Des cultures couvre-sol pour lutter contre les maladies bactériennes des courges

Les maladies bactériennes touchent plusieurs cultures maraîchères, comme celle de la courge, qui peut subir des baisses de rendement en raison de la tache angulaire. Ensemble, la courge et la courgette ont généré des recettes monétaires agricoles de 38 millions de dollars en 2016, alors il est important de lutter contre ces maladies. La tâche n'est toutefois pas facile, puisque les bactéries peuvent se multiplier à un rythme phénoménal, et les solutions sont rares. Vicky Toussaint, Ph. D. qui est chercheuse en bactériologie des végétaux au Centre de recherche et de développement Saint Jean-sur-Richelieu d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, a découvert que les cultures couvre-sol peuvent offrir une solution fort nécessaire.

On peut facilement régler un problème de bactérie à l'aide d'un bactéricide; toutefois, même si le bactéricide nous permet de supprimer une bonne partie des bactéries, celles qui survivent se reproduiront rapidement et elles pourraient encore nuire à la culture. Qui plus est, les bactéricides détruisent également les bactéries bénéfiques. Lorsque Mme Toussaint cherchait des façons novatrices de stimuler la croissance des bactéries bénéfiques et de renforcer la lutte contre les bactéries à l'origine des maladies végétales, elle s'est tournée vers les cultures couvre sol. Par culture couvre sol, on entend une plante ou un ensemble de plantes qui est semé avant, pendant ou après la croissance de la principale culture, et qui a pour effet de réduire l'érosion du sol et certaines maladies, d'éliminer les mauvaises herbes et d'améliorer la santé générale du sol.

Les travaux de recherche de l'équipe de Vicky Toussaint ont porté sur le seigle et le blé d'automne. Au printemps, ces céréales poussent rapidement et produisent une grande quantité de matière végétale. La courge a été semée sur un épais tapis de végétation obtenu en écrasant les céréales au sol au moyen d'un rouleau écraseur. Cette façon de procéder a permis de réduire le nombre de bactéries pathogènes présentes sur la surface des feuilles de courge jusqu'à 10 000 fois plus que la méthode habituelle.

On devra encore se pencher sur certains aspects afin de mieux comprendre cette méthode culturale. Celle ci a cependant déjà retenu l'attention de plusieurs producteurs, qui ont commencé à l'utiliser pour ses nombreux avantages.

Cultures de couverture et travail du sol en bande pour la lutte à risque réduit contre les mauvaises herbes dans la production légumière dans l'est du Canada : Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Date de modification :