Sélection de la langue

Recherche

Validation de l'utilisation et de l'efficacité du CLO-1 contre la fusariose de l'épi chez le blé dans l'est du Canada

Code de projet : PRR012-100

Chef de projet

Yves Dion - Centre de recherche sur les grains inc. (CÉROM), Québec

Objectif

Valider l’efficacité au champ du CLO-1 contre la fusariose de l’épi dans les cultures de blé de l’Est du Canada

Sommaire de résultats

Contexte

La fusariose de l’épi, causée par le Gibberella zeae (syn. Fusarium graminearum), est la plus importante maladie du blé au Canada. L’infection du blé par cet agent pathogène entraîne une réduction du rendement grainier et une contamination du grain par des mycotoxines telles que le désoxynivalénol (DON). Dans la plupart des régions productrices de blé, les méthodes actuellement employées contre cette maladie consistent en l’application de fongicides et visent au maintien du rendement grainier et de la qualité du grain récolté. La souche ACM 941 du Clonostachys rosea, champignon mycoparasite, a été extraite de feuilles prélevées dans des cultures de pois situées au Manitoba. Il procure une protection contre plusieurs agents phytopathogènes, dont le F. graminearum. L’efficacité de la souche ACM 941 contre la fusariose à épi a déjà été évaluée en milieux contrôlés, notamment en serre et dans des parcelles de recherche.

Le présent projet visait à attester l’utilité de la souche ACM 941 et à valider son efficacité contre les agents de la fusariose de l’épi naturellement présents dans l’environnement, dans des parcelles soumises à une conduite culturale semblable à celle des exploitations commerciales, dans plusieurs régions productrices de blé de l’est du Canada.

Approches

Les essais ont été réalisés en 2012, dans 5 localités : Beloeil (Centre de recherche sur les grains inc.), au Québec; Saint-Hyacinthe (ferme expérimentale de La Coop fédérée), au Québec; Saint-Augustin-de-Desmaures (ferme expérimentale de l’Université Laval), au Québec; Ottawa (Centre de recherches de l’Est sur les céréales et oléagineux d’Agriculture et Agroalimentaire Canada), en Ontario; et Charlottetown (Centre de recherches sur les cultures et les bestiaux), à l’Île-du-Prince-Édouard. Chaque essai comprenait 9 traitements de préparation en poudre de la souche ACM 941, soit 5 traitements consistant chacun en une seule application, réalisés à différents stades de développement du blé, et 4 traitements consistant chacun en 2 applications, réalisés à différents stades de développement du blé. Dans le cas de tous les traitements, la solution contenait 107 Unités formant colonies par millilitre de la souche ACM 941 et a été appliquée dans les parcelles de blé à raison de 200 litres par hectare. Nous avons utilisé des parcelles témoins non traitées et des parcelles témoins ayant reçu un traitement classique (fongicide commercial Prosaro ou Proline), pour évaluer l’efficacité de la souche ACM 941 contre la fusariose de l’épi. Pour l’évaluation, nous nous sommes fondés sur l’indice de maladie, le pourcentage d’épis infectés, le poids de mille grains et le rendement.

Résultats et analyse

Les conditions ont été exceptionnellement sèches en 2012 dans toutes les localités d’essai et n’étaient donc pas propices au F. graminearum. La pression de la maladie était donc très faible, ce qui ne nous a pas permis d’évaluer convenablement l’efficacité de la souche ACM 941 contre la fusariose de l’épi. Il faut donc réaliser d’autres essais pour attester l’utilité et évaluer l’efficacité de cet agent de lutte biologique en contexte de production commerciale. Il convient de signaler que la souche ACM 941 n’a causé aucun effet phytotoxique chez le blé, dans toutes les localités d’essai. En outre, la souche ACM 941 n’a pas entraîné de diminution de la grosseur et du poids spécifique du grain ou du rendement grainier.

Pour de plus amples renseignements sur le présent projet, communiquer avec Yves Dion, du CÉROM, au Québec.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :