Lutte contre les mauvaises herbes dans la plantation agroforestière

Un entretien est nécessaire pour que la plantation agroforestière survive et ait une croissance optimale. Il est notamment important de combattre les plantes concurrentes qui poussent autour des arbres et arbustes. Toute plante qui pourrait accaparer l'humidité ou les éléments nutritifs des arbres et arbustes est indésirable et considérée comme une mauvaise herbe, qu'il s'agisse de graminées, de plantes herbacées à feuilles larges, de plantes cultivées ou de mauvaises herbes nuisibles.

Une illustration en deux volets montrant d’un côté, un champ d'arbres rabougris où il n'y a eu aucune lutte contre les mauvaises herbes et de l'autre, un champ de grands arbres jeunes et sains où il y a eu une bonne lutte contre les mauvaises herbes.
Sans désherbage et Avec un bon désherbage

Il faut combattre les mauvaises herbes pendant toute la durée de vie de la plantation agroforestière. Cette lutte peut exiger des mesures chimiques ou mécaniques jusqu'à ce que les arbres ou arbustes soient assez grands pour faire de l'ombre aux mauvaises herbes. Il est particulièrement important de combattre les mauvaises herbes pendant les 3 premières années après la mise en terre. La végétation concurrente réduit les quantités d'eau, d'éléments nutritifs, de lumière et d'espace disponibles pour les arbres et arbustes, ce qui limite leur croissance et retarde l'exploitation de la plantation.

Préparation du terrain

Deux rangées de jeunes arbres entourées de gazon tondu et sans grandes mauvaises herbes.
Il est essentiel de lutter contre les mauvaises herbes dans votre plantation agroforestière pour assurer la survie et l’établissement de vos arbres.

Une bonne préparation du terrain est essentielle à l'établissement de la plantation agroforestière. Il est beaucoup plus difficile de lutter contre les graminées et les mauvaises herbes vivaces une fois que les arbres et les arbustes ont été plantés. En éliminant les mauvaises herbes vivaces avant la plantation, on peut utiliser un plus large éventail de moyens de lutte, qu'il s'agisse d'herbicides ou de techniques culturales.

Tracer les rangs et commencer à préparer le terrain un an avant la plantation. Éliminer toutes les graminées, les plantes fourragères et les mauvaises herbes, à l'aide d'herbicides ou par des moyens mécaniques.

Une ou deux semaines avant le travail du sol, appliquer du glyphosate sur le terrain pour tuer le système racinaire des mauvaises herbes et ainsi faciliter l'émiettement des mottes et le travail du sol. Le glyphosate est plus efficace s'il est appliqué à l'automne, car il est alors facilement absorbé par les racines des mauvaises herbes. Si le terrain est préparé au printemps, il faudra peut-être une dose plus élevée de glyphosate pour détruire efficacement les mauvaises herbes vivaces.

Si on compte installer un paillis plastique, il faut préparer une bande de plantation de 2,5  mètres (m) de large; sinon, il n'est pas nécessaire que la bande de plantation mesure plus de 1,2 m. L'année précédant la plantation, il faut travailler le sol de chaque bande au moyen d'une herse à disques jusqu'à une profondeur de 15 à 20 centimètre (cm). Au cours de la préparation du terrain, il est recommandé de laisser le moins possible de résidus de culture à la surface du sol. Il ne doit pas y avoir de mottes de terre, et toutes les mauvaises herbes et les grosses pierres doivent avoit été enlevées. Ces précautions faciliteront grandement la plantation des arbres et 'installation du paillis.

Méthodes non chimiques de lutte contre les mauvaises herbes

Après la plantation, on peut lutter contre les mauvaises herbes poussant à l'intérieur des rangs en se servant de paillis, de faucheuses spécialement conçues ou de cultivateurs, ou en binant à la main.

Désherbage mécanique

Le travail du sol constitue une méthode très efficace juste après une poussée de mauvaises herbes, lorsque celles-ci sont encore petites et ne dépassent pas 5,0 à 7,5 cm de hauteur. Il faut passer les instruments aratoires lentement, surtout à proximité des arbres et arbustes en train de s'établir.

Une vitesse excessive du tracteur ou de l'instrument peut perturber et endommager les semis.

Lutte contre les mauvaises herbes dans les rangs d'arbres

Un agriculteur utilise une binette pour arracher les mauvaises herbes entre les semis d’arbres.
Binage à la main contre les mauvaises herbes

Il est plus difficile de lutter contre les mauvaises herbes dans les rangs qu'entre les rangs, et il peut être nécessaire d'avoir recours à de l'équipement spécialisé, à un paillis, à des herbicides ou à une combinaison de ces méthodes pour obtenir des résultats optimaux.

Les instruments couramment utilisés pour le travail du sol dans les rangs sont la binette, la pelle, le taille-bordure et les divers rotoculteurs spécialisés (comme le Weed BadgerMD).

Lutte contre les mauvaises herbes entre les rangs d'arbres

Il est aussi important de combattre les mauvaises herbes entre les rangs que dans les rangs, car la croissance de mauvaises herbes entre les rangs peut grandement nuire à la croissance des arbres. Une solution consiste à semer entre les rangs une graminée à gazon non concurrente, comme la fétuque ovine; il suffira alors de 2 fauchages par année, pour faciliter l'entretien du site.

Rangées de jeunes plants d’arbres recouvertes de paillis.
Travail du sol entre les rangs d'arbres plantés sous paillis plastique

En l'absence de graminée à gazon, une autre solution consiste à travailler le sol régulièrement entre les rangs pour tuer les mauvaises herbes. À l'intérieur des rangs, le travail du sol doit demeurer superficiel – pas plus de 5 cm de profondeur – pour ne pas blesser les racines des arbres.

Pour travailler le sol entre les rangs, on peut employer une herse à disques, un cultivateur ou un rotoculteur. Si les rangs sont recouverts d'un paillis plastique, il ne faut pas travailler le sol à moins de 15 cm du bord du paillis, pour éviter que le plastique enfoui se prenne dans l'équipement et se déchire.

Paillis plastique

Le paillis plastique est un moyen de lutte très efficace contre les mauvaises herbes poussant à l'intérieur des rangs. Il faut employer comme paillis une feuille de plastique non perforée, contenant un inhibiteur de rayons UV, et il faut l'installer au moyen d'un applicateur spécial. Correctement installé, le paillis empêchera la croissance de mauvaises herbes dans les rangs pendant de nombreuses années.

Le paillis est une solution de rechange très efficace aux herbicides et à la lutte mécanique. C'est une dépense ponctuelle qui se révèle très rentable à long terme.

La présence d'une superficie recouverte de plastique dans les rangs permet aux arbres de maximiser leur potentiel de croissance et d'avoir une longueur d'avance parce que les mauvaises herbes qui leur feraient concurrence sont éliminées. De plus, le sol perd ainsi beaucoup moins d'humidité par évaporation. Sous le paillis plastique, le sol se réchauffe plus vite et reste chaud plus longtemps pendant la saison de végétation, ce qui favorise et stimule la croissance des arbres et le développement de leurs racines.

Un jeune plant d’arbre sain entouré de paillis plastique.
Frêne vert planté sous paillis plastique

La croissance des arbres cultivés avec paillis plastique peut être de 25 % supérieure à celle des arbres sans paillis.

L'écoulement latéral de l'eau à partir du sol avoisinant fournit au sol couvert de plastique suffisamment d'humidité pour la croissance des arbres, si les précipitations sont normales. Toutes les espèces d'arbres peuvent nécessiter un arrosage en cas de sécheresse prolongée, qu'un paillis soit utilisé ou non.

Bien que le plastique soit assez résistant, il faut l'inspecter à intervalles réguliers pendant la saison de végétation pour vérifier s'il n'est pas percé et si les bords sont bien fixés. Pour réparer les grandes déchirures ou les trous importants, on peut d'abord employer des agrafes spéciales servant à refermer le trou, puis stabiliser le paillis à l'aide de pierres et recouvrir le tout de terre. Il faut que les trous aménagés à la base des arbres soient assez grands pour la croissance de leur tronc, car le plastique frottant contre les arbres peut en endommager l'écorce. Pour prévenir les dommages dus au bétail, entourer la plantation agroforestière d'une clôture.

Il est recommandé de faucher ou de pulvériser des herbicides pour détruire les mauvaises herbes poussant en bordure du paillis. Si on applique des herbicides près des arbres, il faut éviter toute dérive du produit. Si on utilise un instrument aratoire, il ne faut pas travailler le sol à moins de 15 cm du bord du paillis, pour éviter que le plastique enfoui se prenne dans l'équipement et se déchire.

Paillis organique

Le paillis organique est constitué de matières telles que sciure de bois, foin des marais ou copeaux de bois. Ce type de paillis empêche la croissance des mauvaises herbes et conserve l'humidité du sol. Il est en général plus difficile à installer que le paillis plastique; il peut être difficile d'obtenir les matières organiques en quantité suffisante, et leur application est souvent laborieuse. Cependant, aucun équipement spécialisé n'est nécessaire.

Les mains d’un agriculteur éloignant le paillis de paille d’un jeune plant.
Séparation du paillis de la base des semis

Une couche de 10 cm de paillis organique assure une protection efficace contre les mauvaises herbes. Dans la plupart des cas, le sol reste plus frais sous le paillis organique. Si le sol est pauvre, la décomposition du paillis organique risque de provoquer une carence en azote, reconnaissable à la couleur vert pâle des feuilles et à une croissance plus lente que prévu. Si cela se produit, appliquer un engrais azoté au printemps ou au début de l'été.

La sciure de bois est un sous-produit de l'industrie forestière. Elle forme à la surface du sol un tapis dense qui empêche la germination des graines de mauvaises herbes et la croissance de ces plantes, en bloquant la lumière du soleil. On étend la sciure sur les semis, à la main ou à l'aide d'un épandeur à fumier modifié ou d'un distributeur de fourrage. Ne pas appliquer plus de 10 cm de sciure, car cela nuirait à l'aération du sol. Après un certain temps, la sciure s'agglomère et forme une croûte à la surface.

Un agriculteur se sert d’un râteau pour étaler de la sciure de bois, fournie par un petit tracteur, sur une rangée de nouveaux plants.
Application de sciure de bois dans un rang d'arbres récemment plantés

Les copeaux de bois sont en général des déchets de l'industrie forestière. On peut aussi utiliser les copeaux provenant du déchiquage d'arbres, disponibles auprès de paysagistes ou d'entreprises d'entretien des arbres. Les copeaux sont généralement appliqués à la main. Pour réduire les dégâts causés par les rongeurs, laisser une distance d'environ 10 cm entre les copeaux et la base des arbres.

Le paillis ne doit pas dépasser 10 cm d'épaisseur, parce que cela nuirait au développement des racines et à l'aération du sol. De temps à autre, il faudra rajouter des copeaux. Les copeaux compostés font un bon paillis, surtout s'ils renferment un mélange de feuilles, d'écorce et de bois.

Les copeaux frais peuvent être utilisés autour des arbres et des arbustes établis. Autour des jeunes plants, il ne faut pas que les copeaux non compostés soient empilés de manière à être privés d'oxygène, car ces conditions anaérobies risquent de produire des acides organiques et des alcools qui sont toxiques pour les plants.

Méthodes chimiques de lutte contre les mauvaises herbes

Au moment d'utiliser des herbicides, toujours prendre les précautions voulues pour se protéger et pour protéger les autres personnes ainsi que l'environnement, en évitant une utilisation négligente ou incorrecte de ces produits. Toujours porter de l'équipement de protection et consulter l'étiquette du produit pour obtenir l'information requise sur l'utilisation, l'entreposage, la manutention et l'élimination des herbicides. Éviter de laisser le produit dériver vers des plantes non ciblées.

Herbicides à employer avant la plantation

Avant la plantation, deux herbicides peuvent être utilisés : la trifluraline et un mélange de trifluraline et de métribuzine. Dans les deux cas, il faut travailler le sol pour y incorporer le produit, qui peut être appliqué à l'automne ou au printemps, avant la plantation. Le traitement choisi dépend de l'espèce plantée.

Trifluraline

Un tracteur tire un pulvérisateur d'herbicide dans un champ.
Application d'herbicides avant la plantation

La trifluraline inhibe la division et la formation des cellules et est absorbée par la nouvelle pousse lorsque celle-ci traverse le sol traité. Chez les graminées, les principaux sites d'absorption sont le coléoptile et le nœud coléoptilaire; chez les plantes à feuilles larges, c'est la partie de la tige se trouvant entre la graine et la surface du sol qui est touchée.

La trifluraline affecte principalement la croissance des racines.

Pour combattre efficacement les mauvaises herbes, il faut incorporer la trifluraline à la couche supérieure du sol, afin d'empêcher sa volatilisation et sa photodégradation. Il est donc difficile d'utiliser la trifluraline autour d'arbres déjà plantés; on recommande par conséquent de s'en servir contre les mauvaises herbes avant la plantation, durant la préparation du terrain.

Dans les 24 heures suivant son application, la trifluraline doit être incorporée au sol jusqu'à une profondeur de 8 cm. La meilleure façon de procéder est d'utiliser un instrument à disques ou un cultivateur à pulvérisateurs portés (ne pas utiliser de chisel ni de cultivateur à travail profond). On peut aussi employer un rotoculteur.

La trifluraline détruit diverses espèces de mauvaises herbes à feuilles larges (stellaire moyenne, saponaire des vaches, chénopodes, renouée des oiseaux, amarantes, pourpier, soude roulante, renouée liseron, etc.) et de graminées (échinochloa pied-de-coq, bromes, sétaires, ivraie de Perse, folle avoine, etc.).

La trifluraline est homologuée pour les plantations de caragana, de frêne rouge et de pin sylvestre. Il ne faut pas planter de boutures non racinées de peuplier ou de saule dans un sol traité à la trifluraline, car elles ne produiront pas de racines. Le mélange en réservoir de trifluraline et de métribuzine est homologué pour un plus grand nombre d'espèces et permet de combattre un plus grand nombre de mauvaises herbes.

Metribuzin

Un tracteur laboure un champ.
Incorporation d'un herbicide de préplantation

La métribuzine est facilement absorbée par les racines puis est transportée jusqu'aux tiges et aux feuilles. Chez les plantes sensibles, cet herbicide inhibe la photosynthèse et provoque des fuites dans les cellules, qui finissent par sécher et se désintégrer.

Les mauvaises herbes sensibles arrivent à lever, mais elle deviennent chlorosées, puis brunissent et se dessèchent, généralement au bout de 2 à 5 jours, avant d'être assez grandes pour qu'on les remarque.

La métribuzine permet de détruire l'échinochloa pied-de-coq, la sétaire verte, le chénopode blanc, l'ivraie de Perse, l'amarante fausse-blite, le pourpier, l'amarante à racine rouge, la soude roulante, la bourse-à-pasteur, le tabouret des champs, la renouée liseron, la moutarde des champs, la folle avoine et le panic capillaire.

La métribuzine est homologuée comme herbicide de préplantation dans les plantations de caragana, de cerisier de Virginie, de frêne rouge, de lilas, d'argousier ou de peupliers issus de boutures racinées.

Il est recommandé de mélanger la métribuzine à la trifluraline dans le réservoir et d'appliquer ce mélange avant la plantation.

Le mélange doit doit être incorporé au sol jusqu'à une profondeur de 8,0 cm, dans les 24 heures suivant son application, au moyen d'un instrument à disques ou d'un cultivateur à pulvérisateurs portés (ne pas utiliser de chisel ni de cultivateur à travail profond). On peut aussi employer un rotoculteur.

Herbicides à employer après la plantation ou une fois les plants établis

Clopyralide

Le clopyralide est un herbicide sélectif servant à détruire les mauvaises herbes à feuilles larges et notamment les trèfles et les chardons. Selon la dose appliquée, les résultats obtenus peuvent varier, allant d'une destruction des parties aériennes du chardon à une élimination durable pouvant même se prolonger jusqu'au début de l'année suivante.

Appliquer une fois que tous les chardons ont levé et que la majorité se trouvent entre le stade de la rosette et celui de l'apparition des boutons floraux.

Dichlobénil

Un tracteur tire un épandeur d'herbicide.
Applicateur d'herbicide granulaire

Lorsque du dichlobénil a été appliqué au sol, les mauvaises herbes sensibles ne lèvent pas, parce que cet herbicide inhibe la germination des graines et la division des cellules. Il est facilement absorbé par les racines et les feuilles. Comme il s'agit d'un produit granulaire qui doit être appliqué au sol, la tolérance des divers arbres et arbustes est déterminée sans tenir compte de l'absorption par les feuilles.

Le dichlobénil est un herbicide volatil, qui risque de s'évaporer s'il est appliqué à un sol chaud et humide. On recommande donc de s'en servir à la fin de l'automne, dans les plantations agroforestières établies; si l'application est reportée au printemps suivant, le produit doit être incorporé au moyen d'un travail du sol peu profond.

Si le dichlobénil se volatilise après une application printanière et que les vapeurs sont absorbées par les bourgeons en train d'ouvrir ou les nouvelles feuilles, les arbres et arbustes risquent d'être considérablement endommagés.

Le dichlobénil permet de combattre plusieurs espèces de mauvaises herbes, notamment le pâturin annuel, l'armoise, le liseron, l'aster simple, le chardon des champs, la stellaire moyenne, le séneçon vulgaire, la digitaire, le pissenlit, l'onagre, la prèle des champs, les sétaires, les chénopodes, le kochia à balais, les moutardes, les amarantes, le plantain, la renouée des oiseaux, le pourpier, le chiendent commun, l'herbe à poux, la petite oseille, la bourse-à-pasteur, les renouées, les laiterons, les euphorbes, les vesces, l'orge queue-d'écureuil, la renouée liseron, la carotte sauvage, le panic capillaire, la barbarée vulgaire et l'oxalide de Dillenius.

Le dichlobénil est homologué pour les plantations de caragana, d'érable, de frêne rouge, de lilas, de peuplier, de pommetier, de rosier et de saule. Il n'est pas recommandé de l'utiliser si les arbres ont moins d'un an.

Appliquer le produit aux plantations agroforestières établies, au début du printemps ou à la fin de l'automne, avant la levée des mauvaises herbes annuelles ou après qu'un travail du sol a éliminé les mauvaises herbes existantes.

Linuron

Le linuron perturbe la photosynthèse chez les plantes qui y sont sensibles, ce qui finit par les tuer. Les périodes convenant le mieux au traitement sont la fin de l'automne ou le début du printemps, alors que les arbres sont en dormance, qu'il y a peu de mauvaises herbes et que les mauvaises herbes présentes sont sensibles au linuron.

Utilisé comme herbicide de prélevée, le linuron doit être incorporé à la partie du sol où germent les graines. L'application doit être suivie dans les 10 jours d'une pluie ou d'une irrigation par aspersion, car le manque d'eau peut réduire l'efficacité du linuron.

Le traitement de postlevée doit être effectué lorsque les mauvaises herbes sont très petites. Si l'application a lieu pendant la saison de croissance, le jet doit être dirigé de façon à éviter de blesser les arbres. Ne pas perturber le sol après l'application.

Il est possible d'appliquer le linuron durant l'automne de l'année de plantation. L'application annuelle, au printemps ou à la fin de l'automne, rend moins nécessaires les autres mesures de lutte contre les mauvaises herbes pendant la saison de végétation.

Le linuron permet notamment de combattre la stellaire moyenne, le séneçon vulgaire, les chénopodes, la renouée scabre, la renouée persicaire, les moutardes, les amarantes, la renouée des oiseaux, le pourpier, l'herbe à poux, la bourse-à-pasteur, le tabouret des champs et la renouée liseron.

Le linuron est homologué pour les plantations de caragana, de cerisier de Virginie, d'épinette, d'érable, de frêne rouge, de peuplier, de pin et de saule.

Simazine

La simazine est absorbée par les racines puis transportée vers les tiges, où elle interfère avec la photosynthèse et entraîne finalement la mort de la plante. L'absorption foliaire après application de postlevée est très limitée.

Appliquée comme herbicide de prélevée, la simazine se comporte de manière semblable au linuron, mais elle est plus persistante et a donc un effet plus prolongé. Appliquer dans les plantations établies, à l'automne ou au début du printemps, à la surface d'un sol, lorsque celui-ce est exempt de mauvaises herbes et comporte peu de débris végétaux. L'herbicide ne détruit pas les mauvaises herbes présentes au moment de l'application.

La simazine permet notamment de combattre l'échinochloa pied-de-coq, la stellaire moyenne, le séneçon vulgaire, la sétaire verte, la renouée persicaire, le chénopode blanc, les moutardes, diverses solanacées, les amarantes, le pourpier, l'herbe à poux, la bourse-à-pasteur, la renouée scabre, les véroniques, la renouée liseron, la folle avoine et le panic capillaire.

La simazine peut servir à combattre les mauvaises herbes des plantations de caragana, de cornouiller, d'épinette, d'érable, de frêne rouge ou de rosier. On recommande de ne pas appliquer le produit avant que les arbres soient établis depuis au moins un an.

Herbicides de postlevée contre les graminées

Fluazifop-p-butyl

Le fluazifop-p-butyl est un herbicide de postlevée sélectif permettant de combattre la plupart des mauvaises herbes annuelles et vivaces. Il est surtout absorbé par les feuilles, puis il est transporté vers les racines et les rhizomes.

Appliquer durant la croissance active des graminées, lorsque les graminées annuelles ont atteint le stade de 2 à 5 feuilles et que le chiendent commun a atteint le stade de 3 à 5 feuilles. Avant l'application, travailler le sol pour briser les rhizomes et ainsi améliorer l'efficacité du produit contre le chiendent commun.

Ne pas travailler le sol au cours des 5 jours suivant l'application de fluazifop-p-butyl. Il faut s'attendre à une efficacité moindre si les mauvaises herbes sont stressées par la sécheresse, l'excès d'humidité, les basses températures ou une très faible humidité relative. Si l'application est faite en présence de telles conditions, les mauvaises herbes risquent de repousser après le travail du sol. Comme l'herbicide n'a aucune activité résiduelle, une nouvelle poussée de mauvaises herbes risque de survenir après la destruction d'une première poussée.

Le fluazifop-p-butyl est homologué pour les plantations de divers arbres et arbustes pouvant servir à une exploitation agroforestière. Il peut être pulvérisé au-dessus des caraganas, des épinettes, des érables, des lilas, des peupliers, des pins, des rosiers, des saules, du sureau rouge et des symphorines.

Il est recommandé de l'appliquer aux peupliers une seule fois par année. Dans le cas d'une plantation de cornouillers, appliquer le produit en pulvérisation dirigée, car il ne doit pas entrer en contact avec le feuillage de ces arbres.

Séthoxydime

Le séthoxydime est un herbicide de contact systémique. Il est rapidement absorbé par les feuilles. Une fois absorbé, il arrête la croissance de la mauvaise herbe en bloquant la production de nouvelles membranes. Les feuilles deviennent chlorosées, puis sèchent. Ce processus prend 1 à 3 semaines.

L'efficacité du produit est maximale pendant la croissance active des graminées. Les mauvaises herbes stressées par la sécheresse, l'inondation, les températures très chaudes ou demeurant longtemps fraîches ou un sol peu fertile sont plus difficiles à combattre. Effectuer une pulvérisation dirigée, une seule fois par saison de végétation.

Le séthoxydime permet de combattre les graminées suivantes : l'échinochloa pied-de-coq, l'orge queue-d'écureuil, la sétaire verte, l'ivraie de Perse, le chiendent commun, les ressemis spontanés de céréales (orge, avoine, blé), la folle avoine et le panic capillaire.

Le séthoxydime est homologué pour les plantations d'argousier, de caragana, d'épinette, d'érable, de frêne rouge, de lilas, de pin et de shepherdie argentée.

Herbicides de postlevée pour pulvérisation dirigée seulement

Amitrole

Un petit pulvérisateur d’herbicide spécialisé sur une pelouse.
L'utilisation d'un pulvérisateur spécial permet une application plus sécuritaire, plus précise et moins coûteuse.

L'amitrole est un herbicide systémique non sélectif qui inhibe la production de chlorophylle. Il doit être appliqué en pulvérisation dirigée sur le feuillage des mauvaises herbes. Il faut empêcher la dérive d'atteindre le tronc ou le feuillage des arbres et arbustes. L'amitrole a une activité résiduelle de 2 à 4 semaines en sol humide et chaud.

Appliquer aux mauvaises herbes en croissance active, en les recouvrant bien du produit. Si les mauvaises herbes sont à maturité, il est conseillé de les couper puis de traiter la repousse. Ne pas perturber les plantes traitées pendant au moins 2 semaines après l'application. Contre le chiendent commun ou le chardon des champs, appliquer au printemps ou à la fin de l'automne, sur des plantes en croissance active ayant 15 à 20 cm de hauteur; 10 à 14 jours après l'application, labourer le sol ou passer la herse à disques.

On peut mélanger l'amitrole à du glyphosate, dans le réservoir, afin d'en améliorer l'efficacité contre certaines mauvaises herbes, dont le pissenlit.

Glyphosate

Le glyphosate se répand dans toute la plante après l'absorption, ce qui permet de combattre les mauvaises herbes vivaces tout autant que les annuelles. Cette caractéristique le rend utile pour la préparation du terrain et l'entretien de la plantation. Le produit peut même servir à éliminer les plantes vivaces telles que le chardon des champs et le chiendent commun.

Autour des arbres, il est essentiel d'appliquer le glyphosate uniquement en pulvérisation dirigée, ou en protégeant les arbres contre la bouillie, puisque le contact avec le feuillage ou avec l'écorce verte juvénile endommage considérablement les arbres et peut même tuer les feuillus.

La préparation utilisée devrait être à base de sel d'isopropylamine (IPA) de glyphosate.

Les conifères tels que les épinettes et les pins font exception : ils ne sont sensibles au glyphosate que pendant leur période de croissance active (avril à août). L'épinette du Colorado peut être traitée après le 15 juillet, mais l'épinette blanche et le pin sylvestre ne doivent pas l'être avant le 1er septembre.

L'utilisation du glyphosate est recommandée autour des épinettes, mais certaines préparations, notamment les plus récentes, peuvent causer de graves dégâts à ces arbres.

Paraquat

Le paraquat est un herbicide de contact non sélectif qui est rapidement absorbé. Dans les conditions normales, il reste dans les tissus foliaires de la plante traitée. Comme il n'est pas sélectif, il risque d'endommager ou de tuer les arbres s'il est mal appliqué. L'absorption du produit par les feuilles est immédiatement suivie d'une réaction en chaîne qui détruit les membranes cellulaires et fait flétrir, brunir et mourir les feuilles et les autres tissus verts.

Pour obtenir les meilleurs résultats possibles, il faut appliquer le paraquat lorsque les mauvaises herbes ont moins de 5,0 cm de hauteur ou de diamètre. Les grandes mauvaises herbes annuelles bien établies risquent de produire de nouvelles parties aériennes.

Dans le cas des vivaces établies, il faut appliquer le paraquat à plusieurs reprises pour parvenir à épuiser l'énergie emmagasinée dans le système racinaire des plantes et ainsi à les tuer. La bouillie doit couvrir complètement le feuillage des mauvaises herbes, et il faut en appliquer de nouveau contre les repousses. Pour prolonger l'efficacité du paraquat, il est possible de le mélanger, dans le réservoir, à des produits à base de linuron ou de simazine.

Si le paraquat est appliqué le long de plantations agroforestières, la bouillie ne doit pas entrer en contact avec le feuillage, les bourgeons verts ou l'écorce verte juvénile des arbres. Il faut donc effectuer une pulvérisation dirigée ou utiliser de l'équipement permettant de protéger les arbres. Il ne faut pas utiliser le produit dans une plantation de petits conifères, à moins que les arbres soient protégés.

Les aiguilles de conifères aspergées accidentellement de paraquat seront perdues en permanence.

Équipement de pulvérisation pour les herbicides

Un petit tracteur fait passer un pulvérisateur à rampe en U sur de jeunes arbres.
Pulvérisateur à rampe en U

Il est possible de modifier un pulvérisateur agricole pour l'application d'herbicides dans les brise-vent, à condition qu'il soit muni d'une rampe de pulvérisation spéciale ou d'un pistolet de pulvérisation. Ce type de rampe n'est pas disponible dans le commerce, mais vous pouvez la fabriquer dans votre atelier ou la faire faire par un atelier commercial.

Un pulvérisateur agricole modifié peut enjamber le rang d'arbres nouvellement plantés et permet l'application simultanée d'herbicide des deux côtés du rang. Pour les arbres de plus de 120 cm, on applique l'herbicide sur un côté à la fois, en utilisant une seule buse.

La bouillie peut aussi être dirigée sur les mauvaises herbes de la plantation à l'aide d'un pistolet de pulvérisation monté sur un pulvérisateur agricole. Le pistolet convient davantage aux herbicides foliaires qu'aux produits appliqués au sol, parce qu'il est très difficile, avec cet équipement, de contrôler avec précision la dose d'herbicide. L'appareil est particulièrement utile pour le traitement des infestations irrégulières.

Les pulvérisateurs à dos sont pratiques pour les petites plantations ou pour les traitements localisés. Il faut appliquer l'herbicide avec soin pour éviter la dérive due au vent. En présence de débris ou de végétation morte, les herbicides granulaires conviennent mieux que les bouillies liquides, car les granules peuvent atteindre la surface du sol sans être interceptés par ces obstacles.

Il existe des applicateurs manuels pour les herbicides granulaires. Il y a aussi des applicateurs montés sur tracteur, mais leur utilisation est généralement peu commode dans une plantation agroforestière typique. Si une préparation granulaire est employée, il faut porter une attention particulière à l'uniformité de l'application et à la calibration de l'appareil.

Renseignements sur les herbicides

Toutes les instructions figurant sur l'étiquette des herbicides doivent être suivies avec soin. L'étiquette énumère notamment les mauvaises herbes contre lesquelles le produit peut être utilisé. Elle fournit également des consignes de sécurité pour la manutention de l'herbicide. Pour obtenir de l'information sur la disponibilité des produits et leur prix actuel, consulter le détaillant local.

Date de modification :