Puceron vagabond du peuplier

Mordwilkoja vagabunda

Hôtes

Peuplier faux-tremble et autres peupliers

La description de cette image suit
Galles séchées sur des rameaux.
Source : Whitney Cranshaw, Coloraado State University, Bugwood.org.

Aspect et cycle de vie

La grosseur (0,5 à 4 mm de longueur) et la couleur du puceron vagabond du peuplier varient parmi les cinq générations connues. En mai, sur les peupliers, les œufs donnent des femelles parthénogénétiques (capables de se reproduire sans avoir été fécondées) sans ailes. Les larves commencent à se nourrir sur les bourgeons en formation, causant l'apparition de galles. À la mi-juin, la première génération de femelles sans ailes a atteint la maturité et donne naissance à une génération de femelles parthénogénétiques ailées. Ces femelles migrent vers un hôte secondaire inconnu et donnent naissance à une génération de femelles parthénogénétiques sans ailes. Celles-ci donnent naissance à une génération de femelles parthénogénétiques ailées qui migrent vers les peupliers, de la mi-septembre à la mi-octobre. Les femelles ailées retrouvent les galles des générations précédentes et s'y regroupent pour donner naissance à des mâles et des femelles se reproduisant par voie sexuée. Après l'accouplement, les femelles pondent des œufs dans les vieilles galles, achevant ainsi le cycle vital. En raison du cycle vital unique de ce puceron, certains arbres sont infestés chaque année, alors que d'autres arbres situés à proximité ne le sont jamais.

Dommages

La description de cette image suit
Galles encore vertes sur un peuplier.
Source : Minnesota Department of Natural Resources Archive, Minnesota Department of Natural Resources, Bugwood.org.

L'alimentation des pucerons sur les bourgeons terminaux cause l'apparition de galles vésiculeuses tordues. Ces galles creuses se rencontrent seules ou en groupes de 3 à 5 et mesurent jusqu'à 12,5 cm de diamètre. Elles sont vertes au début, puis deviennent ligneuses et noires au milieu de l'été et demeurent sur les arbres pendant l'hiver, formant des excroissances peu esthétiques. Elles sont généralement présentes uniquement sur les branches du tiers supérieur de l'arbre, qui sont presque impossibles à couper.

Lutte

Les galles n'endommagent pas gravement les arbres; il n'est donc pas nécessaire de mettre en œuvre des mesures de lutte. Si les galles sont accessibles, elles doivent être retirées de l'arbre et détruites à la fin de l'automne ou au début du printemps.

Date de modification :