Rouille des feuilles

Melampsora medusae

Hôtes

Peuplier et saule

Dispersion et cycle de vie de la maladie

La description de cette image suit
Feuille de peuplier infectée par la rouille à Melampsora.
Source : Centre du développement de l'agroforesterie.

La rouille des feuilles est causée par un champignon pathogène qui a besoin de deux hôtes pour réaliser toutes les étapes de son cycle (le peuplier et le saule étant les hôtes primaires, le mélèze et quelques autres conifères étant les hôtes intermédiaires). Au printemps, des structures ayant passé l'hiver sur les feuilles de peuplier ou de saule tombées produisent des basidiospores, qui infectent les mélèzes ou autres conifères hôtes situés à proximité. Plus tard dans la saison, des spores d'un autre type (écidiospores) sont produites sur les conifères et peuvent retourner infecter les peupliers et les saules. Enfin, des spores d'un troisième type (urédospores) sont produites sur les peupliers et les saules nouvellement infectés, puis peuvent infecter d'autres saules ou peupliers. En automne, le champignon produit des structures à l'intérieur desquelles il passera l'hiver, sur les feuilles des peupliers et des saules infectés. Il pourra ainsi recommencer son cycle vital au printemps suivant. L'infection cause la chute prématurée des feuilles et peut entraîner une perte de vigueur et ainsi un dépérissement chez certains arbres.

Signes et symptômes

La description de cette image suit
Peuplier hybride touché par la rouille des feuilles.
Source : Centre du développement de l'agroforesterie.

La surface des feuilles de peuplier ou de saule infectées se couvre de masses de spores jaune-orange bien visibles (urédospores). L'infection peut causer la chute prématurée des feuilles à la fin de l'été, ce qui entraîne une perte de vigueur. Les infections répétées peuvent finir par causer le dépérissement des arbres sensibles. L'infection n'a pas d'impact considérable sur l'hôte intermédiaire (mélèze ou autre conifère), qui ne présente donc pas de symptômes apparents.

Lutte

Éliminer les feuilles tombées, pour réduire l'inoculum. Planter des sélections résistantes ou un mélange de sélections présentant des degrés de résistance divers à différentes souches du champignon.

Date de modification :