Sélection de la langue

Recherche

Plan directeur du lieu historique national de la Ferme expérimentale centrale (9 de 20)

Analyse

I.1 Introduction

La présente section comporte une analyse de l'information exposée dans les sections qui précèdent et définit les bases en regard desquelles seront examinées les différentes options d'aménagement proposées pour la FEC. Comme nous l'avons indiqué dès le départ, la Ferme expérimentale centrale a été désignée paysage culturel d'importance historique nationale, et cet aspect sera déterminant dans toute discussion sur l'avenir de ce lieu. Malgré sa désignation, la FEC n'est pas un lieu statique; il s'agit au contraire d'un lieu dynamique et cette qualité fait partie de son histoire et de sa valeur. Le plan d'aménagement doit préserver le caractère homogène sous jacent de la Ferme dans son ensemble, tout en permettant aux divers éléments et programmes qui la composent d'évoluer sensiblement.

Paysage et identité culturels

Le concept de « paysage culturel » est relativement récent, en particulier lorsqu'on l'applique à la gestion de biens immobiliers. C'est toutefois un domaine où le Canada a su se tailler un rôle de premier plan à l'échelle internationale, en définissant le cadre de référence de ce concept et en étudiant ses répercussions.

Un paysage culturel est une réalité à la fois physique et virtuelle, à la convergence des géographies physique et mentale. Voilà pourquoi on ne parle pas uniquement d'un paysage - une réalité physique - mais d'un paysage « culturel » dont la signification découle des hypothèses culturelles ayant contribué au développement d'une vision commune. Des groupes culturels différents peuvent faire d'un même paysage une interprétation différente et, dans le cas présent, il peut coexister différents paysages culturels ayant des limites différentes.

À l'échelle internationale, l'UNESCO a défini trois catégories de paysages culturels, soit les paysages défini, évolutif et associatif, chacune de ces catégories ayant des exigences très différentes en matière de gestion.

Le paysage culturel défini offre une correspondance biunivoque directe entre le paysage imaginé et le paysage physique. L'aménagement consiste à traduire l'idée imaginée en une réalité physique. La gestion de tels paysages est assez simple. Il s'agit de comprendre les objectifs de l'aménagement et de les respecter, puis de gérer le paysage d'une manière qui respecte et protège ces intentions. Les changements apportés au paysage sont réduits au minimum. Les Jardins publics d'Halifax offrent un bon exemple de paysage culturel défini au Canada, ces jardins ayant essentiellement conservé leur aménagement d'origine qui date de la fin du XIXe siècle.

Dans un paysage culturel évolutif, des altérations et des adaptations successives viennent se superposer à la conception initiale. Le lien global entre l'idée centrale et sa manifestation physique demeure présent, mais l'idée et la réalité physique peuvent toutes deux être modifiées en fonction des progrès de la technologie ou de l'évolution des activités culturelles. Certaines sections de la vallée du fleuve Saint Laurent, au Québec, offrent de bons exemples de paysages culturels évolutifs, où le paysage rural initial, créé aux XVIIe et XVIIIe siècles, demeure toujours manifeste, malgré de nombreuses modifications. Bien que la gestion de ces paysages soit plus complexe, elle demeure guidée par la notion centrale à l'origine du paysage et par la nécessité de protéger l'expression de cette idée dans le paysage physique.

Enfin, dans un paysage culturel associatif, le lien entre le paysage imaginé et le paysage physique n'est souvent pas évident. Il faut d'abord comprendre les réalités imaginées par une culture particulière pour être ensuite en mesure de comprendre comment ses valeurs se manifestent dans le paysage. Ces valeurs ne transforment pas nécessairement la réalité physique du lieu, comme dans un paysage défini; elles ne font que créer un lien important entre un paysage donné et une construction mentale. Un paysage culturel associatif pourrait, par exemple, être un milieu sauvage. Un tel lieu pourrait être considéré comme un lieu sacré pour une communauté autochtone locale, qui l'utiliserait pour des rites de passage et des célébrations collectives particulières au lieu. Les touristes, quant à eux, pourraient y voir un paysage récréatif propice à de multiples utilisations et interprétations, alors que l'industrie minière y verrait une autre valeur associative différente. Les paysages culturels associatifs sont les plus difficiles à gérer, car toute modification physique doit être examinée en fonction des différentes géographies mentales qui lui confèrent sa valeur.

La Ferme expérimentale centrale comme paysage culturel

Pour examiner l'évolution de la Ferme expérimentale centrale et sa situation actuelle, il apparaît utile d'en diviser l'histoire en trois phases principales. D'une manière très simplifiée, on peut dire que la Ferme est passée d'un paysage défini à un paysage évolutif pour devenir un paysage associatif.

Phase I : 1886-1936 - Paysage défini

Au cours de la première phase durant laquelle a été défini le caractère qui sous tend le paysage culturel d'aujourd'hui, un plan audacieux a été conçu et mis en œuvre. Ce plan traduit très bien l'image que l'on se faisait de la science, aux périodes victorienne et édouardienne. Certains éléments de la FEC ont une qualité pittoresque qui a été reconnue par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Mais la Ferme est essentiellement un paysage scientifique, et c'est à cette fin qu'elle a été conçue. Une affiche moderne rappelant l'image de la Ferme en 1890 donne une image mentale du lieu. Bien qu'elle n'offre pas une représentation physique directe, cette affiche est néanmoins utile pour comprendre les objectifs qui ont guidé la conception de la Ferme. Durant les quelques décennies qui ont suivi, l'évolution de la Ferme a essentiellement respecté les qualités scientifiques ordonnées, illustrées sur cette image.

La description de cette image suit
Image promotionnelle de la FEC (1890) [Source : AAC, nég. no 445099]

Le plan de situation de 1888 est la première représentation connue de la Ferme; il a été élaboré l'année suivant son inauguration. Le plan de 1897 offre un aperçu plus détaillé des lieux. Aujourd'hui encore, certains éléments déterminants de ces plans demeurent essentiels à la compréhension et à la gestion des lieux.

L'entrée sur la Ferme se faisait par le nord est, respectant ainsi l'orientation visuelle et fonctionnelle en direction de la Colline du Parlement. L'entrée offrait un paysage pittoresque aménagé avec soin, qui établissait clairement l'identité fédérale et était fidèle à la conception de l'aire d'entrée des paysages fédéraux urbains de l'époque. Même si vingt ans s'étaient écoulés depuis l'aménagement du paysage de la résidence du Gouverneur général à Rideau Hall, l'approche demeurait la même et consistait en une allée courbe, bordée d'un boisé soignement aménagé. L'emplacement de la Ferme disposait d'un avantage aquatique supplémentaire, le lac Dow. C'est William Saunders, concepteur et premier directeur de la Ferme, qui a demandé que l'on retire les souches du marécage du lac Dow pour exploiter cet élément aquatique sur une toile de fond pittoresque.

La partie centrale de la Ferme a été aménagée derrière cette entrée pittoresque. La maison du directeur était le principal point d'arrivée, derrière lequel avait été érigé un ensemble de résidences, d'étables, de serres et de laboratoires de l'institution en pleine expansion. Le paysage dans cette zone centrale était plus dense et plus ordonné, et les plantations avaient un caractère plus intime.

La description de cette image suit
Colline du Parlement (1909) [Source : MBAC, no 31386.24]

La zone de travail, ou zone d'appui, était constituée des champs qui s'étendaient vers l'ouest et le sud depuis la zone centrale. Ces champs représentaient le paysage « de travail » de la Ferme, le noyau de l'activité scientifique et la raison d'être des autres zones. Ils avaient été aménagés selon un plan fonctionnel et rectiligne, et avaient conservé très peu du paysage pittoresque, mis à part les allées boisées qui les traversaient depuis la zone centrale, l'une en direction ouest et l'autre vers le sud. Lorsqu'on quittait l'enceinte de la Ferme et qu'on pénétrait dans les régions agricoles et les banlieues adjacentes empreintes d'une identité locale plus fonctionnelle, ces routes perdaient leur caractère particulier.

La description de cette image suit
Ruisseau Patterson Creek (v. 1910) [Source : AN, PA-009947]

Ces images illustrent bien la question de l'identité fédérale. Comme nous l'avons indiqué précédemment, le XIXe siècle a été marqué par l'émergence d'un vocabulaire fédéral particulier, à la fois pour désigner l'architecture et l'aménagement paysager. Ce vocabulaire pittoresque a été utilisé pour étendre la présence de l'administration fédérale dans l'ensemble de la capitale, par l'aménagement d'une série de promenades et de rues bordées d'arbres. Dans le cas de la Ferme expérimentale centrale, la construction du premier tronçon de la promenade Reine-Élizabeth, jusqu'au parc Lansdowne, a permis l'aménagement d'une voie fédérale, à mi-chemin de la Ferme; cette promenade a été prolongée jusqu'à la Ferme, dès que ça a été possible. De plus, on a construit une chaussée à travers le lac Dow pour contourner le parc à bois débités de la rue Booth et créer une voie continue entre la Colline du Parlement et la résidence du directeur.

La description de cette image suit
Chaussée traversant le lac Dow (v. 1903)
[Source : Rapport et correspondance de la
Commission d'amélioration d'Ottawa (Ottawa, 1912)
]

À l'intérieur du site, le caractère pittoresque du paysage a été pleinement exploité dans sa portion nord est, des deux côtés de la promenade Prince of Wales. Cette section de la Ferme offrait la topographie la plus spectaculaire et se prêtait parfaitement à l'aménagement de sentiers sinueux et à l'aménagement de vues panoramiques. La conception des espaces verts et des éléments paysagers inertes était uniforme et d'une grande qualité. Les spécimens d'arbres les plus gros ont été disséminés sur l'ensemble du paysage, depuis le lac Dow jusqu'à la zone centrale, alors que les arbustes plus discrets et les massifs de fleurs ont été concentrés dans un paysage aménagé à une échelle plus intime, à proximité de la zone centrale. Ces plantations soignées témoignaient de l'importance que le personnel de la Ferme accordait à la convergence de la beauté et de l'utilité. Une approche scientifique s'imposait pour l'Arboretum, les jardins d'ornement et les collections de haies afin que les agriculteurs et l'ensemble du milieu agricole puissent comprendre l'utilité de ces végétaux à des fins esthétiques et pratiques, dans leurs propres établissements.

La description de cette image suit
Promenade au nord du rond point actuel (v. 1920) [Source : AN, PA-034400]

Depuis l'entrée pittoresque, on accédait à la zone centrale de la Ferme et à la résidence du directeur, dont l'approche se faisait par le nord est, le long d'une petite allée semi circuldébut du XXe siècle illustre bien la double vocation de la Ferme : d'une part, pour son caractère bucolique conforme aux principes fédéraux de l'époque, dans l'aire située à l'intersection entre l'entrée et la zone centrale et, de l'autre, pour son caractère public et scientifique. C'est dans cette zone centrale que se faisait la rencontre entre le public et les scientifiques.

La description de cette image suit
Résidence du surintendant (1898) [Source : AN, PA-028041]

Durant les époques victorienne et édouardienne, la science était une activité remarquable et bien tangible pour le public. Les progrès de la science ont permis de faire des avancées appréciables, notamment dans les domaines de l'alimentation en eau et de sa purification, de l'éclairage et du transport, et le domaine agricole n'a pas fait exception. Le ministre de l'Agriculture qui était en poste au moment de la création de la Ferme, Sir John Carling, était de ceux qui reconnaissaient l'applicabilité directe de la recherche scientifique au développement rural et agricole au Canada. Cette fête champêtre organisée par le directeur ou le ministre est manifestement l'expression de la philosophie générale de l'époque quant à l'importance publique des institutions comme la Ferme.

Les images historiques de la Ferme expérimentale centrale témoignent de la qualité tangible de la recherche scientifique à l'époque, une science qui était alors davantage fondée sur les résultats empiriques que sur les principes théoriques, comme en fait foi cet éditorial publié dans la revue Farmer's Advocate durant les années 1880. « Si les rédacteurs agricoles s'entêtent à nous présenter uniquement la science pure, ils devront nous expliquer dans chaque cas où la théorie prend fin et où commence la science… ce n'est qu'alors que nous les féliciterons. » Les rencontres avec le public avaient lieu dans la zone centrale de la Ferme, dans les parcelles de démonstration, les serres et les laboratoires soigneusement conçus, où le personnel répondait aux questions en personne et, par la poste à des centaines d'autres milliers de demandes de renseignements.

La description de cette image suit
Isabella Preston, horticultrice [Source : Ferme d'Ottawa]
La description de cette image suit
Réception champêtre à la FEC (v. 1900) [Source : AN, PA-13128]
La description de cette image suit
L. Newman, Spécialiste des céréales du Dominion (v. 1930) [Source : AN, PA-143701]
La description de cette image suit
Démonstration du nettoyage des grains (v. 1910) [Source : AN, PA-143700]

Au début de cette période, le service de tramway a été prolongé du centre de la ville jusqu'à la Ferme, dans la foulée des autres prolongements réalisés vers la baie Britannia, le parc Rockcliffe et d'autres lieux pittoresques situés à une distance raisonnable du centre urbain. De plus, un auditorium a été aménagé au terminus de la Ferme, reflétant là encore le caractère public des lieux.

La description de cette image suit
Arrêt et abri du tramway (v. 1930)
[Source : COA, CA-18224]

À l'arrière de la zone centrale se trouvaient les installations plus fonctionnelles, nécessaires au fonctionnement de la Ferme expérimentale; puis, s'étendaient les champs ouverts vers l'ouest et le sud. Ces champs fournissaient la matière première à l'appui de l'information scientifique qui était communiquée au public et aux visiteurs venus de la région, d'ailleurs au pays et même de l'étranger. Malgré le caractère manifestement rural de ces champs libres, le modèle de culture, avec ses parcelles de démonstration et ses expériences contrôlées, reflétait toujours l'identité fondamentale des lieux, soit celle d'un paysage scientifique. La Ferme était en effet un établissement de recherche, et non une ferme modèle.

La description de cette image suit
Zone centrale de la Ferme, en direction nord-ouest (v. 1920) [Source : AN, PA-034407]

On peut établir un parallèle entre la FEC et un autre paysage scientifique, certes beaucoup plus petit, qui était également présent à Ottawa à la fin du XIXe siècle. Il s'agit de la station de pompage de la rue Fleet, premier réseau public d'importance assurant l'alimentation en eau des résidants de la ville. Ce qui retient l'attention, c'est l'aménagement de la station - l'entrée pittoresque avec ses sentiers sinueux, son allée semi circulaire et ses plantations spectaculaires; la zone centrale définie par le bâtiment en pierres qui abritait un hall d'entrée officiel et les bureaux du directeur et que le public pouvait visiter pour obtenir des explications sur les principes scientifiques, et enfin les aires à l'arrière où se trouvaient les turbines, les pompes et les déversoirs et où se faisait le véritable travail. Cet aménagement est en quelque sorte un microcosme de la Ferme expérimentale centrale.

La description de cette image suit
Station de pompage de la rue Fleet (v. 1892) [Source : COA, CA-1588]

D'autres organismes sont venus s'installer sur le site de la Ferme durant cette période et la plupart ont respecté l'idée générale de son aménagement. L'Observatoire fédéral, qui se voulait un lieu de recherche en astronomie, météorologie et séismologie, alliait un usage pittoresque des matériaux, conformément aux critères fédéraux de l'époque, à une disposition soignée des routes et à un renforcement de la zone centrale comme lieu de rencontre entre le public et la science. Même s'il était situé près de l'avenue Carling, cet édifice ne faisait pas face à cette avenue, mais plutôt au centre de la Ferme et tournait ainsi le dos au quartier municipal vers le nord. C'était un des édifices les plus connus de la ville, qui accueillait des milliers de visiteurs venus observer le ciel avec le téléscope et admirer le cadran solaire qui ornait son entrée.

La description de cette image suit
Observatoire fédéral et cadran solaire, (v. 1904) [Source : AN, PA12892]

À la fin de cette première phase, un paysage culturel bien défini avait été mis en place - celui ci reflétait une vision bien précise traduite avec une uniformité remarquable et il réussissait parfaitement à communiquer cette vision au grand public. La FEC était un établissement qui suscitait une grande admiration, dans un cadre fort apprécié.

Phase II : 1936-1986 - Paysage évolutif

La deuxième phase a débuté en 1936, année où on a démoli la résidence du directeur pour la remplacer l'édifice Saunders. Ce changement avait une valeur symbolique, car le nouvel édifice était désormais orienté vers l'intérieur, en direction de la zone centrale, et non vers l'extérieur, vers la voie d'entrée au nord est. C'était l'époque où la science s'est éloignée de son orientation empirique pour privilégier la théorie, perdant ainsi un peu de son caractère public.

La description de cette image suit
Jardin commémoratif Macoun (juin 1936) [Source : AN, C-085643]

L'année suivante, l'ensemble du réseau des fermes expérimentales à travers le pays a été réorganisé, dans le cadre d'un exercice de rationalisation. La Ferme expérimentale centrale a perdu de son autonomie et faisait désormais partie d'un réseau de grande envergure. Or celui-ci était un concept plus abstrait pour le public qui ne pouvait plus observer, en un même lieu, l'ensemble des activités qui rendaient la recherche agricole si pertinente dans leur vie.

La description de cette image suit
Vue en direction nord-est, vers l'étable principale (v. 1950)
[Source : Bibliothèque d'AAC]

À la suite de ces changements, la Ferme est devenue un paysage culturel évolutif, c'est à dire un paysage toujours guidé par une idée centrale - la recherche - mais où l'on observait des changements dans les moyens utilisés pour traduire cette idée dans l'architecture et le paysage physiques.

La description de cette image suit
Serre de la FEC, bâtiment no 75 (2002)

En accord avec les fondements plus théoriques de la science de l'époque, celle ci s'est déplacée à l'intérieur, dans des environnements contrôlés. Les nouveaux bâtiments présentaient une architecture plus fonctionnelle que pittoresque et la place du public est devenue moins évidente. Les tramways électriques ont disparu, tout comme l'auditorium public. Les promenades fédérales continuaient de traverser la Ferme, mais elles avaient perdu leur lien étroit avec le paysage - ce n'était plus que de simples couloirs. Même si le caractère pittoresque du paysage a dans l'ensemble été préservé, il n'a pas été renforcé. Il n'en pas été de même pour les plantations brise-vent qui bordaient la portion nord de la Ferme, près de l'avenue Carling, et d'autres plantations dans la portion ouest, lesquelles ont été abattues, ce qui a éliminé une partie des éléments isolant la Ferme du paysage municipal environnant.

La description de cette image suit
Vue aérienne de la FEC (1963) [Source : AN, PA-132621]
La description de cette image suit
Zone centrale de la FEC (1976) [Source : Bibliothèque d'AAC]

Les images de la Ferme de cette période montrent que l'activité scientifique s'était déplacée à l'intérieur. On estimait en effet que la majeure partie de l'activité scientifique devait se dérouler dans les laboratoires et les serres, et que les champs jouaient désormais un rôle de soutien, plutôt qu'un rôle principal, dans l'exécution de la recherche scientifique. Cependant, on reconnaissait toujours l'importance de l'ensemble des lieux comme paysage scientifique. La construction et la démolition d'édifices, ainsi que la modification du tracé des routes et des éléments du paysage, se sont poursuivies en fonction des objectifs généraux de la recherche et de l'importance continue de la recherche agricole au Canada.

Phase III : 1986 à aujourd'hui - Paysage associatif

La troisième phase de l'histoire de la Ferme a commencé en 1986, année de son centenaire, qui a été marquée entre autres par la publication du livre Cent moissons par T. Anstey. Le centenaire a ravivé l'intérêt du public pour la Ferme et suscité de nombreuses discussions quant à son rôle actuel et futur. Cette prise de conscience a été alimentée par les discussions visant à déterminer s'il fallait conserver la vocation de recherche de la Ferme et même si les terrains devaient demeurer du domaine public. Ce qui est important de retenir, dans le contexte actuel, c'est que cette prise de conscience s'est exprimée sous diverses formes qui ont donné lieu à l'émergence d'un paysage culturel associatif présentant diverses vocations se chevauchant.

La description de cette image suit
Ottawa's Farm, par Helen Smith (1996)

L'une des associations a contribué au maintien de l'image de la Ferme comme un important centre de recherches agricoles. Ainsi, le Centre de recherches de l'Est sur les céréales et les oléagineux (CRECO) poursuit sur la Ferme un programme de recherche qui requiert l'utilisation de la majeure partie des champs (toile de fond de la Ferme) et d'un grand nombre des édifices et des parcelles situés dans la zone centrale. Dans son Plan directeur provisoire de 2000, AAC s'est engagé à appuyer ce programme de recherche sur la Ferme dans un avenir prévisible.

Cette vision de la Ferme présente l'aménagement des terrains et des édifices dans une perspective particulière, qui fait également ressortir les types de gestion à privilégier pour son évolution. De façon générale, on procède à l'aménagement se fait vers l'extérieur, à partir des laboratoires principaux, et prévoit des zones de protection autour des édifices et des terrains consacrés à la recherche, afin d'éviter la contamination par les visiteurs. Ce paysage, qui fait ressortir les qualités fonctionnelles des lieux, mais aussi sa continuité historique, attire toujours de nombreux visiteurs, quoique principalement des scientifiques et des chercheurs, et il pourrait très bien être défendu par le personnel du CRECO.

La description de cette image suit
Cent moissons, par Dr. T. Anstey (1986)

Une autre association naissante insiste essentiellement sur le contexte historique de la Ferme, d'où l'intérêt marqué pour l'aménagement d'origine et la préservation des éléments qui témoignent du concept architectural du XIXe siècle. Cette association suppose un intérêt à comprendre les valeurs patrimoniales des lieux et à les communiquer au public. Elle suppose également que toute modification proposée devra être évaluée en fonction des incidences qu'elle aura sur la valeur patrimoniale de la Ferme.

La description de cette image suit
Plaque de la CLMH de 1986 (2002)

La désignation par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada et l'élaboration d'un énoncé d'intégrité commémorative par les divers partenaires intéressés, sous la direction de Parcs Canada, corroborent cette vision, toute indiquée pour le personnel de Parcs Canada.

Biodiversity
Systematic Entomology
Crops
Molecular Genetics
Land and Agronomy

Activités du CRECO

Une autre association récente présente la Ferme comme un lieu d'interprétation de l'agriculture et de l'histoire de l'agriculture. À certains égards, cette vision révèle un intérêt plus grand du public pour la science, qui rappelle les débuts de la Ferme, de 1886 à 1936. Le nombre de visiteurs à la Ferme a augmenté sensiblement depuis le centenaire, et bon nombre d'entre eux y viennent pour être informés. Cette activité relève principalement du Musée de l'agriculture, exploité sous l'égide de la Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada.

La description de cette image suit
Musée de l'agriculture du Canada (2002)

Cette vision est liée en partie à la valeur historique de la Ferme et à sa valeur comme centre de recherches dynamique. Cependant, elle déborde également de ces deux entités et témoigne d'un intérêt pour l'histoire et la pratique de l'agriculture à travers le Canada. Sur le plan de la gestion, cette vision s'intéresse principalement à la manière dont le public se déplace sur les lieux et au moyen d'améliorer la gestion des flux de visiteurs, une vision qui cadre très bien avec le rôle du Musée de l'agriculture.

La description de cette image suit
Musée de l'agriculture du Canada (2002)

Une association connexe est celle visant à comprendre la Ferme comme endroit où des intérêts privés pourraient graduellement remplacer les intérêts publics, pour la conduite d'activités de recherche et de développement. Le Jardin écologique Fletcher offre un exemple de cette tendance, tout comme la participation des Amis de la Ferme expérimentale centrale au développement continu de l'Arboretum et de certains aspects des jardins d'ornement. Les récentes propositions de la Société du jardin botanique d'Ottawa s'inscrivent aussi dans cette tendance.

La description de cette image suit
Jardin écologique Fletcher (2002)

Ces initiatives ont tendance à vouloir satisfaire à la fois aux besoins de recherche et à une volonté d'interpréter les résultats de ces recherches et de les présenter au grand public. Dans certains cas, ces activités d'interprétation deviennent des moyens de recueillir les fonds nécessaires au financement de l'activité. Le développement des lieux est donc lié à l'évolution des besoins de la recherche et à la nécessité d'attirer les visiteurs et d'en gérer les déplacements, mission qui conviendrait aux responsables du Jardin écologique Fletcher et aux Amis de la Ferme expérimentale centrale.

La description de cette image suit
Arboretum (2002)

Une autre association importante, et de plus en plus populaire, est celle de la Ferme considérée comme un parc public; cette vision n'est pas sans rappeler les objectifs des plans d'origine de la Ferme, en particulier de la zone d'entrée, bien qu'on insiste aujourd'hui davantage sur les valeurs esthétiques que scientifiques. Cette vision de la Ferme se concentre sur l'Arboretum, les jardins d'ornement et les autres espaces ouverts qui sont intégrés à un réseau de parcs publics et de sentiers, à l'intérieur de la capitale nationale. Cette association rejoint une variété d'utilisateurs, notamment les marcheurs, les joggers, les cyclistes, les propriétaires de chiens, les pique-niqueurs, les mariés et leurs photographes, et même les chauffeurs du dimanche, qui tous apprécient le paysage pittoresque, les possibilités qu'offre la Ferme de pratiquer des loisirs passifs ou actifs, ainsi que le contraste entre ces lieux et les quartiers urbains voisins relativement développés. Cette vision du lieu comme un parc est également compatible avec les objectifs du Plan directeur du canal Rideau, qui encourage le public à utiliser les postes d'éclusage et les terrains adjacents comme lieux de détente et de loisirs passifs, et de la CCN, laquelle gère une partie des terrains riverains du canal et chercher à favoriser la présence du public sur toutes les propriétes dont elle a la responsabilité.

La description de cette image suit
Écluse Hartwell (2003)

Cette vision de la FEC est présentée dans un certain nombre de documents de planification pour la région, dont ceux préparés par la CCN et la Ville d'Ottawa. Ces documents intègrent la Ferme, et plus particulièrement ses composantes situées à l'est, dans des réseaux plus vastes qualifiés de diverses façons : Espaces verts urbains de la capitale, Promenades de la capitale, Sentiers de la capitale. Cette vision convient très bien au personnel de la CCN.

Enfin, une autre association est celle où la Ferme est vue comme le siège social de l'administration centrale d'AAC. Cette fonction est un ajout relativement récent au paysage de la Ferme, soit depuis les années 1960, et qui constitue une certaine anomalie dans le plan. Malgré tout, le siège a été aménagé, comme il se devait, dans la zone d'entrée où il pouvait former un pavillon relativement indépendant, dans une zone fortement empreinte de l'identité fédérale. Situé à l'origine près de l'avenue Carling, le siège a été déménagé vers la promenade Prince of Wales, et l'extérieur a été refait en maçonnerie plutôt qu'en verre et en acier, pour mieux faire ressortir son identité fédérale. L'édifice qui en a résulté cadre assez bien, malgré ses dimensions, dans le paysage pittoresque de la région. Le fait que cet édifice soit séparé des autres édifices situés à l'ouest et au sud est également approprié, car les fonctions de l'administration centrale ne sont pas liées directement à ces autres activités.

Cette association changera avec le déménagement de l'administration centrale, de son emplacement actuel vers le complexe Skyline adjacent, qui appartenait à Nortel.

En résumé, cette phase récente a été marquée par la juxtaposition de nombreuses associations différentes, dont bon nombre ont fait naître dans l'esprit de la population diverses notions quant au caractère et à la valeur de la Ferme.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :