Sélection de la langue

Recherche

Évaluation des méthodes de gestion des mauvaises herbes comportant peu de risques applicables au maïs sucré, à la tomate, à la betterave à sucre, au poivron ainsi qu'à la culture du chou et des cucurbitacées

Code de projet : MU03-WEED1

Chef de projet

Al Hamill - Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Objectif

Cribler les nouveaux herbicides à risque faible ou réduit comme solutions contre les mauvaises herbes dans la culture des choux maraîchers, du maïs sucré, de la betterave à sucre et d'autres légumes.

Sommaire des résultats

Évaluer les nouveaux herbicides à faible risque ou à faible dose comme solutions contre les mauvaises herbes dans la culture des choux maraîchers, du maïs sucré, de la betterave à sucre et d'autres légumes.

Les chercheurs assurent le suivi de travaux préliminaires qui semblent indiquer que certains des nouveaux herbicides à risque réduit homologués pour l'utilisation dans les grandes cultures pourraient également être efficaces dans la lutte contre les mauvaises herbes pour d'autres cultures. On a mené des études pour vérifier l'efficacité de ces nouveaux produits chimiques et la tolérance des cultures à des concentrations égales et deux fois supérieures aux doses prescrites sur l'emballage. Les cultures visées par le projet étaient le maïs sucré, le concombre, la citrouille, la courge, le brocoli, le chou, le chou-fleur, la tomate, le poivron et la betterave à sucre. Les paramètres de tolérance et d'efficacité d'un certain nombre de mélanges en réservoir seront évalués, et les produits prometteurs feront l'objet d'évaluations dans le cadre du mécanisme d'homologation du Programme d'extension du profil d'emploi pour les usages limités demandés par les utilisateurs (PEPUDU) des Pesticides à usage limité d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC).

Les cultures ont été semées chaque année dans des conditions favorables. En 2004, la saison estivale a été plus fraîche que la normale, et les pluies ont été abondantes. Ces conditions ont favorisé non seulement la croissance des cultures mais aussi l'activation des herbicides de prélevée. Par conséquent, les pluies ont engendré plusieurs poussées de mauvaises herbes.

En 2005, il est tombé un peu plus de 50 millimètres (mm) de pluie durant les deux dernières semaines d'avril, alors que de mai à la mi-juillet, il en est tombé seulement 34 mm. De juin à septembre, on a compté 40 jours où la température a dépassé 30 °C. Les résultats obtenus contre les mauvaises herbes sont donc essentiellement attribuables aux applications précoces d'herbicide.

En 2006, la saison de croissance a été très pluvieuse : on a enregistré des précipitations de 112 mm en mai, de 103 mm en juin, de 104 mm en juillet, de 88 mm en août et de 158 mm en septembre. Ces précipitations étaient de 30 % supérieures aux précipitations moyennes établies sur 30 années.

Des insecticides et des fongicides ont été appliqués conformément aux recommandations du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario pour lutter contre les insectes et les maladies. Pour chaque essai, on a consigné le taux de dommages causés par l'herbicide aux 7e, 14e et 28e jours après l'application de l'herbicide, et ce, sur chacun des sites. Le pourcentage d'élimination des mauvaises herbes a été mesuré aux 14e, 28e et 56e jours suivant l'application de l'herbicide.

Conclusions

  1. La possibilité d'utiliser du pyrazon + éthofumasate si le desmédiphame-phenmédiphame n'est plus disponible pour traiter les cultures de betteraves à sucre;
  2. l'examen préalable du Goltix (ai=metamitron), une solution de rechange européenne possible au desmédiphame-phenmédiphame pour la lutte contre les plantes adventices dans les cultures de betteraves à sucre;
  3. l'élaboration de pratiques de gestion exemplaires visant à déterminer la fréquence de l'application de l'herbicide Roundup ainsi que les mélanges en réservoir possible en conjonction avec des herbicides et des fongicides de prélevée dans les cultures de betteraves à sucre résistantes à l'herbicide Roundup Ready;
  4. l'étude de faisabilité sur la réduction et la division des doses de metolachlore-bénoxacor dans les cultures de betteraves à sucre;
  5. le flumioxazine, le mésotrione et le sulfentrazone semblent être principalement efficaces pour la lutte contre les plantes adventices dans les cultures de tomates, bien que nous ayons constaté des dommages dans certains cas; ce problème doit être résolu;
  6. les tomates de transformation ont montré une bonne résistance au thifensulfuron-méthyle;
  7. un certain nombre de produits ont semblé prometteurs pour l'application de prélevée sous une couverture de plastique dans les cultures de maïs sucré, mais il est interdit d'utiliser le pendiméthaline de cette façon;
  8. le topramezone, le KIH-485 et le nicosulfuron ont subi un examen préalable et montrent qu'ils sont bien tolérés par une grande variété de cultivars de maïs sucré;
  9. l'éthametsulfuron-méthyle a été utilisé avec succès dans des cultures de brocoli, de chou et de chou-fleur;
  10. le clomazone et le halosulfuron-méthyle utilisés seuls ou mélangés en réservoir s'avèrent efficaces pour la lutte contre les plantes adventices et ne causent que de légers dommages aux plants de concombres et de melons brodés.
Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :