Draft genome sequences of Armillaria fuscipes, Ceratocystiopsis minuta, Ceratocystis adiposa, Endoconidiophora laricicola, E. polonica and Penicillium freii DAOMC 242723.

Wingfield, B.D., Ambler, J.M., Coetzee, M.P.A., De Beer, Z.W., Duong, T.A., Joubert, F., Hammerbacher, A., McTaggart, A.R., Naidoo, K., Nguyen, H.D.T., Ponomareva, E., Santana, Q.S., Seifert, K.A., Steenkamp, E.T., Trollip, C., van der Nest, M.A., Visagie, C.M., Wilken, P.M., Wingfield, M.J., et Yilmaz, N. (2016). « Draft genome sequences of Armillaria fuscipes, Ceratocystiopsis minuta, Ceratocystis adiposa, Endoconidiophora laricicola, E. polonica and Penicillium freii DAOMC 242723. », IMA Fungus, 7(1), p. 217-227. doi : 10.5598/imafungus.2016.07.01.11  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous présentons les génomes des champignons suivants : Armillaria fuscipes, Ceratocystiopsis minuta, Ceratocystis adiposa, Endoconidiophora laricicola, E. polonica et Penicillium freii DAOMC 242723. Il s’agit d’espèces phytopathogènes ou autrement importantes sur le plan économique. La taille des génomes varie de 21 Mb chez le Ceratocystiopsis minuta à 58 Mb chez le basidiomycète Armillaria fuscipes. Les génomes comprennent les premiers génomes décrits pour le genre Endoconidiophora. Les données génomiques que nous présentons permettront de résoudre des questions qu’on se pose depuis longtemps concernant la taxonomie des espèces appartenant à ces genres. En outre, on pourra comparer ces séquences génomiques avec celles d’organismes étroitement apparentés afin de mieux comprendre comment ces pathogènes causent la maladie.

Date de modification :