Pourridié, pourriture du collet et brûlure des pousses

Phytophthora citricola et Phytophthora cactorum

Hôtes

Sureau rouge (pourridié), lilas (pourridié et brûlure des pousses), cornouiller (pourriture du collet)

Dispersion et cycle de vie de la maladie

La description de cette image suit
Nécrose des racines et du collet
causée par une infection phytophthoréenne.
Source : Andrej Kunca, Centre national des forêts de Slovaquie, Bugwood.org

Plusieurs champignons du genre Phytophthora peuvent causer le pourridié ou la pourriture du collet chez le sureau et le cornouiller ainsi que le pourridié ou la brûlure des pousses chez le lilas. Dans tous les cas, le champignon passe l'hiver dans les plantes infectées, sur des débris végétaux ou dans le sol entourant les plantes infectées. Les sols mal drainés ou trop humides peuvent favoriser l'infection, car le champignon peut se déplacer dans le sol jusqu'aux racines sensibles ou être propagé par les gouttes de pluie qui se brisent sur le sol. Comme les feuilles et les tissus sains doivent être mouillés pour que l'infection survienne, il arrive souvent que la fréquence de la maladie augmente après une période pluvieuse faisant en sorte que les tissus restent longtemps mouillés.

Signes et symptômes

Dans la plupart des cas, chez les plantes ornementales sensibles, le champignon infecte les racines ou la base du tronc, puis l'infection provoque un dépérissement ou un flétrissement des pousses, un rabougrissement de la plante, l'apparition de feuilles chlorosées et de taille réduite, une coloration automnale précoce, la mort de branches et finalement la mort de la plante. L'écorce interne et le bois de la base du tronc peuvent présenter une altération de leur couleur, ou encore une nécrose prenant la forme de stries brun cannelle ou brun foncé, souvent avec une frontière distincte entre les tissus sains et les tissus infectés. Le champignon peut aussi infecter les tissus des pousses, ce qui provoque la brûlure des pousses et l'apparition de chancres sur le tronc et les branches. Comme d'autres pathogènes des racines peuvent provoquer des symptômes semblables, il faut généralement une analyse en laboratoire pour confirmer que l'infection est due à un champignon du genre Phytophthora.

Lutte

Chez les sureaux et les lilas, on peut réduire la fréquence du pourridié en utilisant des plants exempts de maladie et en les plantant dans un sol propre où aucun sureau ou lilas n'a été cultivé précédemment. Chez les cornouillers, on peut réduire la fréquence de la pourriture du collet et des chancres phytophthtoréens en ne plantant pas dans un sol que l'on sait contaminé, en évitant d'endommager le collet et en éliminant le moindre chancre dès qu'il est détecté. On peut aussi réduire la fréquence de la maladie en rectifiant le drainage des zones trop humides. Il n'existe aucune méthode chimique de lutte contre le pourridié, la pourriture du collet et la brûlure des pousses causés par les champignons du genre Phytophthora.

Date de modification :