Sélection de la langue

Recherche

Lutte aux ravageurs et qualité de l'eau

De bonnes stratégies de lutte contre les ravageurs permettent de surveiller et d'analyser continuellement les problèmes liés aux ravageurs, ce qui favorise une utilisation plus efficace des intrants. La présente fiche explique l'incidence des pesticides sur la qualité de l'eau et comment un plan de lutte intégrée contre les ravageurs peut aider à améliorer votre bénéfice net et à réduire les risques liés à l'environnement.

Sur cette page :

Comment les pesticides influent-ils sur l'environnement?

Lorsque des pesticides sont utilisés pour lutter contre un insecte ou une espèce de mauvaises herbes en particulier, des insectes et des plantes bénéfiques peuvent également être affectés de manière défavorable s'ils viennent en contact direct avec ces pesticides. De plus, les pesticides peuvent nuire à des organismes bénéfiques par un procédé appelé la bio-amplification. Il s'agit de l'augmentation de la concentration d'un produit chimique dans un organisme au fil du temps, par comparaison à la concentration du produit chimique dans l'environnement.

Il y a bio-amplification lorsqu'un pesticide ne se dissout pas rapidement. Au fur et à mesure que les insectes, les oiseaux et les animaux mangent des aliments contaminés, le produit chimique s'accumule dans leur organisme. À chaque étape de la chaîne alimentaire, des quantités de plus en plus élevées de pesticides sont ingérées. Ce processus se poursuit, de sorte que les animaux sont affectés de manière défavorable ou sont impropres à la consommation.

Meilleures pratiques de gestion

Une agriculture durable exige le maintien de la qualité du sol et de l'eau. Certaines pratiques agricoles peuvent causer des dommages à l'environnement, ce qui peut avoir des conséquences pour les régions urbaines aussi bien que rurales. On peut réduire considérablement un grand nombre des effets négatifs potentiels sur l'agriculture en utilisant les meilleures pratiques de gestion. Il s'agit de pratiques agricoles qui intègrent les connaissances les plus actuelles à propos de la conservation du sol et de l'eau sans qu'on soit obligé de sacrifier la productivité.

L'eau suit un cycle continuel. L'eau que nous utilisons a déjà été utilisée auparavant. Les producteurs et les consommateurs, les habitants des villes et des campagnes et les secteurs public et privé doivent tous utiliser l'eau de façon avisée pour assurer le maintien de cette ressource pour les autres. Les meilleures pratiques de gestion sont une des façons par lesquelles le secteur agricole peut aider à préserver la qualité de l'eau.

Description de cette image suit.

Même si les concentrations de pesticides dans l'eau sont très faibles, elles peuvent augmenter à chaque étape de la chaîne alimentaire. L'eau contaminée est renfermée dans les cellules des algues qui sont mangées par des cladocères, qui sont à leur tour mangés par des vairons, lesquels servent de nourriture aux gros poissons, qui sont finalement consommés par les humains et d’autres mammifères.

Une illustration de pesticides étant pulvérisés et se dirigeant vers une source d'eau.

Les pesticides ont tendance à être très solubles et peuvent être transportés facilement dans l'eau.

Comment les pesticides pénètrent-ils dans l'eau?

Les pesticides peuvent pénétrer dans les sources d'eau souterraine et de surface au moyen de toutes les composantes du cycle de l'eau. Des caractéristiques comme la solubilité, la volatilité, la capacité de décomposition et le degré de fixation aux particules du sol influencent toutes le potentiel d'un pesticide d'être amené à l'eau.

Les pesticides solubles peuvent s'infiltrer dans le sol et atteindre les eaux souterraines. Les pesticides volatiles peuvent être dispersés dans l'air et être déposés ailleurs. Cependant, certains pesticides sont fortement liés aux particules du sol, ce qui signifie qu'ils risquent moins de se retrouver dans l'eau. Les pesticides peuvent aussi atteindre directement les sources d'eau de surface lors de déversements ou d'utilisation de techniques inappropriées de pulvérisation de produits chimiques.

Qu'est-ce que la lutte intégrée contre les ravageurs et pourquoi y avoir recours?

Avec le temps, la plupart des ravageurs s'adaptent aux produits antiparasitaires, en particulier lorsqu'un produit particulier est utilisé en exclusivité. Ainsi, à l'échelle mondiale, des centaines d'espèces de ravageurs ont développé une résistance à divers pesticides. Le recours excessif à un produit antiparasitaire particulier peut aussi entraîner le remplacement d'un ravageur par un autre. Ces faits, de même que la perte de certains pesticides existants en raison d'une réglementation plus sévère, mettent en évidence la nécessité d'employer la plus vaste gamme possible de produits antiparasitaires.

La lutte intégrée contre les ravageurs (LIR) a trait à un système de gestion des ravageurs au moyen d'une grande variété de pratiques de gestion et de mesures de lutte qui sont écologiques et économiquement réalisables. L'objectif principal d'un système LIR est de maintenir la densité de population des ravageurs au-dessous du niveau qui entraîne des pertes économiques. C'est aussi une étape importante pour empêcher le développement de la résistance aux pesticides.

Les systèmes LIR doivent pouvoir être adaptés aux changements à l'environnement, aux pratiques agricoles ou au climat économique. En raison de la variabilité du climat et des ravageurs, les systèmes LIR sont habituellement spécifiques à une région ou à un type particulier de culture. Les systèmes LIR comprennent trois composantes importantes, notamment la collecte de données, la détermination des seuils et les mesures de lutte.

Collecte de données : Identification et surveillance des ravageurs et des maladies

La surveillance régulière des champs cultivés est essentielle pour estimer la concentration d'insectes nuisibles et de leurs ennemis naturels et pour déterminer la prolifération des mauvaises herbes ou des maladies dans une culture. Le dépistage systématique permet la lutte contre les ravageurs de manière opportune afin qu'elle soit responsable sur les plans économique et environnemental.

La surveillance comprend la prise d'échantillons représentatifs des plantes, des insectes et des mauvaises herbes pour se faire une idée juste du problème de ravageurs. Pour estimer la concentration de ravageurs, on peut notamment effectuer un comptage visuel direct des ravageurs ou mesurer l'ampleur des dommages causés aux cultures.

Comme le développement de certains insectes, maladies ou mauvaises herbes est lié à la température et à l'humidité, on peut avoir recours à la surveillance météorologique pour prévoir le moment le plus opportun pour mettre en oeuvre les pratiques de gestion des ravageurs.

Détermination des seuils : Seuils d'intervention et de nuisibilité économique

Dans tout système LIR, il faut déterminer deux seuils liés aux ravageurs. Il y a d'abord le seuil de nuisibilité économique, c'est-à-dire la valeur à laquelle l'abondance de ravageurs est égale au coût du traitement. Deuxièmement, il y a le seuil de traitement ou d'intervention, c'est-à-dire la valeur à laquelle l'abondance de ravageurs justifie le recours à des mesures de lutte. Le seuil d'intervention doit être inférieur au seuil de nuisibilité économique pour permettre la mise en oeuvre des mesures de lutte.

Description de cette image suit.
Description du graphique ci-dessus

Ce graphique montre que lorsque la population des ravageurs atteint le seuil d'intervention, des mesures de lutte sont appliquées. La nuisibilité économique est au-dessus du seuil d'intervention.

Mesures de lutte : Lutte physique, culturelle, biologique et chimique

Lorsque le seuil d'intervention est atteint, il faut appliquer les mesures de lutte. Ces mesures doivent comprendre une combinaison de lutte physique, culturelle, biologique et chimique.

Vue d'ensemble

Il existe de nombreuses bonnes raisons d'adopter une approche LIR dans la lutte contre les ravageurs. Avec la mise en oeuvre d'un plan LIR les problèmes de ravageurs sont surveillés et analysés continuellement. Ainsi, les décisions en matière de lutte contre les ravageurs sont fondées sur des données réelles, ce qui entraîne une utilisation plus efficace des intrants (c'est-à-dire, des pesticides, de l'eau, des engrais, de la main-d'oeuvre, de l'équipement). De plus, la résistance des ravageurs aux produits chimiques se produit plus lentement, car il y a moins de pression exercée par des produits chimiques spécifiques.

La mise en oeuvre de stratégies LIR peut être avantageuse à court terme sur le plan économique pour un producteur à cause de la diminution du coût des intrants, d'une hausse de la productivité et de la réduction des dommages causés par les ravageurs. À long terme, tout le monde profite d'un environnement plus sain.


Auteurs : C. Hilliard et S. Reedyk

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :