Feu bactérien

Erwinia amylovora

Hôtes

Pommetier, aubépine, cerisier de Virginie et autres membres de la famille des Rosacées (cotonéaster, sorbier, framboisier)

La description de cette image suit
Pommier atteint de feu bactérien.
Source : ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario.


Dispersion et cycle de vie de la maladie

Le feu bactérien est causé par la bactérie Erwinia amylovora, qui infecte l'hôte en y pénétrant par les fleurs, les feuilles ou des blessures dans les tiges ou le tronc. La bactérie hiverne à l'intérieur de chancres des tiges ou du tronc. Le printemps ou l'été suivant, elle est dispersée par la pluie, la brume soufflée par le vent, les insectes pollinisateurs, suceurs, mâcheurs et perceurs ainsi que les outils d'émondage non stérilisés. Le temps chaud (24 à 28 ºC) et humide favorise l'infection et le développement de la maladie. Le feu bactérien peut devenir un problème très grave après une tempête de grêle, en raison de la fréquence élevée de blessures et des conditions généralement humides qui y sont associées.

Signes et symptômes

Les fleurs infectées flétrissent et deviennent brunes. En général, les feuilles et le sommet des branches infectées flétrissent et deviennent noirs, comme s'ils avaient brûlé. Sur les tissus ligneux matures infectés, on peut voir apparaître des zones enfoncées à couleur altérée, des fissures et des endroits où l'écorce se fend ou s'écaille. Généralement, un suintement aqueux finit par apparaître sur les tissus infectés.

La description de cette image suit
Tronc avec écorce retirée, laissant voir l'étendue de l'infection à Erwinia amylovora.
Source : Michelle Grabowski, University of Minnesota Extension.

Lutte

Il faut rabattre les branches présentant des chancres, à mesure qu'ils apparaissent au cours de la saison de végétation, et celles présentant des chancres hivernants, durant la saison de dormance. La coupe doit être réalisée à au moins 25 centimètres (cm) de tout chancre, et les outils doivent être désinfectés après chaque coupe, avec de l'eau de javel, du Lysol ou du Pine-Sol, purs ou dilués dans cinq parties d'eau. Dans les cas d'infection grave, il peut être nécessaire de réaliser des émondages fréquents ou d'appliquer des produits chimiques. Lorsque le risque de dispersion de la maladie est le plus élevé (par temps chaud et humide, au printemps ou au début de l'été), on peut appliquer du cuivre insoluble, de l'oxychlorure de cuivre ou du sulfate de streptomycine, conformément aux instructions de l'étiquette. Il peut aussi être utile de combattre les insectes suceurs qui peuvent disperser la bactérie, particulièrement les pucerons et les punaises. Il est possible que ces mesures ne soient pas efficaces isolément et qu'elles doivent être combinées pour donner de bons résultats.

Date de modification :