Sélection de la langue

Recherche

Profil des consommateurs – Allemagne

Novembre 2019

Sommaire

En 2018, la population totale de l'Allemagne s'élevait à 83 millions de personnes. Selon GlobalData, il y avait 64,2 millions de personnes (77,3 % de la population) qui vivaient en zone urbaine en 2018, et on prévoit que cela augmentera légèrement pour atteindre 77,8 % de la population (64,8 millions de personnes) d'ici 2023.

Le taux de fécondité en Allemagne s'élevait à 1,5 enfant par femme, ce qui équivaut à 8,3 enfants nés par tranche de 1 000 personnes en 2018. On prévoit que les taux de fécondité de l'Allemagne restent relativement stables jusqu'en 2023 et que l'espérance de vie à la naissance augmente, passant de 80,9 ans en 2018 à 81,4 ans d'ici 2023.

En 2018, le PIB par habitant de l'Allemagne s'élevait à 48 110 $ US, et on prévoit qu'il augmentera de 4,3 %, passant à 56 418 $ US d'ici 2023. Le taux de chômage de l'Allemagne a diminué de 8,7 %, s'établissant à 3,4 % en 2018, comparativement aux 4,9 % enregistrés en 2014. Le taux de chômage devrait encore diminuer pour s'établir à 3 % d'ici 2023.

Le marché des aliments et des boissons allemand est extrêmement réceptif aux nouvelles influences culturelles et aux tendances culinaires tandis que des entreprises nationales et internationales sont présentes dans quasiment chaque sous-segment du marché.

L'industrie des aliments et des boissons arrive au quatrième rang des plus importantes industries allemandes, générant 197,1 milliards $ US en valeur de production en 2017. Les plus importants segments du secteur en fonction de la valeur de la production sont les produits carnés et les saucisses (24 %), les produits laitiers (15 %), les produits de boulangerie (10 %) et la confiserie (8 %).

Le consommateur allemand voit un lien direct entre la nutrition, la condition physique et la santé. Un nombre accru de consommateurs voit la nourriture comme une occasion d'éliminer des préoccupations générales liées à la santé, comme l'obésité, le diabète et la maladie cœliaque ainsi que pour améliorer leur sentiment de bien-être, et même leurs niveaux de rendement.

Principaux indicateurs démographiques

En 2018, la population totale de l'Allemagne s'élevait à 83 millions de personnes. Selon GlobalData, il y avait 64,2 millions de personnes (77,3 % de la population) qui vivaient en zone urbaine en 2018, et on prévoit que cela augmentera légèrement pour atteindre 77,8 % de la population (64,8 millions de personnes) d'ici 2023. À l'inverse, en 2018, il y avait 18,8 millions de personnes (ou 22,7 % de la population) qui vivaient en région rurale, et on s'attend à ce que ce nombre diminue et passe à 18,5 millions de personnes (ou 22,2 %) vivant en région rurale d'ici 2023.

Populations urbaines et rurales de l'Allemagne (en milliers), données historiques/prévision
2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Population totale 81 198 83 035,5 0,6 83 232,5 83 392,3 0
Population urbaine 62 676,7 64 196,4 0,4 64 401,9 64 849,9 0,2
Population rurale 18 521,3 18 839,1 0,4 18 830,5 18 542,3 −0,4
Population urbaine (%) 77,2 77,3 0 77,4 77,8 0,1
Population rurale (%) 22,8 22,7 −0,1 22,6 22,2 −0,4

Source : GlobalData : données macroéconomiques, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Berlin, Hambourg, Munich et Cologne étaient les quatre seules villes en 2018 à compter plus de 1 million d'habitants. Berlin (3 552 000) était six fois plus peuplée que Dresde (541 200) en 2018, et on s'attend à ce qu'elle reste la ville la plus peuplée de l'Allemagne avec 3 587 200 habitants prévus en 2023, suivie, encore une fois, de Hambourg, de Munich et de Cologne avec, respectivement, 1 813 500, 1 500 600 et 1 069 800 habitants. Les principales villes allemandes ont affiché une croissance de 2014 à 2018, et on s'attend à ce que cette croissance se poursuive dans la période visée par les prévisions, à l'exception de Dortmund et Dresde, dont les populations devraient diminuer légèrement, de −0,1 %, dans les deux cas.

Population dans les plus grandes villes allemandes (en milliers), données historiques/prévisions
Ville 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Berlin 3 469,8 3 552 0,6 3 560,6 3 587,2 0,2
Hambourg 1 762,8 1 799,8 0,5 1 803,1 1 813,5 0,1
Munich 1 429,6 1 474,3 0,8 1 480,7 1 500,6 0,3
Cologne 1 046,7 1 065 0,4 1 066,2 1 069,8 0,1
Francfort 717,6 740,7 0,8 742,9 749,5 0,2
Düsseldorf 604,5 611,8 0,3 611,7 611,4 0
Essen 573,8 583,4 0,4 583,7 584,3 0
Dortmund 580,5 582,9 0,1 582 579,3 −0,1
Leipzig 544,5 574,6 1,4 578,3 590,1 0,5
Dresde 536,3 541,2 0,2 540,5 538,3 −0,1

Source : GlobalData : données économiques des villes, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

L'âge médian en Allemagne était de 47,7 ans en 2018, et on s'attend à ce que cela augmente à 48 ans d'ici 2023. L'âge médian en Europe est plus jeune comparativement à l'Allemagne, puisque l'âge médian en Europe était de 41,3 ans en 2018, et on s'attend à ce qu'il augmente à 42,6 ans d'ici 2023. De 2014 à 2023, le nombre de personnes dans les fourchettes des 0 à 14 ans et des 65 ans et plus augmenteront, tandis que la population dans la fourchette des 15 à 64 ans a augmenté durant la période historique (2014-2018), mais devrait diminuer de 0,6 % durant la période visée par les prévisions (2019-2023).

Population allemande par groupe d'âge (en milliers), données historiques/prévisions
Catégorie 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Population âgée de 0 à 14 ans 10 519,9 10 654,7 0,3 10 697,1 10 861,6 0,4
Population âgée de 15 à 64 ans 53 507,7 53 812,5 0,1 53 669,3 52 448,2 −0,6
Population âgée de 65 ans et plus 17 170,4 18 568,3 2 18 866,2 20 082,5 1,6
Âge médian de la population 46,1 47,7 0,9 47,6 48 0,2

Source : GlobalData : Données macroéconomiques, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Statistiques de l'état civil de l'Allemagne

Le taux de fécondité en Allemagne s'élevait à 1,5 enfant par femme, soit l'équivalent de 8,3 enfants nés par tranche de 1 000 personnes (à la mi-année) en 2018. Les taux de fécondité de l'Allemagne étaient inférieurs aux moyennes régionales au sein de l'Europe, qui affichaient un taux de fécondité de 1,6 % par femme en 2018. Parallèlement, conformément aux données consignées en 2018, les moyennes régionales européennes s'élevaient à 10,7 naissances par millier de personnes, soit plus que le taux de 8,3 naissances par millier de personnes en Allemagne. On prévoit que les taux de fécondité de l'Allemagne restent relativement stables jusqu'en 2023 et que l'espérance de vie à la naissance augmente, passant de 80,9 ans en 2018 à 81,4 ans d'ici 2023. On prévoit aussi que le taux de mortalité en Allemagne augmentera légèrement, passant de 11,8 à 12,5 décès par millier de personnes de 2018 à 2023. Les taux de mortalité régionaux prévus en Europe devraient augmenter pour atteindre 10,4 décès par millier de personnes d'ici 2023, comparativement à 10,1 décès par millier de personnes enregistrés en 2018.

Le taux de migration net de l'Allemagne a affiché le plus important TCAC, soit 8,7 % de 2014 à 2018, une augmentation faisant passer le taux de 85,9 à 119,9 par millier de personnes.

Tendances démographiques de l'Allemagne (en milliers), données historiques/prévisions
Catégorie 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Taux de naissance pour 1 000 habitants 8,4 8,3 −0,3 8,3 8,2 −0,3
Taux de fécondité par femme 1,4 1,5 1,7 1,5 1,5 0
Naissances vivantes (en milliers) 681,9 691,9 0,4 692,3 682,5 −0,4
Taux de mortalité infantile pour 1 000 habitants 3,5 3,4 −0,7 3,3 3,3 0
Espérance de vie à la naissance 80,4 80,9 0,2 81 81,4 0,1
Taux de mortalité pour 1 000 habitants 11,3 11,8 1,1 12 12,5 1
Taux net de migration pour 1 000 habitants 85,9 119,9 8,7 119,7 120,2 0,1

Source : GlobalData : données macroéconomiques : 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Structure des ménages, niveau d'instruction et revenu

Le nombre de ménages sans enfant est la plus importante structure de ménages en Allemagne, représentant 33,3 millions de personnes et affichant un TCAC de 0,9 % en 2018. Dans le même ordre d'idées, le nombre de ménages sans enfant reste la tendance la plus marquée durant la période visée par les prévisions et devrait atteindre 34,2 millions de ménages d'ici 2023. Le nombre de ménages avec enfants reste le type le moins fréquent de ménages en Allemagne, représentant 8,2 millions de ménages en 2018, et on s'attend à une croissance de 0,1 % d'ici 2023, pour atteindre 8,3 millions de ménages.

Nombre de ménages par type en Allemagne (en milliers), données historiques/prévisions
Type 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Nombre de ménages avec enfants 8 061 8 244,9 0,6 8 273,9 8 291,1 0,1
Nombre de ménages sans enfant 32 162 33 336,1 0,9 33 617,6 34 177,3 0,4
Nombre de ménages comptant une personne 16 290,3 S.O. S.O. S.O. S.O. S.O.
Nombre de ménages comptant deux personnes 13 917,2 S.O. S.O. S.O. S.O. S.O.
Nombre de ménages comptant trois personnes ou plus 10 095,9 S.O. S.O. S.O. S.O. S.O.

Source : GlobalData : données macroéconomiques, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

S.O. : Sans objet

En 2014, le revenu médian de la population allemande s'élevait à 29 677 $ US. En 2018, 12,8 millions d'étudiants à l'échelle de l'Allemagne âgés de plus de 15 ans poursuivaient des études primaires, secondaires ou tertiaires. Ces étudiants (âgés de 15 ans et plus) qui fréquentaient un établissement d'enseignement secondaire représentent le niveau de scolarité le plus fréquent en Allemagne, avec 6,9 millions d'étudiants ou 54,1 % de la population. Le nombre d'étudiants poursuivant des études secondaires, cependant, diminuera de 1,2 % pour atteindre 6,5 millions (51,4 %) d'étudiants au niveau secondaire d'ici 2023. Il convient de souligner que le nombre d'étudiants poursuivant des études supérieures a augmenté dans le passé et devrait continuer d'augmenter durant la période visée par les prévisions, passant de 3,1 millions d'étudiants en 2018, à 3,5 millions d'étudiants d'ici 2023.

Niveau de scolarité en Allemagne(en milliers), données historiques/prévisions
Type de statistiques 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
Population âgée de 15 ans et plus selon le niveau de scolarité 13 088,2 12 848,8 −0,5 12 792,8 12 764,1 −0,1
Nombre d'étudiants au primaire 2 862,7 2 764,5 −0,9 2 749,3 2 710 −0,4
Nombre d'étudiants au secondaire 7 222 6 948,5 −1 6 873,7 6 555 −1,2
Nombre d'étudiants poursuivant des études supérieures 3 003,5 3 135,8 1,1 3 169,8 3 499,1 2,5
Pourcentage de la population au primaire 21,9 21,5 −0,5 21,5 21,2 −0,4
Pourcentage de la population au secondaire 55,2 54,1 −0,5 53,7 51,4 −1,1
Pourcentage de la population poursuivant des études supérieures 22,9 24,4 1,6 24,8 27,4 2,5

Source : GlobalData : données macroéconomiques, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

S.O. : Sans objet

Indicateurs économiques et contexte commercial

En 2018, le PIB par habitant de l'Allemagne s'élevait à 48 110 $ US, et on prévoit qu'il augmentera de 4,3 %, passant à 56 418 $ US d'ici 2023. Le taux de croissance du chômage a reculé, passant de 8,7 % à 3,4 % en 2018, comparativement à un taux de chômage de 4,9 % enregistré en 2014. On s'attend à ce que le taux de chômage continue de diminuer et s'établisse à 3 % d'ici 2023.

Données économiques de l'Allemagne en dollars américains, données historiques/prévisions
Type 2014 2018 TCAC* (%) 2014-2018 2019 2023 TCAC* (%) 2019-2023
PIB en millions de dollars 3 898 725,1 3 994 893,1 0,6 3 963 852,8 4 704 889,3 4,4
PIB par habitant 48 015 48 110,7 0,0 47 623,9 56 418,8 4,3
Taux de chômage 4,9 3,4 −8,7 3,4 3 −3,1

Source : GlobalData Intelligence, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Dépenses et préférences liées aux aliments et aux boissons

Selon GlobalData, en 2018, les dépenses de consommation annuelles totales par habitant en aliments et boissons s'élevaient à 2 684,900 $ US (une diminution du TCAC de 0,9 % de 2014 à 2018). En outre, 66,5 % de ce montant était dépensé pour les aliments, et 33,3 %, pour les boissons alcoolisées et non alcoolisées. Durant la période visée par les prévisions, on s'attend à ce que les dépenses de consommation annuelles totales par habitant en aliments et boissons augmentent en fonction d'un TCAC de 1,5 %, l'augmentation étant de 2 727,5 $ US en 2019 à 2 898,900 $ US en 2023.

En 2017, les importants canaux de distribution au sein de l'industrie incluaient le secteur de la restauration (86,1 milliards de $ US) et les exportations d'aliments transformés (66 milliards $ US)Note de bas de page 1. Selon Germany Trade & Invest (GTAI), les 83 millions de consommateurs de l'Allemagne ont aidé à faire du pays le plus important marché de vente au détail d'aliments et de boissons en Europe, avec des ventes au détail évaluées à 266,7 milliards de $ US en 2017Note de bas de page 1.

Le marché des aliments et des boissons allemands est extrêmement réceptif aux nouvelles influences culturelles et aux tendances culinaires tandis que des entreprises nationales et internationales sont présentes dans quasiment chaque sous-segment du marché. L'industrie tente non seulement de fournir ce qu'il y a de mieux aux consommateurs, mais aussi de réagir à la sensibilisation accrue en constante évolution des consommateurs à l'égard de la santé et ainsi qu'au vieillissement de la population, qui entraîne une augmentation de la demande de produits liés à la santé et au bien-être. Par conséquent, les consommateurs demandent de plus en plus de produits offrant une valeur ajoutée et de produits de qualité, y compris des produits biologiques, des produits découlant du commerce équitable et des produits de santé et de bien-être.

L'industrie des aliments et des boissons arrive au quatrième rang des plus importantes industries allemandes, générant 197,1 milliards $ US en valeur de production en 2017. Les plus importants segments du secteur en fonction de la valeur de la production sont les produits carnés et les saucisses (24 %), les produits laitiers (15 %), les produits de boulangerie (10 %) et la confiserie (8 %)Note de bas de page 2. Du point de vue du volume, les principaux secteurs sont les produits carnés et les saucisses, y compris le porc (61 %), le poulet (17 %) et le bœuf (13 %), avec une consommation de viande totale de 60 kg par habitant en 2017, y compris plus de 36 kg de porc et plus de 12 kg de produits à base de poulet.

L'Allemagne est le plus important producteur de produits laitiers de l'Europe, et ses volumes de production de lait s'élevaient à 31,3 millions de tonnes en 2017. Les producteurs mettent l'accent sur les produits fabriqués à partir d'ingrédients naturels, comme du yogourt et des desserts contenant du calcium et à teneur réduite en gras. La consommation annuelle de pain et de produits de pâtisserie des ménages s'élevait à 58,9 kg en 2017, ce secteur étant composé de petites et moyennes entreprises (PME) et de sociétés multinationales. La production industrielle de produits de boulangerie dépasse la production artisanale, et on s'attend à ce que la croissance des pâtisseries en magasin et des chaînes de pâtisseries à rabais se poursuive. Dans le segment de la confiserie, la consommation annuelle moyenne par habitant a dépassé 30 kg en 2017. Parmi les nouveaux segments qui affichent une croissance, mentionnons les pâtisseries fines et les collations savoureuses, en plus des produits de pâtisserie sans gras, à faible teneur en sucre et sans sucreNote de bas de page 3.

Dépenses annuelles par habitant en aliments et boissons en Allemagne, données historiques et prévisions Prix actuels fixes en dollars américains 2014-2023
Catégorie 2014 2018[e] *TCAC (%) 2014-2018 2019 2023 *TCAC (%) 2019-2023
Aliments 1 826,9 1 787,7 −0,5 1 813,7 1 925,4 −1,5
Produits de boulangerie et céréales 161,9 152,2 −1,5 156 174,2 2,8
Confiseries 145,6 141,3 −0,7 145,5 163,6 3
Produits laitiers et produits à base de soya 377,9 346,6 −2,1 354,7 391,4 2,5
Poissons et fruits de mer 58,1 53,9 −1,9 55,2 59,9 2,1
Crème glacée 34,8 33,8 −0,7 35,1 40,6 3,7
Viandes 672,3 703,9 1,2 701,6 685,9 −0,6
Substituts de viande 2,2 2,9 7,2 3,1 4,5 9,8
Huiles et matières grasses 51,2 49,2 −1 50,9 59,3 3,9
Autres aliments en conserve 18,1 16,7 −2 17 18,5 2,1
Autres aliments séchés 7,1 6,4 −2,6 6,5 7,1 2,2
Autres aliments surgelés 18,3 17,3 −1,4 17,7 19,9 3
Pâtes/nouilles 18,8 17,5 −1,8 17,9 20 2,8
Mets préparés 62,1 56,8 −2,2 57,8 61,8 1,7
Collations salées et charcuteries 66,2 63,4 −1,1 65,3 73,1 2,9
Collations salées 32,6 32,5 −0,1 33,8 39,2 3,8
Assaisonnements, vinaigrettes et sauces 61,8 56,7 −2,1 57,9 63,8 2,5
Soupes 7,6 6,8 −2,7 6,9 7,6 2,4
Sirops et tartinades 30,3 29,8 −0,4 30,8 35 3,2
Boissons non alcoolisées 282,6 280,5 −0,2 291 327,7 3
Boissons chaudes 128,8 117,9 −2,2 120,4 131,6 2,2
Boissons gazeuses 153,8 162,6 1,4 170,6 196,1 3,5
Boissons alcoolisées 678,9 616,7 −2,4 622,8 645,8 0,9
Bières et cidres 138,2 128 −1,9 128,4 130,4 0,4
Spiritueux 284,1 247,6 −3,4 248,5 247,6 −0,1
Vins 256,6 241,1 −1,5 245,9 267,8 2,2
Dépenses de consommation totales en aliments et en boissons 2 788,4 2 684,9 −0,9 2 727,5 2 898,9 1,5

Source : GlobalData : Données sur le marché, 2019

e : estimation

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Tendances de consommation et occasions

Aliments et boissons

Le contexte de la vente au détail d'aliments en Allemagne est à la fois consolidé et mature. Les quatre principaux détaillants (Edeka, Schwartz Group, Rewe Group et Aldi Group) possèdent 60 % des parts de marché et exploitant plus d'un canal de distribution (supermarchés et magasins à rabais). En 2017, les magasins à rabais accaparaient 43 % des parts de marché, poussant ainsi les supermarchés à conserver leurs parts en élargissant continuellement leur portefeuille de produits, notamment en y intégrant des marques privées haut de gamme, des services à valeur ajoutée et des aménagements novateurs en succursaleNote de bas de page 4. Par comparaison, l'épicerie en ligne renforce sa présence relativement limitée à mesure que l'intérêt des acheteurs pour le magasinage en ligne augmente. Par conséquent, les détaillants d'aliments et les épiceries spécialisées commencent à offrir des services en ligne ou les étoffent, afin d'inclure des catégories populaires comme les confiseries et les collations, les conserves, les pâtes, le riz et les boissons.

Le groupe de consommateurs le plus important et le plus nanti est celui des 50 ans et plus – qu'on appelle le segment du « meilleur âge » – puisque, actuellement, les gens économisent seulement 10 % de leurs revenus disponiblesNote de bas de page 5.

L'étude de Nestlé intitulée So is(s)t Deutschland 2019 (sondage auprès de 1 636 Allemands âgés de 14 à 84 ans) révèle que les habitudes alimentaires des gens et leurs objectifs nutritionnels ont évolué au cours des 10 dernières années. En 2009, 47 % des Allemands estimaient que le dîner était le principal et plus important repas de la journée, comparativement à 39 %, aujourd'hui. L'étude a aussi permis de constater que seulement 5 % des répondants accepteraient les insectes comme substitut de la viande, que 9 % d'entre eux aimeraient avoir accès à des aliments adaptés précisément à leur génome et que 15 % sont enthousiastes au sujet des aliments permettant d'augmenter la performance intellectuelleNote de bas de page 6.

L'apparition et l'évolution de la culture du « quatrième repas » parmi les milléniaux, comme l'a souligné Innova Market Insights, a découlé des modes de vie de plus en plus occupés ayant accru la demande pour des solutions alimentaires rapides, commodes et saines. La possibilité de miser sur des collations nourrissantes, satisfaisantes qui comblent l'appétit en guise de mini repas contribuant à combler les besoins nutritionnels a augmenté grâce aux lancements récents d'aliments à grignoter et de boissons, et principalement, récemment, des collations à base de végétauxNote de bas de page 7.

Une part de plus en plus importante de consommateurs allemands aiment manger à l'extérieur, dans des restaurants, des cafés et des casse-croûtes. En 2017, les ventes de restauration ont augmenté de 3,4 % pour atteindre 86,3 milliards $ US, y compris la restauration rapide (augmentation de 5,6 %) et les restaurants offrant des services complets (8,6 %), qui ont bénéficié d'un environnement commercial positif. Les notions de services alimentaires rapides haut de gamme, comme les restaurants de type « méditerranéen » ou « asiatique » ainsi que les concepts de « hamburgers santé », gagnent aussi en popularitéNote de bas de page 2.

La composante régionale reste importante pour les consommateurs allemands. Les aliments obtenus/produits régionalement et la croissance prévue de la demande à l'échelle internationale de produits alimentaires provenant de l'Allemagne devraient favoriser la croissance du marché. Selon YouGov, des spécialistes des études de marché de Cologne, deux consommateurs sur cinq tiennent compte de l'origine lorsqu'ils font l'épicerie, soit plus que la fraîcheur (52 %) et la quantité de sucre (47 %). La notion de « production régionale » a une connotation positive, et 74 % des consommateurs allemands ont une opinion positive d'un produit si l'emballage indique qu'il a été produit régionalement. De plus, 77 % d'entre eux déclarent que les produits dont l'emballage précise qu'il s'agit d'un produit régional sont perçus comme étant plus frais, tandis que 49 % estimaient que les produits régionaux étaient de plus haute qualité comparativement à 43 % qui considéraient les produits biologiques comme étant de plus haute qualitéNote de bas de page 8. Les consommateurs continuent d'afficher un désir et un intérêt croissants pour des produits à valeur ajoutée et des produits de qualité, notamment des produits biologiques, des produits issus du commerce équitable et des produits associés à la santé et au bien-être, tandis que les consommateurs reconnaissent les effets positifs d'une alimentation équilibrée pour leur santé et bien-être en général.

L'Allemagne arrive au quatrième rang des plus importants marchés européens pour les boissons non alcoolisées et les boissons alcoolisées. Il convient de souligner que, selon le portail en ligne Statista, la consommation de bière en Allemagne par habitant a diminué, passant de 140 litres par année en 1970 à moins de 100 litres en 2018. Cependant, la préférence générale des consommateurs pour la bière reste évidente dans la croissance actuelle du secteur des bières artisanales et de la diversité de la bière blonde, la bière blanche, la lager et la bière sans alcool. Les changements des préférences des consommateurs ont aussi entraîné une consommation accrue de vins, de bières et de spiritueux biologiques en plus des boissons « légères » (contenu réduit en alcool). Cependant, le café reste la boisson la plus populaire du pays avec une consommation annuelle par habitant de 162 litres en 2017Note de bas de page 9.

Les perspectives et l'évolution du marché des aliments et des boissons restent positives tandis que le secteur national des aliments et des boissons a bénéficié de la forte économie allemande, des faibles taux d'intérêt, de l'augmentation de la population possédant un pouvoir d'achat accru, du faible taux de chômage et du contexte social de plus en plus trépidant et mobile qui génère des demandes raffinées et accrues pour une plus grande diversité et des produits alimentaires de plus haute qualité, en plus de l'augmentation constatée du nombre de ménages comptant une seule personne.

Santé et mieux-être

Le consommateur allemand voit un lien direct entre la nutrition, la condition physique et la santé. Un nombre accru de consommateurs voit la nourriture comme une occasion d'éliminer des préoccupations générales liées à la santé, comme l'obésité, le diabète et la maladie cœliaque ainsi que pour améliorer leur sentiment de bien-être, et même leurs niveaux de rendement. Pour ce qui est des Allemands âgés de 60 ans et plus, 41 % d'entre eux croient que la nutrition est centrale, ce pourcentage passant à 54 % chez les 70 ans et plusNote de bas de page 10. Les consommateurs portent de plus en plus attention au magasinage consciencieux ainsi qu'à la nutrition saine et durable. Les produits populaires incluent ceux associés aux aliments fonctionnels, qui offrent des composantes nutritionnelles, comme des probiotiques, des fibres et des vitamines. Tous les supermarchés et les magasins à rabais allemands vendent des produits biologiques, tant des produits de marque que des produits biologiques de leur marque privée.

L'Allemagne a récemment entrepris une initiative dirigée par le ministère fédéral de l'Alimentation et de l'Agriculture pour améliorer l'apport en nutriments et réduire la consommation de quantités excessives de sucre, de sel et de gras dans les produits alimentaires transformés. L'initiative a été mise sur pied pour lutter contre des maladies liées à la santé et associées à une mauvaise alimentation, le ministère fédéral de l'Alimentation et de l'Agriculture ayant constaté que 47 % des femmes et 62 % des hommes sont en surpoids, comparativement à 15 % des enfants et des adolescents, et que près du cinquième des adultes sont obèses. La mise en œuvre du programme a commencé au début de 2019 par l'introduction de cibles en matière de réduction, et il fera l'objet de révisions tout au long du processus, qui culminera par la production d'un rapport provisoire à la fin de 2020. Des entreprises participent, comme Nestlé, qui a réduit le contenu en sucre du Nesquik Alphabet de 30 % et qui s'est engagée à réduire le contenu en sucre à l'échelle internationale en moyenne d'encore 5 % et de réduire le contenu en sel de 10 % de plus d'ici la fin 2020Note de bas de page 11. Dans un même ordre d'idées, le fabriquant de Berlin Eat Performance, a lancé un muesli chocolaté paléo, un produit 100 % biologique sans sucre ajouté, sans gluten, sans lactose, sans additif artificiel, sans agent de conservation et sans colorant en réponse à l'intérêt croissant des consommateurs pour des déjeuners plus sainsNote de bas de page 12.

En 2018, le segment de la vente au détail de produits végétariens a affiché une croissance importante, et les ventes ont dépassé le milliard d'euros (1,1 milliard de $ US) pour la première fois au cours des 12 mois précédents. Presque tous les segments et assortiments de produits ont contribué à cette croissance, tandis que les solutions de rechange aux fromages, dont la gamme a été élargie, ont enregistré des taux de croissance supérieurs. Les canaux de distribution sont principalement les magasins à rabais, les pharmacies, les supermarchés et les hypermarchésNote de bas de page 13.

Selon l'article Europe: Germans embrace 'flexitarianism' de Food News International cité dans Mintel 2018, à l'échelle internationale, l'Allemagne a atteint le plus haut pourcentage de lancement de produits et de boissons végétaliens, comptant pour 15 % des introductions de produits végétaliens à l'échelle internationale de juillet 2017 à juin 2018. En Allemagne, 14 % des lancements d'aliments et de boissons de juillet 2017 à juin 2018 étaient assortis d'allégations végétaliennes, comparativement à seulement 8 % qui affichaient des allégations végétariennes. Selon Katya Witham, analyste des aliments et des boissons à l'échelle internationale pour Mintel, les consommateurs de partout dans le monde ont augmenté leur consommation d'aliments végétaux, et l'Allemagne ne fait pas exception à la règle. La majorité des consommateurs ne laissent pas non plus tomber la viande; ils font plutôt de la place pour plus de produits végétaliens dans le cadre d'un régime alimentaire « flexitarien »Note de bas de page 14.

De façon générale, les produits de santé et de bien-être ont affiché une croissance stable avec un TCAC de 3,2 % de 2013 à 2017, tandis que la valeur des ventes au détail a elle aussi augmenté, passant de 40 milliards de $ US en 2013 à 45,4 milliards de $ US en 2017. Durant la période de prévision de 2018 à 2022, on s'attend à ce que la tendance se maintienne avec une hausse légère selon un taux de croissance de 2,5 %, tandis que la valeur des ventes au détail diminuera, passant de 45,9 milliards de $ US en 2018 à 50,9 milliards de $ US d'ici 2022. En 2018, les produits qui affichaient des attributs liés à la santé et au bien-être représentaient 24,7 % du marché allemand de la santé et du bien-être.

Marché allemand de la santé et du bien-être - valeur au détail historique et prévue - millions de $ US
Attribut du produit 2013 2017 *TCAC (%) 2013-2017 2018 2022 *TCAC (%) 2018-2022
Total – santé et bien-être 40 040,5 45 429,4 3,2 45 988,9 50 856,9 2,5
Aliments 20 034,2 21 431,4 1,7 21 984,3 24 379,2 2,6
Naturellement sains 7 737,2 8 148,5 1,3 8 329,5 9 081,4 2,2
Teneur réduite 3 308,5 3 450 1,1 3 511,8 3 861,6 2,4
Aliments « sans » 3 109,8 3 364,9 2 3 460,9 3 912,8 3,1
Intolérance alimentaire 2 400 2 657,8 2,6 2 749,7 3 113,2 3,2
Fonctionnels et enrichis 1 797,6 2 086,1 3,8 2 180,4 2 540,8 3,9
Biologiques 1 681,1 1 724,1 0,6 1 752 1 869,4 1,6
Boissons non alcoolisées 20 006,3 23 997,9 4,7 24 004,6 26 477,8 2,5
Naturellement sains 13 157,4 15 313,8 3,9 15 149,6 16 917,1 2,8
Fonctionnels et enrichis 3 274,4 4 188,8 6,4 4 383,5 4 801,1 2,3
Teneur réduite 2 745,4 3 129,3 3,3 3 038,9 2 908,7 −1,1
Aliments « sans » 750,8 1 210,8 12,7 1 279,8 1 692,8 7,2
Biologiques 78,3 155,2 18,7 152,8 158,1 0,9

Source : GlobalData, santé et bien-être, 2019

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Sans objet : Sans objet

Occasions

L'Allemagne compte un important secteur des aliments et des boissons, en plus d'arriver au troisième rang des plus grands exportateurs et importateurs (importateur net) à l'échelle internationale de produits agricoles et alimentaires (selon les données rapportées par Global Trade Tracker, de janvier 2016 à décembre 2018), ce qui en fait le marché européen le plus important pour les produits étrangers. La compétition dans la vente au détail d'aliments est forte, tandis que des fabricants locaux et régionaux et des marques internationales peuvent distribuer leurs produits dans le secteur des magasins à rabais allemands à des prix de détail comparables à ceux de l'Union européenne.

Les consommateurs allemands veulent des aliments et des boissons qui offrent à la fois une haute valeur et qui sont diversifiés : des produits enrichis de haute qualité ayant une incidence positive découlant d'une nutrition équilibrée et favorisant la santé et le bien-être en général. Par conséquent, le Canada a l'occasion d'augmenter sa présence au sein du marché allemand des aliments et des boissons en maintenant sa réputation en tant que producteur et source d'aliments de produits agricoles et de boissons de qualité au sein du marché allemand.

Les accords de libre-échange avec l'Union européenne comme l'Accord économique commercial global entre le Canada et l'Union européenne (AECG) aident à encourager le marché des exportations canadien en fournissant un accès libre de droits au sein de l'UE en raison de ces accords.

Pour de plus amples renseignements

Les délégués commerciaux internationaux peuvent fournir à l'industrie canadienne une expertise de terrain concernant les potentiels de marché, les conditions actuelles et les contacts d'affaires locaux, et sont un excellent point de contact pour obtenir des conseils à l'exportation.

Pour obtenir d'autres renseignements sur ce marché et d'autres marchés, consultez la liste complète des analyses des marchés mondiaux à la page Renseignements sur les marchés internationaux de l'agroalimentaire, par région.

Pour de plus amples renseignements sur la foire ANUGA 2019, veuillez communiquer avec :

Ben Berry, directeur adjoint
Stratégie et organisation, Foires commerciales
Agriculture et Agroalimentaire Canada
ben.berry@canada.ca

Ressources

Profil des consommateurs – Allemagne
Rapport d'analyse mondiale

Préparé par : Laurie Bernardi, analyste en recherche sur les marchés internationaux

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (2019).

Photos
Les images figurant dans la présente publication sont reproduites avec la permission des titulaires des droits s'y rattachant. À moins d'avis contraire, Sa Majesté la Reine du chef du Canada est titulaire des droits d'auteur sur ces images.

Pour vous inscrire à notre liste de distribution ou pour suggérer d'autres sujets ou marchés de recherche, vous pouvez vous adresser à :

Agriculture et Agroalimentaire Canada, Analyses des marchés mondiaux
1341, chemin Baseline, Tour 5, 3e étage
Ottawa (Ontario) K1A 0C5
Canada
Courriel : aafc.mas-sam.aac@canada.ca

Le gouvernement du Canada a préparé le présent document en se fondant sur des sources d'information primaires et secondaires. Même s'il n'a ménagé aucun effort pour présenter des données exactes, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) n'assume aucune responsabilité à l'égard de toute décision qui pourrait être prise sur la base de ces renseignements.

Toute reproduction ou redistribution du présent document, en totalité ou en partie, doit énoncer clairement qu'Agriculture et Agroalimentaire Canada est le titulaire du droit d'auteur du document en respectant le modèle suivant : Profil des consommateurs – Allemagne, 2019. Si le document reproduit ou redistribué reprend des données du présent document, il y a lieu d'y indiquer les sources telles qu'elles sont inscrites dans le présent document.

Agriculture et Agroalimentaire Canada fournit le présent document ainsi que d'autres services de production de rapports gratuitement à ses clients des industries agricole et alimentaire.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :