L'alimentation des porcelets sans antibiotiques offre de grandes possibilités

Les chercheurs examinent de nouvelles stratégies d’alimentation destinées à améliorer le développement des intestins, les fonctions de défense, la santé et la performance de croissance des porcelets pour trouver des façons efficaces de compléter le régime alimentaire des porcelets récemment sevrés, sans utiliser d’antibiotiques. L’équipe évalue l’effet de l’administration de produits nutraceutiques (vitamines, oligo-éléments) et d’ingrédients fonctionnels dans les aliments (canneberges, produits dérivés du lait, produits dérivés de levures, probiotiques, prébiotiques) pendant la lactation et la période entourant le sevrage pour mieux répondre aux besoins des porcelets selon leur stade de développement.

Les résultats de l’étude ont démontré que le régime alimentaire des porcelets enrichi d’un supplément de colostrum et d’un cocktail précis qui combine plusieurs suppléments nutritifs offre un potentiel important pour la performance de croissance, sans antibiotiques. Les deux régimes alimentaires enrichis d’une combinaison de nutraceutiques et d’ingrédients fonctionnels dans les aliments (cocktail; cocktail plus colostrum bovin) ont visiblement amélioré le bilan vitaminique des porcelets après le sevrage. Cependant, le régime enrichi du cocktail avec du colostrum a eu un effet positif supérieur à celui des autres régimes alimentaires sur les populations de bactéries dans les intestins des porcelets après le sevrage et après la réaction inflammatoire causée par des lipopolysaccharides lors d’une infection à Escherichia coli ou à Salmonella.

Les résultats tendent à indiquer que le régime enrichi de colostrum améliore la santé intestinale des porcelets. Les antibiotiques, et les régimes enrichis d’un cocktail, et de colostrum ont eu des effets différents sur l’expression génique dans le tissu intestinal, et leurs effets ont été généralement plus marqués sur les porcelets de faible poids. Il semble donc que les porcelets de faible poids pourraient bénéficier encore plus d’un régime alimentaire enrichi de colostrum et d’un cocktail que les porcelets de poids plus élevés. Des recherches plus approfondies sont encore requises avant de pouvoir faire des recommandations précises à ce sujet.

Cette recherche s’inscrit dans un vaste projet multidisciplinaire auquel participent des spécialistes canadiens du porc qui possèdent une expertise de la physiologie, de l’immunologie, de la microbiologie et de la nutrition, le Centre de recherche et de développement de Sherbrooke, le Centre de recherche et de développement de Guelph, et de différentes universités (Laval, Montréal, Guelph et Alberta). Le projet est financé dans le cadre de la Grappe de recherche et de développement sur le porc. Ensemble, les chercheurs examinent les mécanismes sous jacents qui ont un effet sur la santé du porc, de façon à tirer parti des synergies potentielles entre les différentes stratégies d’alimentation des truies et des porcelets qui ont été évaluées.

Date de modification :