Sélection de la langue

Recherche

Analyse sectorielle – Tendances relatives à la viande au Japon

Juillet 2018

Sommaire

Avec une population de 127 millions d'habitants, le Japon est une nation insulaire située dans l'océan Pacifique qui comprend des villes denses et des parcs nationaux montagneux. La population japonaise est traditionnellement consommatrice de fruits de mer, mais la consommation de viande a augmenté progressivement au cours des dernières années, en particulier chez les jeunes générations.

vLe Japon a été classé deuxième importateur mondial de viande (9,1 milliards de $ US) en 2016, après la Chine (10,3 milliards de $ US), et classé premier en novembre 2017 (9,2 milliards de $ US).

En novembre 2017, le Canada était le troisième fournisseur de viande du Japon, avec des exportations totalisant 966 millions $ US. Ce montant représentait 10,4 % du total de l'approvisionnement mondial de viande au Japon, qui s'élevait à 9,3 milliards $ US. Le Canada était le deuxième plus grand fournisseur de porc et le quatrième plus important fournisseur de bœuf du Japon en 2016.

Au cours de la période de prévision, la volaille connaîtra la plus forte croissance parmi toutes les catégories de viande, conformément aux années passées, augmentant en volume total à un taux de croissance annuel composé de 2 %, et ce, en raison des prix unitaires abordables et de ses attributs perçus comme étant sains. En 2016, le Canada occupait la sixième place des fournisseurs de poulet pour le Japon.

Malgré le déclin et le vieillissement rapide de la population du Japon, l'industrie de la production de viande devrait connaître une croissance des ventes, et ce, en raison de l'occidentalisation constante qui affecte le régime alimentaire japonais typique. En particulier, on s'attend à ce que les jeunes générations de Japonais continuent de considérer la viande comme étant un aliment de base de leur régime alimentaire, lequel se modernise et devient ainsi moins traditionnel. La pénurie prévue de poisson et de fruits de mer entraînera une hausse des prix de ces produits au cours de la période de prévision (de 2018 à 2021), ce qui pourrait inciter les consommateurs à remplacer le poisson par la viande. En plus des jeunes générations, les générations plus âgées ont tendance à continuer de manger de la viande en vieillissant. Les autres raisons de la baisse de la consommation des produits de la mer sont le manque de connaissances et de compétences des jeunes générations quand vient le temps de cuisiner les fruits de mer à la maison, ainsi que la différence de prix entre la viande et les fruits de mer.

Table des matières

Marché de la viande au Japon

Le Japon est un pays insulaire entouré d’océans, et il est bien connu pour sa consommation de poisson et de fruits de mer. Bien que la consommation de viande ait été considérée auparavant comme défavorable au maintien d'une bonne santé, les consommateurs japonais en sont venus à accepter l'idée qu'un apport élevé en protéines est important pour la santé, et que la viande représente une excellente source de protéines, de fer, de vitamines et d'acides aminés. Les Japonais consomment de plus en plus de viande, et cette tendance devrait se maintenir au cours de la période de prévision de 2017 à 2021.

Volume total des ventes d'aliments frais par catégorie, en milliers de tonnes, en 2016
Catégorie Volume Croissance 2016 TCAC* 2012-2016 TCAC 2017-2021
Légumes 12 423,9 -1,9 -0,3 -1,1
Viande 3 855,1 1,2 0,9 0,9
Fruits 3 209,5 0,1 -2,1 -0,2
Poisson et fruits de mer 1 758,8 1,4 0,3 0,9
Œufs 1 311,7 0,6 0,2 0,3
Sucre et édulcorants 1 039,6 1,5 -0,1 1,2
Racines amylacées 795,2 -3,9 -3,4 -2,2
Noix 81 1,4 1,8 1,1
Légumineuses 13,9 -2,3 -4,3 -0,5
Total 24 488,7

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

En 2016, les ventes totales d’aliments frais ont atteint 24,49 millions de tonnes, dont 12,4 millions de tonnes de légumes, soit plus de 50 % du total des ventes de produits frais. La viande s'est classée au deuxième rang des ventes totales en termes de volume, à raison de 3,86 millions de tonnes, représentant 16 % du total des ventes d'aliments frais. Cette quantité est supérieure à celle des ventes de poisson et de fruits de mer, qui étaient de 1,76 million de tonnes, soit 7 % du total des ventes d'aliments frais.

Ventes d'aliments emballés, par catégorie, en milliers de tonnes, de 2012 à 2017
Catégorie 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Produits laitiers 4 402,5 4 454,2 4 374,3 4 330,9 4 293,7 4 266,9
Riz, pâtes alimentaires et nouilles 4 732,4 4 630,6 4 597,2 4 450,0 4 278,1 4 148,5
Produits de boulangerie 2 300,6 2 299,9 2 310,9 2 319,4 2 329,9 2 345,4
Sauces, vinaigrettes et condiments 2 399,8 2 394,3 2 366,4 2 358,9 2 327,9 2 301,7
Viandes et produits de la mer transformés 2 103,5 2 091,9 2 079,9 2 044,9 2 034,9 2 026,3
Plats cuisinés 1 480,4 1 501,8 1 525,6 1 565,1 1 604,5 1 638,7
Collations salées 695,9 688,3 698,9 713,4 713,8 717,3
Crème glacée et desserts congelés 571,2 584,7 577,8 562,6 568,8 572,8
Confiseries 402,9 401,6 404,1 405,8 412,4 418,0
Huiles comestibles 329,3 323,0 331,5 335,7 338,3 340,5
Fruits et légumes transformés 297,4 294,1 293,6 298,2 290,4 283,8
Biscuits sucrés, barres tendres et collations de fruits 261,0 259,9 269,9 283,3 282,7 282,7
Soupe 107,7 109,6 109,3 107,8 108,6 109,4
Tartinades 71,7 69,7 73,7 74,2 77,9 79,7
Céréales pour petit-déjeuner 35,6 40,7 51,9 66,3 72,1 75,9
Aliments pour bébés 41,7 40,1 41,1 42,5 43,4 44,0
Total 20 233,6 20 184,7 20 106,1 19 958,9 19 777,5 19 651,8

Source : Euromonitor International, 2018.

En 2017, le total d’aliments emballés vendus au Japon a atteint 19,7 millions de tonnes. La cinquième plus grande catégorie d'aliments emballés, soit les viandes et les produits de la mer transformés, représentait 2,03 millions de tonnes, soit 10,3 % du volume total.

Résumé du commerce au Japon

Le Japon a été classé le deuxième importateur mondial de viande (9,1 milliards $ US) en 2016, après la Chine (10,3 milliards $ US, et le plus important en novembre 2017 (9,2 milliards $ US).

Les dix principaux importateurs de viande dans le monde, en milliards de $ US, de 2012 à novembre 2017
Pays 2012 2013 2014 2015 2016 Jan. à nov. 2017
Japon 9,9 8,7 9,6 8,6 9,1 9,2
Chine (République populaire de) 4,1 5,9 5,8 6,8 10,3 8,5
États-Unis 5,8 6,0 8,4 9,4 7,9 7,6
Allemagne 7,6 8,0 8,0 6,7 7,0 6,9
Hong Kong 4,4 5,5 6,8 5,3 5,8 5,9
Royaume-Uni 5,9 6,1 6,5 5,9 5,5 5,0
Corée du Sud 2,9 2,7 3,4 3,7 3,9 4,4
France 5,8 6,1 6,0 4,8 4,5 4,4
Pays-Bas 5,0 5,0 5,2 4,7 4,6 4,2
Italie 5,9 6,1 6,1 4,9 4,7 4,2

Source : Global Trade Tracker, 2018.

En termes de volume, le Japon était le quatrième importateur de viande (2,1 millions de tonnes) en date du mois de novembre 2017, après la Chine (3,6 millions de tonnes), l'Allemagne (2,2 millions de tonnes) et Hong Kong (2,2 millions de tonnes).

Les dix principaux importateurs de viande dans le monde, en millions de tonnes, de 2012 à novembre 2017
Pays 2012 2013 2014 2015 2016 Jan. à nov. 2017 TCAC* 2012-2017
Chine 2,1 2,6 2,5 2,7 4,5 3,6 21 %
Allemagne 2,2 2,3 2,4 2,4 2,4 2,2 2 %
Hong Kong 2,0 2,1 2,5 2,0 2,4 2,2 5 %
Japon 1,8 1,8 2,0 2,0 2,1 2,1 4 %
Mexique 1,8 1,9 2,0 2,1 2,2 1,8 5 %
États­Unis 1,2 1,3 1,6 1,8 1,7 1,6 9 %
Royaume-Uni 1,4 1,5 1,5 1,6 1,6 1,5 3 %
Pays-Bas 1,4 1,4 1,4 1,4 1,4 1,4 0 %
Italie 1,5 1,5 1,6 1,6 1,5 1,3 0 %
France 1,4 1,4 1,4 1,4 1,3 1,2 -2 %

Source : Global Trade Tracker, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Parmi les dix principaux fournisseurs de viande au Japon en termes de valeur, le Canada était le troisième fournisseur en date de novembre 2017, avec 966 millions $ US, soit 10,3 % de l'approvisionnement total en viande du Japon, totalisant 9,34 milliards $ US. L'approvisionnement en viande du Canada au Japon a affiché un taux de croissance annuel composé de 1 % de 2012 à 2017.

Les dix principaux fournisseurs de viande au Japon, en millions de $ US, de 2012 à novembre 2017
Pays 2012 2013 2014 2015 2016 Jan. à nov. 2017 TCAC* 2012-2017
Monde 8 931 8 954 9 999 8 370 8 900 9 343 1 %
États­Unis 3 036 3 287 3 518 2 840 3 053 3 238 1 %
Australie 1 827 1 627 1 744 1 650 1 616 1 623 -2 %
Canada 936 839 919 795 911 966 1 %
Brésil 979 977 1 095 845 727 916 -1 %
Danemark 632 633 651 480 560 493 -5 %
Espagne 137 186 346 301 378 453 27 %
Mexique 443 489 449 395 401 398 -2 %
Thaïlande 3 3 179 262 308 391 163 %
Nouvelle-Zélande 226 221 213 169 186 179 -5 %
Chili 209 175 146 105 123 111 -12 %

Source : Global Trade Tracker, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Les dix principaux fournisseurs de viande au Japon, en tonnes métriques, de 2012 à novembre 2017
Pays 2012 2013 2014 2015 2016 Jan. à nov. 2017 TCAC* 2012-2017
Monde 1 990 911 2 019 480 2 240 867 2 151 005 2 211 042 2 266 356 3 %
États­Unis 634 797 678 649 727 271 622 887 655 822 654 649 1 %
Brésil 381 545 387 937 415 172 419 975 394 060 439 800 3 %
Australie 345 813 328 818 325 768 317 512 299 121 294 804 -3 %
Canada 217 538 196 684 204 939 221 748 231 948 245 911 2 %
Thaïlande 310 320 53 553 93 320 115 988 128 868 246 %
Espagne 30 661 39 531 74 551 86 032 96 988 107 841 29 %
Danemark 120 520 117 893 133 276 116 303 121 884 103 952 -3 %
Mexique 80 921 91 674 88 225 90 250 91 905 91 761 3 %
Pays-Bas 9 413 15 321 29 086 29 686 35 422 36 464 31 %
Nouvelle-Zélande 42 991 42 694 37 131 27 637 29 743 28 975 -8 %

Source : Global Trade Tracker, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Parmi les dix principaux fournisseurs de viande au Japon en termes de volume, le Canada s'est classé au quatrième rang, avec une exportation de 245 911 de tonnes. Ce volume représentait 10 % des exportations mondiales totales vers le Japon, qui totalisaient 2,3 millions de tonnes en date de novembre 2017. Le Canada a affiché un taux de croissance annuel composé de 2 %, tandis que la Thaïlande a atteint le taux de croissance annuel composé le plus élevé, soit 246 %, parmi les dix principaux fournisseurs de 2012 à novembre 2017. L'Australie, le Danemark et la Nouvelle-Zélande représentaient les trois fournisseurs qui ont enregistré des taux de croissance annuels négatifs, soit de -3 %, -3 % et -8 % respectivement, de 2012 à novembre 2017.

Les dix principaux produits de viande exportés par le Canada au Japon, en millions de $ US, de 2012 à novembre 2017
Code SH Description 2012 2013 2014 2015 2016 Jan. à nov. 2017 TCAC* 2012-2017
Total 936 839 919 795 911 966 1 %
020319 Viandes de l'espèce porcine fraîches ou réfrigérées, non désossées 411 454 523 488 525 570 7 %
020329 Viandes de l'espèce porcine congelées, non désossées 339 225 206 154 161 156 14 %
020312 Jambons frais ou réfrigérés, épaules de l'espèce porcine, non désossés 22 19 20 20 45 52 19 %
020230 Viande bovine congelée et désossée 29 32 52 28 34 51 12 %
020910 Graisse de porc, sans viande maigre, fraîche/réfrigérée/congelée/salée/en saumure/séchée/fumée 29 25 30 19 33 31 1 %
020610 Abats comestibles de viande bovine, frais ou réfrigérés 5 4 3 11 31 29 42 %
020500 Viande chevaline, asine ou mulassière, fraîche, réfrigérée ou congelée 20 21 22 22 23 20 0 %
020130 Viande bovine désossée, fraîche ou réfrigérée 16 11 15 14 18 19 5 %
020649 Abats comestibles de viande porcine, congelés 22 14 16 10 10 14 -9 %
020621 Langues de bovin comestibles, congelées 4 10 9 6 12 10 18 %

Source : Global Trade Tracker, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

En novembre 2017, les exportations totales de viande du Canada vers le Japon s'élevaient à 966 millions $ US, dont 570 millions $ US en viandes de l’espèce porcine fraîches ou réfrigérées, non désossées, tandis que les viandes de l’espèce porcine congelées, non désossées représentaient 156 millions $ US en 2016.

Les principaux produits carnés sont surtout le porc, le bœuf et leurs abats. De 2012 à novembre 2017, les abats comestibles bovins frais ou réfrigérés ont affiché le taux de croissance annuel composé le plus élevé, soit 42 %, et les langues bovines comestibles congelées affichaient le deuxième taux de croissance annuel composé le plus élevé à 18 %. Le bœuf canadien est vendu en grande partie pour être utilisé dans le secteur des services alimentaires au Japon.

Les dix principaux produits de viande exportés par le Canada vers le Japon, en tonnes métriques, de 2012 à novembre 2017
Code SH Description 2012 2013 2014 2015 2016 Jan. à nov. 2017 TCAC* 2012-2017
Total 217 538 196 683 204 938 221 752 231 947 245 907 2 %
020319 Viandes de l'espèce porcine fraîches ou réfrigérées, non désossées 65 992 87 289 102 011 121 453 121 448 133 258 15 %
020329 Viandes de l'espèce porcine congelées, non désossées 101 767 60 545 50 056 50 438 45 465 43 422 -16 %
020910 Graisse de porc, sans viande maigre, fraîche/réfrigérée/congelée/salée/en saumure/séchée/fumée 15 536 18 691 18 011 18 780 23 442 22 230 7 %
020230 Viande bovine congelée et désossée 6 688 8 618 12 721 7 484 11 053 15 575 18 %
020312 Jambons frais ou réfrigérés, épaules et morceaux de viande de l'espèce porcine, non désossés 3 868 3 823 3 797 4 811 10 639 12 244 26 %
020649 Abats comestibles de viande porcine, congelés 8 178 5 552 6 407 4 558 4 466 6 017 -6 %
020130 Viande bovine désossée, fraîche ou réfrigérée 1 978 1 647 2 088 1 929 2 633 3 237 10 %
020610 Abats comestibles de viande bovine, frais ou réfrigérés 513 450 348 1 072 2 786 2 664 39 %
020500 Viande chevaline, asine ou mulassière, fraîche, réfrigérée ou congelée 2 938 2 966 3 094 3 658 3 714 2 459 -3 %
020629 Abats comestibles de viande bovine, congelés 2 050 3 098 2 620 3 065 2 868 1 685 -4 %

Source : Global Trade Tracker, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Le Canada a exporté 245 907 tonnes de viande vers le Japon en date de novembre 2017. De ce total, les viandes porcines congelées ou réfrigérées, non désossées, représentaient 54 % (133 258 tonnes). Les abats comestibles de viandes bovines, frais ou réfrigérés, ont affiché le plus fort taux de croissance annuel composé, soit 39 %, de 2012 à novembre 2017. Les viandes porcines congelées, non désossées, ont eu un taux de croissance annuel composé négatif de -16 % de 2012 à novembre 2017.

Consommation et dépenses

Le volume total des ventes de viande au Japon a augmenté à un taux de croissance annuel composé de 1 % entre 2012 et 2017, pour atteindre 3,9 millions de tonnes en 2017. La volaille représentait le plus gros volume de viande consommée en 2017, avec 1,9 million de tonnes, soit 48 % de la consommation totale de viande. Le porc occupait la deuxième place avec 1,27 million de tonnes. La volaille a atteint le plus haut taux de croissance annuel composé à 3 % de 2012 à 2017. La volaille et le porc représentaient ensemble 80 % (3,1 millions de tonnes) du volume total des ventes de viande en 2017. Il existe plusieurs facteurs qui expliquent la popularité croissante de la volaille. La raison principale est que son prix est plus bas. Une autre raison est que des études récentes ont conclu que la poitrine de poulet représentait un aliment idéal pour les consommateurs soucieux de leur santé.

Volume total des ventes* historiques de viande par catégorie, en milliers de tonnes, de 2012 à 2017
Catégorie 2012 2013 2014 2015 2016 2017 TCAC** 2012-2017
Total 3 749,1 3 726,8 3 762,9 3 807,8 3 855,1 3 897,6 1 %
Volaille 1 637,8 1 641,1 1 674,4 1 745,0 1 807,6 1 862,6 3 %
Porc 1 265,6 1 251,5 1 255,6 1 257,6 1 266,4 1 274,8 0 %
Bœuf et veau 824,9 812,9 811,9 784,3 760,4 739,4 -2 %
Agneau, mouton et chèvre 15,1 15,4 15,1 14,9 14,8 14,6 -1 %
Autres viandes 5,8 5,9 5,9 6,0 6,0 6,0 1 %

Source : Global Trade Tracker, 2018.

*Note : Le volume total des ventes englobe les ventes au détail, les services alimentaires et les ventes institutionnelles (p. ex. dans les écoles et les hôpitaux) telles que définies par Euromonitor.

**TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Le prix unitaire moyen du bœuf et du veau est presque quatre fois plus élevé que le prix unitaire moyen du poulet. C'est pourquoi les ventes totales de bœuf et de veau ont connu un taux de croissance composé annuel négatif de -2 % de 2012 à 2017, et continueront d’afficher une croissance négative au cours des quatre prochaines années (de 2018 à 2021), comme le montre le tableau ci-dessous.

La consommation d'agneau n'est pas considérable au Japon; et l'agneau, le mouton et la chèvre ne représentaient qu'une infime partie des ventes totales de viande en 2017 (14 600 tonnes). Plus de 99 % de l'agneau consommé au Japon est importé, et ce, principalement d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

Volume total prévu des ventes* de viande par catégorie, en milliers de tonnes, de 2018 à 2021
Catégorie 2018 2019 2020 2021 TCAC* 2018 à 2021
Total 3 935,4 3 969,1 3 998,7 4 024,9 1 %
Volaille 1 910,9 1 952,9 1 989,5 2 021,1 2 %
Porc 1 282,9 1 290,6 1 297,9 1 305,0 1 %
Viande bovine 721,1 705,1 690,9 678,5 -2 %
Agneau, mouton et chèvre 14,5 14,4 14,3 14,2 -1 %
Autre viande 6,0 6,1 6,1 6,1 1 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Selon les prévisions, le volume total des ventes de viande sera de 4,02 millions de tonnes en 2021, ce qui constitue une augmentation de 1 % du taux de croissance annuel composé pour la période de 2018 à 2021. Les consommateurs, en particulier les jeunes, mangent maintenant moins de poisson et plus de viande, surtout lors des repas à la maison, étant donné que la viande est plus facile à préparer et à cuisiner.

Ventes au détail historiques de viande par catégorie, en millions de $ US, de 2012 à 2017
Catégorie 2012 2013 2014 2015 2016 2017 TCAC* 2012-2017
Total 34 600,0 35 759,6 36 392,3 37 054,9 37 488,3 37 485,3 2 %
Porc 14 637,6 15 410,9 15 831,9 16 377,7 16 640,5 16 898,1 3 %
Viande bovine 12 124,4 12 315,2 12 277,4 11 827,6 11 723,4 11 167,8 -2 %
Volaille 7 530,8 7 713,0 7 961,6 8 519,0 8 790,0 9 083,5 4 %
Agneau, mouton et chèvre 164,4 171,8 170,4 173,8 171,5 171,1 1 %
Autre viande 142,9 148,7 151,0 156,8 162,9 164,7 3 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

En 2017, les ventes au détail de viande se sont chiffrées à 37,5 milliards de dollars américains, et les ventes de porc ont compté pour 45 % de ce total (16,8 milliards de dollars américains). La volaille a affiché le plus haut taux de croissance annuel composé, soit 4 %, de 2012 à 2017.

Ventes au détail historiques de viande par catégorie, en milliers de tonnes, de 2012 à 2017
Catégorie 2012 2013 2014 2015 2016 2017 TCAC* 2012-2017
Total 1 714,9 1 777,3 1 813,9 1 828,6 1 848,1 1 866,6 2 %
Porc 776,2 817,7 837,1 842,0 852,1 861,8 2 %
Volaille 650,2 666,3 685,3 713,1 737,6 759,2 3 %
Viande bovine 280,8 285,4 283,5 265,6 250,5 237,6 -3 %
Agneau, mouton et chèvre 5,4 5,6 5,6 5,5 5,5 5,4 0 %
Autre viande 2,3 2,4 2,4 2,4 2,5 2,5 2 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Les ventes au détail de viande ont totalisé 1,9 million de tonnes en 2017. Les volumes des ventes au détail de porc et de volaille se sont chiffrés respectivement à 861 et à 759 milliers de tonnes en 2017. La volaille a affiché le plus haut taux de croissance annuel composé, soit 3 %, de 2012 à 2017.

Ventes au détail historiques de viande par catégorie, en millions de $ US, de 2018 à 2021
Catégorie 2018 2019 2020 2021 TCAC* 2018 à 2021
Total 37 690,2 38 107,8 38 658,0 39 111,7 1 %
Porc 17 223,2 17 626,0 18 075,5 18 467,8 2 %
Volaille 9 386,7 9 709,3 10 037,6 10 316,2 3 %
Viande bovine 10 741,7 10 429,5 10 196,5 9 975,1 -2 %
Autre viande 167,1 170,2 173,6 176,4 2 %
Agneau, mouton et chèvre 171,5 172,8 174,7 176,1 1 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Selon les prévisions, les ventes au détail de viande se chiffreront à 39,1 milliards de dollars américains en 2021, une augmentation de 1,5 milliard par rapport à 2016. La volaille continuera d’afficher le plus haut taux de croissance annuel composé (3 %), suivie du porc (2 %), de 2018 à 2021.

Ventes au détail prévues de viande par catégorie, en milliers de tonnes, de 2018 à 2021
Catégorie 2018 2019 2020 2021 TCAC* 2018 à 2021
Total 1 883,8 1 899,8 1 914,5 1 928,1 1 %
Porc 871,2 880,1 888,7 897,0 1 %
Volaille 778,1 794,5 808,8 821,1 2 %
Viande bovine 226,7 217,3 209,2 202,1 -4 %
Agneau, mouton et chèvre 5,4 5,4 5,3 5,3 -1 %
Autre viande 2,5 2,5 2,5 2,5 0 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Selon les prévisions, les ventes au détail de viande se chiffreront à 1,9 million de tonnes en 2021, une augmentation de 45 000 tonnes par rapport à 2018. La volaille continuera d’afficher le plus haut taux de croissance annuel composé (2 %), suivie du porc (1 %).

Consommation historique de viande (volume total des ventes) par habitant, en kilogrammes, de 2012 à 2017
Catégorie 2012 2013 2014 2015 2016 2017 TCAC* 2012-2017
Total 29,4 29,3 29,6 30,0 30,5 30,9 1 %
Volaille 12,8 12,9 13,2 13,8 14,3 14,8 3 %
Porc 9,9 9,8 9,9 9,9 10,0 10,1 0 %
Viande bovine 6,5 6,4 6,4 6,2 6,0 5,9 -2 %
Agneau, mouton et chèvre 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0 %
Autre viande 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Le Japon étant réputé pour sa grande consommation de poissons et fruits de mer, la consommation de viande par habitant était de 30,9 kilos en 2017. Cependant, la pénurie attendue dans l’approvisionnement en poissons et fruits de mer au cours de la période de prévision favorisera probablement les ventes de viande. La volaille a été la catégorie de viande la plus consommée par habitant, à 14,8 kilos en 2017, et a affiché le plus haut taux de croissance annuel composé, à 3 % de 2012 à 2017. La consommation de viande bovine par habitant a affiché un taux de croissance annuel composé négatif de -2 % de 2012 à 2017 en raison du prix unitaire élevé des viandes de cette catégorie.

Consommation prévue de viande (volume total des ventes) par habitant, en kilogrammes, de 2018 à 2021
Catégorie 2018 2019 2020 2021 TCAC* 2018 à 2021
Total 31,3 31,7 32,1 32,5 1 %
Volaille 15,2 15,6 16,0 16,3 2 %
Porc 10,2 10,3 10,4 10,5 1 %
Viande bovine 5,7 5,6 5,5 5,5 -1 %
Agneau, mouton et chèvre 0,1 0,1 0,1 0,1 0 %
Autre viande 0,0 0,0 0,0 0,0 0 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Selon les prévisions, la consommation totale de viande par habitant atteindra 32,5 kilos en 2021, et le taux de croissance annuel composé sera de 1 % de 2018 à 2021.

Dépenses historiques en viande (ventes au détail) par habitant, en $ US, de 2012 à 2017
Catégorie 2012 2013 2014 2015 2016 2017 TCAC* 2012-2017
Total 271,3 280,9 286,4 292,2 296,5 297,4 2 %
Porc 114,8 121,1 124,6 129,2 131,6 134,1 3 %
Viande bovine 95,1 96,7 96,6 93,3 92,7 88,6 -1 %
Volaille 59,1 60,6 62,6 67,2 69,5 72,1 4 %
Agneau, mouton et chèvre 1,3 1,3 1,3 1,4 1,4 1,4 1 %
Autre viande 1,1 1,2 1,2 1,2 1,3 1,3 3 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Le type de viande le plus couramment mangé à domicile au Japon est le porc, qui a compté pour 45 % du total des ventes au détail de viande en 2017. Les dépenses en porc par habitant se sont chiffrées à 134,10 dollars américains en 2017. Le porc demeure populaire auprès des consommateurs japonais grâce à sa forte présence dans l’industrie de la restauration et les réseaux de vente au détail.

Dépenses prévues en viande (ventes au détail) par habitant, en $ US, de 2018 à 2021
Catégorie 2018 2019 2020 2021 TCAC* 2018 à 2021
Total 300,1 304,7 310,5 315,7 2 %
Porc 137,2 140,9 145,2 149,1 3 %
Volaille 74,7 77,6 80,6 83,3 4 %
Viande bovine 85,5 83,4 81,9 80,5 -2 %
Agneau, mouton et chèvre 1,4 1,4 1,4 1,4 0 %
Autre viande 1,3 1,4 1,4 1,4 2 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Selon les prévisions, le porc demeurera le type de viande pour lequel le montant des dépenses par habitant sera le plus élevé au cours des cinq prochaines années. Ce montant s’élèvera à 149,10 dollars américains en 2021.

Ventes au détail de viande biologique, en milliers de tonnes, de 2012 à 2016
Catégorie 2012 2013 2014 2015 2016 TCAC* 2012-2016
Viande biologique 0,2 0,2 0,2 0,2 1,8 73 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Remarque : Les données sur la viande biologique sont seulement disponibles jusqu’à 2016.

Ventes au détail de viande biologique, en millions de $ US, de 2012 à 2016
Catégorie 2012 2013 2014 2015 2016 TCAC* 2012-2016
Viande biologique 4,5 4,6 4,7 4,8 48,7 81 %

Source : Euromonitor International, 2018.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Remarque : Les données sur la viande biologique sont seulement disponibles jusqu’à 2016.

Les ventes au détail de viande biologique demeuraient négligeables au Japon avant 2015, les consommateurs ayant manifesté moins d’intérêt pour ce type de viande que les pays occidentaux. Cela s’explique surtout par un manque d’information et de sensibilisation en ce qui a trait aux avantages de la viande biologique. Actuellement, un seul établissement au Japon est certifié par la Norme agricole biologique du Japon (JAS). Cependant, le Japon a commencé à accepter plus de viande biologique de producteurs étrangers en 2016 et en a consommé 1 800 tonnes (48,7 millions de dollars américains) cette année-là, ce qui a occasionné un taux de croissance annuel composé de 73 % de 2012 à 2016. La certification JAS sera bientôt obligatoire pour les produits du bétail biologiques distribués au Japon.

Commerce électronique et établissements de restauration au Japon

Le Japon est le deuxième marché en importance de l’Asie-Pacifique en ce qui concerne le commerce électronique. Comme un grand nombre de ménages ont accès à Internet, davantage de consommateurs japonais se tournent vers les achats en ligne. Selon Statista (2017), le nombre d’utilisateurs d’Internet au Japon était de 117.8 millions en janvier 2017, et 78,3 millions d’utilisateurs (66,5 %) ont fait des achats par Internet en 2016. Statista (2017) signale qu’en 2016, 92 % de la population japonaise a accédé à Internet, comparativement à 78 % en 2009.

En raison de l’utilisation accrue des téléphones intelligents et des tablettes, le commerce mobile gagne en popularité. Les consommateurs, surtout les jeunes, trouvent qu’il est très commode de faire des achats au moyen d’un appareil mobile. Les ventes du commerce mobile au Japon ont totalisé 25,9 milliards de dollars américains en 2015, et on s’attend à ce qu’elles atteignent 60,8 milliards de dollars américains d’ici 2020. Cependant, le recours au commerce électronique pour l’achat d’aliments frais est très faible au Japon.

Distribution de la viande par format, en pourcentage (%), de 2012 à 2016
2012 2013 2014 2015 2016 TCAC* 2012-2016
Commerce de détail 45,7 47,7 48,2 48,0 47,9 1 %
Restauration 41,5 40,7 40,7 41,0 42,0 0 %
Institutions 12,8 11,6 11,1 11,0 10,1  -6 %
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 0 %

Source : Euromonitor International, 2017.

*TCAC : Taux de croissance annuel composé.

Le réseau du détail est le principal acheteur de viande (47,9 %), suivi par le secteur de la restauration (42 %) et les institutions (10,1 %). Les achats institutionnels connaissent une baisse marquée depuis 2012, avec un taux de croissance annuel composé négatif de −6 %.

Conclusion

Soutenu par la popularité grandissante de la volaille, le volume total des ventes de viande au Japon a poursuivi sa croissance en 2016 avec une hausse de 1 % au cours de l’année. Cette croissance s’explique surtout par l’internationalisation actuelle du régime alimentaire japonais, laquelle a fait augmenter la popularité de la viande par rapport au poisson, surtout auprès des jeunes Japonais. En plus des jeunes générations, les générations plus âgées ont tendance à continuer de manger de la viande en vieillissant. Les autres raisons de la baisse de la consommation des produits de la mer sont le manque de connaissances et de compétences des jeunes générations quand vient le temps de cuisiner les fruits de mer à la maison, ainsi que la différence de prix entre la viande et les fruits de mer.

La pénurie attendue dans l’approvisionnement en poissons et fruits de mer au cours de la période de prévision amènera les consommateurs japonais à privilégier la viande. La hausse de popularité des poissons et fruits de mer à l’échelle mondiale, surtout en Europe, en Amérique et en Chine, se poursuivra vraisemblablement au cours de la période de prévision, et l’approvisionnement en poissons et fruits de mer sera touché par une pénurie en raison des sources limitées de ce type d’aliments. On constate également un mouvement vers une gestion durable des pêches pour protéger les ressources naturelles de l’océan. En conséquence, on prévoit une augmentation du prix du poisson au cours de la période de prévision, et de nombreux consommateurs se tourneront vraisemblablement vers la viande comme solution de rechange moins coûteuse que les produits de la mer, étant donné que le climat économique japonais ne va probablement pas connaître un redressement rapide durant cette période.

Pour plus de renseignements

Les délégués commerciaux internationaux peuvent fournir à l’industrie canadienne une expertise de terrain concernant les potentiels de marché, les conditions actuelles et les contacts d’affaires locaux, et sont un excellent point de contact pour obtenir des conseils à l’exportation.

Pour obtenir d’autres renseignements sur ce marché et d’autres marchés, consultez la liste complète des analyses des marchés mondiaux à la page Renseignements sur les marchés internationaux de l’agroalimentaire, par région.

Pour de plus amples renseignements sur FoodEx Japan 2018, veuillez communiquer avec :

Ben Berry, directeur adjoint
Stratégie et prestation de salons commerciaux
Agriculture et Agroalimentaire Canada
ben.berry@canada.ca

Ressources

Analyse sectorielle - Tendances relatives à la viande au Japon
Rapport d’analyse mondiale

Preparé par : Hongli Wang, analyste de marché.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le Ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (2018).

Images
Les images figurant dans la présente publication sont reproduites avec la permission des titulaires des droits s'y rattachant. À moins d'avis contraire, Sa Majesté la Reine du chef du Canada est titulaire des droits d'auteur sur ces images.

Pour vous inscrire à notre liste de distribution ou pour suggérer d'autres sujets ou marchés de recherche, vous pouvez vous adresser à :

Agriculture et Agroalimentaire Canada, Analyses des marchés mondiaux
1341, chemin Baseline, Tour 5, 3e étage
Ottawa (Ontario) K1A 0C5
Canada
Courriel : aafc.mas-sam.aac@canada.ca

Le gouvernement du Canada a préparé le présent document en se fondant sur des sources d'information primaires et secondaires. Même s'il n'a ménagé aucun effort pour présenter des données exactes, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) n'assume aucune responsabilité à l'égard de toute décision qui pourrait être prise sur la base de ces renseignements.

Toute reproduction ou redistribution du présent document, en totalité ou en partie, doit énoncer clairement qu'Agriculture et Agroalimentaire Canada est le titulaire du droit d'auteur du document en respectant le modèle suivant : AAC – titre du rapport – année. Si le document reproduit ou redistribué reprend des données du présent document, il y a lieu d'y indiquer les sources telles qu'elles sont inscrites dans le présent document.

Agriculture et Agroalimentaire Canada fournit le présent document ainsi que d'autres services de production de rapports gratuitement à ses clients des industries agricole et alimentaire.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :