Sélection de la langue

Recherche

Profil des consommateurs – France

Janvier 2020

Sommaire

La France représente la septième économie en importance dans le monde relativement selon le produit intérieur brut (PIB) et se caractérise par sa large clientèle diversifiée et sophistiquée. En 2018, le pays affichait un PIB de 2,8 billions de dollars américains et la croissance annuelle du PIB se chiffrait à 1,7 %.

En 2018, la France comptait environ 67,1 millions d'habitants, un nombre qui devrait augmenter selon un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 0,3 % de 2019 à 2023. En 2018, environ 80,4 % de la population vivait en milieu urbain, et un total de 1,1 million de personnes vivait dans des villes françaises (Toulon, Lens, Metz, Avignon).

Au milieu de l'année 2018, le taux de fécondité moyen en France était de 2,06 par femme, soit l'équivalent de 12,1 enfants nés pour 1 000 habitants. Le taux de fécondité en France continue de diminuer et l'espérance de vie augmente, ce qui crée une société vieillissante où la population âgée de plus de 65 ans représentait 19,8 % de la population en 2018, un pourcentage qui devrait augmenter pour atteindre 21,3 % d'ici 2023.

En 2018, le taux de chômage (9,1 %) était l'un des plus élevés de l'Union européenne (UE), représentant environ 2,7 millions de personnes sans emploi en France. Le groupe d'âge le plus touché est celui des 15-24 ans, mais grâce aux nouvelles initiatives de formation entreprises par le gouvernement, le taux de chômage a légèrement baissé selon un TCAC de −3,2 % de 2014 à 2018 et devrait encore diminuer selon un TCAC de −3,2 % de 2019 à 2023.

En 2018, le total des dépenses de consommation par habitant en aliments et en boissons s'élevait à 2 232 $ US. De ce montant, 65,1 % étaient consacrés aux aliments, et 34,9 % aux boissons alcoolisées et non alcoolisées. Les Français ont un grand pouvoir d'achat : ils achètent régulièrement et recherchent des produits nouveaux et novateurs plus sains, biologiques, durables, pratiques et transparents.

Principaux indicateurs démographiques

En 2018, la France comptait environ 67,1 millions d'habitants; la population s'accroît selon un TCAC de 0,4 % de 2014 à 2018, et devrait connaître une légère baisse selon un taux de 0,3 % de 2019 à 2023. En 2018, plus des trois quarts de la population (80,4 %) vivaient en milieu urbain en France, alors que 19,6 % vivaient en régions rurales. La population devrait croître de 1 million de personnes d'ici 2023 pour atteindre un total de 68,2 millions de personnes.

Population urbaine de la France de 2014 à 2023 (en milliers), données historiques et prévisions
Catégorie 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Population urbaine 52 551,1 54 014,9 0,7 54 364,6 55 733,5 0,6
Population urbaine (pourcentage de la population totale) 79,4 80,4 0,3 80,7 81,8 0,3
Population rurale 13 639,2 13 131,1 −0,9 12 994,2 12 419,5 −1,1
Population rurale (pourcentage de la population totale) 20,6 19,6 −1,3 19,3 18,2 −1,4
Population totale 66 190,3 67 145,9 0,4 67 358,8 68 153,0 0,3

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

En 2018, un total de 1,1 million de personnes vivait dans les villes françaises (Toulon, Lens, Mertz, Avignon). Environ 65 % de la population vivait dans les régions métropolitaines de la France, comme Paris, Marseille, Lille, Lyon et Bordeaux.

Population dans les villes et les grandes régions métropolitaines en France de 2014 à 2023 (en milliers), données historiques et prévisions
Ville 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Toulon 429,1 433,2 0,2 434,0 436,5 0,1
Lens 243,0 244,3 0,1 244,5 245,3 0,1
Metz 215,9 215,8 0,0 215,8 215,7 0,0
Avignon 181,4 184,0 0,3 184,3 186,0 0,2
Total - Population urbaine 1 069,5 1 077,1 0,2 1 078,5 1 083,3 0,1

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

En 2018, on comptait presque autant d'hommes que de femmes en France, mais les femmes étaient légèrement plus nombreuses (51,4 %) que les hommes (48,6 %). L'âge médian en France était de 41,5 ans. D'ici 2023, l'âge médian de la population totale devrait passer à 42,1 ans.

De 2014 à 2018, la population âgée de plus de 65 ans a connu la plus importante croissance avec un TCAC de 2,3 %, et cette croissance devrait se poursuivre de 2019 à 2023, selon un TCAC de 1,8 %, contrairement au groupe 0-64 ans, qui devrait connaître un déclin pendant cette période.

En France, le solde lié à l'immigration est positif : en 2018, le solde migratoire net officiel indiquait qu'il y avait 72 080 personnes de plus qui entraient au pays par rapport au nombre de personnes qui le quittaient. Cependant, le nombre d'immigrants illégaux est inconnu, et même si la plupart des demandeurs d'asile n'obtiennent pas de statut officiel, la plupart d'entre eux finissent quand même par s'installer au pays. On a constaté une hausse des demandes d'asile au cours des cinq dernières années, tendance qui se poursuit en 2019.Note de bas de page 1

Population de la France par groupe d'âge de 2014 à 2023 (en milliers), données historiques et prévisions
Catégorie 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Population masculine (%) 48,6 48,6 0,0 48,6 48,7 0,0
Population féminine (%) 51,4 51,4 0,0 51,4 51,3 −0,0
Population âgée de moins de 15 ans 12 378,2 12 409,1 0,1 12 409,7 12 307,3 −0,2
Population âgée de 15 à 64 ans 41 685,6 41 429,7 −0,2 41 381,1 41 271,5 −0,1
Population âgée de plus de 65 ans 12 126,5 13 307,1 2,3 13 568,0 14 574,2 1,8
Âge médian de la population 40,9 41,5 0,4 41,6 42,1 0,3
Solde migratoire 72 222 72 080 0,0 72 344 72 597 0,1
Population totale 66 190,3 67 145,9 0,4 67 358,8 68 153,0 0,3

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Statistiques de l'état civil de la France

Au milieu de l'année 2018, le taux de fécondité moyen en France était de 2,06 par femme, soit l'équivalent de 12,1 enfants nés pour 1 000 habitants. Le taux de fécondité du pays connaît un déclin depuis 2014, et on s'attend à ce que ce déclin se poursuive selon un TCAC de −0,8 % jusqu'en 2023; on s'attend à passer à 11,6 naissances par 1 000 habitants et à un taux de fécondité de 2,02 par femme d'ici 2023.

En France, l'espérance de vie moyenne était de 82 ans en 2018, et on s'attend à ce qu'elle atteigne 82,4 ans d'ici 2023. Selon les statistiques d'Eurostat, en 2017, l'espérance de vie moyenne ainsi que le taux de fécondité en France se trouvaient parmi les plus élevés des pays membres de l'UE. L'espérance de vie à la naissance dans les 28 pays membres de l'UE était estimée à 80,9 ans (0,1 an de moins qu'en 2016), atteignant 83,5 ans pour les femmes (0,1 an de moins) et 78,3 ans pour les hommes (0,1 an de plus). Plus précisément, en 2017, lorsqu'un homme avait atteint 65 ans, il pouvait, en moyenne, s'attendre à vivre encore 14,1 ans (comme en Bulgarie et en Lettonie), et 19,6 ans en France. L'espérance de vie des femmes âgées de 65 ans était plus élevée : dans les pays de l'UE, elle variait en moyenne entre 17,8 ans en Bulgarie et 23,6 ans supplémentaires en France.Note de bas de page 2

Toutefois, selon GlobalData, en raison du taux de fécondité à la baisse ainsi que de l'espérance de vie à la hausse, la France comptera une société vieillissante, où la population âgée de plus de 65 ans représentait 19,8 % en 2018 et devrait atteindre 21,3 % en 2023. Avec la baisse des taux de fécondité et l'augmentation du vieillissement de la population, la population française d'âge actif connaîtra également une baisse. La population en âge de travailler (groupe d'âge de 15-64 ans), qui représentait 64,9 % de la population totale en 2008, a diminué pour s'établir à 61,7 % en 2018, et devrait continuer à diminuer pour passer à 60,6 % d'ici 2023.

Tendances démographiques de la France de 2014 à 2023, données historiques et prévisions
Catégorie 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Total des naissances vivantes au cours de l'année civile 827 575 816 088 −0,4 809 986 793 089 −0,5
Taux de natalité (par 1 000 habitants, au milieu de l'année) 12,5 12,1 −0,8 12,0 11,6 −0,8
Taux de mortalité infantile (moins d'un an, par 1 000 naissances vivantes) 3,3 3,2 −0,8 3,2 3,1 −0,8
Taux de fécondité moyen 2,08 2,06 −0,2 2,06 2,02 −0,5
Espérance de vie moyenne à la naissance 81,7 82,0 0,1 82,1 82,4 0,1
Nombre total de décès au cours de l'année civile 602 332 631 172 1,2 639 909 667 900 1,1
Taux de mortalité (par 1 000 habitants pendant un an) 9,1 9,4 0,8 9,5 9,8 0,8
Population totale 66 190,3 67 145,9 0,4 67 358,8 68 153,0 0,3

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Structure des ménages en France

En 2016, on comptait environ 30 millions de ménages en France, et le plus grand nombre de ménages sans enfants (20 660 351) étaient habités par une seule personne (10 553 129). Avec l'augmentation du nombre de ménages en France, qui atteindra environ 30,8 millions d'ici la fin de 2021, on prévoit que le nombre de ménages sans enfants (21 507 876) continuera de dépasser de plus de 50 % le nombre de ménages avec enfants (8 867 629).

Nombre de personnes par ménage en France de 2012 à 2021 (en milliers), données historiques et prévisions
Type 2012 2016 TCAC* (%) 2012-2016 2017 2021 TCAC* (%) 2017-2021
Nombre de ménages 29 011,0 30 047,1 0,9 30 210,4 30 789,4 0,5
Nombre de ménages sans enfants 20 162,6 20 660,8 0,6 20 881,1 21 507,9 0,7
Nombre de ménages avec enfants 8 848,3 9 066,8 0,6 8 989,1 8 867,6 −0,3
Nombre de ménages composés d'une seule personne 10 037,8 10 553,1 1,3 N.D. N.D.
Nombre de ménages composés de deux personnes 9 776,7 9 780,2 0,0 N.D. N.D.
Nombre de ménages composés de trois personnes et plus 9 225,5 9 423,5 0,5 N.D. N.D.

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

N.D. : Non disponible

Indicateurs économiques

En 2018, le PIB se chiffrait à 2 778 G$ US, plaçant donc la France au 7e rang du classement du PIB parmi 196 pays, avec une croissance annuelle du PIB de 1,7 %. Il faut mentionner que la valeur absolue du PIB de la France a augmenté de 191 319 M$ US par rapport à 2017.Note de bas de page 3

En 2018, le taux de chômage (9,1 %) était parmi l'un des plus élevés de l'UE, représentant environ 2,7 millions de personnes sans emploi en France. Le taux de chômage est plus bas dans la plupart des pays voisins de la France, à l'exception de l'Espagne. En 2018, le groupe d'âge le plus touché était celui des 15-24 ans, représentant 20,1 % de la population sans emploi. Le taux de chômage a diminué lentement selon un TCAC de −3,2 % entre 2014 et 2018, et devrait continuer à baisser selon un TCAC de −3,2 % de 2019 à 2023, ce qui devrait donner un taux de chômage de 7,7 % en 2023. Selon GlobalData, les initiatives entreprises par le gouvernement, telles que la formation visant à perfectionner les compétences des personnes à la recherche d'un emploi, l'octroi de subventions à l'embauche aux employeurs et la réduction des cotisations de sécurité sociale devraient stimuler l'emploi en augmentant le nombre de nouveaux emplois offerts dans le pays.Note de bas de page 4

Le gouvernement français a fait passer le salaire minimum national à 1 715 $ US par mois depuis le 1er janvier 2018, ce qui représente une hausse de 1 % par rapport à 2017. De cette façon, on s'attend à encourager la consommation privée en France.

Données économiques de la France de 2014 à 2023 (en dollars américains), données historiques et prévisions
Catégorie 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
PIB, prix courants (en milliards) 2 854,0 2 778,0 −0,7 2 755,7 3 196,1 3,8
Véritable croissance annuelle du PIB (%) 1,0 1,7 14,5 1,3 1,5 3,3
Taux de chômage total (en milliers) 3 059,1 2 685,7 −3,2 2 624,9 2 275,3 −3,5
Groupe d'âge, de 15 à 24 ans (%) 23,5 20,1 −3,8 N.D. N.D.
Groupe d'âge, de 25 à 54 ans (%) 8,8 7,8 −3,1 N.D. N.D.
Groupe d'âge, de 55 à 64 ans (%) 7,3 6,7 −3,1 N.D. N.D.
Taux de chômage total (%) 10,3 9,1 −3,2 8,8 7,7 −3,2

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

N.D. : Non disponible

Dépenses en aliments et en boissons

En 2018, le total des dépenses de consommation par habitant en aliments et en boissons s'élevait à 1 877,2 $ US, dont 77,4 % étaient consacrés aux aliments, et 22,6 % aux boissons alcoolisées et non alcoolisées. Selon GlobalData, la hausse de la consommation privée et la croissance des exportations stimuleront l'économie de la France. Le taux nominal des dépenses de consommation des ménages est passé de 1,8 % en 2016 à 2,8 % en 2018 et devrait atteindre 2,9 % d'ici 2023. Selon le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, les exportations ont également connu une augmentation de 4,5 % en 2017 pour atteindre 541,6 G$ US.Note de bas de page 4

Les dépenses de consommation par habitant en aliments emballés devraient enregistrer un TCAC de 5,9 % de 2019 à 2022, et représenteraient 17 % des dépenses des ménages de 2017. En 2018, les exportations canadiennes de boissons et d'aliments transformés en France se chiffraient à 101,8 M$ US. Il existe des débouchés commerciaux pour certains produits comme le poisson et les fruits de mer, les fruits surgelés, le sirop d'érable, le cidre de glace, etc.

Les consommateurs français sont prêts à payer plus cher pour une meilleure qualité, la salubrité alimentaire et le côté pratique des produits alors qu'avant 2016, ils recherchaient toujours des produits bon marché.Note de bas de page 5 Selon GlobalData, la valeur des ventes au détail d'aliments emballés a continué d'augmenter en France, représentant environ 227,4 G$ US en 2018, et devant atteindre 250,5 G$ US d'ici 2023, ce qui représenterait un TCAC de 2 % pour la période de 2019 à 2023. En 2018, les aliments de base comme la viande, les produits de boulangerie et les céréales ainsi que les produits laitiers et les produits de soja emballés sont les produits qui se retrouvaient le plus souvent dans le panier des consommateurs français. Les substituts de viande et la crème glacée sont les catégories qui devraient connaître la plus forte croissance entre 2019 et 2022.

La catégorie des boissons non alcoolisées présente certains défis. Les goûts et préférences des consommateurs français sont désormais plus axés sur la qualité, et les consommateurs accordent plus d'attention à la teneur en sucre et en calories des boissons rafraîchissantes qu'ils consomment. De plus, le marché des boissons rafraîchissantes de la France est bien établi, la compétition y est féroce et il est confronté aux préférences des consommateurs qui évoluent selon la tendance actuelle en matière de santé et de mieux-être. En réponse aux plus récentes tendances de consommation liées à l'arrivée de boissons rafraîchissantes plus saines, encouragées par une « seconde taxe sur le sucre » en France où les fournisseurs doivent maintenant s'adapter à une nouvelle taxe modulée qui varie en fonction de la teneur en sucre, les fabricants sont plus enclins à mettre au point de nouveaux produits et des innovations dans le secteur. Certaines marques comme Coca-Cola ont été largement critiquées pour avoir choisi de simplement réduire la taille des bouteilles sans en diminuer la teneur en sucre. Par ailleurs, depuis mars 2019, le gouvernement a également commencé à imposer des restrictions dans le secteur de la vente au détail relativement aux promotions et aux rabais, ce qui devrait donner lieu à l'établissement de prix unitaires plus hauts que la moyenne, particulièrement dans le segment des boissons rafraîchissantes de marque. Les boissons de marque maison devraient profiter des répercussions négatives sur les volumes de ventes des marques dont le prix est élevé.Note de bas de page 6

L'été chaud de 2018 a contribué à l'augmentation des volumes de ventes de l'eau embouteillée, des boissons non gazéifiées et des boissons à base de thé et de café prêtes à boire ou glacées. Entre 2014 et 2018, la consommation de ces boissons perçues comme malsaines et comme ayant une teneur élevée en sucre a diminué, notamment celle des poudres de fruits avec un TCAC de −6,3 %, des nectars (−5,3 %), des boissons gazéifiées (−4,6 %) et des boissons pour sportifs (−4,3 %). De plus, les saveurs standards et établies comme nature, citron, lime (eau), cola, orange, limonade claire (cola) et orange, pomme (jus/boissons non gazéifiées) ainsi que les mélanges de saveurs se sont avérés considérablement moins populaires que les saveurs émergentes. En effet, grenade (156,7 %), lime (403,5 %) et limonade claire (69 %) constituaient les saveurs émergentes les plus populaires sur le marché des boissons pour l'eau, les boissons gazéifiées et les jus/boissons non gazéifiées, respectivement.Note de bas de page 6

Dépenses de consommation par ménage en France, données historiques, prix courants fixes (en dollars américains), de 2013 à 2017
Catégorie 2013 2014 2015 2016 2017 TCAC* (%) 2013-2017
Dépenses finales de consommation des ménages : Aliments (en millions $ US) 224 296,5 225 023,7 228 753,6 234 824,8 241 407,7 0,0
Nombre de ménages (en milliers) 29 292,1 29 549,2 29 800,6 30 047,1 30 210,4 0,8
Dépenses finales de consommation des ménages : Aliments (par ménage) 7 657,2 7 611,0 7 686,9 7 842,3 8 015,1 1,1
Dépenses finales de consommation des ménages : Aliments (%) 16,9 16,8 16,8 16,9 17,0 0,2

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Dépenses en aliments et en boissons par habitant en France, données historiques et prévisions, par catégorie, taux fixes de 2018 (en dollars américains), de 2014 à 2023
Catégorie 2015 2018[v] TCAC* (%) 2015-2018 2019 2022 TCAC* (%) 2019-2022
Aliments emballés 1 296,0 1 452,2 12,1 1 491,6 1 580,0 5,9
Viande 290,3 317,4 3,0 321,2 329,9 0,9
Produits de boulangerie et céréales 234,9 259,7 3,4 266,0 272,6 0,8
Produits laitiers et produits de soja 191,8 214,0 3,7 219,9 234,0 2,1
Poisson et fruits de mer 112,9 129,0 4,5 133,7 145,1 2,8
Confiseries 99,4 110,9 3,7 113,9 121,0 2,0
Repas préparés 76,8 83,3 2,8 84,6 87,4 1,1
Collations salées et charcuterie 68,6 79,5 5,0 82,7 91,1 3,3
Assaisonnements, vinaigrettes et sauces 40,7 46,0 4,2 47,6 52,1 3,0
Crème glacée 34,8 44,4 8,5 47,6 56,9 6,2
Collations salées 25,0 29,8 6,1 31,4 35,1 3,8
Sirops et tartinades 25,9 29,8 4,8 31,1 34,1 3,2
Huiles et matières grasses 20,4 24,5 6,2 25,6 28,6 3,7
Autres aliments surgelés 22,0 23,9 2,9 24,4 25,5 1,5
Pâtes et nouilles 17,5 19,8 4,2 20,4 21,9 2,4
Autres aliments en conserve 17,2 19,0 3,4 19,3 19,8 0,8
Soupes 11,6 13,8 5,9 14,4 16,0 3,6
Autres aliments séchés 5,1 5,7 4,0 5,9 6,3 2,4
Substituts de viande 1,1 1,7 15,5 1,9 2,6 10,7
Boissons non alcoolisées 319,6 345,7 2,7 352,0 365,0 1,2
Boissons rafraîchissantes[1] 213,1 231,9 2,9 236,5 246,0 1,3
Boissons chaudes : café, thé et autres 106,5 113,8 2,2 115,5 119,0 1,0
Boissons alcoolisées 78,3 79,3 0,4 79,5 80,5 0,4
Bière et cidre 31,5 33,7 2,3 34,4 36,4 1,9
Spiritueux 5,6 5,4 −1,5 5,2 5,1 −1,0
Vin 41,2 40,3 −0,8 39,9 39,0 −0,8
Dépenses totales de consommation en aliments et en boissons 1 693,9 1 877,2 10,8 1 923,1 2 025,5 5,3

Source : GlobalData Intelligence, 2019

v : Valeurs estimées

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

1 : Comprend les boissons en vrac/chaudes sur demande; l'eau enrichie, aromatisée; les boissons gazeuses; les poudres de fruit, les jus, les nectars, le concentré de jus de fruits/les sirops; les boissons énergisantes, non gazéifiées, pour sportifs et à base de café et de thé prêtes à boire ou glacées

Tendances de consommation et débouchés

Les consommateurs français jouissent d'un grand pouvoir d'achat

La France se distingue par le fait que les consommateurs français sont assez aisés et profitent d'un important pouvoir d'achat; ils se situent parmi les cinquante premiers consommateurs du monde en ce qui a trait au PIB par habitant en termes de dépenses (42 300 $ US en 2016). Ils achètent souvent et sont prêts à essayer des produits nouveaux et novateurs, surtout dans les secteurs du divertissement, de la culture et des cadeaux. Pour ce qui est des aliments et des boissons, les Français préfèrent acheter des produits locaux, biologiques et de grande qualité. Bien que la qualité soit plus importante que le prix, c'est la qualité du service après-vente des marques de commerce qui détermine souvent l'envie des consommateurs français d'acheter un produit de nouveau. Ces derniers se soucient du respect de l'environnement, et leurs préférences évoluent en fonction des choix actuels en matière de santé et de mieux-être.Note de bas de page 7

La France est le pays le plus visité au monde : elle a attiré près de 87 millions de touristes en 2017, et 90 millions en 2018.Note de bas de page 8 Par ailleurs, la clientèle d'importants restaurants haut de gamme en France est composée de plus de 80 % d'étrangers, dont bon nombre dépensent beaucoup. Bien que le secteur de l'hôtellerie, de la restauration et des institutions soit toujours en développement, il existe d'importants débouchés dans le secteur des produits de base, le secteur des ingrédients (interentreprises) et le secteur des services alimentaires, comme les services hôteliers et de traiteur.

L'intérêt pour le développement durable et la consommation responsable croît rapidement

Le nombre de Français qui s'intéressent au développement durable et à la consommation responsable croît rapidement. Les achats en ligne sont de plus en plus nombreux, et les consommateurs français préfèrent largement les produits originaux et emballés soigneusement, mais attrayants. De plus, la consommation de produits biologiques et équitables est également en hausse. Actuellement, le secteur de l'agriculture biologique de la France se classe deuxième en importance parmi les pays de l'Union Européenne.Note de bas de page 7

Par ailleurs, selon le Service des délégués commerciaux du Canada en France, les Français, tout comme plusieurs autres peuples européens, sont souvent très fiers des produits qu'ils offrent. En France, une méfiance et un manque de confiance perdurent à l'égard des produits alimentaires importés, même ceux en provenance du reste de l'UE. En fait, les clauses de nombreux contrats d'approvisionnement du secteur public comportent maintenant des exigences supplémentaires afin de garantir qu'un pourcentage minimal est atteint quant au volume de produits agricoles ou biologiques de provenance locale.

En 2018, la question de la pollution par le plastique a fait l'objet d'une grande attention médiatique, et beaucoup de consommateurs français ont modifié leurs décisions d'achat dans le but de réduire la quantité de déchets en choisissant des produits emballés dans le respect de l'environnement. La France a exercé de la pression sur les fabricants de boissons rafraîchissantes pour qu'ils investissent dans de nouvelles technologies et que les matériaux qu'ils transforment soient davantage recyclables ou biodégradables.Note de bas de page 6

Les produits biologiques de santé et de mieux-être sont de plus en plus recherchés

Le marché des produits de santé et de mieux-être en France en ce qui a trait aux aliments emballés et aux boissons non alcoolisées représentait 20,3 G$ US en 2018. Bien que « naturellement sain » constituait la caractéristique la plus importante des aliments et des boissons, avec une valeur totale de 10,1 G$ US, la catégorie des produits biologiques est très présente en France.

Selon GlobalData Intelligence, la France était le cinquième pays en importance parmi tous les pays en termes de valeur au détail des produits alimentaires biologiques (1,1 G$ US) en 2018, et le deuxième pays en importance relativement aux ventes de boissons biologiques non alcoolisées (159,8 M$ US). Les États-Unis constituaient le plus important marché à la fois dans le secteur des aliments et des boissons biologiques (10,6 G$ US et 1,1 G$ US, respectivement), suivis par le Royaume-Uni (1,9 G$ US), l'Allemagne (1,8 G$ US) et l'Autriche (1,5 G$ US), qui se sont classés devant la France dans le secteur des aliments biologiques.

Les caractéristiques relatives à la santé et au mieux-être comme « naturellement sain » et aux bienfaits pour les consommateurs comme « bien-être général » devraient être le principal facteur de croissance du marché français des produits de santé et de mieux-être de 2018 à 2023. De plus, il existe des occasions de croissance intéressantes dans les segments spécialisés en croissance rapide de la catégorie des boissons. Ces produits, comme l'eau de coco, les jus traités à haute pression et le kombucha, sont perçus comme étant des produits de grande qualité dotés de caractéristiques axées sur la santé et le mieux-être.11b)

Secteur des produits de santé et de mieux-être, par catégorie d'aliments et de boissons en France, valeur des ventes au détail de 2018, prix fixes (dollars US)
La description de cette image suit.
Description de l'image ci-dessus
  • Naturellement sain : 10,1 milliards $ US (49,7 %)
  • Exempt de : 3,2 milliards  US (16,0 %)
  • Faible teneur d'un aliment : 2,8 milliards  US (13,7 %)
  • Enrichi/fonctionnel : 2,2 milliards  US (11,0 %)
  • Biologique : 1,2 milliards  US (6,0 %)
  • Intolérance alimentaire : 730,9 millions $ US (3,6 %)

Source : GlobalData Intelligence, 2019

Marché des produits de santé et de mieux-être en France, données historiques et prévisions, valeur des ventes au détail (en millions de dollars américains), taux fixes de 2018
Catégories de caractéristiques de produits 2015 2018 TCAC* (%) 2015-2018 2019 2022 TCAC* (%) 2019-2022
Aliments emballés de Santé et de mieux-être (SME) 10 041,9 10 483,9 1,3 10 700,7 11 376,8 2,1
Naturellement sain 2 872,3 3 026,9 1,5 3 093,4 3 295,7 2,1
Exempt de 2 293,2 2 520,2 2,7 2 606,5 2 865,9 3,2
Faible teneur d'un aliment 2 341,7 2 237,8 −1,0 2 235,4 2 244,5 0,1
Biologique 1 022,1 1 059,4 0,9 1 076,7 1 126,5 1,5
Enrichi et fonctionnel 838,1 908,8 2,1 931,9 1 011,7 2,8
Intolérance alimentaire 674,4 730,9 2,8 756,7 832,6 3,2
Boissons non alcoolisées de SME 8 914,2 9 768,9 2,3 10 100,6 11 081,2 3,1
Naturellement sain 6 442,3 7 045,6 2,3 7 270,7 7 943,9 3,0
Enrichi et fonctionnel 1 060,7 1 322,0 4,2 1 362,4 1 530,6 4,0
Exempt de 627,9 713,4 2,3 743,7 813,8 3,0
Faible teneur d'un aliment 667,9 528,1 −4,6 533,9 534,7 0,1
Biologique 115,4 159,8 12,2 189,9 258,3 10,8
Total des aliments et des boissons de SME 18 956,1 20 252,7 1,8 20 801,3 22 458,1 2,6

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Conclusion

Bon nombre de consommateurs français ont un grand pouvoir d'achat et un intérêt marqué pour la durabilité ou la consommation éthique, la commodité et la transparence, ce qui stimule la demande pour les nouveaux ingrédients et la reformulation au sein de toutes les catégories d'aliments et de boissons. Les Français sont également très fiers de leurs produits locaux, rendant difficile pour les entreprises canadiennes d'exporter plusieurs produits agricoles et de renforcer la confiance des consommateurs envers la qualité de notre marque canadienne.

Les préférences en matière d'aliments et de boissons de nombreux consommateurs français évoluent en fonction des options en matière de produits de santé et de mieux-être, et ces consommateurs désirent des produits de grande qualité plus sains et biologiques, en plus de rechercher une expérience de consommation plus rafraîchissante et savoureuse. Les fabricants ressentent le besoin d'offrir davantage de produits novateurs non seulement en raison des nouvelles initiatives gouvernementales qui tentent de faire réduire la teneur en sucre des aliments et des boissons et limitent les activités promotionnelles visant les produits, mais aussi en raison de l'évolution des goûts des consommateurs vers un mode de vie plus sain et biologique.

Pour de plus amples renseignements

Les délégués commerciaux internationaux peuvent fournir à l'industrie canadienne une expertise de terrain concernant les potentiels de marché, les conditions actuelles et les contacts d'affaires locaux, et sont un excellent point de contact pour obtenir des conseils à l'exportation.

Pour obtenir d'autres renseignements sur ce marché et d'autres marchés, consultez la liste complète des analyses des marchés mondiaux à la page Renseignements sur les marchés internationaux de l'agroalimentaire, par région.

Pour de plus amples renseignements sur le salon professionnel ANUGA 2019 tenu en Allemagne, veuillez communiquer avec :

Ben Berry, directeur adjoint
Stratégie et organisation, foires commerciales
Agriculture et Agroalimentaire Canada
ben.berry@canada.ca

Ressources

Profil des consommateurs – France
Rapport d'analyse mondiale

Préparé par : Erin-Ann Chauvin, analyste de marché

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (2020).

Photos
Les images figurant dans la présente publication sont reproduites avec la permission des titulaires des droits s'y rattachant. À moins d'avis contraire, Sa Majesté la Reine du chef du Canada est titulaire des droits d'auteur sur ces images.

Pour vous inscrire à notre liste de distribution ou pour suggérer d'autres sujets ou marchés de recherche, vous pouvez vous adresser à :

Agriculture et Agroalimentaire Canada, Analyses des marchés mondiaux
1341, chemin Baseline, Tour 5, 3e étage
Ottawa (Ontario) K1A 0C5
Canada
Courriel : aafc.mas-sam.aac@canada.ca

Le gouvernement du Canada a préparé le présent document en se fondant sur des sources d'information primaires et secondaires. Même s'il n'a ménagé aucun effort pour présenter des données exactes, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) n'assume aucune responsabilité à l'égard de toute décision qui pourrait être prise sur la base de ces renseignements.

Toute reproduction ou redistribution du présent document, en totalité ou en partie, doit énoncer clairement qu'Agriculture et Agroalimentaire Canada est le titulaire du droit d'auteur du document selon le modèle suivant : AAC, titre du document, année. Si le document reproduit ou redistribué reprend des données du présent document, il y a lieu d'y indiquer les sources telles qu'elles sont inscrites dans le présent document.

Agriculture et Agroalimentaire Canada fournit le présent document ainsi que d'autres services de production de rapports gratuitement à ses clients des industries agricole et alimentaire.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :