Rouge à lophodermium

Lophodermium spp.

Hôtes

Épinette et pin

Dispersion et cycle de vie de la maladie

La description de cette image suit
Pin sylvestre atteint de rouge à Lophodermium.
Source : Ressources naturelles Canada, Service canadien des forêts.

Les champignons du genre Lophodermium peuvent causer la chute d'une grande partie des aiguilles des épinettes et des pins. Chez les jeunes arbres, l'infection peut entraîner un rabougrissement et, dans les cas graves, la mort. Chez les arbres matures, l'infection n'est généralement pas mortelle, mais les branches peuvent finir par être dégarnies. On trouve deux principales espèces de Lophodermium dans l'ouest du Canada : le L. piceae, qui s'attaque à l'épinette, et le L. pinastri, qui s'attaque au pin. Le champignon infecte les aiguilles de l'année à la fin de l'été, et les symptômes n'apparaissent qu'au printemps suivant. À la fin de l'été ou en automne, par temps humide, les spores sont libérées depuis les aiguilles infectées, puis propagées par le vent ou la pluie jusqu'aux aiguilles de l'année.

Signes et symptômes

Des taches jaunes ou brun rougeâtre à contour rouge apparaissent à la fin de l'hiver ou au printemps sur les aiguilles infectées, qui finissent par devenir entièrement jaunes, puis brun rougeâtre. Les aiguilles gravement infectées ont un aspect brûlé. Chez les jeunes arbres, l'infection touche généralement l'ensemble du houppier, tandis que chez les arbres matures les symptômes commencent par apparaître sur les branches inférieures.

Lutte

La description de cette image suit
Aiguilles de pin sylvestre présentant les symptômes du rouge à Lophodermium.
Source : Andrej Kunca, Centre national des forêts de Slovaquie, Bugwood.org.

Il n'y a aucune méthode de lutte culturale efficace connue contre cette maladie. Les fongicides à base d'oxychlorure de cuivre ou de chlorthalonil sont homologués contre la maladie pour l'épinette, tandis que ceux à base de chlorthalonil ou de mancozèbe sont homologués pour le pin. Ils doivent être appliqués conformément aux instructions de l'étiquette, à intervalles de 3 à 4 semaines à partir du début août (avant que le champignon infecte les aiguilles), jusqu'à ce que les conditions ne soient plus propices au développement de la maladie.

Date de modification :