Sélection de la langue

Recherche

Programme de lutte contre les sésies dans les vergers de fruits à pépins

Code de projet : SCR08-010

Chef de projet

Karen Bedford - Agriculture et Agroalimentaire Canada

Objectif

Le présent projet visait à mettre à l’essai un certain nombre d’approches à risques réduits pour lutter contre la sésie du pommier et la sésie du cornouiller dans les vergers de pommiers. L’efficacité d’un certain nombre de produits à risques réduits a été évaluée en traitement préventif et en traitement curatif. En outre, l’efficacité d’une phéromone créant une confusion sexuelle chez la sésie du pommier a été évaluée dans des vergers biologiques.

Sommaire des résultats

Contexte

Les sésies (Lepidoptera: Sesiidae) peuvent infliger des dommages considérables dans les vergers de fruits à pépins. Dans l’est du Canada, la sésie du cornouiller (Synanthedon scitula Harris), espèce indigène, est de plus en plus problématique dans les vergers de pommiers à haute densité. La sésie du cornouiller n’est pas présente dans l’Ouest canadien, mais une infestation de sésie du pommier (Synanthedon myopaeformis Borkhausen) a été signalée en 2005 dans un verger de pommiers à Cawston, en Colombie-Britannique. En Amérique du Nord et en Europe, les méthodes de lutte classiques contre la sésie du pommier et les espèces apparentées, comme le perceur du pêcher (S. exitiosa Say), reposent sur l’utilisation d’insecticides organophosphorés. Toutefois, les utilisations permises de ces produits chimiques sont limitées dans la plupart des provinces, et ces produits devront faire l’objet d’une réévaluation ou seront retirés du marché dans un proche avenir. En Ontario, les méthodes de lutte classiques contre la sésie du cornouiller consistent en l’utilisation d’un pyréthroïde de synthèse combiné à de l’huile minérale.

Le présent projet visait à évaluer le potentiel et l’efficacité d’un certain nombre de produits à risques réduits, dont des biopesticides, contre la sésie du pommier et la sésie du cornouiller dans des vergers non biologiques. En outre, l’efficacité de l’Isomate-P, produit créant une confusion sexuelle chez la sésie du pommier, a été évaluée dans des vergers de pommiers.

Méthode

Une série d’essais a été menée en 2008 et 2009 en Ontario et en Colombie-Britannique pour évaluer le potentiel de certains insecticides contre la sésie du pommier (Synanthedon myopaeformis Borkhausen) et la sésie du cornouiller (Synanthedon scitula Harris). Dans le cadre de chaque essai réalisé en Ontario ou en Colombie-Britannique, les traitements insecticides ont été appliqués sur le tronc des arbres, au moyen d’un vaporisateur manuel. Des produits destinés à la production de pommes en régime classique ou en régime biologique ont été mis à l’essai. Les résultats des essais visant la sésie du pommier et la sésie du cornouiller pourraient également s’appliquer pour la lutte contre d’autres espèces de sésies chez des plantes ornementales et des plantes fruitières.

En Ontario, trois essais ont été réalisés au total, dont deux pour la sésie du cornouiller (2008, 2009) et un pour la sésie du pommier (2009). Les essais visant la sésie du cornouiller ont été menés dans un verger commercial à Ilderton, en Ontario, chez des pommiers Honeycrisp âgés de cinq ans (2008) et des pommiers Northern Spy âgés de trois ans (2009). L’essai visant la sésie du pommier a été mené à Fingal, chez des pommiers Empire âgés de dix ans. Chaque essai comprenait cinq insecticides et quatre répétitions de 9 ou 10 pommiers. Certains traitements ont été mis à l’essai uniquement une des deux années. Dans le cadre de chaque essai, une seule application a été réalisée en été, en traitement préventif, durant la période d’apparition des adultes, qui a été détectée au moyen de pièges à phéromones. L’efficacité a été évaluée d’après la présence de chenilles chez les arbres au cours de la saison où le traitement a été réalisé. Les troncs des pommiers ont fait l’objet d’un examen visuel destiné à détecter les galeries creusées par les chenilles de la sésie du cornouiller ou de la sésie du pommier. Le nombre de galeries et le nombre de chenilles vivantes présentes dans ces galeries ont été consignés.

En Colombie-Britannique, trois essais ont été réalisés en 2008, et deux essais ont été réalisés en 2009, dans un verger à haute densité comprenant plusieurs variétés de pommiers, à Cawston. Les essais visaient différents stades de développement de la sésie du pommier et comprenaient des insecticides destinés à la production en régime classique et en régime biologique. En 2008, un seul traitement ciblant les chenilles de sésie du pommier âgées de deux ans a été appliqué sur les troncs avant le début de la saison, en mai, en traitement curatif. L’efficacité des traitements a été évaluée d’après le nombre d’exuvies (dépouilles abandonnées après la mue) sortant du tronc des pommiers. Le nombre d’exuvies a été considéré comme équivalent au nombre d’adultes ayant fait leur apparition. Les évaluations ont été faites chez les mêmes arbres en août 2008 et 2009.

De 2006 à 2008, l’Isomate-P, produit à base de phéromone créant une confusion sexuelle, a été évalué quant à son efficacité contre la sésie du pommier, dans des vergers de pommiers commerciaux biologiques en Colombie-Britannique et en Ontario.

Résultats

Dans le cadre des essais menés en Ontario, aucune différence significative n’a été observée d’un insecticide à l’autre quant au nombre de galeries, mais des différences marquées ont été observées quant au nombre de chenilles vivantes présentes dans les galeries. Les insecticides RIMON, DELEGATE et ALTACOR ont permis une diminution du nombre de chenilles de sésie du cornouiller vivantes en 2008 et 2009. En outre, l’insecticide BELT, évalué uniquement en 2009, a entraîné une diminution significative du nombre de chenilles de sésie du cornouiller vivantes présentes chez les arbres. Dans le cadre de l’essai de 2009 visant la sésie du pommier, les insecticides RIMON et BELT ont permis une diminution du nombre de chenilles vivantes.

Dans le cadre des essais menés en Colombie-Britannique, l’insecticide RIMON est le seul traitement curatif ayant permis une diminution significative de l’apparition des adultes. Par contre, lorsqu’ils ont été appliqués en traitement préventif à l’été 2008, les insecticides RIMON, BELT, DELEGATE, ALTACOR et ENTRUT 80W ont causé des diminutions significatives de l’apparition d’adultes en 2009; l’insecticide RIMON a été le plus efficace et a permis un déclin de 96 % de la population d’une année à l’autre.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :