Sélection de la langue

Recherche

Effets de l'alimentation en fin de saison des altises sur le rendement des canolas

Code de projet : PRR06-110

Chef de projet

Julie Soroka - Agriculture et Agroalimentaire Canada

Objectif

Définir des seuils économiques pour les infestations par les altises au cours de l'année, en permettant aux producteurs de canola de prendre des décisions éclairées relatives à la lutte contre les altises en fin de saison

Sommaire des Résultats

Les altises (Phyllotreta cruciferae et P. striolata) sont les insectes ravageurs du canola qui causent le plus de pertes économiques au Canada. Bien qu'une seule génération naisse chaque année, les altises adultes apparaissent en nombre considérable deux fois pendant la saison de la culture du canola : les adultes qui hivernent apparaissent au printemps (mai ­ juin) et la nouvelle génération d'adultes apparaît à la fin de l'été (de la fin de juillet à septembre). Toutefois, les altises ne sont considérées comme une cause de pertes économiques qu'au printemps, lorsque que les adultes hivernants se nourrissent abondamment des semis de canola. Le canola est plus vulnérable aux dommages causés par les altises pendant la période des semis, et les altises peuvent détruire entièrement une jeune culture. Par conséquent, la lutte contre les altises cible habituellement les infestations printanières. Elle consiste principalement à traiter les semences de canola avant d'ensemencement, tandis que les vaporisations foliaires d'insecticide sont effectuées dans certains cas pendant la saison, s'il y a lieu.

Ces dernières années, les populations d'altises ont été anormalement nombreuses dans de nombreux secteurs des prairies, à la fin de l'été, ce qui a incité les producteurs de canola à s'interroger sur la nécessité et le bien­fondé économique de la lutte contre les altises en fin de saison. Le projet a été entrepris pour déterminer les effets et les risques de nature économique de l'alimentation des altises en fin de saison en ce qui concerne le rendement du canola. L'objectif consistait à quantifier les degrés de perte de cultures et les circonstances dans lesquelles des mesures de lutte contre les altises pourraient être nécessaires, en vue de permettre aux producteurs de prendre des décisions éclairées quand il s'agit de traiter les altises en fin de saison. Les travaux ont été dirigés par les chercheurs d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, à la ferme expérimentale du Centre de recherche de Saskatoon, en Saskatchewan.

Des essais sur le terrain ont été effectués pendant les étés des années 2006 à 2008 pour surveiller les infestations d'altises en fin de saison à différents stades de maturité de canola, dans des cultures en cage et en plein champ. Deux cultivars de canola et deux périodes d'ensemencement ont été évalués, soit un ensemencement au début du printemps (mi­mai) et un autre à la fin du printemps (début juin). Trois scénarios ont été comparés : dans le premier, on a permis une infestation naturelle des parcelles (en plein champ) par les populations d'altises en fin de saison; la moitié de chaque parcelle a ensuite fait l'objet de vaporisations foliaires d'insecticide et l'autre moitié n'a pas été vaporisée; dans le deuxième scénario, des cages grillagées de 1,0 x 1,0 x 1,5 m ont été placées sur des cultures de canola semées au début et à la fin du printemps et, au début d'août, la moitié des cages a été peuplée de 16 000 à 26 000 altises recueillies dans les secteurs avoisinants; dans le troisième scénario, des « cages manches » de 60 cm de long ont été placées sur des plants individuels de canola et 100 altises y ont été libérées. Le rendement des grains et le poids de 1 000 grains ont été mesurés dans les cultures vaporisées et non vaporisées, ainsi que dans les cages infestées et non infestées, au moment de la récolte.

Des niveaux notables d'infestation naturelle d'altises ont été relevés à la fin de l'été pendant les trois années faisant l'objet de la recherche, bien que les quantités globales aient été basses pendant la durée du projet. Les températures élevées observées en juillet 2006 et 2007 ont donné lieu à une maturation rapide du canola, ce qui l'a rendu invulnérable aux dommages causés par les altises. En 2008, le canola a poussé lentement; les infestations d'altises ont eu lieu pendant que le canola semé tardivement était en train de changer de couleur, et les dommages causés par les altises ont été considérablement plus élevées.

Dans l'ensemble, l'application d'insecticide sur les parcelles infestées naturellement et l'infestation des deux types de cages n'ont eu aucune incidence sur le rendement ou le poids des grains de canola, ce qui indique que les dommages importants causés au canola par les altises en fin de saison ne sont pas fréquents. Plus précisément, entre les dates d'ensemencement, les altises n'ont pas eu d'incidences néfastes sur les parcelles ensemencées tôt, durant aucune des années visées. Occasionnellement, les altises ont eu des incidences néfastes sur le rendement des grains dans les parcelles ensemencées tardivement de cultivars individuels, pendant certaines années. La date d'ensemencement a eu l'influence la plus importante sur les paramètres de récolte, les cultures semées plus tôt ayant habituellement un meilleur rendement que celles qui sont été semées plus tard, principalement parce que le canola en pleine maturation est beaucoup moins vulnérable aux dommages causés par l'altise. Les chercheurs ont conclu que deux éléments semblent être nécessaires pour que des dommages importants soient causés au canola par les altises qui s'en nourrissent en fin de saison : a) la présence de quantités très élevées d'altises et b) la présence de gousses de canola non matures au moment de l'infestation.

L'étude a révélé que le stade de croissance 5.2 (graines vertes dans les gousses inférieures) constitue un seuil critique dans le développement du canola qui détermine la vulnérabilité d'une culture aux pertes causées par les altises en fin de saison. Une fois que le canola a dépassé le stade de croissance 5.2, il devient résistant aux dommages causés par les altises. Même aux stades de croissance 5.1 et 5.2, lorsque les graines contenues dans les gousses inférieures sont encore vertes, il peut falloir plus de 100 altises par plante et, pour certains cultivars, plus de 350 par plante pour entraîner des réductions importantes du rendement. Il s'agit d'un indicateur utile pour aider les agriculteurs à déterminer si la lutte contre les altises est justifiée, sur le plan économique, avant la récolte.

Dans le cadre du projet, un sondage a été effectué auprès des producteurs et des agronomes pour évaluer la sensibilisation actuelle et les pratiques adoptées pour remédier au problème des infestations d'altises. Le questionnaire, préparé en collaboration avec le Conseil canadien du Canola, a été distribué aux producteurs de canola, aux dépisteurs des champs, au personnel de vulgarisation et aux agronomes de la région. Les 130 personnes ayant répondu au sondage représentaient une vaste zone géographique comprenant les quatre provinces de l'Ouest canadien et un État des États­Unis. Les résultats du sondage appuient et complètent les conclusions de l'étude. Presque toutes les personnes interrogées ont indiqué que les altises constituaient un problème sérieux au printemps seulement. Pendant la plupart des années visées par le sondage, et dans la plupart des endroits, les agriculteurs n'estimaient pas que les altises apparaissant en fin de saison constituaient un problème pour leurs cultures de canola. Bien que la majorité des personnes interrogées aient remarqué la présence d'altises à la fin de la saison, elles considéraient que les dommages n'étaient pas fréquents en ce qui concerne la détérioration des gousses et les zones affectées. Dans quelques cas seulement, les dommages causés par les altises ont mené à une application d'insecticide par les agriculteurs, en fin de saison. Les contraintes de temps et les contraintes financières ont empêché certaines personnes de prendre des mesures, même quand elles ont remarqué que les altises avaient causé des dommages aux gousses de canola.

Les résultats de la recherche et du sondage démontrent que les dommages causés par les altises en fin de saison sont mineurs. Un ensemble de circonstances uniques, telle que la maturité tardive des gousses (stade de croissance inférieur à 5.2) et un nombre très élevé d'altises, devrait être présent pour que les dommages causés soient suffisamment importants pour justifier des vaporisations d'insecticide en fin de saison. La meilleure méthode de protection recommandée pour éviter les dommages causés par les altises en fin de saison est donc de semer le canola à la mi­mai ou avant. En utilisant une telle information scientifique pour prendre les décisions de gestion, les producteurs de canola peuvent éliminer les applications d'insecticide inutiles en fin de saison, minimisant ainsi les risques que les pesticides entraînent pour les humains et l'environnement.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le projet, veuillez communiquer avec Julie Soroka.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :