Sélection de la langue

Recherche

Conseil canadien de l’horticulture - Centre de la lutte antiparasitaire Groupe de coordination sur les espèces exotiques envahissantes

Un groupe de coordination a été créé en 2012 en vue de faciliter et de coordonner la gestion des efforts de sensibilisation et des priorités de recherche sur la lutte contre deux importantes espèces d’insectes exotiques envahissants qui s’attaquent aux cultures horticoles du Canada. Le Groupe de coordination Conseil canadien de l’horticulture (CCH) - Centre de la lutte antiparasitaire (CLA) sur les espèces exotiques envahissantes (GC CCH-CLA EEE), dirigé conjointement par le CCH, et le CLA, a été chargé de favoriser la communication efficace et le partage de l’information au sujet de deux ravageurs prioritaires, soient la drosophile à ailes tachetées (DAT) et la punaise marbrée (PM). Le Groupe est composé de représentants de producteurs et de représentants des milieux de la recherche et de la réglementation. Les provinces et le secteur des produits antiparasitaires participent également aux travaux du Groupe.

Le GC CCH-CLA EEE a établi deux groupes de travail techniques (GTT) associés aux deux ravageurs prioritaires. Le GC CCH-CLA EEE supervise les activités de ces deux GTT :

Le Groupe de travail technique national sur la drosophile à ailes tachetées (GTT-DAT) est présidé conjointement par Tracy Hueppelsheuser, entomologiste provinciale de la Colombie Britannique, et par Cezarina Kora, gestionnaire intérimaire de la Réduction des risques liés aux pesticides du CLA. Il est composé d’experts provinciaux et de chercheurs du Canada.

Le Groupe de travail technique national sur la punaise marbrée (GTT-PM) est coprésidé par Hannah Fraser, chargée de programme, entomologie (horticulture) du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires Rurales de l’Ontario (MAAARO), et par Ian Gardiner, gestionnaire des demandes d'homologation de pesticides à usage limité du CLA. Il est composé d’experts provinciaux et de chercheurs du Canada.

Les membres des GTT croient que le maintien de communications régulières entre tous les chercheurs et toutes les parties prenantes est capital pour que les stratégies à court, moyen et long terme intègrent les renseignements et résultats nouveaux. Ce n’est qu’en mettant en commun notre expertise et nos connaissances que nous apprendrons à lutter contre les nouvelles espèces de nuisible dans l’ensemble du Canada.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :