Sélection de la langue

Recherche

Évaluation de l’Organocide contre l’oïdium dans les cultures de concombre de serre

Code de projet: BPR12-060

Chef de projet

Janice Elmhirst - Elmhirst Diagnostics and Research
Robert Doell - Ag-Quest, Incorporated
Gary Coukell - Integrated Crop Management Service (ICMS)

Objectif

Produire des données sur l’efficacité du produit et la tolérance de la plante traitée, à l’appui d’une demande d’homologation relative à l’Organocide (huile de sésame) contre l’oïdium dans les cultures de concombre de serre

Contexte

Le Canada produit environ 0,2 million de tonnes de concombres de serre annuellement, pour une valeur de 254 millions de dollars. L’oïdium est une maladie grave et largement répandue qui menace la production de concombres de serre au Canada. Le champignon responsable de cette maladie infecte les feuilles des plants de concombre et produit à leur surface des spores blanches ayant un aspect poudreux. L’agent pathogène absorbe les éléments nutritifs des cellules des feuilles, et les feuilles infectées finissent par sécher et mourir. Dans les cas graves, la chute des feuilles cause une diminution du rendement des cultures. Les producteurs devraient intégrer une solution à risque réduit à leurs outils de lutte pour être mieux en mesure de lutter contre cette maladie tout en réduisant les risques que l’agent pathogène développe une résistance aux fongicides actuellement utilisés. Dans le cadre de l’Atelier sur l'établissement des priorités en matière de biopesticides de 2011, les producteurs ont choisi l’Organocide, biopesticide, comme solution potentielle contre l’oïdium dans les cultures de concombres de serre. Ce produit convient autant aux systèmes de productions courants qu’aux systèmes biologiques.

Approches

En 2012, trois essais ont été réalisés dans des serres de production de concombres situées à Minto (Manitoba), à Abbotsford (Colombie-Litres par hectareBritannique) et à Langley (Colombie-Britannique). Les serres avaient déjà été touchées par l’oïdium ou ont été infectées au moyen de feuilles de concombre porteuses de la maladie. Les feuilles des plants ont reçu 2 à 6 applications d’Organocide, à intervalles de 7 jours, à raison de 16 millilitres par Litre (ml/L) et de 20 ml/L. Le produit a été appliqué dans les parcelles à raison de 500 Litres par hectare (L/ha), 900 L/ha ou 1500 L/ha, selon la taille des plantes. Seulement de l’eau a été appliquée dans la parcelle témoin. Dans le cadre des essais, l’Organocide a été comparé avec le traitement commercial courant, Nova 40W (myclobutanil), et les deux produits ont été appliqués seuls ou en combinaison avec le Kocide 2000 (hydroxyde de cuivre).

La fréquence et la gravité de la maladie ainsi que la tolérance de la culture ont été évaluées avant la première application, puis une fois par semaine après chaque application.

La fréquence de la maladie a été déterminée en fonction du nombre par plante de feuilles présentant au moins une lésion attribuable à l’oïdium. La gravité de la maladie a été déterminée en fonction du pourcentage de la surface foliaire de la plante couvert d’oïdium, évalué selon une échelle de 0 à 5 où 0 = aucun signe de maladie, 1 égaux 1 à 10 %, 2 égaux 11 à 25 %, 3 égaux 26 à 50 %, 4 égaux 51 à 75 % et 5 égaux 76 à 100 %. La surface sous la courbe de progression de la maladie a été calculée en fonction de la gravité moyenne de la maladie durant l’étude.

En outre, la tolérance de la culture à l’Organocide a été évaluée visuellement, selon une échelle des symptômes de la phytotoxicité allant de 0 à 100 %.

Résultats

Les résultats montrent que l’Organocide est efficace contre l’oïdium. En effet, lorsque la pression de la maladie était modérée à forte, les applications d’Organocide de 16 et 20 ml/L ont permis une réduction de 62,5 % de la gravité de la maladie et de 94,6 % de la fréquence de la maladie. Aucune différence significative d’efficacité n’a été observée entre les deux doses d’Organocide.

La combinaison d’Organocide et de Kocide 2000 a donné de meilleurs résultats que l’Organocide et le Kocide appliqués seuls. En général, le degré d’efficacité contre la maladie de l’Organocide était inférieur à celui du traitement commercial courant, Nova 40W. Les plants de concombre semblent avoir une excellente tolérance à l’Organocide, car aucun symptôme de phytotoxicité n’a été observé.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :