Sélection de la langue

Recherche

Contrôle de mildiou duveteux du concombre de champs au moyen de biopesticides

Code de projet BPI09-030

Chef de projet

Peter White - Agriculture et Agroalimentaire Canada

Objectif

Ce projet, qui fait partie de l’initiative de l’Accord de libre échange Nord-Americain (ALENA) sur les biopesticides, vise à évaluer l’efficacité des biopesticides dans la lutte contre le mildiou. Un projet semblable a été mené parallèlement aux États-Unis dans le cadre du projet de recherche interrégional no-4 (IR-4) sous la direction de Margaret Tuttle McGrath (Cornell University).

Sommaire des résultats

Contexte

Le mildiou, causé par Pseudoperonospora cubensis, est une maladie grave du concombre. Une fois établie, la maladie peut se propager rapidement et causer d’importantes pertes dans la qualité des fruits et le rendement en concombres. Le pathogène du mildiou infecte principalement les feuilles, entraînant une diminution de la photosynthèse. Dans des conditions environnementales favorables, le pathogène peut défolier les plantes et détruire des champs entiers en moins d’une semaine. Les fruits des plantes infectées sont habituellement plus petits et difformes. Ils sont aussi plus susceptibles d’être brûlés par le soleil, ce qui en réduit davantage la qualité. Une gestion efficace du mildiou signifie l’intégration de pratiques culturales et de fongicides homologués. Mais dans la culture biologique, les fongicides cuivrés n’offrent pas un niveau de lutte satisfaisant, et la culture classique des concombres a aussi besoin de produits à risque moins élevé.

Approches

Des essais ont été menés en 2009, en Ontario, sur la lutte contre le mildiou dans des cultures de concombres à mariner (Cucumis sativus) cv. Fancipak. Les produits commerciaux Serenade ASO® (Bacillus subtilis), Regalia MAX® (extrait de Reynoutris spp.), Milstop® (bicarbonate de potassium) et Timorex Gold® (huile de l’arbre à thé) ont été appliqués sept fois à raison de 9,3 litres par hectare, 0,25 % volume par volume (v/v); 5,6 kilogrammes par hectare et 0,5 % (v/v), respectivement. Tous les traitements ont été reproduits quatre fois dans un plan à blocs aléatoires complets. Nous avons évalué l’incidence et la gravité de la maladie à différentes dates après le premier traitement.

Résultats

Selon les résultats de cet essai, aucun des biopesticides utilisés n’a fourni de protection contre le mildiou durant toute la saison de croissance. Le Regalia MAX® et le Milstop® ont toutefois réduit numériquement la gravité de la maladie après les deux premières applications. Aucun effet phytotoxique n’a été signalé lors de cet essai.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :