Puceron de l'épinette de Sitka

Adelges cooleyi

Hôtes

Épinette blanche, douglas taxifolié et épinette du Colorado

Aspect et cycle de vie

La description de cette image suit
Galle formée sur un rameau d'épinette par un puceron de l'épinette de Sitka.
Photo : insectsofalberta.com

La description de cette image suit

Galle fraîchement formée (en haut) sur un rameau d'épinette par un puceron de l'épinette de Sitka. La vieille galle (en bas) est brune et desséchée.
Photo : Ministère des Forêts et du Territoire de la Colombie-Britannique, Direction des pratiques forestières

De la famille des Adelgidae, le puceron de l'épinette de Sitka a un cycle biologique très complexe dont tous les aspects ne sont pas encore pleinement compris. Les Adelgidae constituent un petit groupe d'insectes étroitement liés aux pucerons. Six différentes formes se succèdent tout au long du cycle biologique d'une durée de deux ans, qui se déroule sur deux hôtes : l'épinette et le Douglas taxifolié. Au Manitoba et en Saskatchewan, où le Douglas taxifolié ne pousse pas à l'état naturel, le puceron passe tout son cycle biologique sur l'épinette. Seule la première forme provoque la formation de galles. Les autres formes se nourrissent d'aiguilles à découvert. Une autre forme de puceron de l'épinette de Sitka recouvre ses œufs d'une substance cotonneuse protectrice. Lors d'infestations massives, ce qui apparaît comme de petits points blancs au printemps peut vite pulluler et recouvrir des arbres entiers à la fin de l'été.

Dommages

Les dégâts se manifestent à la fin mai, sous forme de galles coniques qui apparaissent sur les nouvelles pousses. Les galles peuvent mesurer de 25 à 75 millimètres (mm) de longueur et de 12 à 18 mm de diamètre. D'abord verte, leur couleur change au rouge violacé. Les vieilles galles, qui se dessèchent et prennent une teinte brunâtre, peuvent demeurer plusieurs années sur les branches. Lors d'infestations graves, les galles, qui causent la mort des bourgeons, provoquent des déformations importantes des jeunes épinettes, tandis qu'elles entraînent plutôt une diminution de la croissance et de la vigueur des sujets établis. Il est rare, toutefois, que des arbres en meurent.

Lutte

Une méthode de répression consiste à enlever les galles et à les brûler, ce qui contribue à améliorer l'apparence des arbres et à réduire les populations de pucerons. On peut aussi faire des applications de carbaryl ou de malathion tôt au printemps, au moment de l'éclosion des bourgeons.

Date de modification :