La gestion des sols par le pâturage

Les parcours naturels se distinguent par une végétation dominée par des herbes et des arbustes et qui est gérée comme un écosystème naturel.

Les parcours des Prairies viennent appuyer l'agriculture en permettant le pâturage du bétail. Ces prairies offrent également un habitat pour la faune et la flore indigène et apportent un vaste éventail d'avantages économiques, dont des activités de loisir liées à la chasse et à l'écotourisme, tout en fournissant du matériel génétique pour la recherche biologique et le développement de nutraceutiques.

Pour documenter et surveiller l'utilisation des ressources dans les pâturages, on recueille des données sur l'état et l'évolution des parcours, la composition taxinomique et l'éventail des ressources des parcours. Cette information est utilisée en association avec des données sur l'amélioration des pâturages, l'utilisation historique du bétail, les types de sol et les conditions d'humidité qui y sont associées, pour calculer la capacité de charge de chaque pâturage. On modifie chaque année les taux de chargement en fonction de l'état des pâturages locaux. Pendant les périodes de sécheresse, on réduit les taux de chargement de façon que les peuplements d'herbes indigènes ne souffrent pas de surpâturage.

La plupart des parcours naturels de la région des Prairies ont été cultivés ou réensemencés en plantes fourragères cultivées, mais ces terres ne montrent pas toutes une hausse de productivité à long terme. On estime en effet que plus de la moitié des parcours des Prairies sont en mauvais état. Les gestionnaires de parcours visent donc à remettre les parcours en bon état. Les avantages d'une gestion améliorée des parcours sont la conservation de la biodiversité, la réduction de la dégradation des sols et la possibilité d'une séquestration accrue du carbone. Les recherches démontrent que le fait d'améliorer d'une classe l'état d'un parcours naturel peut accroître sa capacité de charge de bétail dans une proportion pouvant atteindre 25 p. 100.

La gestion des pâturages varie selon les régions; elle dépend des pratiques traditionnelles, de la végétation, des sols et du climat. La gestion évolue aussi au fil du temps grâce aux nouvelles connaissances, aux pratiques, aux programmes de mesures incitatives et aux nouvelles technologies adoptées par les producteurs.

En même temps que le Recensement du Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada et Statistique Canada mènent une enquête afin de mesurer les nouvelles tendances dans les pratiques agricoles.

Gestion des pâturages naturels

Les pâturages ou parcours naturels représentent un élément essentiel de l'élevage des bovins au Canada. Ces terres sont destinées surtout au pâturage, principalement des bovins. Les parcours jouent aussi un rôle important sur le plan écologique dans le paysage. Leur importance en tant qu'habitat de la faune, surtout d'espèces en péril, est bien connue. Les parcours servent aussi à réguler l'écoulement et la qualité des eaux, à séquestrer le carbone, à protéger les sols fragiles contre l'érosion. Ils constituent par ailleurs un bassin important de génomes naturels. Pour bénéficier de tous ces avantages, il est essentiel de maintenir cette ressource en bon état.

Gestion des parcours ensemencés

Qu'ils soient gérés en vue du pâturage à long terme ou en rotation avec des cultures annuelles, les parcours ensemencés forment un élément important du secteur du pâturage. En plus de fournir les fourrages pour le bétail, les parcours ensemencés sont importants par leurs nombreuses fonctions écologiques dans le paysage : habitat pour la faune, régulation de l'écoulement et de la qualité des eaux, séquestration du carbone et protection des sols fragiles contre l'érosion. Pour bénéficier de tous ces avantages, il est essentiel de maintenir cette ressource en bon état.

Date de modification :