Les pesticides à usage limité au Centre de la lutte antiparasitaire

Les producteurs canadiens ont besoin d’outils efficaces pour gérer les problèmes liés aux organismes nuisibles comme les mauvaises herbes, les insectes, les maladies et les nématodes qui peuvent menacer la qualité, la valeur et le rendement des cultures qu’ils produisent. Les pesticides à usage limité sont des traitements de protection des cultures (comme des herbicides, des insecticides, des fongicides ou des nématicides) utilisés pour les cultures de grande valeur produites sur de petites superficies ou sur une petite partie de la superficie cultivée. Ces pesticides sont généralement utilisés en si petite quantité que les compagnies titulaires estiment que leur potentiel de vente est insuffisant pour justifier les investissements nécessaires pour obtenir une homologation au Canada.

Les activités du Centre de lutte antiparasitaire (CLA) liées aux pesticides à usage limité (PUL), ont été lancées en juin 2002 dans le cadre d’une initiative conjointe d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et de l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada. Les activités liées aux PUL, qui se sont poursuivies au titre de l’initiative stratégique du Partenariat canadien pour l’agriculture, qui a été renforcé aux termes du Plan d’action en matière de réglementation pour l’agriculture, visent à accroître la compétitivité des producteurs en améliorant l’accès à de nouveaux outils et technologies efficaces de protection des cultures.

Les PUL s’associent aux producteurs, aux provinces, aux compagnies titulaires et au programme américain des cultures spécialisées IR-4 pour établir les besoins en matière de cultures et d’organismes nuisibles cernés par les producteurs et les jumeler à des solutions possibles. À titre d’intervenants de première ligne, les producteurs connaissent d’expérience les problèmes associés aux ravageurs persistants et émergents pouvant avoir d’importantes répercussions sur leurs activités. C’est la raison pour laquelle les producteurs établissent les priorités lors d’un atelier annuel destiné à cette fin.

Par la suite, l’équipe des PUL mène des essais en plein champ et en serre et des analyses en laboratoire pour générer les données requises, y compris des renseignements sur l’efficacité, la tolérance des cultures et les résidus de pesticides, avant de rédiger les demandes réglementaires qui seront soumises à l’ARLA en vue de l’homologation des nouveaux emplois de pesticides à usage limité. Un grand nombre de ces nouveaux emplois remplacent les anciennes compositions chimiques et formulations qui ont été retirées du marché.

Ces efforts contribuent à faire progresser les nouveaux produits dans le système de réglementation et aident les producteurs canadiens à rester compétitifs sur les marchés mondiaux.

Objectifs

Les PUL fournissent des avantages aux producteurs canadiens en contribuant à l’instauration d’un secteur agricole et agroalimentaire, concurrentiel, innovateur et résilient en augmentant des connaissances et en facilitant l’accès aux nouveaux pesticides à usage limité. Les PUL collaborent avec les producteurs, les compagnies titulaires, les gouvernements provinciaux et les partenaires étrangers pour réaliser les activités suivantes :

Identification des priorités en matière de lutte antiparasitaire

Les producteurs et autres intervenants collaborent avec les coordonnateurs responsables des pesticides à usage limité dans leurs provinces respectives pour cerner les problèmes liés aux cultures et aux ravageurs et établir des solutions possibles pour y remédier. Ces problèmes sont regroupés et classés en trois disciplines : les mauvaises herbes (malherbologie) et les régulateurs de croissance, les insectes (entomologie) et les maladies (pathologie). Les listes provinciales sont compilées par le CLA et fusionnées afin de constituer une liste nationale pour chaque discipline; cette liste est utilisée comme document de travail lors des ateliers annuels sur l’établissement des priorités relatives aux pesticides à usage limité au Canada.

Dans le cadre de l’atelier annuel, les intervenants établissent les priorités nationales en matière de pesticides à usage limité. Celles-ci sont regroupées et classées dans les catégories suivantes : entomologie, pathologie, malherbologie et régulateurs de croissance, priorités régionales et production biologique. Des solutions possibles sont choisies pour chaque priorité et la compagnie titulaire confirme si le produit convient.

Pour en apprendre plus sur les priorités nationales établies au cours des années précédentes, allez à la page Web intitulée Cultures sur surfaces réduites et problèmes associés aux ennemis des cultures.

Essais en champ et analyses de laboratoire

Lorsque les priorités sont établies, le Centre de la lutte antiparasitaire d’AAC, en collaboration avec l’industrie et les partenaires du gouvernement, entreprend les activités suivantes :

Même si son siège social est situé à Ottawa, le CLA effectue des essais au champ dans sept centres de recherche d’AAC répartis dans l’ensemble du pays. Les Services de laboratoire de chimie des résidus du CLA, situés au Centre de recherche de Vineland, en Ontario, analysent des échantillons prélevés lors d’essais sur les résidus afin de déterminer les niveaux de résidus de pesticides. On a aussi recours à des entrepreneurs privés.

Les PUL et ses équipes spécialisées qui œuvrent dans les centres de recherches d’AAC sont reconnus par le Conseil canadien des normes comme étant conformes aux bonnes pratiques de laboratoire (BPL) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). L’OCDE exige que les agences de réglementation des pesticides de ses pays membres se conforment aux principes des BPL pour la présentation des données sur les résidus de pesticides.

Préparation de demandes d'homologation à soumettre à l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire

L’équipe des PUL examine les données recueillies lors des essais au champ, en serre et en laboratoire et prépare les rapports connexes; elle prépare ensuite une demande d’homologation à soumettre à l’ARLA pour le pesticide à usage limité.

Lorsque les PUL ont terminé la demande réglementaire, l’ARLA l’examine et elle décide si elle doit homologuer ou non l’utilisation du nouveau pesticide au Canada. La décision de l’ARLA repose sur le bien-fondé de la demande et la valeur du produit, ainsi que sur une évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement, risques qui doivent être jugés acceptables.

Pour plus d’informations, visitez la base de données de recherche dans les étiquettes de pesticides de l’ARLA.

Collaboration entre les États-Unis et le Canada

Les PUL d’AAC s’inspirent du programme Interregional Project No. 4 des États-Unis, mieux connu sous le nom de programme IR-4. Le Canada et les États-Unis collaborent à des projets prioritaires conjoints de production de données et de présentation simultanée de demandes d’homologation à leurs organismes respectifs de réglementation des pesticides (l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire [ARLA] de Santé Canada et l’Environmental Protection Agency [EPA] aux États-Unis). Cette approche permet de gagner du temps en réduisant le dédoublement des activités de collecte des données et en partageant les ressources nécessaires pour l’examen réglementaire. Grâce à ces efforts concertés, les producteurs canadiens et américains qui sont aux prises avec les mêmes ennemis des cultures peuvent faire homologuer les nouveaux usages de produits antiparasitaires simultanément dans les deux pays.

Liste des demandes déposées et état des projets

Les résultats des projets sur les PUL sont compilés dans la liste des demandes déposées de l’ARLA et l’état des projets du CLA :

Coordonnées

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le Programme des pesticides à usage limité, veuillez communiquer avec le Centre de la lutte antiparasitaire.

Date de modification :