How do changes in bulk soil organic carbon content affect carbon concentrations in individual soil particle fractions?

Yang, X.M., Drury, C.F., Reynolds, W.D., et Yang, J.Y. (2016). « How do changes in bulk soil organic carbon content affect carbon concentrations in individual soil particle fractions? », Scientific Reports, 6(Article number: 27173), p. 1-7. doi : 10.1038/srep27173  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous vérifions l’hypothèse courante selon laquelle le stockage de carbone organique (CO) se fait sur des particules de sol de la taille des sables uniquement après saturation de la capacité de stockage de CO sur des particules de la taille des limons et des argiles. Nous avons analysé des échantillons de sol prélevés dans un loam argileux Brookston, dans le sud-ouest de l’Ontario, afin de déterminer les concentrations de CO dans du sol en vrac, et dans les fractions granulométriques de l’argile (<2  μm), du limon (2–53  μm) et du sable (53–2000  μm). Les concentrations de CO dans le sol en vrac variaient de 4,7 à 70,8  g C kg−1 de sol. Les concentrations de CO dans les trois fractions granulométriques étaient étroitement liées à la concentration de CO dans le sol en vrac. Cependant, la concentration de CO augmentait lentement vers un maximum apparent sur les limons et les argiles, mais ce maximum était considérablement plus élevé que le maximum prédit par des modèles établis de séquestration du carbone. En outre, nous avons observé des augmentations importantes du CO associé au sable lorsque la concentration de CO dans le sol en vrac dépassait 30  g C kg−1, mais cette augmentation se produisait lorsque la concentration de CO dans le limon+l’argile demeurait très inférieure à la capacité de stockage prédite pour les fractions de limon et d’argile. Étant donné que les concentrations de CO dans toutes les fractions du loam argileux Brookston continuaient à augmenter avec l’apport croissant de C (teneur en CO du sol en vrac), nous avons conclu que le concept de capacité de stockage de CO exige une étude plus approfondie.

Date de modification :