Maladie hollandaise de l'orme

Ophiostoma (Ceratocystis) ulmi et Ophiostoma nova-ulmi

Hôtes

Orme d'Amérique, orme de Sibérie

Dispersion et cycle vital

Deux champignons semblables sont responsables de cette maladie qui provoque un flétrissement vasculaire chez diverses espèces de la famille de l'orme. La maladie a été découverte en Amérique du Nord en 1930. Par la suite, elle a pris une grande expansion et a détruit de nombreux peuplements d'ormes urbains, ruraux ou indigènes. L'orme de Sibérie possède une certaine tolérance à la maladie, mais il peut être infecté, particulièrement s'il est affaibli par d'autres organismes nuisibles ou par des stress d'origine environnementale.

La maladie hollandaise de l'orme est principalement transmise par un insecte, le scolyte de l'orme, mais elle peut également être propagée par les travaux d'émondage. Le scolyte se reproduit dans les arbres affaiblis ou venant de mourir. Les jeunes adultes émergeant de ces arbres, en s'envolant vers de nouveaux sites d'alimentation ou de reproduction, peuvent transporter des spores du champignon jusqu'à d'autres arbres. Une fois à destination, les spores infectent des tissus sains du nouvel hôte, puis se propagent à l'intérieur de l'arbre par le système vasculaire. À mesure que la maladie progresse, elle bloque l'approvisionnement en eau des branches, puis de l'arbre entier, ce qui finit par entraîner la mort de l'arbre.

Signes et symptômes

La description de cette image suit
Dépérissement des branches causé par la maladie hollandaise de l'orme dans une haie d'ormes servant de brise-vent.
Source : Centre du développement de l'agroforesterie

Le premier symptôme de la maladie hollandaise de l'orme est un jaunissement soudain du feuillage, lié au blocage des tissus conducteurs servant au transport de l'eau dans la branche. La branche finit par flétrir, et les feuilles finissent par brunir. À mesure que la maladie progresse, les symptômes se propagent aux branches adjacentes, puis à l'arbre entier. L'arbre meurt généralement au bout de quelques années, mais la mort peut survenir en une seule saison si l'arbre est très sensible ou déjà affaibli. Dans toutes les parties de la branche infectée, le bois présente des stries brunes.

Lutte

Comme d'autres types de flétrissements peuvent produire des symptômes semblables, il faut une analyse en laboratoire pour obtenir un diagnostic sûr de la maladie. Dès qu'on soupçonne qu'un arbre est infecté, il est bon de consulter l'association provinciale de lutte contre la maladie hollandaise de l'orme. Dans la mesure du possible, il faut aider les ormes à conserver leur santé en leur fournissant suffisamment d'eau durant les périodes de sécheresse. Dans les brise-vent, il peut être nécessaire d'émonder les arbres et d'abattre ceux qui sont morts ou en train de mourir, afin de réduire l'habitat du scolyte de l'orme. Éviter d'entreposer, de transporter ou d'utiliser des plants, du bois ou des copeaux d'orme. Brûler ou enfouir immédiatement le bois des ormes abattus. Se rappeler qu'il est interdit d'émonder les ormes, y compris d'enlever les branches mortes ou malades, durant les périodes d'activité maximale du scolyte; l'émondage est ainsi interdit du 1er avril au 30 septembre en Alberta et en Saskatchewan et du 1er avril au 31 juillet au Manitoba. Cependant, durant toute l'année, il est permis d'abattre les arbres dont l'infection a été confirmée. L'injection d'un fongicide protecteur peut se justifier dans le cas d'un arbre de grande valeur, mais ce procédé est généralement inapplicable ou inefficace pour les ormes des brise-vent.

Date de modification :