A preliminary study of the effects of individual response to challenge tests and stress induced by humans on learning performance of weaned piglets (Sus scrofa).

Brajon, S., LaForest, J.-P., Schmitt, O., et Devillers, N. (2016). « A preliminary study of the effects of individual response to challenge tests and stress induced by humans on learning performance of weaned piglets (Sus scrofa). », Behavioural Processes, 129, p. 27-36. doi : 10.1016/j.beproc.2016.05.007  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans notre étude, nous voulions déterminer si les caractéristiques comportementales individuelles des porcelets et le stress provoqué par des contacts avec les humains pouvaient influer sur leur performance d’apprentissage. Après le sevrage, nous avons donc soumis des porcelets à des contacts continus avec les humains afin de moduler leur état émotionnel : contacts doux (DOU), contacts rudes (RUD) ou contacts minimums (MIN). Parallèlement, nous avons entraîné les animaux à une tâche de discrimination. Nous avons ensuite évalué leur comportement au cours de tests de provocation. Comme première étape d’apprentissage de la tâche, l’animal devait associer un signal sonore positif à une réaction (approche d’une auge) et la réussite des porcelets dépendait principalement de sa motivation à vouloir une récompense. Bien que les contacts avec les humains n’aient pas eu d’effet direct, le degré de peur à l’endroit du préposé à la manipulation, mesuré d’après la réactivité des animaux à un test d’approche des humains, était relié à la motivation des animaux à vouloir une récompense et à la vitesse d’apprentissage de cette première étape chez les porcelets RUD stressés, mais pas chez les porcelets MIN ni chez les porcelets DOU. Par contre, la deuxième étape d’apprentissage était plus difficile sur le plan cognitif, car elle nécessitait l’apprentissage de la discrimination, y compris des signaux négatifs durant lesquels les porcelets devaient apprendre à éviter l’auge. L’activité locomotrice, mesurée au cours d’un test en champ ouvert, était associée à la performance d’apprentissage de la discrimination. En conclusion, la crainte envers les humains et l’activité locomotrice sont liées à la performance d’apprentissage relativement à la complexité des tâches, ce qui met en évidence la nécessité de prendre ces facteurs en considération dans la gestion des animaux et la recherche sur les animaux.

Date de modification :