Sélection de la langue

Recherche

Deux stratégies subsidiaires à la lutte contre l'arpenteuse dans les légumes de serre

Code de projet : PRR06-930

Chef de projet

Renee Prasad - E.S. Cropconsult Limited

Objectif

Évaluer l'efficacité de deux biopesticides, Bacillus thuringiensis (Bta) et le Trichogramma sibericum, pour lutter contre les chenilles arpenteuses dans le poivron, la tomate et le concombre de serre.

Sommaire de résultats

La fausse-arpenteuse du chou (Trichoplusia ni) constitue une lutte prioritaire pour le secteur de la production de légumes en serre. L'une des raisons pour lesquelles ce statut prioritaire lui a été conféré est le fait que les outils disponibles pour la lutte antiparasitaire intégrée pour cette espèce sont limités. Par ailleurs, la performance des options non chimiques destinées au contrôle des chenilles arpenteuses est considérée comme inégale. Par conséquent, un certain nombre de producteurs de poivrons se tournent de plus en plus vers une utilisation massive d'insecticides chimiques comme moyen de lutte.

Des produits contenant l'agent microbiologique Bacillus thuringiensis kurstaki (Btk) sont offerts sur le marché et sont fréquemment utilisés pour les cultures des légumes en serre. En revanche, des inquiétudes existent à propos de l'acquisition de la résistance au Btk. L'utilisation du Bacillus thuringiensis aizawai (Bta), qui est une sous-espèce différente de Bt, connaît un certain succès en matière de lutte contre les lépidoptères ravageurs des grandes cultures dans le sud des États-Unis, où l'utilisation alternée du Btk et du Bta fait partie du quotidien d'un certain nombre de producteurs (Rowell et Bessin, 2005). Un tel programme pourrait servir de modèle efficace à l'industrie canadienne des cultures en serre.

L'ajout d'une autre espèce de trichogramme (T. sibericum) pourrait également contribuer à renforcer la lutte contre la fausse arpenteuse en améliorant la lutte biologique. Bien que son utilisation ne soit pas très répandue, en partie à cause de la difficulté à prouver son efficacité, le Trichogramma brassicae est actuellement le seul parasitoïde d'oeufs offert sur le marché pour lutter contre la fausse arpenteuse. D'après les premiers travaux réalisés (ES Cropconsult, non publiés), différentes espèces de trichogrammes ont été observées à différents niveaux dans le feuillage de la culture. Ces résultats préliminaires laissent penser qu'une association d'espèces de trichogrammes, plutôt qu'une seule espèce, pourrait être la solution à un parasitisme plus efficace des oeufs de la fausse-arpenteuse.

Ce projet visait à étudier deux autres options - le Bta (Bacillus thuringiensis) et le Trichogramma sibericum - qui pourraient être utilisées pour retarder ou réduire le nombre d'applications de produits insecticides sur les cultures de légume en serre.

Des essais ont été réalisés avec le Bta contenu dans le produit XenTari (Valent Biosciences, Libertyville, IL) disponible sur le marché américain et servant à lutter contre les lépidoptères présents dans un grand nombre de cultures. Des essais ont été menés dans une petite production de cultures en serre vouées à la recherche, et des essais distincts ont été réalisés sur des tomates, des concombres et des poivrons. Les végétaux étaient infestés de larves de chenilles arpenteuses avant d'être pulvérisés. Les résultats obtenus sur les tomates et les poivrons ont prouvé l'efficacité du XenTari qui permet de diminuer le nombre de larves vivantes dans les 48 heures suivant l'épandage. Aucun effet n'a été observé sur les concombres à la suite de la pulvérisation de XenTari en ce qui a trait à la survie des larves de chenilles, principalement en raison des conditions dans lesquelles s'est déroulé l'essai en question.

Des essais sur le T. sibericum ont été effectués dans des serres commerciales de poivrons. L'étude a porté sur trois variantes : le T. brassicae seul, le T. sibericum seul, et le T. brassicae et le T. sibericum mis ensemble. La principale mesure d'efficacité du présent essai a porté sur le parasitisme des cartons d'oeufs indicateurs d'Ephestia kuniella, situés à différentes distances des points de lâcher des trichogrammes. La dispersion à travers les cultures constitue un élément important limitant la réussite des trichogrammes en matière de contrôle des ravageurs. Le fait de disposer ces cartons à des distances variées par rapport aux points de lâcher permettrait de quantifier la dissémination des trichogrammes à travers le feuillage. Dans l'ensemble, on n'a noté aucune différence entre les trois variantes sur le plan de la dissémination à travers le feuillage. Les résultats montrent d'ailleurs qu'une telle dissémination, pour les deux espèces, est très restreinte, car les trichogrammes se déplacent habituellement à la verticale plutôt que latéralement à travers les feuilles de poivrons.

En résumé, les résultats obtenus confirment l'ajout de produits à base de Bta tels que le XenTari à la trousse de lutte antiparasitaire intégrée contre la fausse arpenteuse. Cependant, il faudra porter une attention particulière sur les questions d'ordre opérationnel comme le volume d'eau nécessaire pour obtenir une bonne protection des cultures en serres et le développement possible de résistance croisée au Bta et au Btk. Ces points devront être traitées dans le cadre d'un complément d'étude. Les résultats sur le T. sibericum ne suggèrent pas de recherche supplémentaires étant donné que ce dernier n'a pas donné de meilleurs résultats que le T. Brassicae offert sur le marché. Les résultats laissent toutefois penser que l'efficacité du T. brassicae pourrait être améliorée si le nombre de points de lâcher par unités de surface était accru.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :