Contenu archivé - Cigales (4 de 46)

Contenu archivé

Le contenu archivé est fourni aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Il n’est pas assujetti aux normes Web du gouvernement du Canada et n'a pas été modifié ou mis à jour depuis son archivage. Pour obtenir ce contenu dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Introduction (suite)

2. Un étrange mode de vie

"Parmi les (Homoptères), il convient d'abord de mentionner les cigales, dont les bébés vivent vieux et les adultes meurent jeunes...... La larve de la cigale vit enfouie sous terre pendant des années; finalement, l'insecte parfait émerge et mène sa vie d'adulte pendant quelques jours ou au plus quelques semaines..... De chaque oeuf sort une larve qui, rapidement, s'enfouit dans le sol pour y entreprendre, oubliée de tous et dans l'obscurité complète, sa longue croissance échelonnée sur 17 ans. Aucun autre animal, à part l'éléphant, met autant de temps à atteindre sa maturité." (Traduction libre). - Arthur Mee, The Children's Encyclopedia (1923).

Cigale

2A. Une enfance sous terre.

Les oeufs pondus en été éclosent plus tard au cours de la même année. Dès l'éclosion, les larves se laissent choir du rameau d'où elles ont émergé et s'enfouissent dans le sol. Avec leurs énormes pattes antérieures modifiées en organes fouisseurs, elles sont fort bien outillées pour travailler le sol, qu'elles humidifient avec leur salive. L'extrémité des pattes antérieures (tarses) se replie dans un sillon creusé dans le segment précédent (tibia), qui est en forme de pic. La partie très renflée (fémur) est armée d'une rangée de fortes épines servant à gratter et à compacter le sol, et les dents qui se trouvent à sa base s'adaptent contre le tibia comme une crabe de pince.

La description de cette image suit.

Larve néonate de cigale (Magicicada sp.) s'enfouissant dans le sol

Les larves fouillent le sol à la recherche de racines. Après avoir trouvé une bonne source de nourriture, elles compactent le sol qui les entoure pour se façonner une loge, puis amorcent leur repas. À l'intérieur de leur loge, elles sont à l'abri de la plupart de leurs ennemis. Un faible pourcentage peut succomber à des infections fongiques ou être dévoré par des porcs fouillant la surface du sol. Dans un environnement aussi protégé, les larves pourraient se comporter en parasites passifs des plantes dont elles dépendent, mais apparemment, la réalité est toute autre. À l'aide de leurs pattes antérieures admirablement adaptées, elles se déplacent activement, aménageant de nouvelles loges et se retournant même à l'intérieur de leur logis souterrain. Un tel niveau d'activité semble disproportionné par rapport aux besoins liés à la survie de l'insecte et à la sélection de l'hôte. Simple expression d'une joie de vivre, mécanisme permettant de rompre l'ennui, qui sait?

L'alimentation des larves se prolonge pendant un certain temps, en fait, durant des années. Chez la plupart des espèces de cigales, la durée exacte du développement larvaire demeure inconnue. Des données circonstancielles comme l'émergence cyclique et synchronisée d'un très grand nombre d'adultes nous indiquent que le développement larvaire dure généralement entre 3 et 6 ans, mais parfois 8, 9 ou même 10 ans dans certains cas. Le cycle de vie le plus court, d'une durée de 4 ans Note de bas de page 1 a été observé en laboratoire chez le Cicadetta (Melampsalta) calliope, petite espèce associée aux graminées, et le plus long, d'une durée de 19 ans, chez l'Okanagana synodica (donnée inédite).

Dans l'est des États-Unis, les émergences des cigales périodiques se succèdent selon un cycle hautement prévisible de 13 ou de 17 ans, selon la localité. Seuls quelques individus émergent une année plus tôt que prévu (ou plus rarement, une année plus tard). La précision de ce système d'émergence semble indiquer que la longue durée de vie des cigales correspond à des multiples de 4 ans qui s'ajoutent à un cycle de vie d'un an. Ainsi, les cycles de vie typiques devraient s'étaler sur 5, 9, 13 et 17 ans. Parmi les espèces de cigales annuelles présentes au Canada, l'Okanagana rimosa présente un cycle de vie de 9 ans; chez le Tibicen canicularis (cigale caniculaire), le cycle peut s'étaler sur une période de 13 ans. Ces émergences annuelles semblent refléter l'existence de générations qui se chevauchent (par exemple, les espèces présentant un cycle de 5 ans pourraient produire de nombreux individus vivant 4 et 6 ans). Les écarts de quatre ans (p. ex. cigales à cycle de 13 ans et de 17 ans) sont très probablement dus à une accélération correspondante du cycle de vie Note de bas de page 2. Les larves des cigales périodiques à cycle de 17 ans grandissent plus lentement au cours de leurs quatre premières années de vie que celles qui ont un cycle de 13 ans. L'hypothèse selon laquelle le cycle de vie pourrait ainsi être écourté de quatre ans a été confirmée en banlieue de Chicago par l'émergence massive et imprévue de centaines de milliers de cigales périodiques en 1969, quatre ans plus tôt que prévu, et de nouveau en 1986. Le même phénomène a été observé en 1983 et en 1987 en banlieue de Washington, DC., et en 1983 à Cincinnati, en Ohio. L'analyse d'une longue série de données historiques a également confirmé l'existence de générations écourtées de quatre ans à Indiana (Ohio) et à Long Island. À ce jour, toutefois, le phénomène ne s'est pas soldé par l'établissement de nouvelles populations reproductrices. Des données génétiques confirment également l'existence d'une accélération Note de bas de page 3 des émergences massives chez certaines espèces. La moitié nordique d'une émergence de cigales à cycle de 13 ans est identique génétiquement aux émergences à cycle de 17 ans habitant des régions adjacentes, et donc dérivée de ces dernières.

Chez les cigales périodiques et la cigale caniculaire, le prolongement du cycle de vie causé par une période de croissance suspendue - état également connu sous le nom de diapause - pourrait être une adaptation aux conditions climatiques plus rigoureuses des régions nordiques. Si cette hypothèse est avérée, l'accélération du cycle de vie permettant à une partie de la génération d'émerger plus tôt que prévu pourrait être une réaction au réchauffement climatique planétaire. Peu avant de se transformer en adultes, les larves se rassemblent près de la surface et attendent le moment propice de la journée et les conditions de température ou d'humidité idéales pour émerger. Certaines espèces, comme les cigales périodiques, attendent le moment propice pour émerger dans des cheminées qu'elles ont construites avec des fragments de terre cimentés les uns aux autres par des liquides végétaux. La plupart des espèces émergent durant la nuit. Après avoir escaladé le tronc d'un arbre ou d'un arbuste, les larves s'immobilisent et s'ancrent fermement à leur support à l'aide de leurs griffes. Les adultes s'extirpent alors de la cuticule (ou exosquelette) larvaire par une fente formée sur le dos et, après un certain temps, s'envolent, laissant derrière eux une exuvie (exosquelette parfaitement préservé de la larve). Les exuvies larvaires qui jonchent le sol sous les arbres brise-vent sont familières à tous ceux qui vivent dans des régions où les cigales sont abondantes. Les cigales périodiques émergent en nombre incroyable au cours d'une même nuit, laissant leurs exuvies sur tous les supports disponibles, y compris les animaux endormis!

Jamais au cours de leur vie les larves n'auront été exposées à des dangers aussi importants que lorsqu'elles émergent du sol. Incapables de voler tant que leurs ailes ne sont pas suffisamment durcies, les adultes sont pendant quelques heures totalement à la merci des oiseaux et autres animaux en quête d'un bon repas protéiné. L'émergence massive des adultes pourrait être une stratégie pour déjouer les prédateurs. Seule une faible proportion des adultes, apparus sans avertissement et vulnérables pendant quelques heures seulement, sont la proie des prédateurs qui auront eu la bonne fortune d'être au bon endroit au bon moment. En l'espace de quelques jours seulement, les cigales se dispersent ou pondent leurs oeufs et meurent. Des années s'écouleront avant qu'une telle manne se présente de nouveau dans la région.

La description de cette image suit.

Larve de cigale périodique émergeant de sa cheminée de terre
Date de modification :