Tenthrède à tête jaune de l'épinette

Pikonema alaskensis (Rohwer)

Hôtes

La description de cette image suit
Colonie de larves matures de tenthrède à tête jaune de l'épinette sur un rameau d'épinette blanche.
Photo : Thérèse Arcand, Ressources naturelles Canada

La description de cette image suit
Larves de tenthrède à tête jaune de l'épinette et dommages infligés aux branches.
Photo : Jess Hahn, University of Minnesota, Natural Resources, bugwood.org

Épinette blanche et épinette du Colorado

Aspect et cycle de vie

La tenthrède à tête jaune de l'épinette adulte émerge au printemps juste au moment où les bourgeons des épinettes commencent à gonfler. La femelle dépose ses oeufs individuellement dans la base des nouvelles aiguilles. La larve éclôt dans les deux semaines suivantes et commence à se nourrir des aiguilles succulentes. Au début ou au milieu du mois de juillet, la larve a fini de croître et mesure environ 20 millimètres (mm). La larve mature a une tête orange brunâtre et un corps vert strié de six bandes vert grisâtre. À maturité, la larve se laisse glisser sur le sol et tisse dans la terre un cocon où elle passera l'hiver. La tenthrède à tête jaune complète un cycle biologique par année.

Dommages

La larve de la tenthrède à tête jaune de l'épinette se nourrit d'abord des nouvelles aiguilles, laissant seulement des chicots d'aiguilles brunâtres. Après avoir dévoré les nouvelles aiguilles, la larve se déplace sur la branche et mange les vieilles aiguilles. En juillet, un arbre infesté a une apparence déchiquetée et une couleur brun jaunâtre, surtout près de la cime. Un arbre fortement infesté peut être complètement défolié. Après trois ou quatre années consécutives d'attaques modérées à sévères, l'arbre peut mourir. Comme la tenthrède à tête jaune de l'épinette préfère les arbres jeunes en situation de croissance libre, elle cause des dommages considérables aux épinettes utilisées dans les plantations et les brise-vent dans les Prairies.

Lutte

L'infestation de quelques arbres de petite taille peut être contrôlée en enlevant les larves à la main et en les détruisant dès qu'on en décèle la présence. Dans les brise-vent ou sur les arbres de grande taille, on peut avoir recours à la répression chimique en utilisant l'un des insecticides suivants : acéphate, carbaryl, diazinon, diméthoate, malathion ou perméthrine. Les insecticides devraient être appliqués dès que l'on décèle des dommages.

Date de modification :