Sélection de la langue

Recherche

Cahier de transition du ministre : Cahier 2
Aperçu du ministère et du secteur

20 novembre 2019

Aperçu du ministère et du secteur

Aperçu du ministère - Onglet 1

Total de 4 865 employés, 58 % dans les régions
Budget annuel approximatif: 2,5 milliards de dollars

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Budget–2019 à 2020 (millions de dollars)
Fonctionnement 571,6
Immobilisations 40,5
Subventions et contributions votées 419,0
Exécution du budget 19,0
Législatif 1 449,8
Total 2 499,9

Centres de recherche et de développement et bureaux régionaux d’AAC

  • Colombie-Britannique
    • Burnaby
    • Agassiz
    • Summerland
  • Alberta
    • Edmonton
    • Lacombe
    • Lethbridge
  • Saskatchewan
    • Saskatoon
    • Swift Current
    • Regina
  • Manitoba
    • Brandon
    • Winnipeg
    • Morden
  • Ontario
    • Harrow
    • London
    • Guelph
    • Ottawa
  • Quebec
    • Montréal
    • Saint-Jean-sur-Richelieu
    • Sherbrooke
    • Saint-Hyacinthe
    • Québec
  • Régions de l’Atlantique
    • Fredericton
    • Truro
    • Kentville
    • Charlottetown
    • St. John's

Croissance du marché

  • Soutenir la compétitivité du secteur au pays et à l’étranger
  • Accroître les débouchés et les exportations

Science et innovation

  • Mener des recherches scientifiques en collaboration avec d’autres ministères, l’industrie, le milieu universitaire et des partenaires internationaux
  • Élaborer de nouvelles connaissances/technologies et les transférer au secteur
Objectifs stratégiques
  • Accroître la productivité agricole
  • Améliorer le rendement environnemental
  • Améliorer les attributs pour les usages alimentaires et non alimentaires
  • Lutter contre les menaces pour l’agriculture et la chaîne de valeur
Soutien aux producteurs et au secteur pour gérer les risques
  • Atténuer les risques de production, les impacts environnementaux et les problèmes financiers et de marché
  • Aider le secteur à élaborer systèmes, normes et outils pour gérer les risques

Partenaires du portefeuille

Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire est responsable de tous les organismes relevant de son portefeuille.

  • Commission canadienne du lait
  • Commission canadienne des grains
  • Financement agricole Canada
  • Conseil des produits agricoles du Canada
  • Commission de révision agricole du Canada

Bien que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) ne fasse pas partie du portefeuille, AAC et l’ACIA collaborent étroitement, car le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire est aussi responsable des activités de l’ACIA qui ne sont pas liées à la salubrité des aliments, notamment les enjeux liés à l’économie et au commerce ainsi qu’à la protection des consommateurs, de même que les travaux importants portant sur la santé animale et la protection des végétaux.

Aperçu du ministère et du portefeuille

novembre 2019

Agriculture et Agroalimentaire Canada : Priorités ministérielles

La vision d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) consiste à stimuler l’innovation et à faire preuve d’ingéniosité pour créer, dans l’intérêt de tous les Canadiens, une économie agroalimentaire de classe mondiale.

AAC appuie la compétitivité du secteur en mettant l’accent sur les éléments suivants :

  • croissance du marché
  • progrès scientifiques et technologiques
  • soutien aux producteurs pour les aider à atténuer les risques

Les programmes et les initiatives ministériels visent :

  • Les agriculteurs
  • Les transformateurs et les agroentreprises
  • Les associations de l’industrie

Soutenir la compétitivité du secteur

Principales priorités de l’AAC
  • Croissance du marché
    • Les activités liées à l’accès aux marchés et aux négociations commerciales augmentent les débouchés et réduisent les irritants commerciaux.
    • Le Ministère collabore avec les provinces et les territoires à la promotion des produits canadiens.
    • Les délégués commerciaux du secteur de l’agriculture soutiennent l’accès aux marchés étrangers.
    • Foires et missions commerciales internationales.
  • Science et innovation
    • 20 centres de recherche et développement au Canada.
    • Les chercheurs d’AAC mettent l’accent sur l’accroissement de la productivité, le règlement des problèmes environnementaux, l’amélioration des attributs des aliments et la gestion des nouveaux organismes nuisibles et d’autres menaces.
    • Collaboration avec l’industrie, le milieu universitaire et d’autres ministères et organismes à l’échelle nationale et internationale.
  • Atténuation des risques
    • Les programmes et les initiatives aident les producteurs à gérer les risques importants qui menacent la viabilité des exploitations agricoles.
    • Au cours des 5 dernières années, les programmes de gestion des risques de l’entreprise ont versé, en moyenne, 1,56 G$ par année en soutien fédéral/provincial aux producteurs.

Ressources

AAC compte 4 865 employés qui sont responsables

  • des activités scientifiques, des programmes, des activités internationales et des services aux marchés;
  • de l’élaboration des politiques et des programmes et de la formulation de conseils;
  • des communications internes et externes;
  • des finances, de la gestion des ressources humaines, des systèmes d’information et des vérifications et des évaluations.

Environ 2 200 employés travaillent dans les 20 centres de recherche et développement du Canada.

Le reste des employés travaillent à Ottawa et dans des bureaux régionaux.

Centres de recherche et de développement et bureaux régionaux d’AAC

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
  • Colombie-Britannique
    • Burnaby
    • Agassiz
    • Summerland
  • Alberta
    • Edmonton
    • Lacombe
    • Lethbridge
  • Saskatchewan
    • Saskatoon
    • Swift Current
    • Regina
  • Manitoba
    • Brandon
    • Winnipeg
    • Morden
  • Ontario
    • Harrow
    • London
    • Guelph
    • Ottawa
  • Québec
    • Montréal
    • Saint-Jean-sur-Richelieu
    • Sherbrooke
    • Saint-Hyacinthe
    • Québec
  • Régions de l’Atlantique
    • Fredericton
    • Truro
    • Kentville
    • Charlottetown
    • St. John's

Budget ministériel

  • Le budget annuel d’AAC est 2,5 milliards de dollars.
  • 58 % du financement est prescrit par la loi (et largement axé sur la gestion des risques de l’entreprise) et 17 % sont consacrés aux programmes de subventions et de contribution.
2019–2020 budget (millions de dollars)
Fonctionnement
Comprend les salaires, les services professionnels, le matériel, les voyages, etc.
571,6
Immobilisations
Comprend l’acquisition de biens immobiliers, d’infrastructures, de machinerie et d’équipement.
40,5
Subventions et contributions votées
Pour favoriser l’atteinte des objectifs des programmes, mais desquelles aucun produit ni service n’est reçu
419,0
Mise en œuvre du budget
Une politique alimentaire pour le Canada
19,0
Budget législatif
Principalement du financement sous forme de subventions et de contributions aux producteurs au titre des programmes de GRE
1 449,8
Total 2 499,9

AAC collabore avec les organismes du portefeuille à l’orientation, à la réglementation et au développement du secteur agricole

La ministre est responsable de coordonner les travaux du portefeuille dans l’intérêt du secteur et des Canadiens.

Ces organismes sont notamment les suivants (voir l’annexe pour plus de détails) :

  • Commission canadienne du lait
  • Commission canadienne des grains
  • Financement agricole Canada
  • Conseil des produits agricoles du Canada
  • Commission de révision agricole du Canada

Bien que l’Agence canadienne d’inspection des aliments ne fasse pas partie du portefeuille de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire est toujours responsable des activités de l’Agence qui ne concernent pas la salubrité des aliments.

Le ministre rend compte des activités du Ministère et du portefeuille au parlement et aux Canadiens.

Pouvoirs législatifs

AAC et ses partenaires du portefeuille appliquent plus de 30 lois fédérales liées à l’agriculture et à l’agroalimentaire (voir l’annexe).

Exemples des principales lois :

  • Loi sur le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
  • Loi sur la protection du revenu agricole
  • Loi canadienne sur les prêts agricoles 
  • Loi sur la commercialisation des produits agricoles
  • Loi sur la salubrité des aliments au Canada

Ces lois régissent le mandat général du Ministère, les programmes financiers agricoles, les lois sur la commercialisation, les normes, les lois sur la production et les pouvoirs spéciaux qui, ensemble, représentent le pouvoir fédéral en matière d’agriculture et d’agroalimentaire.

Annexe

Qui nous sommes : ministère et directions générales

Bureau du sous-ministre

Chris Forbes
Sous-ministre
Annette Gibbons
Sous-ministre déléguée

Le sous-ministre est le principal conseiller du ministre et s’assure que les politiques élaborées et les conseils donnés témoignent des besoins du gouvernement et du portefeuille. La sous-ministre déléguée assume certaines responsabilités au nom du sous-ministre et l’appuie dans plusieurs dossiers importants. Le Bureau du sous-ministre est composé du Secrétariat des services intégrés, lequel comprend la Section de la correspondance et des dossiers ministériels, les Relations parlementaires et le Secrétariat à la coordination du portefeuille.

Tom Rosser
Sous-ministre adjoint, Direction générale des politiques stratégiques

Direction générale des politiques stratégiques
Soutien l’élaboration de politiques intégrées et offre des conseils au ministre aux fins de la prise de décisions sur les politiques et les programmes

Christine Walker
Assistant Deputy Minister, Corporate Management

Direction générale de la gestion intégrée
Aide le Ministère à respecter les priorités stratégiques en fournissant des avis, des renseignements et des services, notamment dans les domaines de la gestion des biens et de la planification des immobilisations, de la gestion des ressources humaines et financières, et de la planification et de l’établissement des rapports ministériels.

Agence canadienne du pari mutuel
Organisme de service spécial d’Agriculture et Agroalimentaire Canada qui relève du sous-ministre adjoint, Direction générale de la gestion intégrée. L’agence supervise les paris mutuels sur les courses de chevaux aux hippodromes partout au pays et veille à ce qu’ils soient effectués de manière équitable. L’Agence est financée au moyen d’une redevance de 0,8 pour cent de tous les paris placés au Canada.

Paul Samson
Sous-ministre adjoint, Direction générale des programmes

Direction générale des programmes
Est responsable de la conception et de la mise en œuvre efficaces de tous les programmes de subventions (paiements conditionnels) et de contributions (paiements non conditionnels) d’AAC votés par le Parlement et des programmes législatifs (continus) dont les pouvoirs de financement sont prévus dans la loi.

Fred Gorrell
Sous-ministre adjoint, Affaires internationales
Frédéric Seppey
Sous-ministre adjoint, Direction générale des services à l’industrie et aux marchés

Direction générale des affaires internationales/Direction générale des services à l’industrie et aux marchés
Soutien un secteur de l’agriculture, de l’agroalimentaire et des produits agroindustriels concurrentiel grâce à la réalisation d’analyses et à la formulation de conseils en vue d’établir une industrie nationale forte, tout en défendant les intérêts du Canada à l’étranger, en élargissant l’accès aux marchés et en aidant l’industrie à saisir les occasions sur les marchés clés.

Mary Dila
Assistant Deputy Minister Public Affairs

Direction générale des affaires publiques
Offre au Ministère toute l’aide nécessaire en matière de communications stratégiques et opérationnelles dans le cadre de projets de communication internes et externes.

Brian Gray
Sous-ministre adjoint, Direction générale des sciences et de la technologie
Gilles Saindon
Sous-ministre adjoint délégué, Direction générale des sciences et de la technologie

Direction générale des sciences et de la technologie
Joue un rôle clé en matière de recherche, de développement et de transfert des connaissances à l’échelle nationale à l’appui des producteurs, des transformateurs et de l’industrie. La Direction générale des sciences et de la technologie est très présente dans 20 centres de recherche au Canada et regroupe près de la moitié des employés du Ministère (2 200 employés), qui appuient les activités de recherche.

Michel Lessard
Dirigeant principal de l’information (AAC),
Vice-président, Gestion de l’information et technologie de l’information (ACIA)

Direction générale des systèmes d’information
Conçoit, met au point et maintient des systèmes axés sur l’information et les connaissances qui servent les intérêts du Ministère, des producteurs agroalimentaires et du public.

Kimberly Saunders
Directrice générale, Bureau de la vérification et de l’évaluation

Bureau de la vérification et de l’évaluation
Offre un ensemble complet de services de vérification interne et d’évaluation afin de fournir des conseils au Ministère sur les mesures de contrôle, les risques, les processus et la mise en œuvre des programmes. Gère le Comité ministériel de vérification et assure la liaison ministérielle avec les fournisseurs externes d’assurance, comme le Bureau du vérificateur général.

Qui nous sommes : portefeuille

Serge Riendeau
Chef de la direction,
Commission canadienne du lait

La Commission canadienne du lait supervise l’établissement des prix, la coordination des politiques et le marketing pour l’industrie laitière du Canada.

Luc Bélanger
Président et premier dirigeant, Commission de révision agricole du Canada

La Commission de révision agricole du Canada est un tribunal quasi judiciaire qui examine les avis d’infraction émis en vertu de certaines lois touchant l’agriculture et l’agroalimentaire. Les ressources du tribunal ont été officiellement transférées d’Agriculture et Agroalimentaire Canada aux Services d’appui aux tribunaux administratifs du Canada en 2014.

Patti Miller
Commissaire en chef,
Commission canadienne des grains

La Commission canadienne des grains réglemente l’industrie de la manutention des grains du Canada et joue le rôle de chef de file de la recherche scientifique sur la qualité des grains.

Siddika Mithani
Présidente de l’ACIA

Bien que l’Agence canadienne d'inspection des aliments ne fasse pas partie du portefeuille de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire est toujours responsable des activités de l’Agence qui ne concernent pas la salubrité des aliments, notamment celles qui sont liées à l’économie, au commerce, à la protection des consommateurs et aux importants travaux de protection de la santé des animaux et des végétaux.

Brian Douglas
Président et Administrateur général, Conseil des produit agricoles du Canada

Le Conseil des produits agricoles du Canada supervise les activités des offices nationaux de commercialisation, de promotion et de recherche sur le poulet, le dindon et les œufs.

Michael Hoffort
Président–directeur général,
Financement agricole Canada

Financement agricole Canada offre des services financiers à toutes les composantes du secteur agricole – aux producteurs primaires, aux entreprises à valeur ajoutée et aux fournisseurs.

Pouvoirs législatifs

Agriculture et Agroalimentaire Canada et ses partenaires de portefeuille sont chargés d’appliquer plusieurs lois :

  • Loi sur le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et Loi sur les stations agronomiques
  • Loi sur la protection du revenu agricole, Loi sur les programmes de commercialisation agricole, Loi canadienne sur les prêts agricoles, Loi sur la médiation en matière d’endettement agricole, Loi sur la commercialisation des produits agricoles, Loi sur l’aide à l’alimentation des animaux de ferme et Loi sur la généalogie des animaux
  • Loi sur le commerce des spiritueux
  • Loi sur le rétablissement agricole des Prairies
  • Loi sur les sanctions administratives pécuniaires en matière d’agriculture et d’agroalimentaire
  • Loi sur les grains du Canada, Loi sur les offices des produits agricoles, Loi sur la Commission canadienne du lait et Loi sur Financement agricole Canada
  • Loi sur le libre choix des producteurs de grains en matière de commercialisation , Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments, Loi sur l’emballage et l’étiquetage des produits de consommation, Loi relative aux aliments du bétail, Loi sur les engrais, Loi sur les aliments et drogues, Loi sur la santé des animaux, Loi sur la protection des végétaux, Loi sur la salubrité des aliments au Canada, Loi sur les semences et la Loi sur la protection des obtentions végétales
  • Marketing Freedom for Grain Farmers Act
  • Code criminel du Canada (article 204)

Aperçu du secteur - Onglet 2

Aperçu du secteur agriculture et agroalimentaire Canada 2018

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus

Le secteur agricole et agroalimentaire contribue grandement à l’économie canadienne.

Agriculture primaire

  • Un moteur économique très diversifié à l’échelle du pays
  • 193 492 exploitations agricoles
  • Les exploitations couvrent 64,2 M hectares  ou 7 % de la superficie du Canada
  • Concentration dans les Prairies et le Sud  de l’Ontario
  • La taille moyenne des exploitations agricoles a doublé au cours des 50 dernières années en raison des regroupements et des progrès
Recettes agricoles (milliards $)
  • Un record de 60 G$
  • 4,2 % croissance annuelle moyenne –  les recettes tirées des céréales  et oléagineux étant en tête
  • 8 % des exploitations comptaient pour plus de la moitié des recettes agricoles

AAC a pour mandat d’appuyer l’agriculture primaire et la transformation d’aliments et de boissons, mais le secteur englobe l’ensemble du système agroalimentaire

Fournisseurs d’intrants et de services au service de l'agriculture primaire.

Agriculture primaire (PNB : 32,3 G$, 1,7 %, emplois : 265 700) Vente en gros et au détail transformation d’aliments et de boissons (PNB : 33,9 G$, 1,8 %, emplois : 298 200)

L’agriculture primaire et la transformation d’aliment et de boissons servent aussi la restauration.

En 2018, le système agricole et agroalimentaire a employé

  • 2,3 million personnes
  • comptait pour 7,8 % du PNB du Canada
  • représentait 1 sur 8 empois au Canada
Transformation d’aliments et de boissons
  • Plus grande industrie manufacturière au Canada
    • 17 % du PIB du secteur manufacturier
    • 18 % des emplois du  secteur manufacturier
  • Installations partout au pays, mais surtout en Ontario et au Québec
  • Ventes totales de la transformation des aliments et des boissons : 114,9 $ milliards en 2018
  • Principales industries:
    • viande, 25 %;
    • produits laitiers , 13 %;
    • boissons, 10 %;
    • mouture des céréales et oléagineux, 10 %

Vue d’ensemble du secteur agricole et agroalimentaire Canadien

De la ferme à l’assiette

De vaste portée, le système agricole et agroalimentaire représente une chaîne d’approvisionnement intégrée qui contribue largement à l’économie canadienne.
Principaux acteurs de ce système :

  • agriculteurs (agriculture primaire);
  • fournisseurs d’intrants et de services;
  • transformateurs d’aliments et de boissons;
  • détaillants et grossistes en alimentation;
  • fournisseurs de services alimentaires;
  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus

Fournisseurs d'intrants et de services

Agriculture primaire (PNB : 32,3 G$, 1,7 %, emplois : 265 700) au service de la vente en gros et au detail et la transformation d’aliments et de boissons (PNB : 33,9 G$, 1,8 %, emplois : 298 200)

AAC travaille dans le cadre de ce système pour soutenir plusieurs éléments clés – l’agriculture primaire, la transformation des aliments et des boissons et le secteur en plein essor des bioproduits – par l’entremise de ses programmes et services.

Le Ministère entretient également des relations avec les fournisseurs, les détaillants et d’autres intervenants de la chaîne de valeur. Les industries connexes contribuent également au secteur (p. ex. technologies et machines agricoles).

Faire connaître l’agriculture

Bien que tous les principaux types d’exploitations agricoles (p. ex. céréales, produits laitiers, produits horticoles) soient présents partout au pays, les types d’exploitations varient considérablement d’une région à l’autre.

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
  • Yukon
    • foin
    • Volaille
  • Territoires du Nord-Ouest
    • œufs
    • produits de serre
  • Nunavut
    • caribou
    • baies sauvages
  • Colombie-Britannique
    • horticulture
    • produits laitiers
    •  volaille
    • œufs
  • Alberta
    • bovins
    • céréales
    • oléagineux
  • Saskatchewan
    • céréales
    • oléagineux
    • bovins
  • Manitoba
    • céréales
    • oléagineux
    • porc
  • Ontario
    • céréales
    • oléagineux
    • horticulture
    • produit laitiers
  • Québec
    • porc
    • produit laitiers
    • volaille
    • œufs
  • Provinces de l’Atlantique (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve et Labrador)
    • horticulture
    • produits laitiers

Moteur économique ici au pays

Le système agricole et agroalimentaire canadien est un moteur important de l’économie.

En 2018, le système a généré 143 milliards de dollars, a représenté 7,4 % du produit intérieur brut (PIB) et a fourni un emploi sur huit au Canada.

Le secteur agricole est sain et rentable et a connu une forte croissance au cours des dix dernières années. Les recettes des marchés agricoles ont augmenté, en moyenne, de 4,2 % par année entre 2009 et 2018. La plus forte croissance provenaient des recettes relatives aux céréales et aux oléagineux.

Le revenu monétaire net a atteint un niveau record en 2017, à 14,7 G$, mais a montré des signes d’affaiblissement en 2018, à 11,6 G$.

En 2016, la famille agricole moyenne avait un revenu estimé à 127 172 $, comparativement à 108 600 $ pour la famille canadienne moyenne.

Contribution du système agricole et agroalimentaire au PIB du Canada, 2018
La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Contribution du système agricole et agroalimentaire au PIB du Canada, 2018
Pourcentage du PIB totale
Fournisseurs d’intrants et service 0,7
Agriculture primaire 1,7
Transformation des aliments et des boissons 1,8
Détaillants et grossites en alimentation 1,6
Services alimentaires 1,6
Total 7,4

Remarques :
(1) Les données sont provisoires et pourraient être révisées.
(2) Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Source : Statistique Canada et calculs d’AAC.

Transformation d’aliments et de boissons – Numéro 1 au Canada

Le plus important secteur manufacturier au Canada en termes de PIB et d’emploi, avec des usines partout au pays.

Le premier marché pour les produits agricoles primaires canadiens, avec 42 % de la production primaire.

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Répartition des expéditions d’aliments et de boissons transformés par sous-secteur, 2018
(%)
Viande 25,4
Produits laitiers 12,8
Boissons 10,0
Céréales et oléagineux 9,6
Boulangerie et fabrication se tortillas 9,5
Aliments pour animaux 7,0
Fruits et légumes[1] 6,8
Produits de la mer 4,5
Sucre et confiseries 3,2
Autre aliments[2] 11,1

Source: Statistique Canada et calculs de l’ACIA..

Remarque : Les données sont provisoires et pourraient être révisées.

[1] Mise en conserve de fruits et légumes et fabrication d’aliments de spécialité.
[2] Cette catégorie comprend les grignotines, le café et le thé, le sirop et les concentrés aromatisés, les assaisonnements et les vinaigrettes et tous les autres produits alimentaires fabriqués.

Tracer la voie d’une croissance continue dans le secteur de la transformation des aliments et des boissons

Les ventes dans le secteur de la transformation des aliments et des boissons au Canada et à l’étranger ont augmenté régulièrement au cours des dix dernières années.

Toutefois, la transformation est considérée comme un secteur au potentiel inexploité en raison du sous-investissement.

Les transformateurs font face à des problèmes de productivité de la main-d’œuvre, et leurs marges bénéficiaires sont inférieures à celles de l’ensemble du secteur manufacturier.

D’autres grands pays exportateurs de produits agroalimentaires ont mieux réussi à développer leurs industries à valeur ajoutée.

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Ventes et exportations de produits alimentaires et de boissons canadiens, 2009-2018
Ventes totales
(milliards de dollars)
Exportation
(milliards de dollars)
Ventes intérieures
(milliards de dollars)
2009 90,11249 18,97797 71,13452
2010 91,60969 20,42079 71,1889
2011 93,95511 22,99743 70,95768
2012 94,57115 24,21764 70,35351
2013 96,63287 24,93002 71,70286
2014 100,243 27,45195 72,79104
2015 102,7402 30,70539 72,03482
2016 107,2171 32,89021 74,32685
2017 111,5798 34,44788 77,13188
2018 114,9245 35,80791 79,1166
Croissance moyenne (%) 2,7 7,3 1,2
Source : Statistique Canada et calculs d’AAC.

Une force mondiale - vigoureuse et croissante

Le rendement du secteur dépend de sa capacité d’être concurrentiel sur les marchés internationaux. Le Canada est le cinquième exportateur et importateur mondial de produits agricoles et agroalimentaires.

Les États-Unis demeurent notre principal partenaire commercial, représentant plus de la moitié de nos importations et de nos exportations de produits agricoles.

Ces dix dernières années, les exportations canadiennes vers la Chine ont augmenté selon un taux annuel de 16 %.

Exportations canadiennes de produits agricoles et agroalimentaires 2009 et 2018 La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Exportations canadiennes de produits agricoles et agroalimentaires 2009 et 2018
2009 ($) 2018 ($)
Autre 8 848 193 123 10 057 712 332
UE 2 055 234 703 2 635 479 754
Mexique 1 206 648 094 1 913 903 713
Japon 2 937 356 649 4 285 125 217
Chine 2 494 389 203 9 379 350 568
É.-U. 17 633 457 214 31 089 572 016
Total 35 175 278 986 59 361 143 600
Source: Statistique Canada et calculs d’AAFC
Exportations agricoles et agroalimentaires des cinq principaux exportateurs mondiaux, 2009 et 2018
La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Exportations agricoles et agroalimentaires des cinq principaux exportateurs mondiaux, 2009 et 2018
2009 (en Can $) 2018 (en Can $)
UE-28 485 199 542 945 760 776 536 774
États-Unis 113 295 378 928 185 237 729 540
Brésil 61 953 419 837 109 489 599 266
Chine 32 588 402 740 74 575 756 670
Canada 35 176 793 657 59 378 238 687
Total mondial 1 047 396 192 596 1 821 427 088 394
Source : Global Trade Tracker et calculs d’AAC.

En 2018 :

  • 72 % des exportations agricoles canadiennes étaient destinées à des pays avec lesquels le Canada a conclu un accord de libre-échange;
  • les ventes à l’exportation ont progressé de 2,7 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 59,4 milliards de dollars.

La demande mondiale stimule dix années de forte croissance

La plupart des producteurs canadiens ont connu une bonne croissance au cours des dix dernières années, les recettes des marchés agricoles atteignant un sommet inégalé de 60 milliards de dollars en 2018.

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Recettes des marches agricoles (milliards de dollars), 2018
Autre 4,8
Culture spéciales 2
Volailles et oeufs 4,3
Fruits et légumes 5,7
Produits laitiers 6,6
Viande rouge 13,4
Céréales et olégineux 23,2

Remarque :

(1) L’expression « culture spéciales » d signe les cultures de pois sec, de haricots secs, de lentilles, de pois chiches, de grains de moutarde, d alpiste des Canaries et de graines de tournesol

(2) Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas corresponde aux totaux indiqués

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Revenus nets, Canada et États-Unis, 2009 à 2018
Milliards de dollars canadiens Milliards de dollars américains
2009 8,48 74,41
2010 9,00 96,34
2011 11,33 123,22
2012 12,36 135,28
2013 12,54 136,09
2014 13,78 131,30
2015 14,34 106,78
2016 14,56 95,57
2017 14,65 102,52
2018 11,61 104,99
Source : Statistique Canada, USDA-WASDE, mars 2009.

Le revenu net en espèces des producteurs a atteint un nouveau sommet en 2017, mais a diminué en 2018. Malgré cette baisse, la valeur nette moyenne des exploitations agricoles a continué d’augmenter en 2018.

Les perspectives à long terme demeurent favorables pour l’agriculture.

La nouvelle réalité de l’agriculture

L’agriculture canadienne s’est transformée au fil du temps en réaction aux défis, aux possibilités et à l’évolution des marchés.

Au cours des 50 dernières années, le nombre d’exploitations agricoles au Canada a diminué de moitié, la taille moyenne des exploitations a doublé et la valeur des exploitations par acre a presque quadruplé.

De nos jours, avec la même quantité totale d’intrants, une exploitation agricole peut produire environ deux fois plus d’extrants qu’il y a 50 ans.

La consolidation a fait en sorte qu’un petit nombre de très grandes exploitations agricoles ont gagné la majorité des revenus. En effet, plus de la moitié des recettes agricoles ont été gagnées par 8 % des exploitations.

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Répartition des fermes et des recettes agricoles brutes, Canada, 2016
Pourcentage de fermes Pourcentage de revenues
Moins de 100 000 $ 56 5
100 000 $ à 249 999 $ 16 7
250 000 $ à 499 999 $ 11 11
500 000 $ à 999 999 $ 9 17
1 000 000 $ et plus 8 60
Source : Statistique Canada, Recensement de l’agriculture, 2016, tableaux adapté d’AAC.

Attirer la prochaine génération d’agriculteurs

Le quart des exploitants agricoles ont 65 ans et plus, ce qui représente une augmentation constante de l’âge au cours des 25 dernières années.

En 2016, seulement 7 % des exploitations agricoles étaient exploitées par des femmes seulement, et 33 % par des hommes et des femmes.

Le nombre de néo-Canadiens exploitant une ferme a diminué à 8,7 % en 2016.

Au cours des 20 dernières années, les exploitants qui se sont auto-identifiés comme des Autochtones n’ont augmenté que légèrement (1,9 %).

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Nombre d’exploitants agricoles par groupe d’âge, Canada, de 1991 à 2016
Moins de 35 ans (%) 35 à 64 ans (%) 65 ans et plus (%)
1991 13 67 20
1996 14 70 16
2001 15 73 12
2006 18 73 9
2011 22 70 8
2016 24 67 9
Source : Statistique Canada, Recensement de l’agriculture de 2016 et calculs d’AAC.

Empreinte environnementale de l’agriculture

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur agricole (représentant 8,4 % des émissions totales du Canada) sont relativement stables depuis vingt ans.

Durant cette période, la production a augmenté considérablement, ce qui a entraîné une diminution de 50 % de l’intensité des émissions de GES.

De plus, les pratiques de conservation des sols ont permis aux sols agricoles au Canada de séquestrer le carbone depuis vingt ans, compensant ainsi près de 10 % des émissions du secteur.

Le secteur agricole a également un impact environnemental dans d’autres domaines, notamment l’eau, la qualité des sols et la biodiversité.

Tendances des émissions de GES de l’agriculture (millions de tonnes)
La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Émissions nettes = Émissions totales moins le carbone séquestré dans le sol (carbone dans le sol) - 1990-2003
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Production animale 32 32 34 34 36 38 38 38 39 39 40 41 41 42
Cultures agricoles 15 14 14 15 16 16 17 17 17 17 17 15 15 16
Combustibles à la ferme 11 11 11 12 13 14 14 15 14 13 13 11 11 12
Carbone dans le sol 8,3 7,1 5,6 4,4 3 1,5 0,6 −0,9 −2,1 −3,3 −4,7 −5,9 −7,3 −8,6
Émissions totales 58 57 59 61 65 68 69 70 70 69 70 67 67 70
Émissions nettes 66,3 64,1 64,6 65,4 68 69,5 69,6 69,1 67,9 65,7 65,3 61,1 59,7 61,4
Émissions nettes = Émissions totales moins le carbone séquestré dans le sol (carbone dans le sol) - 2004-2017
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Production animale 43 44 43 41 40 38 37 36 36 36 36 35 36 36
Cultures agricoles 17 16 16 17 18 18 18 19 21 23 22 23 23 24
Combustibles à la ferme 12 12 12 12 12 12 13 14 13 13 13 13 13 12
Carbone dans le sol −9.8 −11 −12 −12 −12 −12 −12 −12 −11 −10 −9,5 −8,6 −7,8 −6,8
Émissions totales 72 72 71 70 70 68 68 69 70 72 71 71 72 72
Émissions nettes 62,2 61 59 58 58 56 56 57 59 62 61,5 62,4 64,2 65,2

La main-d’œuvre est un facteur important de la croissance du secteur

La majorité des emplois sont considérés comme peu spécialisés et offrent des salaires inférieurs à ceux d’autres industries.

Le taux de vacance d’emplois en agriculture est de 7 %. La pénurie de main-d’œuvre dans ce secteur continue de s’accroître : par exemple, les conditionneurs de viande affichent un taux de vacance de 12 % (7300 postes).

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus

L’agriculture primaire emploie 277 200 personnes. L’emploi dans le secteur a diminué de 16 % entre 2008 et 2018.

L’industrie de la fabrication d’aliments et de boissons emploie 98 200 personnes. L’emploi dans le secteur a augmenté de 1,43 % entre 2008 et 2018.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2008 et 2018

Occasion pour la technologie de modifier les compétences dans le secteur

La transformation agroalimentaire est de plus en plus automatisée et la gestion agricole est de plus en plus connectée, intégrant les données et les nouvelles technologies dans les activités.

L’intelligence artificielle fournit de meilleurs modèles décisionnels pour améliorer l’efficacité, la productivité et la durabilité.

Alors que le travail manuel et l’utilisation des machines passent de plus en plus au second plan, il pourrait y avoir un déplacement des travailleurs agricoles.

Toutefois, on aura toujours besoin d’une main-d’œuvre peu et moyennement qualifiée dans le secteur dans un avenir prévisible.

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus
Pourcentage de postes hautement spécialisés offerts aux employés, 2018
Agriculture primaire Transformation d’aliments et de boissons Total, tous les secteurs
Pourcentage de postes hautement spécialisés (%) 17 33 60
Autre (%) 83 67 40

Source : Enquête sur la population active de Statistique Canada

Remarque : Les postes hautement spécialisés comprennent les niveaux de compétences A (gestion et professionnels) et B (technique), et la catégorie « Autres » comprend les niveaux de compétences C (postes intermédiaires) et D (postes de niveau élémentaire).

Promesse et potentiel

L’agriculture est l’un des secteurs ayant le plus fort potentiel de croissance économique au Canada.

La demande pour le genre d’aliments que les agriculteurs et les transformateurs canadiens peuvent offrir – viandes, céréales, oléagineux, fruits, légumes et aliments transformés – est également en croissance.

Le Canada possède certains avantages clés qui feront de lui un chef de file en matière de production alimentaire durable :

  • il possède des ressources abondantes en terre et en eau;
  • il a accès aux marchés internationaux;
  • il a une forte capacité en recherche et développement;
  • il est reconnu mondialement comme un fournisseur de confiance d’aliments salubres et d’excellente qualité.

Ensemble, ces avantages créent un puissant élément de promotion des aliments canadiens. 

Aperçu des programmes - Onglet 3

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus

Croissance

  • Programme Agri-marketing, 121 millions de dollars
    Aide le secteur à accroître et à diversifier ses exportations.
  • Programme Agri-compétitivité, 20,5 millions de dollars
    Aide le secteur à renforcer sa capacité grâce à des activités de partage d’information.
  • Programme Agri-diversité, 5 millions de dollars
    Aide les groupes sous-représentés – par exemple, jeunes, femmes, Autochtones, personnes handicapées —à participer au secteur.
  • Initiative sur les systèmes agricoles et alimentaires autochtones, 8,5 millions de dollars
    Renforce la capacité des peuples autochtones à réussir en agriculture.
  • Fonds des infrastructures alimentaires locales, 50 millions de dollars
    Vise à renforcer les systèmes alimentaires et à faciliter l’accès des collectivités à des aliments sains et nutritifs.
  • Programme de partenariats régionaux de collaboration, 3 millions de dollars
    Appuie, habilite et encourage les provinces et les territoires afin de donner suite aux priorités et aux enjeux commun.
  • Programme d’emploi et d’acquisition de compétences pour les jeunes, 3,2 millions de dollars
    Offre une aide financière pour la création de stages en agriculture qui procurent des expériences de travail aux jeunes et aux jeunes confrontés à des obstacles.
  • Programme de paiements directs pour les producteurs laitiers, 345 millions de dollars
    Paiements aux producteurs de lait de vache pour les aider à s’adapter aux nouvelles réalités du marché qui découlent des récents accords commerciaux internationaux.

Innovation

  • Programme Agri-science, 338 millions de dollars
    Appuie les découvertes de pointe, les sciences appliquées et l’innovation.
    • Grappes agroscientifiques partenariats pour aborder des priorités de portée nationale.
    • Agri-science, volet Projets appui aux projets à court terme.
  • Programme Agri-innover, 128 millions de dollars
    Accélère la commercialisation, l’adoption et la démonstration de produits, de technologies ou de services agricoles novateurs.
  • Programme d’investissement pour fermes laitières, 250 millions de dollars
    Aide les producteurs de lait de vache canadiens à améliorer leur productivité en modernisant leur équipement.
  • Fonds d’investissement dans la transformation des produits laitiers, 100 millions de dollars
    Offre une aide financière pour améliorer la productivité et la compétitivité dans l’industrie de la transformation des produits laitiers.
  • Initiative des laboratoires vivants, 10 millions de dollars
    Appuie un réseau de sites où des producteurs, des entreprises, des organismes sans but lucratif, des organismes de recherche et des institutions gouvernementales élaborent des solutions novatrices pour régler des problèmes agroenvironnementaux.
  • Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture, 27 millions de dollars
    Fait la promotion de technologies, de pratiques et de processus que les agriculteurs peuvent adopter pour réduire les émissions de GES.
  • Programme des technologies propres en agriculture, 25 millions de dollars
    Appuie l’étude, le développement et l’adoption de technologies propres.
  • Programme canadien des priorités stratégiques de l’agriculture, 50,3 millions de dollars
    Appuie l’élaboration de solutions à des problèmes nouveaux et émergents.
  • Défi de réduction du gaspillage alimentaire, 20 millions de dollars

    Aide à réduire les déchets de la production et de la transformation.

Gestion des risques

  • Cadre Agri-relance [1]
    Aide les producteurs à reprendre leurs activités à la suite d’une catastrophe naturelle.

  • Programme Agri-protection [1]
    Offre une assurance à frais partagés contre les risques naturels pour réduire l’impact financier des pertes de production ou d’actifs.
  • Programme Agri-investissement [1]
    Offre des liquidités pour aider les producteurs à gérer les baisses de revenu.
  • Programme Agri-stabilité[1]
    Vient en aide aux producteurs quand leur marge diminue de façon importante.
  • Programme Agri-risques, 55 millions de dollars
    Appuie l’élaboration de nouveaux outils de gestion des risques.
  • Programme Agri-assurance, 74 millions de dollars
    Appuie l’élaboration de systèmes, de normes et d’outils du secteur pour assurer la santé du public et la salubrité des produits agroalimentaires canadiens et des méthodes de production connexes.
  • Loi canadienne sur les prêts agricoles[2]
    Permet aux producteurs d’accéder plus facilement au crédit pour établir, améliorer et développer leur exploitation agricole et d’obtenir des prêts pour fabriquer, distribuer ou commercialiser des produits agricoles.
  • Programme de paiements anticipés[2]
    Permet aux producteurs d’obtenir plus facilement des avances de fonds pour prendre des décisions de commercialisation souples.

[1] Le financement fluctue moyenne annuelle 1,62 milliards de dollars.

[2] Le financement fluctue moyenne annuelle des prêts et des avances remboursables 3,18 milliards de dollars.

Commerce agricole 2018 - Onglet 4

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus

Coup d’oeil sur le commerce

AAC travaille à ouvrir de nouveaux marchés, à tirer parti des débouchés commerciaux et à promouvoir des règles commerciales fondées sur la science.

L’industrie agricole et agroalimentaire a généré des ventes de 175 G$ sur les marchés intérieurs et extérieurs.

Les producteurs et les transformateurs ont généré des ventes de 109 G$ sur les marchés intérieurs.

Les exportations ont totalisé 66,3 G$ :

  • 5e plus gros exportateur de produits agricoles et agroalimentaires (après l’UE-28, les É.-U., le Brésil et la Chine)
  • 3,3 % de la valeur des exportations mondiales

5th largest importer of agriculture and agri-food products.

Principaux produits (milliards de dollars)
Blé 7,4
Graines de canola 5,8
Porc et produits 4,02
Produits de boulangerie 3,6
Huile de canola 3,5
Aliments du bétail et aliments pour animaux familiers 3,2
Soja 2,9
Bœuf et produits 2,7
Position du Canada dans le monde : cinq principaux marchés d’exportation et leur part des exportations Canadiennes de produits agroalimentaires et de produits de la mer
Exportation (G$ CA) Part (%)
États-Unis 35,4 53,4
Mexique 1,9 2,9
UE 3,1 4,7
Chine 10,6 15,9
Japon 4,6 6,9

Soutien de commerce

  • Les délégués commerciaux du secteur agricole et les spécialistes techniques fournissent des renseignements sur le terrain et des conseils pratiques sur les marchés étrangers
  • Les missions commerciales internationales, les salons professionnels et la marque Canada aident les exportateurs à faire la promotion de leurs produits sur les marchés clés
  • AAC travaille avec l’Organisation mondiale du commerce et d’autres forums multilatéraux pour établir des règles commerciales, y compris des règlements fondés sur la science, de façon à maintenir un accès prévisible et transparent aux marchés

Accords de libre-échange (ALE)

Les ALE améliorent et maintiennent l’accès aux marchés au moyen de réductions tarifaires et de règles qui permettent de prévenir et de régler les problèmes attribuables aux obstacles non tarifaires. Le Canada a conclu plus de 20 ALE multilatéraux et bilatéraux.

Exemples d’ALE multilatéraux : Les ALE bilatéraux comprennent des accords avec les marchés suivants :
  • Accord de libre-échange nord-américain
  • Accord de partenariat transpacifique global et progressiste
  • Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne
Les ALE bilatéraux comprennent des accords avec les marchés suivants :
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Union européenne
  • Honduras
  • Israël
  • Japon
  • Corée
  • Mexique
  • Panama
  • Pérou
  • États-Unis

En 2018, près des trois quarts des exportations agricoles canadiennes sont allées à des pays avec lesquels le Canada a conclu un accord commercial.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :