Sélection de la langue

Recherche

Perfectionner et valider le calcul du seuil d’intervention dynamique pour lutter contre les pucerons dans les cultures céréalières et le rendre accessible aux producteurs

Code du projet : PRR15-040

Chef de projet

Tyler Wist et Erl Svendsen - Agriculture et Agroalimentaire Canada

Objectif

Améliorer et valider un modèle de seuil d’intervention dynamique (SID) contre les pucerons des céréales, qui avait été développé antérieurement, et en faire un outil décisionnel destiné aux céréaliculteurs pour faciliter leurs décisions de traitements insecticides

Sommaire des résultats

Contexte

Les pucerons des céréales représentent périodiquement de graves menaces pour les cultures de blé, d’avoine et d’orge dans les Prairies canadiennes. Les infestations de pucerons peuvent se développer rapidement et entraîner des pertes de rendement de 35-40 %. Comme les insecticides organophosphatés à large spectre sont le seul moyen de lutte chimique dont les producteurs disposent pour lutter contre les pucerons des céréales, il est important de limiter leur utilisation pour protéger les insectes auxiliaires en n’effectuant des traitements que lorsque les populations projetées de pucerons dépassent le seuil de nuisibilité économique. Dans l’Ouest canadien, le seuil de déclenchement d’un traitement se situe en moyenne à 12-15 pucerons par talle de céréale, mais il ne prend pas en compte la mortalité des pucerons causée par les ennemis naturels.

En 2011, un comité d’intervenants dirigé par le Centre de la lutte antiparasitaire (CLA) a déterminé que les pucerons des céréales constituaient un enjeu prioritaire de lutte antiparasitaire qui devrait faire partie du volet Insectes ravageurs des feuilles des grandes cultures dans les Prairies dans le cadre de la Stratégie de réduction des risques liés aux pesticides du CLA. Un projet de deux ans a donc été lancé en 2012 pour développer un modèle de seuil d’intervention dynamique (SID) dont l’équation devait tenir compte des effets suppresseurs attribuables aux principaux ennemis naturels présents dans le champ qui sont capables de tenir en échec les populations de pucerons.

Le présent projet de suivi visait quant à lui à mettre à jour et à améliorer le nouveau modèle SID contre les pucerons des céréales, puis à le valider sur le terrain dans les Prairies canadiennes et à en faire un outil décisionnel destiné aux céréaliculteurs pour faciliter leurs décisions de traitements insecticides après avoir pris en compte des considérations économiques et environnementales.

Approches

Des enquêtes de terrain ont été menées en 2015, en 2016 en 2017 dans des champs de céréales (blé, orge et avoine) de la Saskatchewan et du Manitoba pour suivre les dynamiques de populations de pucerons et leurs ennemis naturels ainsi que leurs interactions. Des échantillonnages hebdomadaires ont été effectués par balayage au filet ainsi que par comptage effectif par talle de céréale des espèces de pucerons, de prédateurs et de parasitoïdes naturels qui étaient présentes. Des momies de pucerons ont aussi été collectées dans les champs pour faire l’élevage des parasitoïdes en laboratoire et déterminer les taux réels de parasitisme. Afin de compléter les données déjà publiées, d’autres études sur la voracité ont été effectuées pour évaluer les taux de consommation de pucerons par les principaux prédateurs et les taux de parasitisme par les principaux parasitoïdes. Les résultats de ces études ont été intégrés dans l’équation du modèle SID existant afin d’améliorer sa fonction prédictive.

Pour valider l’exactitude et l’efficacité des prédictions de l’équation du modèle SID en regard d’observations de terrain, on a évalué la correspondance entre les données de terrain collectées et les extrants du modèle en 2017. L’équation améliorée du modèle SID a été convertie en une plateforme interactive d’application mobile pour téléphone intelligent. Cette application mobile permet au producteur de consulter instantanément des photos d’insectes et d’enregistrer des comptages de pucerons des céréales et d’insectes auxiliaires, et formule une recommandation fiable de traitement contre les pucerons qui est fondée sur les données spécifiques au champ qui viennent d’être entrées par l’utilisateur. L’application mobile a été testée sur le terrain par quelque 30 agronomes de la Saskatchewan et du Manitoba à qui on avait demandé de comparer les recommandations de l’application avec celles de leurs méthodes habituellement utilisées et d’en consigner les résultats.

Résultats

Deux espèces majeures de pucerons des céréales sont présentes en général dans les Prairies canadiennes : le puceron des épis de céréales, Sitobion avenae Haliday et le puceron bicolore des céréales, Rhopalosiphum padi (L.) (Hemiptera: Aphididae). Leurs ennemis naturels sont constitués d’une part, de prédateurs tels que les chrysopes (Chrysoperla carnea et C. oculata), les coccinelles (Coccinella septempunctata, Hippodamia tredecimpunctata), les punaises pirates (Orius tristicolor) et les punaises demoiselles (Nabis americoferus), et d’autre part, de parasitoïdes tels que les guêpes Aphidius avenaphis, A. ervi, A. colemani et Aphilinus varipes.

Le calculateur électronique de SID contre les pucerons du blé et de l’orge a été amélioré et validé sur le terrain. Cet outil est sensible aux fluctuations des nombres de pucerons et d’ennemis naturels. Le SID, dans lequel ont été intégrées les données sur les cycles biologiques des prédateurs et des pucerons, peut prédire l’accroissement des populations de pucerons et les effets suppresseurs exercés par les ennemis naturels présents. Le SID recommandera, soit d’effectuer un traitement insecticide s’il prévoit un dépassement du seuil de nuisibilité économique, soit de ne pas traiter et de continuer à surveiller le champ s’il estime que les populations présentes d’ennemis naturels pourront maintenir les populations de pucerons sous le seuil de nuisibilité.

L’application mobile Gérer les pucerons des céréales (GPC) pour iOS et Android est basée sur le calculateur SID et peut être téléchargée gratuitement à partir de Google Play ou d’Apple stores depuis mars 2018. L’outil permet aux céréaliculteurs d’identifier et de quantifier les pucerons et les ennemis naturels présents dans leurs champs et de saisir ces données dans l’appareil, puis il prédit l’accroissement des populations de pucerons et compare ces estimations à des seuils de nuisibilité économique standards. Ainsi, le GPC est un important outil de lutte intégrée qui appuie une surveillance efficace des pucerons et des décisions de gestion éclairées, offrant la possibilité d’éliminer des pulvérisations de pesticides qui sont parfois inutiles.

Par une surveillance extensive et par des enquêtes de terrain menées en Saskatchewan et au Manitoba, le présent projet a contribué à mieux comprendre les dynamiques de populations de pucerons et de leurs ennemis naturels et leurs interactions dans les céréales cultivées. Il a aussi aidé à sensibiliser les producteurs au rôle important exercé par les ennemis naturels des pucerons, en démontrant l’abondance de ces ennemis dans les cultures et leurs effets suppresseurs sur les populations de pucerons. L’adoption de l’outil GPC favorisera la réduction de l’utilisation de produits insecticides à large spectre et la protection des populations d’ennemis naturels, des pollinisateurs et des autres insectes auxiliaires.

Les résultats du projet ont été communiqués régulièrement à des scientifiques et des producteurs, avec un accent mis sur l’importance des services offerts par les prédateurs naturels et les parasitoïdes dans la régulation des populations de pucerons lorsque ces premiers sont présents. Des recommandations ont aussi été formulées aux producteurs sur la manière dont ils peuvent favoriser des populations accrues d’ennemis naturels des pucerons et accroître leurs bénéfices et leur performance.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :