Durum Wheat Productivity in Response to Soil Water and Soil Residual Nitrogen Associated with Previous Crop Management.

Gan, Y.T., Mooleki, S.P.P., Lemke, R.L., Zentner, R.P., et Ruan, Y. (2016). « Durum Wheat Productivity in Response to Soil Water and Soil Residual Nitrogen Associated with Previous Crop Management. », Agronomy Journal, 108(4), p. 1-11. doi : 10.2134/agronj2015.0244  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les engrais verts pourraient être utiles dans les agroécosystèmes non irrigués. Dans cette étude, nous avons déterminé les effets de cultures d’engrais verts sur les teneurs résiduelles du sol en eau et en azote (N) ainsi que sur le rendement de cultures subséquentes de blé dur (Triticum turgidum L.) par rapport aux effets de cultures précédentes de pois secs (Pisum sativum L.), de pois d’ensilage (Pisum sativum L.) et de blé de printemps (T. aestivum L.). Les traitements ont consisté en des cultures de trois engrais verts [lentilles noires (Lens culinaris Medik.), gesse cultivée (Lathyrus sativus L.) et pois fourragers (Pisum sativum L.)], de pois et de blé pratiquées en 2006, 2007 et 2008 en Saskatchewan (Canada), avec des parcelles laissées en jachère comme témoins. Du blé dur a été cultivé l’année suivant ces traitements. Au moment de l’ensemencement du blé dur, les traitements aux engrais verts ont présenté la même quantité d’eau dans la couche de sol de 0 à 1,2 m que la jachère en 2007 et en 2009, mais moins que la jachère en 2008. La teneur en N du sol laissé en jachère était la plus élevée de tous les traitements en 2007 et en 2008, mais elle était inférieure à celles pour les traitements d’engrais verts en 2009. Les rendements en blé dur pour les traitements d’engrais verts étaient de 19 % plus élevés que pour les cultures précédentes de pois secs ou d’ensilage et de 54 % plus élevés que pour la culture précédente de blé de printemps, mais ils étaient inférieurs de 12 % à ceux dans les parcelles laissées en jachère. L’ensemencement et la destruction tardifs des cultures d’engrais verts ont accru la conservation d’eau dans le sol et présenté des avantages (réduction des intrants) par rapport aux ensemencements et destructions plus hâtifs. En somme, les traitements d’engrais verts ont accru la rétention d’eau et la teneur en N dans le sol, ainsi que le rendement de la culture subséquente de blé dur, par rapport aux cultures récoltées pour leurs grains. Points principaux : • Les engrais verts permettent au sol (couche de sol de 0 à 1,2 m) de retenir autant d’eau que s’il est laissé en jachère. • Les engrais verts fournissent moins de N aux cultures l’année suivante que la jachère. • Le rendement en blé dur était de 19 à 54 % plus élevé après les cultures d’engrais verts qu’après les autres cultures. • L’ensemencement tardif des engrais verts présente des avantages au chapitre de la rétention d’eau en milieu sec.

Date de modification :