Sélection de la langue

Recherche

Consultations de Fonds des infrastructures alimentaires locales - Rapport sur ce que nous avons entendu (Une politique alimentaire pour le Canada)

Volet 2 : Projets de renforcement des systèmes alimentaires locaux

Introduction

Reconnaissant le rôle essentiel que jouent les aliments dans le bien-être social, sanitaire, environnemental et économique des Canadiens, le gouvernement du Canada a publié sa Politique alimentaire pour le Canada en juin 2019. La Politique alimentaire est une feuille de route pour un système alimentaire plus sain et plus durable au Canada et établira le fondement d’une intégration et d’une coordination accrues des politiques et des programmes liés aux aliments. La Politique alimentaire aidera à guider les secteurs public, privé et sans but lucratif sur les décisions et les mesures liées à l’alimentation qui peuvent améliorer la vie des gens, leur santé, ainsi que la santé de l’environnement et de l’économie.

La Politique alimentaire pour le Canada comprend du financement pour soutenir des programmes et des initiatives dans quatre domaines d’action à court terme, à savoir :

Pour favoriser un accès accru à des aliments sains, le gouvernement a lancé le Fonds des infrastructures alimentaires locales, dont le financement s’élève à 50 millions de dollars. Par des investissements dans les infrastructures, ce programme non remboursable vise à soutenir les projets communautaires dans le secteur de l’alimentation, comme les banques alimentaires, les marchés publics et les jardins communautaires, afin de faciliter l’accès à des aliments sains et nutritifs pour les populations à risque.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire a consulté les intervenants en ligne entre juin et septembre 2019 au sujet des paramètres du Fonds des infrastructures alimentaires locales. Les types d’activités et de projets d’infrastructure proposés qui seraient admissibles à un financement dans le cadre du programme constituaient un paramètre clé du programme. On a demandé aux intervenants de démontrer leur intérêt pour le programme en soumettant des idées de projets d’infrastructure liés à l’alimentation et les coûts potentiels de ces projets. Le présent document a pour objet de présenter les résultats de la consultation en ligne.

Participants

204 organisations représentant des organismes sans but lucratif, des groupes autochtones, des administrations régionales et municipales, des organismes à but lucratif et des universités ont participé à la consultation en ligne. Plus de 60 % des participants provenaient d’organismes sans but lucratif comme des banques alimentaires, des jardins communautaires et des centres communautaires. Le mandat de presque tous les organismes participants comprenait l’accessibilité des aliments sains pour les Canadiens les plus à risque. Les services offerts par les organismes étaient destinés, entre autres, aux nouveaux arrivants au Canada, aux peuples autochtones, aux sans-abri, aux enfants et aux personnes handicapées.

Certains mandats organisationnels étaient très précis, comme la distribution d’aliments ou l’éducation alimentaire, tandis que d’autres étaient très vastes, comme la santé des collectivités. De plus, la majorité des participants offraient des services spécifiques liés à l’alimentation, mais peu d’organisations se concentraient sur l’élaboration de politiques alimentaires au niveau communautaire ou national.

Les services offerts par de nombreux organismes comportaient un important volet éducatif. Par exemple, en plus des éléments éducatifs liés à l’alimentation comme la préparation des aliments, la nutrition ou la production/transformation des aliments, les organisations offraient également des cours sur la pérennité environnementale, la santé générale ou la réintégration dans la population active.

Les organismes de toutes les provinces ont participé, mais ceux du Québec (30 %) et de l’Ontario (27 %) ont dominé les consultations, suivis de la Colombie-Britannique (14 %), de l’Alberta (8 %), et de la Nouvelle-Écosse (7 %). La représentation des organismes était égale dans les villes et les collectivités éloignées. Il n’y a eu aucune participation d’organismes à l’intérieur des territoires.

Québec 30 %, Ontario 27 %, Colombie-Britannique 14 %, Alberta 8 %, Nouvelle-Écosse 7 %

Projets d’infrastructure qui intéressaient les intervenants

Six catégories de projets d’infrastructure liés à l’alimentation ont été proposées dans le cadre du Fonds des infrastructures alimentaires locales, dans lesquelles les activités seraient admissibles au financement :

Toutes les catégories de projets proposées suscitaient de l’intérêt, mais les catégories de l’équipement lié à l’alimentation et des immobilisations et équipement étaient celles qui présentaient le plus d’intérêt. Bon nombre des idées de projet comprenaient des éléments de plusieurs catégories. Voici un résumé des idées de projets soumises lors des consultations en ligne.

Équipement lié à l’alimentation

Plus de 80 % des organisations qui ont participé à la consultation en ligne étaient intéressées à mener des projets dans cette catégorie. La modernisation des cuisines pour améliorer la prestation des services à la clientèle a été l’idée de projet prédominante qui comprenait souvent le besoin de réfrigérateurs, de glacières, de congélateurs et d’entrepôts neufs ou supplémentaires. Certaines organisations étaient intéressées à élargir leurs activités actuelles de préparation des aliments pour y inclure la transformation des aliments afin de prolonger la durée de conservation des produits frais (par exemple, fabrication de conserves, de jus). Quelques organismes représentant des jardins communautaires ou des fermes étaient intéressés à acheter de l’équipement de récolte supplémentaire afin d’accroître la participation communautaire et les rendements.

Véhicules et matériel de transport

50 % des participants en ligne étaient intéressés à mener des projets dans cette catégorie d’infrastructure. L’achat de véhicules, comme des camions, des camions frigorifiques, des motoneiges, des bateaux et des VTT, pour livrer de la nourriture aux Canadiens à risque ou aller chercher de la nourriture chez les fournisseurs était le principal intérêt dans ce financement. Dans une moindre mesure, les organisations étaient intéressées à acheter des remorques ou à réaffecter des véhicules existants à de nouvelles utilisations.

Systèmes technologiques

25 % des participants à la consultation en ligne ont exprimé un intérêt dans la catégorie des systèmes technologiques. L’idée de projet la plus populaire était le développement ou l’achat d’un logiciel qui aiderait aux services de distribution et au contrôle des stocks. Le financement pour moderniser ou créer de nouveaux sites Web pour divers organismes a également suscité de l’intérêt. Certaines idées de projets de systèmes technologiques étaient très spécifiques à l’organisation, allant de la capacité de suivre les contenants réutilisables, de planifier les heures d’abattage, de développer des systèmes de nutrition personnalisés pour les patients et de permettre la commande en ligne. Quelques participants à la consultation en ligne étaient également intéressés par la création de vidéos de formation pour le personnel afin d’assurer une prestation de services uniforme.

Systèmes énergétiques

Environ 50 % des organisations ont exprimé leur intérêt à mener des projets dans la catégorie des systèmes énergétiques. La construction de nouvelles serres ou l’agrandissement de serres existantes, tant en ville que dans les régions rurales, ont suscité le plus d’intérêt. Certains organismes, en particulier ceux des régions nordiques éloignées, ont exprimé un intérêt pour la culture hydroponique ou l’agriculture verticale. Parmi les autres besoins en infrastructure énergétique, mentionnons les génératrices, les panneaux solaires et la mise à niveau de l’alimentation électrique.

Infrastructures hydrauliques

32 % des participants à la consultation en ligne se sont dits intéressés par la catégorie des infrastructures hydrauliques. Les idées de projet se limitaient aux opérations de culture de plantes et portaient sur les systèmes de réutilisation de l’eau, de collecte des eaux de pluie et d’irrigation.

Immobilisations et équipement

Plus de 80 % des organisations ont soumis une grande variété d’idées de projets dans la catégorie des immobilisations et équipement. L’expansion ou la modification des cuisines commerciales existantes ou l’achat ou la construction de nouvelles installations ont suscité le plus d’intérêt. La deuxième idée de projet d’immobilisations et d’équipement la plus populaire était la création, l’agrandissement ou l’amélioration de jardins communautaires. Des centres alimentaires ou communautaires ont également été proposés pour permettre au grand public et aux étudiants d’en apprendre davantage sur la production alimentaire et d’acheter des aliments d’origine locale. Les autres projets d’intérêt comprenaient la construction ou l’expansion de marchés publics, la création de fermes éducatives et l’établissement de jardins sur les toits.

Coûts estimés des projets

La majorité des participants à la consultation en ligne ont été en mesure de fournir une estimation du coût de leurs projets. Le coût des projets allait de 25 000 $ à plus de 250 000 $. Plus d’un tiers des organismes voulaient entreprendre des projets d’infrastructure à grande échelle. Bon nombre des organismes dont les coûts estimés des projets étaient inférieurs à 25 000 $ devaient lancer la première phase d’un projet d’infrastructure pluriannuel de plus grande envergure.

Gamme des coûts estimés des projets Pourcentage des projets dans gamme
<25 000 $ 13,24 %
25 000 $ to 50 000 $ 8,33 %
50 000 $ to 125 000 $ 18,14 %
125 000 $ to 250 000 $ 23,04 %
>250 000 $ 37,25 %

Commentaires additionnels

Les participants à la consultation en ligne ont eu l’occasion de fournir des commentaires ou des rétroactions supplémentaires sur le Fonds des infrastructures alimentaires locales. La plupart des organismes étaient d’avis que le Fonds des infrastructures alimentaires locales était un moyen opportun et utile d’assurer la sécurité alimentaire et d’aider les populations canadiennes à risque. Toutefois, le commentaire le plus souvent formulé par les organisations était que le programme devrait permettre le financement des salaires et de la formation du personnel ainsi que le financement d’autres coûts opérationnels existants, afin que les projets réussissent à long terme.

Voici d’autres commentaires formulés par les participants aux consultations en ligne :

Prochaines étapes

Le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire est reconnaissant de la vaste participation à la consultation en ligne sur le Fonds des infrastructures alimentaires locales. Les idées de projet ainsi que les commentaires supplémentaires fournis par les organismes qui s’efforcent d’assurer l’accessibilité à des aliments sains aux Canadiens à risque aideront le Ministère à finaliser les paramètres du programme et les critères d’admissibilité pour la prochaine phase du programme.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :