *TCAC 2019-2022 (%)
Hébergement 10 468,9 10 612,7 0,3 10 722,8 11 110,7 0,9
Loisirs 10 710,1 10 848,1 0,3 10 998,4 11 471,1 1,1
Services mobiles 116,3 121,2 1,0 122,9 127,9 1,0
Pubs, clubs et bars 10 289,6 10 461,2 0,4 10 671,5 11 384,9 1,6
Restaurants 77 107,2 77 768,1 0,2 78 871,1 82 683,1 1,2
Vente au détail (consommation sur place) 3 757,6 3 860,2 0,7 3 898,1 4 024,8 0,8
Voyage 1 994,9 2 080,1 1,1 2 111,1 2 212,6 1,2
Cafés en milieu de travail 3 446,5 3 530,2 0,6 3 560,9 3 662,5 0,7
Total 117 891,0 119 281,8 0,3 120 956,7 126 677,5 1,2

Source :GlobalData, 2019.

*TCAC : taux de croissance annuel composé

Dans le sous-secteur des restaurants, ce sont les restaurants à service complet qui ont enregistré les ventes les plus élevées avec des ventes de 46,6 G$ US en 2018, suivi des restaurants à service rapide (26,7 G$ US). Ces deux principaux types d'établissements ont compté pour 94,3 % (73,3 G$ US) des ventes totales du sous-secteur des restaurants (77,8 G$ US). La croissance de ces deux types d'établissements a été marginale, à des TCAC respectifs de 0,0 % et de 0,5 % entre 2015 et 2018, et leur croissance devrait se poursuivre à des TCAC respectifs de 0,7 % et de 1,9 % entre 2019 et 2022. Tous les établissements devraient connaître une croissance modérée. Cependant, les restaurants à service rapide (qui représentaient 22,4 % des ventes totales en restauration) connaissent une croissance plus rapide que les restaurants à service complet (qui représentaient 30,7 % des ventes totales en restauration). Les restaurants à service rapide offrent un portrait plutôt fragmenté, mais restent dominés par la franchise McDonald's France. Les exploitants de ce domaine qui connaissent le succès ont adapté le modèle de restauration rapide aux préférences et aux particularités culturelles des Français. Les consommateurs français tendent à favoriser des repas plus longs et comprenant plusieurs plats. Les exploitants ont tenté de répondre à cette caractéristique en améliorant les places assises et les options alimentaires. L'établissement de restauration rapide français étend ses activités en offrant des produits traditionnellement associés à d'autres établissements. Des boissons alcoolisées sont depuis longtemps disponibles dans de nombreux établissements de restauration rapide français, et une offre améliorée de café et de produits de boulangerie est déployée par un nombre croissant d'exploitants du secteur.

Les cafés et salons de thé ont enregistré un faible TCAC de 0,5 % entre 2015 et 2018, pour atteindre des ventes de 4,2 G$ en 2018. Les prix de transaction y sont faibles (5,3 $ US pour les chaînes, 4,8 $ US pour les établissements indépendants), mais ils sont compensés par la fréquence élevée des visiteurs, surtout des groupes de consommateurs axés sur la commodité. Ce type d'établissements est hautement fragmenté et la majorité des consommateurs préfèrent les établissements indépendants aux établissements de chaînes. La clé d'une croissance future dans ce secteur sera l'augmentation des prix de transaction moyens, soit par l'augmentation de la valeur des options existantes, soit par la diversification de l'offre de produits, ce qui poussera les consommateurs à consommer plus que de simples boissons, goûters et repas légers. Starbucks et Columbus, les spécialistes des cafés et salons de thé, sont les meneurs dans ce domaine.

Dans le sous-secteur des établissements d'hébergement, ce sont les hôtels et motels qui ont enregistré les ventes les plus élevées avec des ventes de 9,1 G$ US en 2018, suivis des parcs de villégiature (703,4 millions de dollars américains). Ces deux principaux types d'établissements représentaient 93,1 % des ventes totales du sous-secteur de l'hébergement (10,6 G$ US). La croissance dans les deux cas est restée marginale, avec un TCAC de 0,3 % entre 2015 et 2018, et un TCAC prévu de 0,9 % et de 0,8 %, respectivement, entre 2019 et 2022.

Dans le sous-secteur des pubs, clubs et bars, ce sont les pubs et bars qui ont affiché les ventes les plus élevées, soit des ventes de 7,1 G$ US en 2018, suivis des boîtes de nuit (2,3 G$ US) et des clubs privés (1 G$ US). Bien que ces trois types d'établissements aient connu une croissance minimale, avec un TCAC respectif de 0,5 %, de 0,3 % et de 0,3 % entre 2015 et 2018, on prévoit un TCAC de 2,0 %, de 0,6 % et de 1,4 %, respectivement, entre 2019 et 2022. Ces établissements sont particulièrement populaires lors des événements sociaux parmi un vaste éventail de groupes d'âge des consommateurs. La fréquence des visiteurs est particulièrement élevée dans les bars locaux et les établissements indépendants. De nombreux exploitants blâment l'interdiction de fumer, adoptée en 2006, pour la performance statique du domaine au cours des dernières années.

Dans le sous-secteur des loisirs, les lieux de rencontre ont enregistré en 2018 des ventes de 4,6 G$, les plus élevées; ils sont suivis par les établissements de divertissement (4 G$ US) et les attractions touristiques (2,3 G$ US). Ces trois types d'établissements ont à peine progressé entre 2015 et 2018 avec des TCAC de 0,3 %, de 0,4 % et de 0,2 %, respectivement, et ils devraient croître à des TCAC de 1,0 %, de 1,2 % et de 1,9 %, respectivement, entre 2019 et 2022.

Valeur des ventes et croissance de la restauration en France, par sous-secteur et type d'établissement, en millions de dollars américains
Sous-secteur Type d'établissement 2015 2018 TCAC* 2015-2018 (%) 2019 2022 *TCAC 2019-2022 (%)
Hébergement Gîte touristique 181,9 185,5 0,5 189,3 201,6 1,6
Parc pour caravanes 17,1 17,2 0,3 17,5 18,2 1,1
Petit hôtel 201,6 203,4 0,2 205,9 214,1 1,0
Parc de villégiature 694,7 703,4 0,3 710,4 732,4 0,8
Auberge 171,7 173,3 0,2 175,4 182,0 0,9
Hôtel ou motel 9 045,4 9 171,3 0,3 9 263,8 9 595,1 0,9
Autres 156,5 158,5 0,3 160,5 167,3 1,0
Loisirs Lieu de divertissement 3 963,9 4 021,4 0,4 4 084,1 4 280,7 1,2
Lieu de rencontre 4 511,5 4 570,1 0,3 4 631,4 4 822,3 1,0
Attraction touristique 2 234,7 2 256,6 0,2 2 282,9 2 368,0 0,9
Services mobiles Autres services mobiles 17,6 18,1 0,6 18,2 18,6 0,6
Fourgonnettes 98,7 103,1 1,1 104,6 109,2 1,1
Pubs, clubs et bars Boîte de nuit 2 308,4 2 340,0 0,3 2 359,9 2 419,9 0,6
Club privé 995,9 1 009,0 0,3 1 026,7 1 085,1 1,4
Pub ou bar 6 985,4 7 112,2 0,5 7 284,9 7 879,9 2,0
Restaurants Café ou salon de thé 4 088,6 4 172,4 0,5 4 267,5 4 594,3 1,9
Restaurant à service complet 46 530 46 566,9 0,0 46 932,5 48 209,8 0,7
Bar laitier 282,8 286,7 0,3 292,0 309,3 1,4
Restaurant à service rapide 26 205 26 742,1 0,5 27 379,1 29 569,7 1,9
Commerces de détail (consommation sur place) Boulangerie 1 707,5 1 741,0 0,5 1 752,9 1 791,1 0,5
Dépanneur 266,5 274,2 0,7 277,1 287,1 0,9
Épicerie fine 75,5 76,9 0,5 77,4 79,2 0,6
Grand magasin 50,5 51,3 0,4 51,5 52,1 0,3
Centre de jardinage et de rénovation 37,8 38,9 0,7 39,3 40,8 0,9
Autres commerces de détail 86,9 86,9 0,0 86,9 87,0 0,0
Dépanneur de station-service 790,2 820,1 0,9 831,3 869,1 1,1
Supermarché/hypermarché 742,7 770,9 0,9 781,6 818,3 1,2
Voyage Transport aérien 1 020,0 1 066,5 1,1 1 082,6 1 133,2 1,1
Transport ferroviaire 531,1 553,9 1,1 562,5 591,9 1,3
Transport maritime 443,8 459,8 0,9 466,0 487,5 1,1
Cafés en milieu de travail Gouvernement 504,9 520,8 0,8 527,0 548,1 1,0
Industriel 1 813,1 1 851,0 0,5 1 864,3 1 906,3 0,6
Commerces de détail et institutions financières 1 128,5 1 158,4 0,7 1 169,7 1 208,0 0,8

Source : GlobalData, 2019.

*TCAC : taux de croissance annuel composé

Comparaison entre les restaurants franchisés et les restaurants indépendants

En dépit de la croissance plus rapide des établissements franchisés en France, les exploitants indépendants dominaient tous les sous-secteurs en termes de nombre d'établissements et de valeur des ventes. La performance des chaînes de restaurants est entraînée par des prix unitaires plus élevés. La compétition s'intensifie une fois que des nouveaux venus dynamiques entrent dans l'industrie de la restauration.

Dans le sous-secteur des restaurants, les ventes des restaurants indépendants représentaient 79 % des ventes totales, tandis que celles des restaurants franchisés en représentaient 21 % en 2018. Dans le sous-secteur des loisirs, les établissements indépendants représentaient 66,2 % des ventes, tandis que les établissements franchisés en représentaient 33,8 % en 2018. Dans le secteur de l'hébergement, les ventes des indépendants comptaient pour 66,4 % des ventes totales, contre 33,6 % pour les franchisés. Dans le sous-secteur des pubs, clubs et bars, les ventes des indépendants comptaient pour 88,1 % des ventes totales, contre 11,9 % pour les franchisés. Ce n'est que dans le sous-secteur des commerces au détail que les établissements franchisés et les établissements indépendants se sont partagé également les ventes. La croissance de tous les sous-secteurs, pour les établissements franchisés comme pour les établissements indépendants, a été très lente, avec des TCAC s'échelonnant de 0,1 % à 1,0 % entre 2015 et 2018. On prévoit que le TCAC restera très faible au cours de la période entre 2019 et 2022.

Valeurs des ventes (réalisées et prévues) des restaurants en France : comparaison entre les exploitants franchisés et les exploitants indépendants, en millions de dollars américains
Exploitant franchisé vs indépendant Sous-secteur 2015 2018 TCAC* 2015-2018 (%) 2019 2022 TCAC* 2019-2022 (%)
Franchisé Hébergement 3 511,2 3 562,1 0,4 3 599,7 3 731,0 0,9
Loisirs 3 617,1 3 667,5 0,3 3 713,9 3 866,1 1,0
Pubs, clubs et bars 1 220,3 1 242,6 0,5 1 273,7 1 375,9 1,9
Restaurants 16 013,7 16 319,6 0,5 16 665,0 17 876,3 1,8
Commerce de détail (consommation sur place) 1 812,2 1 872,8 0,8 1 895,3 1 971,4 1,0
Total partiel (franchisés) 26 174,6 26 664,5 0,5 27 147,6 28 820,6 1,5
Indépendant Hébergement 6 957,7 7 050,6 0,3 7 123,0 7 379,7 0,9
Loisirs 7 093,0 7 180,6 0,3 7 284,5 7 605,0 1,1
Services mobiles 116,3 121,2 1,0 122,9 127,9 1,0
Pubs, clubs et bars 9 069,3 9 218,6 0,4 9 397,8 10 009,1 1,6
Restaurants 61 093,4 61 448,5 0,1 62 206,1 64 806,8 1,0
Commerce de détail (consommation sur place) 1 945,3 1 987,4 0,5 2 002,9 2 053,4 0,6
Total partiel (indépendants) 86 275,1 87 007,0 0,2 88 137,2 91 981,8 1,1
Non précisé Voyage 1 994,9 2 080,1 1,1 2 111,1 2 212,6 1,2
Milieu de travail 3 446,5 3 530,2 0,6 3 560,9 3 662,5 0,7
Total général 117 891,0 119 281,8 0,3 120 956,7 126 677,5 1,2

Source : GlobalData, 2019.

*TCAC : taux de croissance annuel composé

Dans le secteur français des établissements franchisés, la valeur par transaction la plus élevée en 2018 avait lieu dans les clubs sociaux (23,9 $ US), suivis des hôtels et motels (23,1 $ US) et des pubs (22,2 $ US). Les cafés et les salons de thé ont enregistré un TCAC de 2,6 %, le plus élevé entre 2015 et 2018, et on prévoit pour ceux-ci un TCAC de 1,0 %, également le plus élevé, entre 2019 et 2022. D'après un rapport GlobalData (France - The Future of Restauration to 2022), les pubs, les clubs et les bars font partie intégrante de la culture française, mais ils risquent de perdre leur statut en raison de tendances de consommation changeantes. Les consommateurs s'attardent aujourd'hui au rapport qualité-prix et sont moins susceptibles de visiter des établissements principalement pour y consommer des boissons, une tendance qui se poursuivra vraisemblablement avec la faible croissance de l'économie française.

Les valeurs moyennes de transaction sont élevées lorsqu'on les compare à celle des autres domaines, ce qui indique que lorsque les consommateurs visitent un pub, un club ou un bar, ils tendent à y rester pour une période prolongée. La planification et le localisme contribuent à cet état de fait. Les exploitants devraient s'assurer d'offrir des environnements confortables en accueillants afin de favoriser ce comportement.

Valeur (réalisée et prévue) par transaction chez les restaurants franchisés, par établissement, en dollars américains
Franchisés : Sous-secteur Type d'établissement 2015 2018 TCAC* 2015-2018 (%) 2019 2022 TCAC* 2019-2022 (%)
Hébergement Parc pour caravanes 13,5 14,6 1,9 14,7 14,9 0,3
Parc de villégiature 16,2 17,4 1,8 17,6 17,8 0,3
Auberge 8,2 8,8 2,0 8,9 9,0 0,3
Hôtel ou motel 21,6 23,1 1,7 23,3 23,4 0,1
Autres 12,9 13,8 1,9 13,9 14,0 0,1
Loisirs Lieu de divertissement 6,2 6,8 2,3 6,9 7,1 0,6
Lieu de rencontre 10,8 11,8 2,3 12,0 12,3 0,6
Attraction touristique 7,2 7,7 1,9 7,8 7,9 0,3
Pubs, clubs et bars Bar 17,1 18,4 1,8 18,6 18,7 0,2
Pub 20,6 22,2 1,8 22,3 22,5 0,2
Club social 21,8 23,9 2,4 24,4 25,2 0,9
Restaurants Restaurant décontracté 15,4 16,4 1,7 16,5 16,6 0,0
Café ou salon de thé 4,8 5,3 2,6 5,4 5,6 1,0
Bar laitier 5,5 5,9 1,9 6,0 6,1 0,5
Restaurant à service rapide 7,5 8,1 2,0 8,2 8,3 0,4
Commerces de détail Boulangerie 3,6 3,8 1,5 3,9 3,9 −0,1
Dépanneur 3,2 3,4 1,8 3,4 3,5 0,2
Grand magasin 3,9 4,1 1,6 4,2 4,2 0,1
Centre de jardinage et de rénovation 4,2 4,5 1,7 4,5 4,6 0,1
Autres commerces de détail 3,6 3,8 1,5 3,9 3,8 −0,2
Dépanneur de station-service 3,3 3,5 1,6 3,6 3,6 0,0
Supermarché/hypermarché 3,7 4,0 2,0 4,1 4,2 0,4

Source : GlobalData, 2019.

*TCAC : taux de croissance annuel composé

Dans les restaurants indépendants français, la valeur par transaction la plus élevée en 2018 était dans les boîtes de nuit (28 $ US), suivies des clubs privés (26,3 $ US), des clubs sociaux (23,1 $ US), des restaurants gastronomiques (22,7 $ US), et des hôtels et motels (21,8 $ US). Les clubs sociaux, ainsi que les cafés et salons de thé ont tous deux enregistré le même TCAC de 2,4 %, le plus élevé entre 2015 et 2018, et il est prévu qu'ils connaissent la croissance la plus rapide, avec un TCAC de 0,9 %, entre 2019 et 2022. Les restaurants gastronomiques, les boulangeries et les autres commerces au détail devraient connaître une croissance négative, avec des TCAC de −0,1 % et de −0,2 %, respectivement, au cours de la période 2019-2022.

Valeur par transaction (réalisée et prévue) pour les restaurants indépendants, par établissement, en dollars américains
Indépendants : sous-secteur Type d'établissement 2015 2018 TCAC* 2015-2018 (%) 2019 2022 TCAC* 2019-2022 (%)
Hébergement Gîte touristique 4,5 4,9 2,0 5,0 5,0 0,4
Parc pour caravanes 12,8 13,8 1,9 13,9 14,1 0,3
Petit hôtel 8,4 9,0 1,8 9,0 9,1 0,2
Parc de villégiature 15,1 16,3 1,8 16,4 16,6 0,2
Auberge 7,7 8,3 1,9 8,3 8,4 0,3
Hôtel ou motel 20,4 21,8 1,7 22,0 22,1 0,1
Autres 11,6 12,3 1,6 12,4 12,4 0,1
Loisirs Lieu de divertissement 5,9 6,5 2,2 6,6 6,7 0,6
Lieu de rencontre 9,8 10,6 2,2 10,8 11,1 0,6
Attraction touristique 6,6 7,1 1,9 7,2 7,3 0,3
Services mobiles Autres services mobiles 7,9 8,5 1,8 8,6 8,7 0,2
Fourgonnette 8,0 8,6 2,0 8,7 8,9 0,4
Pubs, clubs et bars Bar 15,8 16,9 1,8 17,1 17,2 0,2
Boîte de nuit 25,9 28,0 1,9 28,3 28,6 0,3
Club privé 23,9 26,3 2,4 26,8 27,8 0,9
Pub 19,1 20,4 1,7 20,6 20,8 0,2
Club social 21,0 23,1 2,4 23,5 24,3 0,9
Restaurants Restaurant décontracté 14,5 15,5 1,7 15,6 15,6 0,0
Café ou salon de thé 4,4 4,8 2,4 4,9 5,1 0,9
Restaurant gastronomique 21,4 22,7 1,5 22,8 22,7 −0,1
Bar laitier 5,1 5,6 2,0 5,6 5,7 0,5
Restaurant à service rapide 6,9 7,4 1,9 7,5 7,6 0,4
Commerces de détail Boulangerie 3,3 3,5 1,5 3,6 3,5 −0,1
Dépanneur 3,0 3,2 1,8 3,2 3,2 0,2
Épicerie fine 3,7 4,0 1,7 4,0 4,0 0,1
Grand magasin 3,5 3,7 1,6 3,7 3,7 0,0
Centre de jardinage et de rénovations 3,7 4,0 1,7 4,0 4,0 0,1
Autres commerces de détail 3,5 3,7 1,5 3,7 3,7 −0,2
Dépanneur de station-service 3,1 3,3 1,6 3,4 3,4 0,0
Supermarché/hypermarché 3,7 4,0 2,0 4,0 4,1 0,4

Source : GlobalData, 2019.

*TCAC : taux de croissance annuel composé

Comparaison entre les restaurants avec salle à manger et les comptoirs de mets à emporter

En termes de valeur des ventes dans le secteur français de la restauration en 2018, le domaine des restaurants avec salle à manger a enregistré des ventes de 107,2 G$ US, ce qui représente 89,9 % du marché, alors que le domaine des comptoirs de mets à emporter a enregistré des ventes de 12,1 G$ US, soit 10,1 % des ventes. Dans le sous-domaine des commandes emportées par le client, les ventes ont atteint 8,5 G$, soit 7,1 % des parts de marché, tandis que dans celui des commandes livrées, elles ont atteint 3,6 G$ US, soit 3 % des parts de marché. Les domaines des restaurants avec salle à manger et des comptoirs de mets à emporter ont connu une croissance modeste, avec des TCAC respectifs de 0,3 % et 0,5 % entre 2015 et 2018. On prévoit que le sous-domaine des commandes livrées atteindra un TCAC de 1,6 %, le plus élevé, entre 2019 et 2022.

Valeur des ventes et croissance par domaine : comparaison entre les restaurants avec salle à manger et les comptoirs de mets à emporter, enmilliard $ US
Domaine Sous-domaine 2015 2018 Parts de marché en 2018 (%) TCAC* 2015-2018 (%) 2019 2022 TCAC* 2019-2022 (%)
Salles à manger Salles à manger 106,1 107,2 89,9 0,3 108,7 113,6 1,1
Comptoirs de mets à emporter Commandes emportées par le client 8,3 8,5 7,1 0,5 8,7 9,2 1,5
Commandes livrées 3,5 3,6 3,0 0,6 3,6 3,9 1,6
Total pour « Comptoirs de mets à emporter » 11,8 12,1 10,1 0,5 12,3 13,0 1,5
Total général 117,9 119,3 100 0,3 120,9 126,7 1,2

Source : GlobalData, 2019.

*TCAC : taux de croissance annuel composé

Les dix plus grandes entreprises de restauration en France

McDonald's était le principal franchiseur en restauration en France, avec des ventes de près de 5 G$ US en 2017, soit 4,9 % du marché de la restauration en France. Il était suivi par AccorHotels (1,5 G$ US), Restaurant Brands International (1,3 G$ US), Groupe Bertrand (1,1 G$ US) et Yum! Brands, Inc. (747,5 millions de dollars américains).

Restaurant Brands International, Inc., engendrée par la fusion très médiatisée des marques de franchises Burger King et Tim Horton's, est la troisième plus grande chaîne de restauration rapide mondiale. Groupe Bertrand est le plus grand exploitant français de pubs et de bars, en termes de valeur des ventes et de parts de marché. Ce groupe exploite dans toute la France des restaurants sous certaines marques de commerce, notamment Burger King et Quick. Il exploite également des pubs sous les marques Au Bureau et Café Leffe (en partenariat avec InBev, dans le cas de cette dernière). Yum! Brands, Inc est la plus importante entreprise de restauration rapide au monde; elle est surtout connue pour ses chaînes franchisées, entre autres KFC, Pizza Hut et Taco Bell.

Buffalo Grill est le plus grand exploitant de grilladeries en France. Les restaurants du groupe offrent un service complet et mettent fortement l'accent sur l'aspect familial. Agapes, autrefois propriété de l'Association familiale Mulliez, exploite la chaîne de restauration rapide Flunch, la chaîne de livraison de pizzas et de salles à dîner Pizza-Pai, ainsi qu'un certain nombre de petites chaînes. La principale chaîne de restaurants avec service complet (RSC) de Groupe le Duff en France est la chaîne Del Arte, une chaîne de restaurants de style italien. Del Arte est la plus grande chaîne de restauration inspirée de la cuisine étrangère en France; elle sert des pizzas, des pâtes, des risottos et des desserts italiens. Serare SAS exploite la chaîne de RSC Courtepaille, qui possède en France 280 grilladeries et se spécialise dans les aliments grillés tels que le bifteck et le poulet de style rôtisserie. La chaîne vise surtout les familles et les voyageurs, à des prix moyens.

Les 10 principales entreprises de restauration en France, par valeur des ventes et parts de marché, en 2017, en millions de dollars américains
Entreprise Ventes (millions de dollars américains) Parts de marché (%)
McDonald's Corporation 4 989,2 4,9
AccorHotels 1 541,6 1,5
Restaurant Brands International 1 344,7 1,3
Groupe Bertrand 1 132,1 1,1
Yum! Brands, Inc. 747,5 0,7
Louvre Hotels Group 624,0 0,6
Buffalo Grill SA 618,5 0,6
Agapes Restauration 538,3 0,5
Groupe Le Duff 476,9 0,5
Serare SAS 361,5 0,4
Autres 89 520,4 87,9
Total 101 894,8 100,0

Source :GlobalData, 2019.

Note : données disponibles jusqu'à 2017 seulement

Débouchés pour les exportateurs canadiens

Accord économique et commercial global

En vertu de l'Accord économique et commercial global (AECG), 98 % des lignes tarifaires de l'UE sont maintenant exemptes de droits de douane pour les produits canadiens, et 1 % de plus le deviendront sur une période de sept ans. L'élimination des droits de douane augmente les possibilités d'exportation vers le marché de l'UE pour les producteurs, les transformateurs et les fabricants canadiens, en particulier pour les produits agricoles et agroalimentaires, les poissons et fruits de mer, les produits forestiers et la gamme complète des marchandises industrielles.

Comment l'AECG profitera-t-il aux exportateurs canadiens de produits agricoles et agroalimentaires ?

Pour de plus amples renseignements, accédez à la page Débouchés et avantages de l'AECG pour les exportateurs canadiens de produits agricoles et agroalimentaires.

Stratégies pour pénétrer le secteur français de la restauration

Le secteur français de la restauration, qui comprend de nombreux établissements de qualité et une grande diversité, est très compétitif. La plupart des grandes entreprises de restauration, incluant les chaînes de restauration, offrent une cuisine locale et n'utilisent des produits importés que s'il n'y a pas de produit local correspondant. Les restaurants français servant une cuisine internationale sont plus susceptibles d'utiliser des produits alimentaires importés. Il existe cependant des débouchés de niche pour les fournisseurs canadiens de divers produits, comme les poissons et fruits de mer, la viande de bison, la viande de cheval, le bœuf, les fruits et légumes, le vin de glace et la bière, les produits d'érable, les sucres et les confiseries, les aliments pour animaux, les graines et l'huile de canola, les lentilles, le blé dur, ainsi que les services d'aliments ethniques/régionaux congelés.

Voies d'entrée des exportations

D'après un rapport publié par le Foreign Agricultural Service de l'USDA (France : Food Service - Hotel Restaurant Institutional), les exportateurs peuvent accéder au marché français par plusieurs voies d'entrée. La voie appropriée dépend du type de produit et du consommateur ciblé. La plupart des entreprises choisissent l'une des voies d'entrée indiquées plus bas. Il y a environ 4000 distributeurs/grossistes en France.

Un distributeur en France doit pouvoir gérer les douanes, la quarantaine et toutes les procédures d'obtention des licences requises pour le produit alimentaire. Certains distributeurs se chargent eux-mêmes des tâches administratives, tandis que d'autres engagent un agent d'importation. Pour certains produits, de nombreux documents et certificats sont obligatoires. On recommande fortement aux exportateurs de travailler avec un agent d'importation local et l'utilisateur final pour s'assurer que leurs produits sont conformes à la réglementation de la France et de l'UE, et que tous les documents voulus aient été remplis. Pour de plus amples renseignements à ce sujet, veuillez consulter les documents Exporter vers l'UE - Un guide pour les entreprises canadiennes, Bibliothèque des exigences en matière d'exportation (Agence canadienne d'inspection des aliments) et Réglementation sur les importations - France (Les Service des délégués commerciaux du Canada)

Principaux distributeurs/grossistes spécialisés dans le secteur de la restauration
Distributeur/grossiste Spécialisation
Pomona (entreprise privée) Fruits et légumes frais
Transgourmet (groupe Coop & Rewe, groupes suisses et allemands) Tous les aliments frais et congelés, notamment les poissons et fruits de mer, ainsi que les aliments congelés (Prodirest)
Davigel (filiale de Nestlé) Aliments et fruits de mer congelés
Brake France (Brake Bros, R.-U.) Aliments et fruits de mer congelés
Demarne Frères (entreprise privée) Poissons et fruits de mer frais, réfrigérés et congelés
PRF (entreprise privée) Poissons et fruits de mer frais, réfrigérés et congelés
Francap Distribution (groupe d'indépendants) Bureau des achats et grossiste pour les petits supermarchés et les restaurants
Source : Néo Restauration Magazine

Conclusion

La France est la troisième plus grande économie de l'UE après l'Allemagne et le Royaume-Uni, et elle représente le deuxième marché de la restauration de l'UE après l'Italie. Avec une population de 67 millions d'habitants et une moyenne de 86 millions de touristes par année, le marché de la restauration offre à l'industrie canadienne des services alimentaires et aux fournisseurs de produits alimentaires et de poissons et fruits de mer la possibilité d'étendre leurs opérations en France et de concurrencer les autres franchises alimentaires internationales déjà établies, ainsi que les entreprises de restaurations locales.

Pour de plus amples renseignements

Les délégués commerciaux internationaux peuvent fournir à l'industrie canadienne une expertise de terrain concernant les potentiels de marché, les conditions actuelles et les contacts d'affaires locaux, et sont un excellent point de contact pour obtenir des conseils à l'exportation.

Pour obtenir d'autres renseignements sur ce marché et d'autres marchés, consultez la liste complète des analyses des marchés mondiaux à la page Renseignements sur les marchés internationaux de l'agroalimentaire, par région.

Pour de plus amples renseignements sur la foire ANUGA 2019, veuillez communiquer avec :

Ben Berry, directeur adjoint
Stratégie et organisation, Foires commerciales
Agriculture et Agroalimentaire Canada
ben.berry@canada.ca

Ressources

Profil du secteur de la restauration – France
Rapport d'analyse mondiale

Préparé par : Hongli Wang, analyste des marchés

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (2019).

Photos
Les images figurant dans la présente publication sont reproduites avec la permission des titulaires des droits s'y rattachant. À moins d'avis contraire, Sa Majesté la Reine du chef du Canada est titulaire des droits d'auteur sur ces images.

Pour vous inscrire à notre liste de distribution ou pour suggérer d'autres sujets ou marchés de recherche, vous pouvez vous adresser à :

Agriculture et Agroalimentaire Canada, Analyses des marchés mondiaux
1341, chemin Baseline, Tour 5, 3e étage
Ottawa (Ontario) K1A 0C5
Canada
Courriel : aafc.mas-sam.aac@canada.ca

Le gouvernement du Canada a préparé le présent document en se fondant sur des sources d'information primaires et secondaires. Même s'il n'a ménagé aucun effort pour présenter des données exactes, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) n'assume aucune responsabilité à l'égard de toute décision qui pourrait être prise sur la base de ces renseignements.

Toute reproduction ou redistribution du présent document, en totalité ou en partie, doit énoncer clairement qu'Agriculture et Agroalimentaire Canada est le titulaire du droit d'auteur du document en respectant le modèle suivant : AAC – titre du rapport – année. Si le document reproduit ou redistribué reprend des données du présent document, il y a lieu d'y indiquer les sources telles qu'elles sont inscrites dans le présent document.

Agriculture et Agroalimentaire Canada fournit le présent document ainsi que d'autres services de production de rapports gratuitement à ses clients des industries agricole et alimentaire.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :