Sélection de la langue

Recherche

Plan directeur du lieu historique national de la Ferme expérimentale centrale (5 de 20)

II.2 - Histoire récente

L'ère moderne de la Ferme débute en 1986, année de son centenaire. Cette année est marquée par l'érection d'une plaque commémorative de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, qui vise à souligner le rôle de la Ferme comme centre dirigeant d'un réseau de stations expérimentales, et qui a ravivé l'intérêt pour cette institution et créé de nouvelles attentes. De nouveaux groupes d'intérêt ont vu le jour, notamment les Amis de la Ferme expérimentale centrale, et on observe un intérêt plus grand pour l'histoire de ce lieu. Au même moment, AAC redéfinit son rôle sur la Ferme et procéde à une restructuration de son programme de recherche et des activités de l'administration centrale sur la Ferme.

La description de cette image suit
Dessin de la zone centrale de la FEC, par David Bouse (1997)

Cet intérêt plus grand pour l'histoire de la Ferme se manifeste dans la série de vues aériennes de la zone centrale, réalisées par David Bouse de Parcs Canada pour le compte d'AAC durant les années 1980; elles documentent l'évolution et la continuité du paysage de la Ferme et servent de base aux affiches et à la publicité marquant le Centenaire. L'année du Centenaire, Agriculture Canada publie le livre Cent moissons : Direction générale de la recherche, Agriculture Canada, 1886-1986. En 1996, le livre Ottawa's Farm, écrit par Helen Smith, examine le rapport entre la FEC et la Ville.

Désignation de la Ferme expérimentale centrale en tant que lieu historique national

En 1998, la désignation de la Ferme comme lieu historique national vient confirmer et renforcer la valeur historique et culturelle du site. Cette désignation, par la Commission des lieux et monuments historiques, est justifiée par les cinq caractéristiques suivantes de la Ferme :

La description de cette image suit
Champs du CRECO (2000)

Énoncé d'intégrité commémorative

À la suite de cette désignation, un énoncé d'intégrité commémorative (EIC) pour la Ferme expérimentale centrale a été préparé par un comité formé de membres d'AAC, de Parcs Canada, de la CCN, du Programme de conservation du patrimoine de TPSGC, du Musée national des sciences et de la technologie, de la Municipalité régionale d'Ottawa Carleton, du Conseil consultatif de la Ferme expérimentale centrale, des Amis de la Ferme expérimentale centrale et d'Héritage Ottawa. Cet énoncé expose les principales composantes patrimoniales de la Ferme et définit les critères devant servir à en évaluer l'intégrité continue. Il définit également les ressources culturelles des niveaux 1 et 2 de la Ferme, en précise la valeur et définit les objectifs à atteindre pour assurer la préservation de ces ressources. L'EIC jette les bases des initiatives de gestion et de planification, en définissant des indicateurs axés sur les valeurs historiques et les ressources culturelles d'importance nationale.

La description de cette image suit
Étable Fletcher

Musée de l'agriculture du Canada

Le premier musée national sur la Ferme est établi en 1983, lorsque le Musée national des sciences et de la technologie (MNST) - devenu aujourd'hui la Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada (SMSTC) - transforme l'étable des bovins laitiers en musée. À l'origine, le Musée présente deux expositions dans l'étable principale; il compte également une salle de réunion utilisée pour les conférences publiques et a pour mandat de dresser une collection d'instruments aratoires. En 1996, le Musée conclut une entente avec AAC en vue de la location de six bâtiments (cinq étables et une ancienne résidence) et de la prise en charge du troupeau d'exposition. En août 1996, un incendie ravage une des étables et la résidence. Une nouvelle étable est construite; le bail actuel porte sur six étables, un édifice administratif, ainsi que des aires clôturées à proximité des étables, des pâturages et une aire de stationnement. Le Musée de l'agriculture du Canada est donc établi sur la Ferme en 1983, dans l'étable principale des bovins laitiers. Le bâtiment a déjà subi quelques transformations en vue de l'aménagement d'une aire centrale contrôlée et le Musée commence à présenter des expositions et à offrir des services d'interprétation de l'histoire de l'agriculture au Canada. En 1995, les fonctions du Musée sont élargies à la suite du transfert des troupeaux d'exposition, d'AAC au Musée. Aujourd'hui, le Musée est surtout réputé pour ses activités spéciales, sa programmation à vocation familiale et ses expositions d'animaux vivants.

La description de cette image suit
Jardins d'ornement

Initiatives privées

Divers groupes sans but lucratif utilisent la Ferme pour y mener des activités de recherche, d'éducation et de loisirs. Cependant, les accords conclus à cette fin avec AAC, en vue de la location ou d'autres utilisations du terrain, n'ont souvent aucun caractère officiel, comme l'illustre très bien le Jardin écologique Fletcher. Ce projet à long terme, réalisé par l'Ottawa Field-Naturalists' Club avec l'appui des Amis de la Ferme expérimentale centrale et de la division d'Ottawa de l'organisme Landscape Ontario, vise à favoriser la restauration des habitats naturels en milieux urbains et ruraux et à recueillir des données sur l'histoire et la conservation des ressources naturelles. Ce jardin occupe une parcelle située à l'est de la promenade Prince of Wales et au sud de l'Arboretum.

La description de cette image suit
Étable principale des bovins laitiers (2004) [Source : Contentworks]

Au cours des dernières années, des propositions à caractère plus officiel ont été présentées par le secteur privé, en vue de la location ou de la cession de terrains, en partie en réponse aux questions soulevées quant à l'intérêt à long terme d'AAC. Ainsi, les terres agricoles situées à l'ouest du chemin Merivale ont été vendues et ont cédé la place à des complexes commerciaux et résidentiels privés. En 1999, on fonde la Société du jardin botanique d'Ottawa dans le but d'élaborer un vaste jardin botanique dans l'aire occupée par l'Arboretum et toutes les terres situées à l'est de la promenade Prince of Wales. Le document intitulé Jardin botanique d'Ottawa : Vision est présenté à AAC en juin 2000 et est suivi, en mai 2001, du document A Heritage Management Strategy. Le projet de jardin botanique éveille l'intérêt du public et alimente les débats au sujet des visions à long terme pour la Ferme. Le projet présenté continue d'évoluer au fil des discussions mais, à ce jour, AAC n'a pris aucune décision, que ce soit au sujet de ce projet particulier ou de l'avenir en général des parcelles situées dans la portion est.



Conseil consultatif de la Ferme expérimentale centrale

Un conseil consultatif de la Ferme expérimentale centrale (CCFEC) est mis sur pied en 1998, en réponse notamment à la présence de groupements d'intérêt plus complexes et pour permettre au public de participer plus activement à la gestion future de la Ferme. Le CCFEC est une tribune importante qui favorise la participation du public et qui formule des conseils et des recommandations pour aider AAC dans son rôle d'intendance de la Ferme. Le Conseil consultatif a pour rôles de surveiller la gestion, l'exploitation et l'entretien de la FEC; de donner des avis sur l'élaboration et la mise en œuvre de plans stratégiques; de prodiguer des conseils et formuler des recommandations sur les questions qui lui sont soumises par les gestionnaires d'AAC ou d'autres parties intéressées; de recommander des moyens d'accroître la satisfaction des clients et des intervenants et de fournir une aide à AAC dans ses communications courantes avec le public.

Permis de location et d'occupation, et protocoles d'entente

Depuis le milieu des années 1990, le nombre de contrats de location, de permis d'occupation et de protocoles d'entente ne cesse d'augmenter. En 1992, par exemple, l'Hôpital Civic d'Ottawa obtient l'autorisation d'aménager et d'utiliser une aire d'atterrissage pour hélicoptères attenant à l'avenue Carling. Divers bâtiments sont également loués à des organismes agricoles comme locaux à bureaux, entre autres le bâtiment 26 qui est loué au Conseil des 4-H du Canada en 1998, certaines sections du bâtiment 60 louées à la Commission de révision de la Loi sur les produits agricoles au Canada en 1998 et au Conseil de recherches agro-alimentaires du Canada en 2000; le bâtiment 54 occupé, en 2002, par le Centre canadien pour l'amélioration des porcs et l'Association canadienne des foires et expositions et le bâtiment 55 loué à la Commission canadienne du lait, en 2002. Pour leur part, les Amis de la Ferme expérimentale centrale obtiennent l'autorisation d'utiliser le bâtiment 72 de l'Arboretum afin d'y aménager des bureaux et des ateliers. Outre les avantages qu'elles procurent aux locataires, ces ententes contribuent largement à la préservation des édifices du patrimoine reconnus. Cependant, ce type de gestion n'est pas sans créer de problèmes, notamment quant à la manière d'intégrer chaque contrat de location dans un cadre d'aménagement du site plus global.

Les autres autorités fédérales responsables des installations adjacentes s'adaptent elles aussi à l'évolution des réalités de la Ferme. Ainsi, Ressources naturelles Canada, qui est responsable de l'Observatoire fédéral et du campus qui l'entoure, a réduit sa présence sur le site et loué l'Observatoire à des organismes de l'extérieur, entre autres à Héritage Canada, et le Ministère aimerait aujourd'hui donner au campus une vocation plus publique et davantage axée sur l'éducation. Parcs Canada et la Commission de la capitale nationale ont aménagé leurs propres parcelles en bordure du lac Dow et intégré le paysage de la Ferme expérimentale centrale aux festivités du Bal de Neige et autres activités récréatives, et chacun a défini ses propres priorités en matière de politiques et de planification. Pour sa part, le ministère de la Défense nationale maintient une présence dans la portion nord est de la FEC depuis la Deuxième Guerre mondiale, et le Navire canadien de Sa Majesté Carleton sert aujourd'hui d'unité de la Réserve navale dans l'édifice adjacent au lac Dow. Cette propriété est le dernier vestige de la réserve de l'artillerie britannique datant du milieu des années 1800.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :