Rouille

Gymnosporangium espèces (spp.)

Hôtes

Aubépine, amélanchier et autres plantes de la famille des Rosacées

Dispersion et cycle de vie de la maladie

La description de cette image suit
Feuille d'aubépine touchée par la rouille à Gymnosporangium.
Source : Iowa State University Plant and Insect Diagnostic Clinic.

La rouille qui s'attaque à l'aubépine, à l'amélanchier et à d'autres plantes de la famille des Rosacées partout en Amérique du Nord est causée par quelques champignons du genre Gymnosporangium. L'infection touche le plus souvent les fruits, mais les rameaux, les bourgeons et parfois les feuilles peuvent aussi être infectés. L'agent a besoin d'un hôte de la famille des Rosacées et d'un hôte du genre Juniperus pour réaliser toutes les étapes de son cycle vital.

Les spores sont produites au printemps sur les hôtes du genre Juniperus infectés, puis sont dispersées par le vent jusqu'aux rosacées sensibles situées à proximité. Quelques semaines après l'infection initiale, le champignon passe par un stade de sporulation; il forme alors sur la surface du fruit de longs tubes blancs bien visibles, qui finissent par se fendre et libérer des spores rougeâtres, dispersées par le vent jusqu'aux hôtes du genre Juniperus. Les chancres présents sur ces derniers peuvent continuer à produire des spores durant plusieurs années, à mesure que le champignon s'étend.

Signes et symptômes

La description de cette image suit
Fruit d'amélanchier touché par la rouille.
Source : Bob Ross, Oregon State University Extension.

Les feuilles infectées présentent souvent de petites mouchetures ou de petites plages de tissus nécrosés. Les fruits infectés peuvent tomber prématurément ou devenir déformés et présenter des lésions enfoncées et des nécroses profondes. Au cours d'un des stades de sporulation, de longs tubes blancs bien visibles apparaissent sur les fruits et finissent par libérer des spores rougeâtres. Chez l'hôte intermédiaire (Juniperus), l'infection cause l'apparition sur les tiges de chancres fusiformes gonflés, d'où suinte une masse gélatineuse rouge à orange (qui produit des spores) pendant les périodes pluvieuses du printemps.

Lutte

Dans la mesure du possible, il faut éviter de planter les aubépines et les amélanchiers près du genévrier commun (Juniperus communis), du genévrier horizontal (Juniperus horizontalis) et du genévrier des Rocheuses (Juniperus scopulorum), qui sont des hôtes intermédiaires de la maladie. Les fongicides à base de chlorthalonil ou de myclobutanil permettent de lutter en partie contre la maladie; ils doivent être appliqués avant la floraison, tous les 14 jours à partir de l'apparition de la maladie, conformément aux instructions de l'étiquette.

Date de modification :