Réduire le phosphore dans le lac Érié

Le phosphore est un nutriment essentiel pour la vie végétale; cependant, les scientifiques ont déterminé qu'une quantité trop élevée de phosphore cause la croissance accrue d'algues toxiques et nuisibles dans le lac Érié. Le phosphore qui se retrouve dans ce lac a de nombreuses sources, dont le ruissellement des terres agricoles. C'est la raison pour laquelle le Canada et les États‑Unis se sont engagés à réduire les concentrations de phosphore de 40 % d'ici 2025. Les scientifiques d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) étudient la façon dont le phosphore se déplace et change dans le sol afin d'améliorer l'efficacité de son utilisation et de réduire les pertes par le ruissellement dans les exploitations agricoles.

Au cours des 20 dernières années, l'équipe d'AAC à Harrow a permis d'améliorer notre compréhension et notre gestion du phosphore résiduel, c'est‑à‑dire la quantité de phosphore demeurant dans le sol après les récoltes. L'équipe a noté que le phosphore est plus présent dans les terres agricoles que ce que l'on croyait auparavant.

L'équipe de scientifiques a également découvert que les concentrations de phosphore disponibles pour les cultures dans le fumier dépendaient du type et de la forme de fumier. À titre d'exemple, les concentrations de phosphore dans le fumier de volaille sont 4 fois moins élevées que celles dans les engrais commerciaux, tandis que les concentrations de phosphore dans le fumier de porc correspondent à 110 % de celles mesurées dans les engrais commerciaux. C'est la raison pour laquelle l'équipe a élaboré une méthode universelle afin de déterminer les taux d'application de fumier optimaux pour les sols de l'Ontario selon les concentrations de phosphore présentes dans le type de fumier.

Le drainage par canalisation, qui est utilisé dans le bassin du lac Érié pour éliminer l'eau excédentaire du sol sous la surface et améliorer le rendement des cultures, peut également éliminer des concentrations importantes de phosphore présentes dans les champs. L'équipe d'Harrow a mis au point un système de gestion de l'eau de drainage, qui recueille et stocke l'eau excédentaire et la réutilise pour les cultures durant les périodes sèches. Selon des études récentes, ce système, utilisé conjointement à des cultures de couverture, peut réduire la perte de phosphore vers les cours d'eau adjacents de 23 %.

Les méthodes utilisées par les scientifiques afin de prévoir les pertes de phosphore du sol sont maintenant une exigence en vertu de la Loi de 2002 sur la gestion des éléments nutritifs afin d'aider les agriculteurs à déterminer les champs où les concentrations de phosphore doivent être réduites. L'équipe continue d'élaborer des technologies novatrices visant à promouvoir la production agricole et à améliorer la qualité de l'eau de surface grâce à des parcelles de recherche à long terme et d'une installation d'évaluation de la qualité de l'eau à la fine pointe de la technologie.

Date de modification :